Atlas de l’Empire romain

Badel (C.), Atlas de l’Empire romain. Construction et apogée, 300 av. J.-C. – 200 apr. J.-C. Paris : Autrement, 2020 (Collection Atlas/Mémoires). – 96p. – ISBN : 9782746755109

Crédit image. Première de couverture – Autrement

Ce petit ouvrage de moins de 100 pages vise à informer un large public, ce qui explique qu’il en soit à sa troisième édition depuis 2012 et 2017, et il faut souhaiter que le succès qu’il a acquis se prolonge. Quelque peu dégagé des contraintes qu’impose l’institution scientifique, il permet d’aborder avec aisance des sujets d’amplitude et, à l’occasion, de reprendre de grandes questions historiques. Ajouter un autre langage, celui de la transcription cartographique, superpose une ambition qu’il ne faut pas tenir pour trop risquée, car elle est une nécessité pour un sujet qui s’inscrit d’emblée dans des espaces.

Construction et apogée. Le développement, sous ses deux formes, fait commencer les narrations un peu après 300 av. J.-C., lorsque la cité romaine, grâce à la supériorité qu’elle s’est donnée en Italie par un solide réseau d’alliances, capable de mettre en œuvre des synergies militaires très efficaces, s’impose comme « puissance régionale », dans un environnement où ne se trouvent à ce moment-là que des « puissances régionales », et dans une région où la lutte pour la prépondérance n’est pas encore trop destructrice. On apprend ainsi que l’imperium populi Romani est une réalité historique bien antérieure à ce que les histoires romaines ne font souvent apparaître, en caractères majeurs, que bien plus tard dans le temps, lorsqu’elles opposent le temps de la République aux temps de l’Empire.

On peut donc suivre les changements qui se produisent, ses étapes, les élargissements des horizons qu’accompagnent les cartes tout au long des deux premiers chapitres. Il apparaît alors que, faute de dynamiques comparables, les deux premiers siècles de notre ère et les trois chapitres qui suivent, seraient quasiment ceux de l’immobilité. Se déplacent alors les centres d’intérêt et s’infléchissent les thématiques que développe le discours. Le lecteur est davantage transporté dans la vie d’un organisme qui aurait grandi, se serait aussi largement étendu et aurait atteint une sorte de plénitude. L’espace cartographique est alors en voie de reconstruction.

Il est compréhensible que l’on analyse les termes de cette plénitude, c’est-à-dire les aspects essentiels de la domination impériale de Rome. Mais peut-être perd-on de vue que l’apogée est un temps d’équilibres construits, et que ces derniers demeurent dans l’ensemble favorables avec les mondes extérieurs. Or les éléments composant cet environnement évoluent avec leurs propres dynamiques et ne peuvent pas être trop mis de côté dans la réflexion ou dans le récit d’exposition. C’est peut-être le manque le plus évident que l’on peut relever à partir de deux points de détail (tout n’est que détail dans une aussi longue perspective) qui paraissent négligés : l’affrontement avec les Parthes qui fut dominant et sournoisement déstabilisateur durant le règne de Néron (les rapides remarques sur l’évolution des structures provinciales en Asie mineure n’apportent pas tout), les guerres germaniques du temps de Marc Aurèle (qui sont presque passées sous silence, alors qu’elles furent accompagnées d’une crise politique majeure).

C’est pour cette raison qu’il aurait été raisonnable d’allonger quelque peu l’amplitude chronologique  donnée au sujet et de la dégager du caractère mutilant qu’impose une chronologie strictement séculaire, en ajoutant la période sévérienne avec tout ce qu’elle apporte : la gloire, mais aussi des guerres extérieures continues qui finissent par être épuisantes et qui suscitent  la réflexion des élites dirigeantes sur le coût et les risques de l’expansion territoriale, mais aussi l’ambition de réunir tout les hommes de l’Empire dans une communauté aboutie où le droit romain, adapté à cette ambition, tenterait de faire vivre les hommes et les cités le plus à l’unisson.

 

Dans la mesure où l’ouvrage aura d’autres éditions, il ne serait pas inutile de le considérer comme un outil de connaissance en développement. Outre des améliorations stylistiques et d’indispensables corrections (notamment dans le titre d’un chapitre de la quatrième partie), un élargissement dans le sens que l’on vient d’envisager serait souhaitable, en l’accompagnant du discours cartographique adéquat. Ce serait un effort éditorial par lequel on comprendrait peut-être mieux le devenir de l’imperium populi Romani, l’ « empire des Romains », comme l’écrivait Polybe.

Michel Christol,

Professeur émérite -Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Citer cet article comme : Michel Christol, Atlas de l’Empire romain, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/09/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21631.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search