Les ondes de la chose publique

Le 31 août 2020, France Culture diffusait une émission de sa série « Le cours de l’histoire », animée par Xavier Mauduit et consacrée au thème de la « République » romaine. L’invitée était l’historienne Claudia Moatti (désormais CM), auteure d’un livre récent et important, intitulé Res publica : Histoire romaine de la chose publique (Fayard, 2018). CM y revient, de manière claire et accessible, sur quelques points fondamentaux – évidemment abordés de manière bien plus systématique dans son livre[1] – qui entourent cette notion labile de « res publica »[2].

Écumes sémantiques et théoriques : les difficultés à penser la res publica, hier comme aujourd’hui

Les notions de « res publica » (antique) et de « République » (qui en vient à désigner un système de gouvernement non-monarchique à partir du XVe s., sous la plume de Leonardo Bruni) ne sont pas équivalentes. En effet, si le mot de République en est venu à qualifier un régime politique, les Romains ne désignaient pas un régime politique lorsqu’ils parlaient de la res publica (la « chose publique »). Cette notion lâche de « chose » (res), qui est sans doute le terme principal du syntagme, illustre en elle-même l’idée selon laquelle la res publica se situe souvent en-deçà du concept : elle désigne, de manière peu déterminée et peut-être très tôt, l’ensemble des affaires que les citoyens ont en commun et sur lesquels ils débattent et sont en conflit. Comme on s’en doute, un tel flou n’empêcha pas les réflexions concurrentes sur la nature et le contenu de cette res publica, bien au contraire : dès la fin du IIe s., alors que l’oligarchie « traditionnelle » (au sens où elle détenait le pouvoir depuis la fondation de la cité) était menacée par les réformes « populaires » des Gracques, elle s’interrogea sur la forme prise par les rapports entre citoyens. Une réflexion émergea, qui allait aboutir à une mise en forme théorique, proposée par Cicéron.

Vers le milieu du Ier s. (en 54 a.C.), l’orateur entend en effet réfléchir, dans son traité dialogué De Republica, à ce que peut signifier cette « chose publique ». Il développe notamment l’idée selon laquelle la chose publique est la chose du populus, étant entendu non pas comme un simple groupe d’hommes, mais comme une multitude réunie par des droits et des intérêts communs, liée par le consensus. Mais CM de rappeler, à juste titre, que le populus dont parle Cicéron est une création artificiellement unitaire, une abstraction juridique et philosophique sur laquelle repose la conception cicéronienne de la res publica, présentée comme res populi. Pourquoi une telle vision ? Parce que la survie du régime oligarchique – qui relevait d’une collectivité certes restreinte, mais existante –, dont Cicéron était l’un des défenseurs, impliquait d’empêcher qu’une faction ou un individu (par exemple un imperator) ne s’approprie le pouvoir. De ce point de vue, un système politique était légitime seulement s’il était fondé sur les lois et sur une abstraction de la puissance publique, celle du populus : la res publica était pensée comme abstraite pour éviter qu’elle ne devienne un pouvoir de chair. C’est pourtant ce qui se produisit lorsqu’Auguste instaura le Principat dès 27 a.C. : le pouvoir, autrefois collectif, devint plus personnel, la res publica se riva au princeps.

À partir de ce moment, la res publica ne renvoie plus tant au collectif fondé sur le primat des lois qu’à l’intégralité du pouvoir des Romains, placé sous contrôle du prince. Si elle évolue, dans sa forme comme sur le fond, la res publica ne s’achève pourtant pas avec l’avènement du Principat, qui continue d’utiliser le même langage politique. Auguste déclare par exemple avoir « restitué » (le terme fait débat) la continuité de la res publica, minée par presque vingt ans de guerres civiles. Avec le Principat, on n’est plus en « République », mais la res publica existe toujours, et le nouveau système politique se réfère constamment à l’ancien, afin d’y ancrer sa légitimité. Le langage « républicain » connaît même une forme d’inflation sous d’Auguste et CM signale que le célèbre « SPQR » (Senatus PopulusQue Romanus), désignant les piliers de la res publica, connut une large diffusion précisément à partir de l’époque augustéenne, par exemple sur une monnaie de 19 a.C.

Une telle continuité du langage politique, certes parfois réadapté ou infléchi, complique singulièrement l’étude des évolutions de la res publica, d’autant que les époques ultérieures vont, elles aussi, (re)mobiliser ces notions de res publica et de « République » sans toujours les distinguer, par exemple durant la Révolution Française. Le premier grand apport de CM est donc peut-être, dans cette émission comme dans son livre, de rappeler les décalages permanents entre les mots et les choses ainsi que de souligner les contradictions entre des lectures théoriques et pratiques de la res publica. Celle-ci existe avant la « République », traditionnellement entendue comme une période qui s’étend depuis la chute des rois en 509 a.C. jusqu’en 44 a.C. avec la mort de César, puis perdure à l’époque du Principat, c’est-à-dire sous « l’Empire ». De même, il y eut deux conceptions principales de la res publica : celle, surtout théorique, de l’unité et du consensus chère à Cicéron, et celle des conflits et des mouvements observables dans les faits, sur laquelle CM attire l’attention. Selon l’historienne, la res publica relève, au fond, de deux choses, liées entre elles : le conflit et le mouvement comme modalité d’existence (II) ; la liberté comme principe et comme horizon (III).

