Jules César

Nombre d’écrivains antiques ont parlé de César : le personnage n’est pas un produit de l’écriture mais s’impose à elle, suscitant des réactions diverses ; d’où un balancement entre la haine (Cicéron, Catulle et, surtout, Lucain) et la fascination (Virgile, Horace, Tibulle, Ovide et Properce), encore que cette dernière ne soit pas toujours dépourvue d’arrières-pensées courtisanes à l’égard des autres Césars, principalement Auguste. Mais dans l’expression de ces sentiments excessifs perce toujours la trace de leur contraire. Suétone a été le seul qui ait vraiment rendu à César ce qui lui appartenait, tandis que Plutarque va dans le sens de l’idéalisation.

Ce balancement entre un César historique et un César abstrait et idéal va se maintenir jusqu’à l’aube du XXe siècle. Du côté du mythe et de l’abstraction, l’adaptation du personnage au théâtre a été multiple  depuis le Julius Caesar (1550) de M. A. Muret, avant qu’il ne trouve chez Corneille (La Mort de Pompée, 1643) le sens de la grandeur d’âme et de la vertu aristocratique. Il se charge à nouveau d’histoire, mais d’histoire moderne, et garde ce caractère anachronique dans le Caton (1713) de J. Addison, ou le Brutus second (1787) de V. Alfieri. Et même, malgré quelques emprunts à la tradition shakespearienne dans La Mort de César (1735) de Voltaire.

Ce caractère de grandeur inaltérable se renforce au XIXe siècle de la coïncidence entre les destinées de César et de Napoléon. Hugo, Michelet, Stendhal, Dumas, Balzac, Mérimée et Flaubert, en France, voient en César l’un des seuls hommes en qui toutes les possibilités humaines se soient pleinement incarnées. En Allemagne, Nietzsche en fait l’un des prototypes du « surhomme », tandis que Brecht voit en lui l’image du conquérant sanguinaire et despotique (Les Affaires de M. Jules César, 1949). La distance ironique viendra de l’Angleterre avec G. B. Shaw (César et Cléopâtre, 1901). Mais tous ont une dette envers le Jules César de Shakespeare, dont la première représentation a sans doute été donnée en 1599. C’est là que le personnage atteint sa plus haute complexité, que sauront lui conserver, à travers les siècles, l’opéra (G. F. Haendel, Jules César, 1724) et le cinéma, surtout avec J. Mankiewicz, en 1953. Film emblématique, sur lequel il faut insister.

Le film.

Date : 1953. Réalisateur et scénariste : Joseph Leo Mankiewicz (1909-1993), d’après la pièce de Shakespeare. Maison de production : Metro Goldwin Meyer.

Directeurs artistiques : Cedric Gibbons, Edward Carfagno. Musique : Miklos Rozsa.

Interprètes principaux : Marlon Brando (Marc Antoine), James Mason (Brutus), John Gielgud (Cassius), Louis Calhern (César), Edmond O’Brien (Casca), Greer Carson (Calpurnia), Deborah Kerr (Portia), Richard Hale (Le Devin), Alan Napier (Cicéron), Tom Powers (Metellus Cimber), Douglas Watson (Octave), John Lupton (Varron),

Résumé du film :

Rome, 44 av. J.-C. César (100-44) vient de se nommer dictateur à vie. Il se dirige avec ses amis pour assister à la course des Luperques[1], à laquelle participe Marc Antoine (83-30). Brutus (86 – 42) pour lequel il a beaucoup d’affection se laisse convaincre par Cassius, chef d’un complot contre César, que celui-ci met en péril la démocratie. Il accepte donc d’y participer, en souvenir de son célèbre ancêtre[2]. Mais il demande que Marc Antoine soit épargné.

Le lendemain[3], négligeant un rêve prémonitoire de son épouse Calpurnia[4] et les avertissements d’un devin, César se rend au Sénat. Tandis que des conjurés tiennent Antoine à l’écart, les autres poignardent à mort César, le dernier coup étant porté par Brutus[5].

Marc Antoine, faisant semblant de se ranger du côté des assassins, laisse d’abord Brutus expliquer au peuple la nécessité de la mort de César, puis, prenant la parole, retourne les Romains contre Brutus et Cassius[6]. Les conjurés n’ont d’autre ressource que de fuir.

