Les premières guerres de Rome

Engerbeaud (M.),  Les premières guerres de Rome (753-290 av. J.-C.). – Paris : Les Belles Lettres,2020. – 495 p. – ISBN : 9782251450469

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Dans cette étude, l’auteur, spécialisé dans l’histoire militaire de la République romaine, s’intéresse aux logiques de réécriture des premières guerres romaines et aux enjeux qui en découlent. Cet ouvrage fait suite à son précédent livre intitulé Rome devant la défaite, 753-264 av. J.-C.[1]. Ces deux titres sont issus de sa thèse de doctorat soutenue en 2015 à l’Université de Poitiers. La période chronologique retenue est vaste, puisqu’elle s’étend de la date traditionnelle de la fondation de Rome jusqu’à la fin de la troisième Guerre Samnite. Dans une longue introduction, M. Engerbeaud explique la raison de cette seconde publication. Elle correspond à son travail de dépouillement des textes antiques sur les événements militaires engagés par les Romains et leurs alliés durant la période mentionnée ci-dessus. Il souhaite ainsi offrir aux historiens un outil de travail sur cette thématique on ne peut plus complexe à appréhender tant les difficultés posées par la documentation disponible sont nombreuses.

La question de la fiabilité des sources est bien évidemment une problématique dont l’historien(ne) ne peut faire l’économie quelle que soit la thématique et la période traitées. Il est un fait acquis qu’il/elle est tributaire de la vision des auteurs antiques. Ceci est d’autant plus prégnant dans le récit des guerres archaïques que les sources ne sont pas contemporaines des événements. L’auteur a dû relever un double défi en prenant à la fois en compte ce problème et le fait que l’historiographie antique est postérieure de plusieurs siècles aux faits relatés. Comme il le souligne, les historiens et les moralistes antiques avaient, en outre, une manière différente de la nôtre d’aborder l’histoire. Leur but n’était pas de restituer fidèlement les faits historiques, mais de répondre à des enjeux politiques, moraux et sociaux contemporains. Enfermés dans leur époque, ils traitaient leur sujet en fonction de leurs préoccupations politiques et de la démonstration qu’ils voulaient en faire, mais aussi de la compréhension des événements qu’ils en avaient plusieurs siècles après, ce qui explique les nombreuses versions et contradictions coexistantes. Partant de ce constat, l’auteur mène une enquête minutieuse à partir des 747 événements militaires qu’il a répertoriés et démontre que les premières guerres de Rome ont été profondément réinterprétées et réécrites, voire falsifiées pour certains épisodes. Il met en lumière avec une grande clarté le fait que les récits des auteurs anciens, y compris celui de Tite-Live, offrent aux lecteurs une vision non seulement orientée parce qu’elle est présentée exclusivement du point de vue des vainqueurs, mais aussi anachronique et impérialiste ; Rome étant prédestinée à un destin exceptionnel : gouverner le monde connu. Par conséquent, le regard que nous portons sur les guerres archaïques est en grande partie faussé puisque nous avons affaire à la transmission d’une mémoire fluctuante à la fidélité douteuse, et cela d’autant plus que certains conflits sont controversés depuis l’Antiquité.

L’ouvrage se compose de deux parties. La première partie propose une synthèse critique des documents traitant de cette période, principalement des textes littéraires, ainsi que des sources épigraphiques et numismatiques nettement moins abondantes. Elle se divise en six chapitres selon un plan chronologique. Dans cette partie, l’historien s’est attaché à déconstruire autant que faire se peut les logiques de réécritures en montrant comment l’historiographie antique a opéré.

Maîtrisant l’art de la propagande, les Anciens ont magistralement réussi à transmettre à la postérité une vision on ne peut plus erronée de l’histoire militaire des premières guerres romaines. Leurs narrations embellies et valorisantes donnent l’impression que la conquête de la Péninsule italienne s’est déroulée selon un processus linéaire et inexorable. Or, comme l’a montré M. Engerbeaud, il n’en est rien. Non, les Romains n’ont pas connu que des victoires. Non, ils n’ont pas dominé systématiquement leurs ennemis qui pouvaient se révéler particulièrement redoutables, comme les Sabins, les Véiens, les Volsques, les Èques ou encore les Gaulois. Non, les conflits qu’ils ont menés n’étaient pas toujours justes et vertueux dans le strict respect du bellum iustum. Non, ils n’étaient pas toujours les agressés, donc les victimes, car la guerre a aussi des vertus, telles que légitimer l’élite politique, fédérer la communauté en temps de crise, détourner les plébéiens de leurs revendications politiques, s’enrichir par la prise des biens de l’ennemi, etc. Même si un grand nombre d’exploits et/ou d’épisodes militaires ont été survalorisés, enjolivés, déformés, inspirés de l’histoire grecque ou encore falsifiés et les revers fortement atténués, il n’en demeure pas moins que les Romains des premiers siècles connurent de sévères défaites qui auraient pu leur être fatales et stopper leurs ambitions hégémoniques, telles que la célèbre prise de Rome par les Gaulois en 390 ou encore le désastre des Fourches Caudines en 321 contre les Samnites pour ne citer que ces exemples-là.

