Une journée dans la Rome antique

Angela (A.), Une journée dans la Rome antique : Sur les pas d’un Romain, dans la capitale du plus puissant empire. – Traduit de l’italien par Catherine Pierre-Bon en collaboration avec Mario Pasa. – Présentation de Mario Pasa. – Paris : Payot & Rivages, 2020 (1ère ed. : Milan : Arnoldo Mondadori Editore S.p.A., Milan). – 352 p. – ISBN : 978.2.228.92487.0

Crédit image. Première de couverture – Payot

Le paléontologue et journaliste Alberto Angela renouvelle, ici, sa magie littéraire. Par sa facilité de vulgarisation, il nous envoie, nous, contemporains du XXIème siècle, arpenter les rues de la cité antique, un mardi de l’an 115 ap. J.-C.

Nous voilà en totale immersion dans la Rome de Trajan, dans la peau d’un visiteur pour vingt-quatre heures. L’effet est saisissant, nos cinq sens sont en éveil : nous touchons les pierres, nous voyons les couleurs, nous entendons les bruits, nous sentons les odeurs et nous n’avons plus qu’à ouvrir la bouche pour apprécier les saveurs que peut nous offrir cette cité cosmopolite…

Alberto Angela n’en est pas à son coup d’essai. Mario Pasa, directeur de collection aux éditions Payot, fait une présentation succincte de « la trilogie romaine d’Alberto Angela ». Ainsi sont exposés : Empire. Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche, où l’on suit, entre 115 et 117 ap. J.-C., l’itinéraire à travers tout l’Empire, d’une pièce de monnaie frappée à Rome ; Les Trois Jours de Pompéi, où l’on découvre sept Pompéiens dans leur quotidien les trois jours précédents la tragédie du Vésuve ; et enfin Une journée dans la Rome Antique qui revient à la source, l’Urbs par excellence : Rome. Petite note ludique de Mario Pasa : prenez les textes d’A. Angela et explorez la maquette de l’architecte français Paul Bigot représentant la cité antique sur une superficie de près de 70 mètres carrés1. Vous pourrez alors parcourir le tracé de cette fameuse journée à Rome !

Suivent ensuite un avant-propos et une introduction sur l’Empire de Trajan donnant le contexte et posant les bases de la Rome du IIème siècle ap. J.-C.

Encore un peu de patience, la caméra zoome large et nous fait découvrir les rues de la cité, quelques minutes avant l’aube : une Rome dans le silence et l’obscurité, une Rome qui ne diffère pas de nos villes actuelles où se croisent les travailleurs de nuit, les ivrognes et les sans-abris, sous l’œil alerte des patrouilles de vigiles.

Le jour peut enfin se lever…

Il est six heures du matin et nous ouvrons les yeux dans une domus, demeure de la classe aisée. A partir de cet instant, l’auteur va s’attacher à décrire, de manière précise, le moindre objet où notre regard se pose, le moindre lieu où nous nous rendons, la moindre personne que nous croisons. Tout est détaillé, rien ne lui échappe.

Nous comprenons alors très vite où l’auteur veut nous emmener. Il ne veut pas que l’on soit atones, que nous soyons de simples auditeurs. Non, A. Angela souhaite nous entraîner dans le tourbillon de son livre, avec lui pour guide.

Dès lors, dès nos premiers pas dans la demeure de notre hôte, l’auteur nous éblouit par l’explosion de couleurs des fresques qui sont d’une beauté saisissante, nous surprend par la hauteur irraisonnée des lits qui nécessitent un trépied pour y grimper ; excite notre curiosité quand nous arrivons en cuisine où ne pouvons pas nous empêcher de regarder par-dessus l’épaule de l’esclave qui allume un feu de cuisson avec du silex, du quartz, un champignon et de la paille ! Il ne s’agit pas d’imaginer, mais de vivre réellement ces instants…

Nous découvrons également que la domus n’a pas seulement une fonction de « domicile », elle revêt également une dimension sociale et politique. Nous voilà en train d’observer le rituel matinal du dominus, le maître de maison, qui reçoit chaque jour les personnages influents de cette ville, qu’ils soient politiques ou commerçants, tout comme les simples affranchis, venus demander conseil ou une faveur et affirmer leur affiliation au patronus… L’auteur parle ici d’un des socles sociaux fondamentaux du monde romain : le clientélisme. Sorte de connivence entre deux parties où le pater assure protection sociale et économique, comme l’octroi de biens fonciers et, en échange, le client garantie sa main-d’œuvre et promet fidélité2. A. Angela, impartial, ne pose pas d’œil critique sur cette pratique : il analyse le rituel et nous décrit simplement la scène.