Antoine, avec l’aide du jeune Octave, le petit neveu de César, s’empare du pouvoir et pourchasse les meurtriers. La rencontre finale aura lieu, deux ans plus tard, dans la plaine de Philippes. Brutus, la veille du combat, voit apparaître le spectre de César. Cassius, battu par Antoine et lui-même par Octave se suicident tous les deux. Le film se termine sur l’éloge que fait Antoine devant la dépouille mortelle de Brutus, le seul conjuré qui – loin de toute ambition personnelle – avait agi pour le bien public.

La Carrière du réalisateur :

Correspondant de presse à Berlin, traducteur de sous-titres, scénariste, producteur d’abord à la Paramount et à la Fox, J.M. tourne 21 films entre 1946 et 1972. Jules César se situe juste a milieu de sa production : c’est son 12 ème film. J.M. a touché à tous les genres, le fantastique (L’Aventure de Mme Muir, 1947), le thriller (Quelque part dans la nuit, 1946), la comédie musicale (Blanches colombes et vilains messieurs, 1955), l’espionnage (L’Affaire Cicéron, 1952), le western (Le Reptile, 1970), le film historique (Cléopâtre, 1963). Mais il n’est jamais plus à l’aise que dans le théâtre filmé (voir déjà Ève, 1950). Lyrique mais glacé (La Comtesse aux pieds nus, 1951), chaleureux mais pessimiste par trop grande lucidité vis-à-vis des êtres et des événements, JM n’a fait qu’une fois de la mise en scène d’opéra, avec un succès mitigé (La Bohème de Puccini, 1952). « Je fais du théâtre filmé » disait-il. De fait, Jules César respecte, en gros, la fameuse règle des trois unités (« Qu’en un jour, un seul lieu, un seul fait accompli/Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli », Boileau, Art poétique) : les Ides de Mars, Rome, la mort de César. Certes, il faudrait y ajouter Philippes que, pour des nécessités cinématographiques, le réalisateur tourne en extérieur (et encore en partie).

Peut-on alors qualifier le film du nom – inconnu à l’époque – de péplum ? On n’y trouve pas les ingrédients habituels, les décors sont stylisés, le son est direct, le noir et blanc accentue l’austérité du propos qu’accentue encore le nombre de plans-séquences. Même si Roland Barthes dans un texte de Mythologies : « Les Romains au cinéma », voit dans ce film tous les signes (mèche de cheveux, transpiration) de la représentation de la romanité au cinéma. On aura rarement lu tant de sottises, d’ignorance et de suffisance en si peu de mots… Si le souhait implicite du réalisateur est de se référer aux films d’actualité en noir et blanc qui mettaient en scène Hitler et Mussolini, en fait, il s’agit moins de faire allusion aux années 1930 en Europe qu’à la chasse aux sorcières des États-Unis des années 1950.

Le petit budget, les économies forcées (les costumes sont empruntés au Quo Vadis ? que M .Le Roy venait de tourner) renforcent encore cette impression d’austérité.

La musique du film :

On notera le soin extrême à illustrer musicalement le film. Le compositeur Miklos Rozsa avoue avoir hésité entre une musique « romaine » et une autre « shakespearienne ». Dans l’ignorance pour l’une et le doute pour l’autre il a choisi une musique d’accompagnement, pour ce qu’il juge être un drame intemporel et universel, « illustrative, exprimant dans mon langage propre et à l’intention d’un public moderne ce que Shakespeare communiquait dans sa langue propre au public du XVIème. »

Se dégagent trois thèmes :

1/Le thème de César, puis de Marc Antoine, martial et grave

2/le thème de Brutus, méditatif et plein de soupirs

3/Le thème de Cassius décidé qui s’accorde avec un envieux intriguant. Il n’y a pas de musique pour le meurtre de César et pendant les deux discours qui le suivent. Une seule fois, pendant la mort de Brutus, deux thèmes se distinguent, celui de Brutus et celui de César, en fond sonore, pour saluer l’arrivée de l’armée des vainqueurs. Le compositeur déclare avoir pensé à la fin de Carmen lorsqu’Escamillo entre dans l’arène et que Carmen se trouve face à don José.

L’adaptation de Shakespeare :

Fidélité à l’œuvre du dramaturge est le maître mot de JM. Pas de coupes, comme dans beaucoup d’adaptations, comme Hamlet de Laurence Olivier ou de Kenneth Branagh (1996). Pas non plus de théâtre en boîte comme Othello de Stuart Burge (1977). Il est en effet de tradition de couper des scènes jugées non signifiantes comme celle du fossoyeur dans Hamlet ou celle du fou dans Le Roi Lear. Parfois même la fin est changée et elle peut, dans cette même pièce, être heureuse.

