Une émission radiophonique sur l’année 476

Au début de cet été, dans le cadre de l’émission Le cours de l’histoire, proposée par la chaîne radiophonique France Culture, Xavier Mauduit consacrait quatre séances d’une heure aux « Années charnières », évoquant successivement les dates de 476, 1520, 1870 et – de manière un peu plus étendue mais non moins convaincante – les années 1990. La première de ces émissions, diffusée le 22 juin dernier, cherchait donc à étudier la pertinence de la date traditionnellement retenue pour marquer le passage de l’Antiquité au Moyen Âge. L’invitée en était Claire Sotinel, professeur d’Histoire romaine à l’Université Paris-Est-Créteil, spécialiste reconnue de l’Antiquité tardive, qui est par ailleurs fréquemment invitée sur les ondes de la chaîne culturelle pour le bonheur des auditeurs férus d’Antiquité.

Le principe même de l’émission pouvait donner à craindre un certain schématisme, et le sous-titre, « La chute de Rome : décadence d’un empire décati ? », aurait même laissé attendre un étalage de lieux communs sur la déliquescence supposée de l’Empire, voire quelques erreurs historiques. Car rien n’est « tombé » en 476, ni la ville de Rome, qui n’a été que marginalement touchée par les événements, ni l’Empire, qui se maintient en Orient jusqu’au XVe siècle. Mais Madame Sotinel est tout autant soucieuse d’exactitude historique qu’habile à appréhender le temps long, comme elle l’a montré avec éclat dans son dernier ouvrage, Rome, la fin d’un Empire : de Caracalla à Théodoric, 212-fin du Ve s. (Belin, 2019). L’écueil est donc évité.

Les événements historiques sont rappelés avec assez de justesse : la date de 476 marque simplement la fin d’un gouvernement impérial spécifique à l’Occident, ce qui n’existait, au fond, de manière permanente que depuis le partage de l’empire de Théodose entre ses fils quatre-vingts ans plus tôt. En 475, le patrice Oreste avait renversé l’empereur Julius Népos, nommé par Constantinople, et, ne souhaitant pas s’emparer du trône pour lui-même, y avait placé son fils Romulus, un adolescent d’une quinzaine d’années, dont il souhaitait faire un fantoche entre ses mains. L’année suivante, l’armée, largement composée de Germains, décide de se donner un roi en la personne du chef barbare Odoacre, qui entre à Ravenne, alors capitale impériale, le 4 septembre, met à mort Oreste, dépose Romulus (sans toutefois attenter à ses jours), décide de ne pas lui donner de successeur et s’entend avec le Sénat pour renvoyer à Constantinople les insignes impériaux en considérant que l’Occident n’a pas besoin d’un empereur différent de celui qui règne en Orient. Rome n’est plus le centre du pouvoir, mais on ne se trouve pas face à deux États distincts. Le titre royal d’Odoacre n’a d’ailleurs qu’une portée limitée, puisqu’il n’est reconnu que par l’armée : s’il administre de facto l’Italie pendant une dizaine d’années, c’est avec le titre de patrice, et au nom de Zénon, l’empereur d’Orient. Il s’agit donc, au mieux, d’une translation de pouvoir, et non d’un changement de régime.

Si la durée de l’émission l’avait permis, on aurait aimé que fussent soulignés des faits qui auraient tendu à minorer encore la portée des événements de 476. Premièrement, Julius Népos, qui avait fui en Illyrie après sa déposition de 475, s’y maintient jusqu’à sa mort, en 480, avec la bénédiction de Zénon, qui presse même Odoacre de le reconnaître comme empereur d’Occident. Deuxièmement, le Sénat de Rome se maintient pendant plus d’un siècle et voit même son autorité considérablement augmentée sous les chefs barbares, constituant un remarquable élément de continuité. Enfin, l’idée que l’Occident puisse être directement administré depuis Constantinople n’est abandonnée par les empereurs d’Orient que de manière temporaire, comme le montrent les guerres de reconquête du vie s., menées par Justinien contre les Ostrogoths d’Italie et les Vandales d’Afrique.