Selon l’auteur, lorsque les récits mentionnent les défaites romaines, c’est toujours dans un but pédagogique : montrer aux contemporains des auteurs tardo-républicains et du Principat, qui étaient aux prises avec les guerres civiles, que les mauvais comportements des chefs, emplis de vices, pouvaient entraîner une défaite et mettre sévèrement en danger la communauté. La question des guerres civiles était, en effet, une épine bien encombrante et difficilement justifiable. De fait, les choix opérés par les auteurs antiques répondaient à un projet politique et historique qu’ils avaient élaboré. Ils servaient à éduquer et à guider leurs contemporains en leur proposant des modèles idéalisés à suivre, tels que le fameux L. Quinctius Cincinnatus qui, en 458, abandonna son travail agricole pour devenir dictateur, vaincre l’ennemi, démissionner seize jours après et retourner dans ses champs mener une vie simple et frugale ; et des exemples à ne pas suivre, comme celui du roi Tarquin le Superbe au comportement répréhensible et peu valorisant, qui n’hésita pas à recourir à la ruse et à la trahison pour s’emparer de la cité latine de Gabii. Pour les historiens et les moralistes de l’Antiquité qui ne connaissaient qu’une Rome puissante, il leur était en effet difficile d’imaginer un passé martial autrement que glorieux et d’envisager que L’Urbs puisse être en situation de faiblesse face à l’ennemi. Comme le montre M. Engerbeaud, les récits sont construits à travers le prisme d’une suprématie militaire, politique et diplomatique que l’historiographie antique a transposée aux premiers temps de Rome. Pour les auteurs anciens, cette longue hégémonie, qui ne s’exerça en réalité qu’à partir de la seconde moitié du IVe siècle, résultait du respect scrupuleux de la pax deorum qui garantit la victoire, de la pietas envers les ancêtres, et du combat selon l’idéologie du bellum iustum. Pour eux, comme l’écrit l’auteur, la période archaïque était considérée comme un âge d’or du sacrifice collectif et du dévouement patriotique qui s’oppose à la violence politique et aux guerres civiles du Ier siècle av. J.-C.

La seconde partie regroupe cinq annexes comprenant, entre autres, un catalogue exhaustif des événements militaires de la conquête romaine, des cartes en couleur afin d’aider le lecteur à se repérer géographiquement dans les noms de lieux, de peuples et de cités mentionnés dans le corps du texte, ainsi que des notices synthétiques illustrées faisant le point sur la localisation des toponymes à vocation militaire, ce qui rend l’approche de l’étude plus concrète. Ce corpus d’annexes enrichit utilement la synthèse proposée dans la première partie. Néanmoins, deux petits reproches peuvent être adressés. Le premier concerne le choix des trames de fond du tableau de l’annexe I. Il est en effet peu aisé de distinguer les « succès militaires romains » des « succès militaires d’un allié de Rome », les nuances de gris étant trop proches. Il aurait été plus judicieux d’opter pour une trame de fond avec un maillage afin d’avoir une vue immédiate de toutes les issues des affrontements. La seconde critique concerne la qualité d’impression des clichés photographiques qui est médiocre et, pour certains, trop foncée. En revanche, on notera que l’ensemble de l’étude s’appuie sur une riche bibliographie internationale classée thématiquement afin d’indiquer au lecteur les différentes sources utilisées et de l’aider à distinguer les sources antiques des études modernes.

 

L’étude diachronique des sources qu’a menée M. Engerbeaud révèle la richesse des traditions historiques romaines sur le sujet. Son enquête démystifie l’idée de prédestination à la domination que les Romains ont eux-mêmes élaboré et transmis à la postérité. Nous avons affaire à une recherche riche et intéressante qui donne une autre vision de Rome. Néanmoins, celle-ci s’adresse à un public averti et motivé ayant de solides connaissances sur les problématiques abordées dans cet ouvrage.

 

Cynthia Couhade-Beyneix,

Docteur en Histoire Ancienne

[1]Engerbeaud, Mathieu, Rome devant la défaite, 753-264 av. J.-C., Paris, Les Belles-Lettres, 2017.

Citer cet article comme : Cynthia Beyneix, Les premières guerres de Rome, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/10/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21657.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/12/2020

    […] Compte-rendu de l’ouvrage : Cynthia Beyneix, Les premières guerres de Rome, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/10/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21657. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search