« J’ai voulu, déclare JM, montrer que Shakespeare pouvait être joué comme s’il était notre contemporain ». Les seules suppressions qu’il s’est autorisées sont quelques calembours intraduisibles et des répétitions fastidieuses. Le seul changement de taille est d’avoir remplacé le monologue du IVème acte par la bataille elle-même. En cela il donne raison à J.P. Sartre déclarant lors de la représentation de la pièce en 1935 au théâtre de l’Atelier : « Jules César est une pièce pour les jeunes » qui fournit « une matière politique éternelle à nos réflexions ».

Les comédiens :

La grande force du film est d’avoir utilisé des acteurs familiers du théâtre shakespearien : John Gielgud – Cassius et James Mason (1909-1984 ; sa carrière va de 1935 à sa mort) – Brutus en sont les plus confirmés. Mais Louis Calhern (1895-1956) –César a joué Le Roi Lear au théâtre (sa carrière s’étend de 1921 à 1956) et Edmund O’Brien (Casca) avait déjà joué, en 1939, Jules César au Mercury Theater dans l’adaptation de Orson Welles. Deborah Kerr –Portia venait, elle, de jouer la tendre Lygie dans le Quo Vadis ? de Mervyn Le Roy.

 Reste le cas de Marlon Brando (1924-2004) dont la carrière cinématographique s’étend de 1950 à 1992. Jules César est son 5e film. Il a fait ses débuts avec Fred Zinneman dans C’étaient des hommes.  Il a tourné dans deux films d’Elia Kazan, pour lequel il a beaucoup d’admiration. En 1951, Un tramway nommé désir (il a joué la pièce sur scène de 1944 à 1947) et, l’année suivante, Viva Zapata. Mais c’est L’Équipée sauvage de Laslo Benedek, en 1952 qui le rend célèbre. Lorsque JM lui propose le rôle, la peur le fait hésiter mais poussé par son entourage, surtout féminin, il accepte pour un salaire de 40 000 dollars et son nom en haut de l’affiche. L’annonce de sa participation, faite en juin 1952 à la presse, suscite doutes et surprise. L’acteur se plonge dans les enregistrements de la pièce, décortique le scénario et répète sa fameuse tirade le nez collé à un oreiller.

Le tournage commence le 8 août 1952, jour où il apprend la déjà lointaine (10 avril 1952) trahison de son mentor, Elia Kazan, devant la commission Mac Carthy. La déception qu’il surmontera douloureusement ne l’empêche pas de remporter un véritable triomphe. Qu’on en juge par deux articles significatifs. Celui de Bosley Crowther dans le New-York Times à la sortie du film « La surprise du film est le Marc Antoine de Brando dont on se souviendra. Athlétique et têtu, il paraît le plus Romain de tous et possède l’intensité de ses convictions et la ferme élasticité de l’acier. Avec lui, un talent majeur est né. » Et celui de Jean-José Richer, dans le n°29 des Cahiers du cinéma, décembre 1953 : « Marlon Brando, véritable statue antique au tempérament plein d’une fougue sauvage et en même temps que d’une maîtrise calculée. »

   La sortie du film :

L’avant-première, comme il est de coutume aux États-Unis, a lieu le 8 janvier 1953 dans une petite salle de la ville de Pomona, devant un public d’adolescents, accompagnés ou non de leurs parents. Le film est bien accueilli. La première mondiale a lieu le 8 mai 1953 à Sydney en Australie, même faveur du public. Enfin le triomphe vient de la sortie américaine, le 5 juin 1953, à Broadway au Booth Theater.

La sortie en France s’accompagne d’un récit du film, comme on en avait l’habitude dans Mon film, n°392, 1er trimestre 1954. Mais le texte, dû à Jacques Gérin, se termine ainsi : « L’histoire romaine devait connaître beaucoup d’autres victoires mais aussi bien d’autres défaites. La véritable civilisation antique était déjà sur son déclin, elle allait s’effacer bientôt devant l’avènement du christianisme. » Étonnons-nous, après de telles sottises, de la décadence des études latines en France depuis l’après-guerre !

Pour aller plus loin.

Études historiques (ordre chronologique):

  1. Etienne, César, Fayard, 1997.
  2. Canfora, César, le dictateur démocrate, 1998, TR, Flammarion, 2001.
  3. Schmidt, Jules César, Folio Biographie, 2005, n°2.
  4. Malye, La Véritable Histoire de Jules César, Les Belles Lettres, 2007.

