Ovide. Désirer, renaître, survivre

DARCOS (X.) de l’Académie française, Ovide. Désirer, renaître, survivre. Paris : Fayard, 2020.— 290 p. ­— ISBN : 978-2-213-71298-7.

 

Crédit image. Première de couverture – Fayard

            Depuis l’Antiquité, innombrables sont les publications touchant à Ovide ! Impossible de compter toutes les éditions, les traductions, les biographies, les analyses, les commentaires, les études générales ou particulières, les vies romancées, les fictions inspirées de sa destinée ou de son œuvre ! Avec pour auteurs parfois de grands savants, parfois des noms illustres, parfois des inconnus ! Si bien que le lecteur qui veut faire connaissance avec ce poète latin se sent un peu « perdu » : que lire ?

 

            L’ouvrage que vient de publier Xavier Darcos, de l’Académie française, va le tirer d’embarras : c’est sur celui-là qu’il faut se précipiter. Pour faire connaissance, il est idéal !

            Pourquoi ? D’abord, parce qu’il contient tout ce qu’il faut savoir. On y trouve l’ensemble des informations afin de connaître la vie et les œuvres de l’écrivain, les comprendre et se faire une opinion. Même s’il est surtout célèbre comme homme politique, Xavier Darcos est à l’origine un universitaire et use d’une rigueur et de méthodes tout à fait scientifiques. La bibliographie qui clôt ce volume en fait foi. Elle rend manifeste qu’il a consulté les travaux les plus sérieux et les plus érudits — dont certains très récents ou difficilement accessibles — et qu’il a su en tirer la « substantifique moelle » pour la mettre à la disposition de ses lecteurs. Il a su également peser les argumentations des uns et des autres et écarter les hypothèses trop aventureuses, (par exemple en ce qui concerne les motifs de la relégation à Tomis pour ne citer que ce fait-là).

             Le néophyte s’instruira ainsi sans effort, non seulement sur l’écrivain, son milieu, son époque, mais également sur ses œuvres, leur genre, leurs modèles, leurs écarts par rapport à la tradition, ainsi que sur les sujets qu’elles abordent, la religion romaine, les mythes etc. Tous les « realia » sont expliqués d’une façon succincte et claire ; les légendes évoquées sont narrées. L’apport de connaissances est complété dans les annexes : l’une, intitulée « Repères biographiques », replace les indications chronologiques de l’existence du poète dans le cadre des événements historiques contemporains, avec beaucoup de clarté grâce au jeu entre caractères italiques pour le fond historique et non-italiques pour la biographie ovidienne ; une autre indique le plan des « Métamorphoses » ; et ainsi de suite…

            Comme dans tout travail de qualité, l’étude s’appuie sur de nombreuses citations. Elles sont données uniquement en français[1], ce qui en facilite l’accès au grand public ; cependant ces versions sont remarquables, mariant l’élégance à la fidélité, de sorte que malgré l’abandon de la langue d’origine, l’atmosphère, quelle qu’elle soit, voulue par le poète est chaque fois parfaitement rendue et même celui qui n’a jamais appris le latin peut la ressentir. C’est la deuxième raison qui incite à se ruer sur ce livre.

 Mais il n’y a pas que les traductions qui soient à admirer. L’érudition pourrait rendre ces considérations indigestes ? Il n’en est rien ! Le style alerte de X. Darcos, (qui n’est pas un académicien compassé !), entraîne allégrement le lecteur sur les chemins de la découverte. Moderne, mais sans excès, usant du français d’aujourd’hui[2], sans jamais tomber dans le vulgaire, il crée ainsi une connivence avec son public. Et ressortent d’autant plus les formules bien frappées qui invitent à la méditation. La p. 208 en offre un bel exemple :

« Il y a bien des gens qui meurent dans les Métamorphoses, guerriers ou populace anonyme et même toute l’humanité avec le déluge. La maladie ou l’accident fatal frappent indistinctement. Mais tout le propos d’Ovide est orienté vers les diverses manières de mourir sans être mort à tout, de passer sans vraiment trépasser, de réintégrer le grand Tout pour revivre autrement. L’homme qui ne veut pas sombrer dans un stérile au-delà doit s’intégrer dans l’universel. Celui qui brise sera brisé, celui qui tue sera tué, celui qui méprise se méprend. Chacun doit apprendre à sentir, entendre et respecter ce qui laisse présager une présence qui vit. La première des initiations est là, accessible à tous, dans l’aptitude à l’harmonie, au respect de l’équilibre universel. »

               X. Darcos montre à merveille l’actualité d’Ovide (c’est la troisième raison qui poussera à courir se procurer ce livre). En réalité, — l’auteur l’écrit très justement p. 246 —, Ovide est « l’actuel de tous les temps» et le chapitre VIII met en évidence comment à toutes les époques il a été source d’inspiration aussi bien par la foule de sujets qu’il contient que par son art très personnel, ici bien mis en lumière, de rendre palpable la puissance de la vie. Ainsi, comme le confesse X. Darcos p. 246, « quiconque a un peu vécu finit par aimer Ovide ». Le sous-titre, « Désirer, renaître, survivre » pourrait, à première vue, être compris comme une allusion aux trois « périodes » de l’écriture ovidienne, les premières œuvres à l’atmosphère érotique correspondant au verbe « désirer », les poèmes de la maturité, « Métamorphoses » et « Fastes », manifestant très clairement pour le premier comment un être peut renaître sous une forme différente après transformation et pour le second comment la religion romaine, plus ou moins en déclin avant les réformes augustéennes, a de quoi renaître, les écrits de la relégation illustrant la façon dont le poète survit. Mais en réalité, ces trois verbes éclairent la conception qu’Ovide s’est faite de l’existence et qu’il livre à qui sait le comprendre dans l’ensemble de ses compositions, dont X. Darcos souligne la cohérence : c’est qu’une extraordinaire force vitale, qui est passion et désir d’exister, parcourt le monde et permet, en toute circonstance, même dans les pires moments d’anéantissement, de renaître et de survivre. Une profession de foi qui n’a rien de périmé !

Mais surtout, ce que X. Darcos a bien su révéler dans ces lignes, c’est le caractère si moderne de cet homme d’il y a quelque 2000 ans, qui contrairement à beaucoup de gens de son temps et de son milieu n’a rien d’un « béni-oui-oui » ou d’un « suiveur ». Dans le domaine littéraire il a osé transgresser les diktats de la codification des genres ; dans le domaine politique ou religieux son esprit critique et son ironie sont toujours en éveil.

Beau portrait de quelqu’un qui finalement nous parle comme un grand frère, lui qui « a pressenti que notre mémoire collective est peuplée d’images primordiales » et que « les grandes œuvres accédaient à l’immortalité dès lors qu’elles réactivent le patrimoine transculturel et transhistorique de l’humanité […] l’écriture <étant> là pour prolonger un entretien infini »[3] !

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

[1] Le texte latin n’est que très rarement recopié ; cela se produit en général, judicieusement, lorsqu’il s’agit de mettre un point important en lumière.

[2] Voir par exemple p. 48 « bref, il (sc. Ovide) y va fort » ou encore p. 165 « l’argument qu’il fait miroiter à son épouse Fabia pour qu’elle ne le lâche pas ».

[3] p. 253.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, à propos de Ovide. Désirer, renaître, survivre, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/08/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21521.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search