Cette première partie annonce le fil conducteur de ce livre : l’analyse passive, examen absolu et apathique de tout ce qui nous entoure. Pourtant, loin d’une description figée et monotone, les tournures de phrases parviennent à nous transporter dans cette maison telle une petite souris qui espionne ses hôtes. Nous passons plus de deux heures à scruter les gestes du quotidien de chaque personne qui s’affaire dans cette domus : le maître de maison et ses clientes, les femmes et leurs secrets de beauté, les esclaves et leurs tâches. De la même manière que tout ce qui se rapporte à cette bâtisse est passé au crible : les pièces, les meubles, les objets, les vêtements, les rituels du matin, etc…

Nous allons bien au-delà d’une fiction, le récit est argumenté par les découvertes archéologiques et les sources écrites. Ainsi, l’habillement féminin révèle ses secrets de séduction grâce, entre autres, à Ovide qui conseillait aux jeunes filles de rembourrer leurs sous-vêtements pour une poitrine plus généreuse. De la même manière, on découvre dans la villa du Casale, en Sicile, une mosaïque représentant des femmes en maillots de bain deux-pièces, style étonnement moderne, lorsque l’on sait que le bikini ne reverra le jour qu’à l’après-guerre et dans un esprit extrêmement pudique …

Il est 8h40 et nous entrons alors dans la deuxième phase de ce livre : Notre guide nous prend par la main et nous quittons la quiétude de la domus pour sortir dans la rue.

Un petit tour d’horizon est rapidement fait pour prendre la température de la cité et s’acclimater à l’effervescence naissante du matin. Mais, avant affronter l’agitation de la rue, nous trouvons refuge dans un insula, un immeuble collectif. Il n’est certes pas aussi luxueux qu’une domus, mais il a droit à toute notre attention étant l’habitation principale à Rome : 46 602 insulae pour 1797 domus sous le règne de Septime Sévère. Ces habitations, réglementées à 6 ou 7 étages suivant la période, ont droit aussi à leur description détaillée dans leurs moindres recoins. Toutes les classes résident dans cet immeuble, sous la forme d’un système pyramidale inversé : les plus aisés habitent au rez-de-chaussée et aux premiers étages, les plus modestes aux derniers, voire dans les combles… Plus vous montez, plus les pièces rétrécissent, voire disparaissent comme les points d’eau et les cuisines, éléments non primordiaux à l’époque. Moins de chance vous aurez aussi de sortir vivant en cas d’incendie. Seul luxe accordé aux plus démunis, ce qui est le plus prisé aujourd’hui à Paris, une vue imprenable sur les toits de la ville.

La rue prend alors toute sa dimension collective, l’exigüité des appartements appelant la population à vivre dehors pour des besoins élémentaires comme le fait de manger et de se laver…

Mais là encore nous retrouvons dans un espace restreint, presque étouffant. Mise à part, deux via romaines, les rues sont étroites et resserrées par la multitude des étalages des boutiques et des artisans qui exploitent les façades en rez-de-chaussée des domus et des insulae. Même les classes d’école et les cultes religieux se déroulent en plein air.

A. Angela nous dépeint une cité en désordre avec son insalubrité, sa saleté, son bariolage. Comme les étalages des commerces qui dégoulinent dans les rues, les religions s’entremêlent, les ethnies des esclaves se mélangent tout comme celles des étrangers venus travailler à Rome. Rome est une cité cosmopolite dans tous les sens du terme.