Romans :

  1. Sur César (ordre chronologique):
  2. Wilder, Les Ides de Mars, 1951, TR, Gallimard, 1951, Folio, n°1337. Un chef d’œuvre dont les protagonistes sont César, Cléopâtre, Clodia et Catulle.
  3. Barjavel, La Peau de César, Mercure de France, 1985, Folio Policier, n°64. Pendant la représentation du Jules César de Shakespeare un meurtre est commis. C. J. Cherryh, Les Légions de l’enfer, 1987, TR, J’ai Lu SF, 1990, n° 2814. César, aux Enfers, retrouve son assassin Brutus. Amusant.
  4. Mc Cullough, César, 1. La Violence et la passion, 1996, TR, L’Archipel, 1998, J’Ai Lu n°7312 ; 2.Le Glaive et la soie, 1996, Id., 1998, Id., n°7313 ; 3. La Conquête gauloise, 1997, TR, Id., 2000. // César et Cléopâtre, 2002, TR, Presses de la Cité, 2004. // César imperator, 1997, TR, L’Archipel, 2001, Archipoche, n°12.
  5. Caratini, César, M. Lafon, 1997, Le Livre de poche, n°15327.
  6. Gallo, César imperator, XO éd., 2003, Pocket, n°12379.

 Films conseillés (ordre chronologique): Une sélection

L’Esclave de Rome, S. Grieco, 1960 (Au temps de la Guerre des Gaules). D’une nullité sympathique.

Jules César, conquérant des Gaules, A. Anton, 1963. Avec, dans le rôle de César, un second couteau du western. D’un comique involontaire mais quelques bons passages. On y apprend que la reine des Belges est venue secourir son amant Vercingétorix coincé dans Alésia. Amour quand tu nous tiens…

Fellini – Roma, F. Fellini, 1972. Dans cet admirable film, le réalisateur raconte son enfance illuminée par l’histoire romaine (voir l’épisode du passage du Rubicon).

Rome, série télévisée en 2 saisons (2006 et 2007). Les DVD sont fournis avec tous les accompagnements historiques nécessaires. Remarquable.

 BD conseillées (ordre chronologique)

  1. Martin, Alix, série, commencée en 1948, Casterman. On ne s’en lasse pas.  
  2. Goscinny et Al. Uderzo, Astérix, série commencée en 1959, éd. Albert René. On s’en lasse vite. A lire : N. Rouvière, Astérix ou les lumières de la civilisation, PUF, 2006// Astérix ou la parodie des identités, Flammarion, Champs, 2008, n°763.

 

Claude Aziza,

Historien de l’Antiquité fantasmatique

[1] La fête des Lupercales (du nom du dieu Lupercus, vieille divinité latine dont le nom peut être rapproché de lupus (le loup) se déroulait le 15 février. Après un sacrifice fait par les Luperques (collège de prêtres, divisé, depuis César en trois sections, les Qinctiales, les Fabiani et les Iulani, avait lieu, autour du Palatin, une course. Les Luperques frappaient, avec des lanières découpées dans la peau des victimes (boucs et chèvres) immolées, les femmes qui se tenaient sur leur route. Cet acte passait pour assurer la fécondité. La fête se terminait par un repas.

[2] Lucius Junius Brutus, petit neveu de Tarquin l’Ancien, échappa de justesse à la mort en feignant la folie, lorsque que Tarquin le Superbe massacra sa famille. A la mort de Lucrèce, il appela le peuple à se libérer de la royauté qu’il fit abolir en 509 av. J.- C. Nommé consul, avec Tarquin Collatin, il mourut dans un combat singulier contre Arruns, fils de Tarquin le Superbe, en 508.

[3] Bouleversement de la chronologie traditionnelle. En fait il se déroule un mois entre la fête et la mort de César.

[4] César l’a épousée en 59.

[5] Il semble évident que le fameux mot adressé à Brutus : « Tu quoque fili » (« toi aussi mon fils ») n’a jamais été prononcé. D’ailleurs s’il l’avait été, il aurait été dit en grec (kai su teknos ») car César, comme tous les Romains cultivés de son époque, parlait grec.

[6] En réalité, Antoine, craignant d’être tué lui aussi, s’était sauvé déguisé en esclave et réfugié chez lui.

Citer cet article comme : Claude Aziza, Jules César, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/11/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21733.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search