Les femmes de l’Odyssée. Des libertés féminines durant la haute antiquité

Hurel (A.), Les femmes de l’Odyssée. Des libertés féminines durant la haute antiquité. Noisy-le-Sec : Quai des brunes, 2020. – 128 p. – ISBN : 978-2-900752-05-0

Crédit image. Première de couverture – Quai des brunes

Alexandre Hurel n’est pas un philologue spécialiste d’Homère, ni même un helléniste. Son livre est donc celui d’un homme dans son siècle et son propos est engagé. Sa démarche part du principe que depuis 2500 ans, autour de la Méditerranée, les femmes sont traitées comme des « sous-personnes », mais qu’il y a eu un temps, celui dont témoigne l’Odyssée, où elles avaient une place centrale dans la société et que cette situation est l’une des raisons pour lesquelles ce poème nous fascine encore aujourd’hui.

Sa démarche s’appuie sur une lecture attentive du texte homérique et suit un plan très classique. Une introduction résume succinctement le contenu des 24 chants et problématise la diversité de ce qu’a pu être la condition féminine en Grèce antique en s’appuyant sur quelques images célèbres, Athènes, Sappho, les Amazones, les statuettes cycladiques ou Aspasie, la compagne de Périclès. Le premier chapitre brosse rapidement un aperçu des grandes civilisations de la Méditerranée orientale desquelles est issu le monde homérique. Dans le deuxième, « Nymphes et déesses », A. Hurel analyse une à une les grandes figures mythologiques de l’Odyssée en essayant de faire la part entre ce qu’elles racontent de la condition féminine et ce que pourrait révéler une lecture de type psychanalytique de leurs caractéristiques : toute-puissance, liberté, infidélité, domination ou mensonge. Le chapitre III, « Souveraines et femmes de rois » interroge les femmes « réelles » dans les rapports qu’elles ont pu entretenir avec la réalité historique. Le dernier, « Servantes, corps et âmes » est consacré à celles dont on ne parle jamais. A. Hurel rappelle ce que fut la condition des esclaves et en fait émerger quelques figures, moins célèbres que Pénélope ou Nausicaa, mais tout aussi attachantes.

La lecture que propose ici A. Hurel croise plusieurs aspects de la civilisation antique, les met en perspective entre eux et avec ceux de notre époque, met en lumière la permanence de certaines questions de société et le résultat se révèle passionnant. Ce livre se lit avec beaucoup de bonheur, porté par un style alerte, parfois même familier (« Athéna, c’est la cheffe »), et très efficace. Les citations de l’Odyssée sont toujours bien choisies ; d’autres œuvres de la littérature grecque sont convoquées ; l’étude du texte s’accompagne d’une bonne documentation mythologique et historique qui nous plonge agréablement dans la civilisation grecque antique. L’auteur attire régulièrement notre attention sur des points de culture supplémentaires (Sappho et l’école des femmes, le mythe de la création d’Athènes, les naïades et Ino, l’oikos, le mariage, les femmes de Sparte, Aristophane, les interpolations) qui se démarquent graphiquement sur la mise en page et apportent un complément de savoir pertinent et utile.

C’est un livre savant, mais c’est aussi un beau livre : à presque toutes les pages, le texte est accompagné d’illustrations d’excellente qualité, des sculptures et des vases antiques, certes, mais aussi des reproductions d’huiles sur toile de toutes les époques, dont certaines sont célèbres et d’autres plus surprenantes. Ce sont peut-être les meilleurs témoins de cette fascination qu’a exercée l’Odyssée sur toutes les époques jusqu’à nos jours.

Fidèle à la ligne éditoriale des éditions Quai des brunes, qui « s’attachent à saisir les mutations de la représentation du monde », notamment par l’étude de la place qu’y occupent femmes, cette lecture moderne de l’Odyssée mérite donc le détour. Dans sa courte notice biographique, A. Hurel se définit comme un « passionné d’océan et de littérature », deux qualités qui suffisent visiblement à lui donner un accès légitime au monde d’Homère.

Mireille Courrént,

Université de Perpignan –Via Domitia

Citer cet article comme : Mireille Courrént, Les femmes de l’Odyssée. Des libertés féminines durant la haute antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/09/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21527.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search