Au cours de cette promenade urbaine, l’auteur nous entraine dans le poumon économique avec les différents forums tel que le forum boarium, le marché aux bestiaux et le forum Holitorium, le primeur. Là, nous apprendrons les techniques digitales de vente avec une gestuelle numérique que l’on retrouve encore aujourd’hui dans certains pays arabes. A la sortie de ces forums, nous débouchons sur le Tibre et découvrons les hangars de stockage des matières premières venant de tout l’Empire : huile, vins, métaux précieux, etc… Nous découvrons avec l’auteur que, sous cette forme agitée de la rue, se révèle finalement un système organisé de l’économie où toute marchandise a sa place définie. Même les esclaves disposent de leur propre place de marché. A. Angela justifie alors la nécessité de l’esclavage pour un Romain en situant la pratique dans son contexte historique. L’auteur n’apporte pas de jugement, il explique chaque situation, chaque usage afin d’amener le lecteur à comprendre le fonctionnement des Romains et leurs mécanismes de pensée.

La matinée étant dédiée aux charges quotidiennes du citoyen, notre exploration de la cité nous entraine évidemment vers le cœur de la cité, le forum romain où se rencontrent les piliers et le marbre ; la politique, la religion et la justice. Nous traversons chaque édifice avec son histoire, sa fonction et avons même la chance d’assister à deux procès dans la Basilique Julia avec le jeu oratoire des avocats qu’est la rhétorique.

Il est déjà midi passé et le temps du divertissement nous attend, celui du Panem et circenses, du pain et des jeux. En effet, l’après-midi, chez les Romains, est consacrée au déjeuner dans une popina, une échoppe, et au banquet, ainsi qu’aux spectacles majestueux des gladiateurs, aux mises à mort sauvages des condamnés dans les amphithéâtres, et à la détente aux thermes. Rituel quotidien qui aurait été traité de manière critique s’il s’agissait d’un manuel d’histoire, et qui aurait bien sûr souligné le côté caustique de cette expression3.

Nous serons de nouveau émerveillés par les architectures monumentales du Colisée et des thermes de Trajan. Nous sommes toujours dans le souci du détail et notre guide nous décrit ces bâtisses évidemment du sol au plafond : nous rencontrons tous ceux qui ont un lien avec ses édifices et découvrons une nouvelle fois des petits replis cachés… Saviez-vous qu’il y avait des bibliothèques dans les Thermes ?

La journée touche à sa fin et annonce la sensualité de la nuit. A. Angela ne s’attarde pas sur les ébats sexuels des Romains et reste plutôt pudique, malgré un titre plutôt éloquent : « le kamasutra des Romains ». En revanche, il aborde la bienséance dans un couple, l’infidélité, les relations avec les esclaves et les prostituées, l’homosexualité et l’émancipation de la femme. Ce regard porté sur la vie privée des Romains est d’une légèreté absolue et n’a pas lieu de nous faire rougir. Il reste dans la continuité des textes précédents, l’écriture est neutre et aucunement déplacée…

Il est minuit, l’auteur nous appelle à jeter un dernier regard sur la cité qui a retrouvé la quiétude de l’aube. Cette journée à Rome touche à sa fin et c’est presque avec nostalgie que nous refermons ce livre.

« Une Journée à Rome » se veut à la portée de tous. Les descriptifs foisonnent : de l’élément le plus imposant comme l’insula, l’immeuble populaire au plus petit détail comme la bulla, médaillon protégeant les enfants du mauvais sort ; de la condition la plus déplaisante, comme celle de l’esclave, à l’accueil le plus pur, comme celui de la Vesta. L’approche d’A. Angela ne va pas dans le sens d’une démonstration hyperbolique de connaissances, il s’agit d’imprégner physiquement le lecteur de ce quotidien : nous effleurons les murs de la cité du bout des doigts, nous explorons le majestueux Forum de Trajan, nous nous imbibons du stoïcisme de l’esclave, du dernier instinct de survie du condamné ou de la ténacité du gladiateur… A. Angela met Rome à notre portée.