Quant aux aspects économiques, juridiques, sociaux, culturels et spirituels, Claire Sotinel souligne que cette date n’a rien signifié pour les peuples de la partie occidentale de l’Empire, sauf peut-être au plan fiscal, marqué par un allègement des charges. Elle en tire d’ailleurs une conclusion qui donne à réfléchir : la disparition d’un empire n’est pas forcément un mal pour les peuples qui l’habitent. À ses yeux, la fin de l’Empire en Occident n’a été une catastrophe que pour les élites socio-économiques. Et l’on pourrait même contester cette idée : les sénateurs issus de la plus brillante et de la plus vieille aristocratie se sont très bien adaptés au pouvoir d’Odoacre, puis de Théodoric, comme le montre la figure de Boèce et de quelques autres.

Il restait, pour finir, à retracer la genèse de cette charnière. L’historienne rappelle à juste titre qu’il faut attendre la Renaissance pour voir apparaître l’idée d’une chute de l’Empire romain, car, au Moyen Âge, la continuité que représente l’Empire d’Orient est perçue avec acuité. L’idée selon laquelle Rome a connu une décadence suivie d’un changement de civilisation est éminemment moderne, et le premier à l’avoir ressentie est peut-être Lorenzo Valla. Jusqu’au XVIIIe s., plutôt qu’une rupture brutale, on conçoit toutefois une lente transition, s’étendant jusqu’à Byzance : la périodisation choisie par Montesquieu (Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence) ou par Gibbon (Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain) le montre à l’envi. Ce sont les historiens du XIXe s. qui, soucieux de borner les prés carrés universitaires, ont voulu marquer l’histoire d’une date précise, qui s’est transmise jusqu’à nos jours grâce au remarquable conservatisme de l’Université française. Mais, s’il fallait une charnière, pourquoi la placer en 476 ? Le nom de l’enfant détrôné a probablement joué : ce Romulus semblait clôturer le cycle ouvert par son homonyme quelque douze siècles plus tôt, et le surnom dérisoire d’Augustule, dont il est affublé dans quelques chroniques, paraissait le désigner comme le dernier successeur du « grand » Auguste.

Encore faut-il être conscient des limites d’une telle borne. D’une part, elle n’a de valeur qu’à propos de l’histoire occidentale : dès lors que l’on s’intéresse à l’Orient méditerranéen, la principale rupture se situe dans la première moitié du VIIe s., avec l’Hégire et les réformes d’Héraclius. D’autre part, elle ne saurait valoir que pour l’histoire politique, et l’on est reconnaissant à Claire Sotinel d’avoir rappelé que la périodisation est autre si l’on parle de littérature latine, et différente encore si l’on s’intéresse à la culture matérielle. Dans ce cas, on ne peut que se référer au concept, volontairement flou chronologiquement, d’Antiquité tardive. L’oratrice termine donc sur un plaidoyer salutaire et vigoureux en faveur du décloisonnement : le plus important est de ne pas faire de l’année 476 une barrière. Elle appelle donc à « se libérer du carcan universitaire », ce qui est le seul moyen de faire émerger des idées nouvelles.

La causerie est disponible en ligne et est agrémentée de lectures fort bien choisies, tirées de la correspondance de Sidoine Apollinaire (sur Ravenne, capitale impériale), de l’œuvre de Gibbon et de celle de saint Jérôme (sur le sac de Rome de 410). On y trouvera aussi, à titre de délassement, un dialogue du péplum La fin de l’Empire romain (Anthony Mann, 1964) – les curieux de cinéma savent que son intrigue a été largement reprise dans Gladiator (Ridley Scott, 2000) et que l’intrigue se situe sous le principat de Commode : on est donc loin de l’année 476 ! Une pause musicale est offerte par Arrivederci, Roma de Tino Rossi, mais on est là très loin du sujet…

François Ploton-Nicollet, 

Professeur à l’École nationale des chartes et Président de l’Association des professeurs de langues anciennes de l’enseignement supérieur (APLAES)

Citer cet article comme : François Ploton-Nicollet, Une émission radiophonique sur l’année 476, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/09/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21572.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search