Ad Romam : Les Fosses de Marius

Allali (F.), Bertorello (Y.), Espinosa (M.), Stoffel (E.), Ad Romam : Les Fosses de Marius. –  Monaco : Éditions du Rocher, 2020. – 60p. – ISBN : 9782268103327

Crédit image. Première de couverture – Éditions du rocher

« Marius fit creuser un large fossé, dans lequel il détourna une grande partie du fleuve. (…) (Il) s’appelle encore aujourd’hui la fosse mariane »[1]. La quatrième de couverture de Ad Romam: Les Fosses de Marius, en citant Plutarque, annonce d’emblée la couleur. De fait, si le postulat de départ, conçu autour de voyages dans le temps centrés sur la Rome antique, peut induire une forme de fantaisie, le respect de la réalité historique est malgré tout érigé en programme.

Ainsi, si cela semble couler de source, il convient de le rappeler, Ad Romam appartient au genre de la bande dessinée historique. L’on peut l’attester par les nombreuses informations prodiguées tout au long de la lecture. Elles témoignent d’un travail de recherche opéré en amont par les auteurs. Deux aspects se détachent notamment. Tout d’abord, les événements relatifs à la grande histoire. En l’occurrence, les hauts faits de Caius Marius, général romain, consul à de nombreuses reprises, et figure marquante de la fin de la République. Des points marquants de sa vie avant la première guerre civile sont évoqués à juste titre. Son appartenance à la faction des populares, ses démêlés en Afrique contre Jugurtha, et enfin, ce qui constitue le point de tension principal de l’histoire, ses campagnes contre les invasions des Germains. Menace sérieuse contre Rome, qui motive l’itération des consulats de Marius entre 104 et 100 avant notre ère, dérogation conjoncturelle à la norme politique romaine.

Ensuite, d’autres cas sont présents, appartenant plus concrètement à la vie quotidienne des habitants de la province romaine. Par exemple, ce qui concerne directement l’histoire, le commerce d’amphores qui transite par port, ainsi que l’économie (et ses dérives) y étant affiliée. A ce propos, la bande dessinée retranscrit donc différents éléments afférents à la Gaule romanisée et la culture qui s’y imprègne, dans les usages et les pratiques. Le tout de façon pédagogique, en témoigne une clarté dans les explications qui ne perd pas le lecteur. Point à souligner, étant entendu qu’une partie du lectorat de Ad Romam est, en raison de son appartenance thématique, plus du côté d’un jeune public. Nonobstant ceci, l’œuvre est susceptible de plaire à une large frange de personnes, qui peuvent être tout simplement désireuses d’en apprendre plus sur ces pans d’histoire romaine.

Du reste, toujours sur le plan de la réalité historique, parlons d’un petit détail qui n’en est pas un, la convocation d’une iconographie signifiante. En effet, à l’issue d’une bataille particulièrement violente, celle d’Aquae Sextiae (Aix-en-Provence), en 102 avant notre ère, Marius et son armée massacrent les Teutons. Ce dernier est alors porté en triomphe, et acclamé imperator par ses soldats. Scène a priori anodine dans un cadre militaire, une fois dépassée l’admiration devant la forte symbolique de l’action. Toutefois, l’on ne peut s’empêcher de relever des similitudes avec un tableau de Francesco Saverio Altamura, daté de 1863, et intitulé Marius vainqueur des Cimbres. Il représente la même scène, à quelques variations près. Joli clin d’œil pour l’initié, et invitation à approfondir le vaste et passionnant sujet qu’est la vie de Marius pour le néophyte.

Il s’agit là d’une aventure fluide, emplie de rebondissements. Les protagonistes en sont une petite bande de jeunes lycéens. L’un d’eux, Blaise, après manipulation d’une pièce d’époque augustéenne, dite de Chronos en raison de son caractère magique, est projeté à Fos-sur-mer au IIe siècle de notre ère. Notre héros se retrouve pris dans une machination dont il conviendra de dénouer les fils. Le scénario peut sembler simple à première vue, il comporte néanmoins diverses ramifications. L’histoire, démarrée en trombe, connaît des moments plus calmes, avant de muter vers une amplification progressive, jusqu’au dénouement final. Tout ceci se base sur un mouvement en plusieurs étapes. De fait, de nombreux allers-retours temporels rythment la bande dessinée, entre période antonine, fin du IIe siècle avant notre ère, et époque contemporaine. Ces jeunes héros sont forts sympathiques, et l’on suit leurs pérégrinations avec plaisir. En outre, les petites touches d’humour permettent de donner un ton un peu plus léger à l’aventure. Confer cet amusant dialogue entre Blaise, et un marchand d’amphore, ce dernier étant décontenancé par le langage « moderne » du héros. L’on ajoute une petite touche de romance, et voici tous les ingrédients pour passer un bon moment de lecture.

Par ailleurs, il faut s’arrêter sur le côté graphique de la bande dessinée. Force est de constater que celle-ci a visiblement bénéficié d’un soin tout particulier. Les dessins sont agréables, et participent d’un style réaliste, singulièrement notable pour les plans d’ensemble. Comme une invitation à stopper quelques secondes sa lecture, pour admirer le travail fait par les auteurs. En outre, serait-il exagéré de relever une petite familiarité avec les dessins de ce classique du neuvième art qu’est Alix ? Le style est en tout cas plus moderne, ce qui n’enlève rien à son charme.

Compte tenu de son statut de suite, il serait logique pour le lecteur n’ayant pas été confronté au premier tome d’appréhender quelque peu la lecture de cette bande dessinée, risquant la confusion en entrant dans l’histoire en cours de route. Il n’en est rien. Les auteurs distillent dès le départ des explications simples, qui permettent de suivre sans se casser la tête sur des méandres scénaristiques. Au demeurant, une fois l’album refermé, reste un sentiment. La curiosité, avant tout, autour du prochain voyage.

Rémi Illi,

Titulaire d’un master en histoire – Université de Reims Champagne-Ardenne

[1]     PLUTARQUE, Vie de Marius, XVI.

Citer cet article comme : Rémi Illi, Ad Romam : Les Fosses de Marius, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/10/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21689.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search