Thermes et aqueducs en Gaule romaine

Bostmambrun (A.), Thermes et aqueducs en Gaule romaine. – Louviers : Ysec éditions – Pax romana, 2019. – 32p. – ISBN : 9782846733199

Crédit image. Première de couverture – Ysec éditions

Le petit livre d’Adrien Bostmambrun s’ajoute aux volumes déjà existants de la revue Pax Romana, en se focalisant cette fois sur l’un des aspects les plus connus de la civilisation gallo-romaine, celui de ses réalisations hydrauliques. Ce volume, de 32 pages, commode à manier, s’adresse au grand public et lui présente brièvement, dans l’ordre, les aqueducs, les autres installations liées à l’eau, et enfin les thermes romains. Il est très abondamment illustré (le volume total des illustrations excède celui du texte), et se voit pourvu d’un bref glossaire éclairant plusieurs des termes techniques utilisés.

Sa première partie (« les aqueducs ou le génie à la romaine ») s’attache à faire d’abord, à partir des vestiges visibles en France, une description globale, qu’il décline ensuite pour montrer la « diversité patrimoniale » suggérée par les différents sites de l’Hexagone ; nombre d’entre eux se voient illustrés (p. ex. le Gier, Fréjus, Carhaix, Orange, la Brevenne). Une carte (comme pour le réseau lyonnais, p. 12) peut également suggérer la complexité de leur mise en place. Une page complète cet aperçu en évoquant les aqueducs ruraux (avec un accent sur celui de Luynes). Sa deuxième partie (« fontaines, citernes et châteaux d’eau ») donne une liste illustrée de plusieurs vestiges de fontaines, citernes et châteaux d’eau.

La dernière partie du petit livre s’attache à développer une présentation des thermes : mémoire de leurs vestiges, présentation rapide des salles, désignées par leur nomenclature « à l’ancienne », procédures de nettoyage (notre marotte personnelle nous faisant regretter l’absence des détergents, et un traitement trop rapide de la question de la mixité !), et caractéristiques techniques spécifiques comme les hypocaustes. Ce descriptif est suivi d’une liste des principaux sites, puis d’une mention très rapide des sites de thermalisme.

Le travail d’Adrien Bostmambrun est un livret de vulgarisation. La tâche était difficile de présenter, de façon à la fois évocatrice et synthétique, un pan aussi vaste de la civilisation romaine (à plus forte raison si l’on tient compte de l’abondance des illustrations, qui diminue d’autant la place faite au texte). Eu égard à cette contrainte, le pari est rempli : un lecteur, partant de rien et souhaitant avoir une idée de la question, y trouvera ce qu’il souhaitait. Ces contraintes relativisent aussi les remarques que des puristes pourraient faire (caldarium et non « salle chaude », etc.). En revanche, si l’on s’en tient précisément à cette optique de vulgarisation, c’est-à-dire de pédagogie, on peut formuler quelques idées :

– Il aurait été bon de donner, à titre d’illustration, des exemples non gallo-romains de réalisations architecturales plus « complètes », voire, pourquoi pas, de leurs reconstitutions (thermes de Caracalla par exemple, installations hydrauliques campaniennes…) : cela permettrait justement au lecteur de se faire une idée plus précise – même incomplète – du type de vestiges auxquels il aurait affaire. Certaines photographies mériteraient aussi des traitements éditoriaux plus privilégiés, pourquoi pas pleine page (Cluny, Chassenon…).

– Ce petit livre dressant une liste des sites à visiter, pourquoi ne pas aller au bout de sa logique et confectionner une carte globale permettant de les repérer ? Il y a en France beaucoup de gens de bonne volonté qui, au détour d’un voyage ou d’une départementale, sont assez curieux de le faire : autant les aider.

– Quelques remarques risquent de maintenir le lecteur dans une représentation faussée du monde romain, actualisant encore certains clichés (l’insula comme « barre HLM », les patriciens confondus avec les notables, la population « souvent oisive » allant aux bains, façon « pain et jeux »…). Des  clarifications là-dessus auraient précisément été ce qu’on attend d’un travail de vulgarisation.

Ces quelques notations n’empêcheront pas, cependant, le lecteur curieux de commencer par ce livre pour se faire une idée d’une thématique aussi riche et aussi vaste. Une bibliographie un tantinet plus étoffée, peut-être, l’aidera encore plus.

Michel Blonski,

Docteur en histoire de l’Antiquité, agrégé d’histoire

Citer cet article comme : Michel Blonski, Thermes et aqueducs en Gaule romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/10/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21712.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search