Ce livre peut, certes, se lire en diagonale pour y piocher des éléments historiques car tous les thèmes y sont abordés : la société, l’économie, la religion et la politique. Il est d’ailleurs fortement préconisé pour des étudiants qui veulent s’approprier une certaine connaissance de la capitale romaine durant la Pax Romana4. L’écriture étant fluide, les novices ne rencontreront pas de difficulté à se laisser envahir par l’ambiance régnante et à visualiser la vie à la romaine. Le discours est maitrisé et étayé. L’emploi de chaque mot est judicieux et réfléchi par l’auteur car le choix de chaque situation appelle une description ou renvoie à une anecdote historique.

Mais soyons clair, il ne faut pas attendre de cet écrit qu’il soulève des questions ou suscite des débats. Le système de fonctionnement de la cité est étudié sous l’angle de la bienséance. Il n’est pas abordé en terme litigieux le règne de Trajan, ses décisions politiques ou la consolidation de l’Empire5. Là n’est pas l’intérêt ni la volonté de cet ouvrage6. A. Angela veut que nous passions un moment agréable en sa compagnie, munis d’une curiosité exacerbée.

La force de ce livre, qui représente probablement aussi sa faiblesse, est que l’Histoire est contée comme une histoire. Il ne s’agit pas d’un roman, aucune émotion n’est véhiculée, il n’y a pas d’intrigues ni de protagonistes, si ce n’est le lecteur que nous sommes. Mais cet écrit peut perturber si on l’aborde de manière scientifique, parce que la plume se veut romancée. Une fois dépassé cette subversion, le lecteur peut prendre sa place au sein de cet ouvrage et accepter de vivre, avec des yeux de profane ou d’historien, cette journée dans les rues de la Rome antique.

Sandrine Rinaldi,

Docteure en Histoire & Archéologie des Mondes Anciens (université Paris X – Nanterre)

Intervenante en Histoire romaine à l’université de Corse

1 Pour une visite virtuelle de Rome et découvrir la maquette de Paul Bigot : https://www.unicaen.fr/cireve/rome/index.php (lien notifié dans la bibliographie d’A. Angela).

2 Pour étudier l’instauration du clientélisme à Rome, voir l’article de A. Magdelain, « La Plèbe et la noblesse dans la Rome archaïque », in Jus imperimu auctoritas. Etudes de droit romain, Publications de l’Ecole française de Rome, 1990, n.133, pp. 471-495.

3Expression formulée par Juvénal, Satire, X, 81 : Nam qui dabat ulim Imperium, fasces, legiones, omnia, nune se Continet, atque duas tantum rex anxius optal, Patinem et circenses. Perituros audio multos. « Ces Romains qui distribuaient naguère les faisceaux, les légions, lotis les honneurs enfin, languissent aujourd’hui dans un honteux repos : du pain et les jeux du cirque, voilà l’objet unique de leurs désirs inquiets ». Juvénal dénonce alors l’endormissement du peuple par les faveurs impériales. Voir R. Auguet, Cruauté et civilisations. Les jeux romains, éd. Flammarion, Paris, 1970.

4 Période de paix relative à l’intérieur de l’Empire durant près de deux siècles, débutant avec le principat d’Auguste et se terminant avec la disparition de Marc-Aurèle. Pour comprendre la politique de pacification sous la Pax Romana, voir P. Faure, N. Tran & C. Virlouvet, Rome, Cité universelle, de César à Caracalla, éd.Belin, Paris, 2018, pp. 413-422.

5 Pour aborder la vie de Trajan et sa politique impériale, Voir C. Burgeon, Trajan, l’empereur soldat, éd. Perrin, Paris, 2019.

6 Ce livre « plus scientifique » existe déjà, d’ailleurs A. Angela y fait référence dans sa bibliographie. Il s’agit de J. Carcopino, La Vie quotidienne à Rome, à l’apogée de l’Empire, éd. Librairie Hachette, Paris, 1939. Les mêmes thèmes y sont développés : la société, « les maisons et les rues », « la promenade, le bain et le diner », etc… les écrits sont parfois assez similaires, mais le style de l’écriture et la manière dont les thèmes sont développés font que l’un est pour tout public tandis que l’autre se veut pour un public plus initié.

Citer cet article comme : Sandrine Rinaldi, Une journée dans la Rome antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/09/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21620.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search