Les vagues de la cité : une res publica en mouvements et en conflits

À rebours de toute lecture théorique ou strictement formaliste qui évacuerait trop nettement la dimension sociale de la vie dans les cités antiques, CM rappelle avec raison que la res publica ne relève pas d’une quelconque « constitution » (au sens moderne), mais qu’elle doit plutôt être comprise comme une modalité de tissage civique permanent, dont le moteur principal est le conflit. C’est ce même conflit qui explique les variations des usages et discours portant sur la res publica en fonction des contextes politiques : pour le dire simplement, la res publica des Gracques n’est pas celle de Cicéron, ni de Tite-Live. Pour des raisons historiques et discursives, elles-mêmes historicisables sur le temps long, la res publica ne saurait donc être monolithique, précisément parce que ses recompositions et usages successifs procèdent d’une permanente dynamique conflictuelle. Au fil de l’émission, CM évoque ainsi la conflictualité qui caractérise Rome dès ses « débuts », lors de la révolution oligarchique de 509 a.C. qui vit la chute des rois, des grands conflits entre patriciens et plébéiens aux Ve et IVe s. a.C., du moment gracquien, de l’émergence des imperatores, enfin des guerres civiles de la deuxième moitié du Ier s. a.C.

Si de tels conflits existent et perdurent, c’est en raison même de la structuration de la société romaine. Dès le Ve s. l’idée de « chose » (res) fut par exemple élaborée dans le domaine des procès où se discutaient et de disputaient les affaires de la communauté. Plusieurs siècles plus tard, c’est lorsqu’une partie de l’oligarchie, dite « optimate », perçut l’action des Gracques comme une menace pour la res publica qu’elle prit des mesures officielles (d’ailleurs parfois litigieuses sur le plan du droit tel que nous l’entendons, nous Modernes) afin de réduire au silence une autre partie de l’oligarchie, dite « popularis », qui pensait que la res publica devait changer pour survivre. Ce conflit singulier aboutit à présenter certains citoyens, jugés dangereux par les optimates, comme des membres gangrénés du corps de la res publica, dans le but de justifier des mesures exceptionnelles de répression prises à leur encontre. Ce cas montre aussi que, même si les débats ont animé les savant.e.s pendant quelques décennies, il est aujourd’hui possible de soutenir que la res publica ne fut pas une démocratie, mais bien un système oligarchique, fondé sur une hiérarchie censitaire conférant plus de droits à ceux qui étaient les plus aptes à participer financièrement au fonctionnement de la cité. Enfin, comme dans le cas athénien, la participation institutionnelle demeura masculine : comme peut le dire CM, qui emprunte l’expression à P. Vidal-Naquet, la conduite de la cité est le fait d’un « club d’hommes ». L’expression serait sans doute moins juste pour ce qui concerne le politique, entendu comme ensemble des modalités du tissage civique dans leurs dimensions extra-institutionnelles, mais l’émission n’aborde pas de ce sujet précis.

La res publica est donc pensée par CM comme le résultat de l’action des citoyens dans le domaine des affaires publiques, comme une « chose » tirant sa substance de conflits de différents degrés qui découlent de l’action publique, depuis la joute oratoire jusqu’à la violence armée la plus aiguë. C’est l’intensification de ces conflits qui expliquerait l’inflation de textes qui, évoquant la res publica à partir de la fin du IIe s. a.C., se mirent de plus en plus à souligner l’importance de la « liberté » des citoyens, au moment même où celle-ci paraissait menacée. En ce sens, la res publica est indissociable de cette notion de libertas, pour laquelle les différentes composantes de la cité romaine s’affrontèrent et tissèrent, par ce biais, leurs liens civiques.

Les fluidités de la liberté : res publica et libertas

Plusieurs fois au fil de l’émission, CM évoque la libertas, notion consubstantielle à la res publica. Peut-être dès l’époque royale (même si les sources demeurent difficiles à manier), il put y avoir des lois, un Sénat et/ou des magistrats, c’est-à-dire des institutions destinées à encadrer la vie civique. De ce point de vue, le changement intervenu en 509 a.C., qui inaugure la « République », marque l’avènement de la liberté en réaction à la tyrannie, plutôt qu’elle ne signifia un changement de régime à proprement parler : le pouvoir demeura oligarchique et une élite prit la place d’une autre à la tête de la cité. Cependant, une différence notable était la marge de manœuvre qui était théoriquement dégagée par cette nouvelle organisation, fondée sur la collégialité du pouvoir, sur l’annualité des charges et sur la tenue régulière d’assemblées. C’est cet ensemble, lentement stabilisé entre les Ve et IIIe s. a.C., qui assurait la libertas des citoyens et qui fut ébranlé au IIe s. a.C. Il est en cela logique que l’époque (tardo-)républicaine ait été traversée par ce thème de la libertas, cette liberté étant menacée par le pouvoir des imperatores, qui conduisit finalement au Principat.

Toutefois, comme dans le cas de la res publica, le Principat marqua non pas la disparition effective de la libertas, mais engendra sa polarisation autour de la figure de l’empereur. Si la res publica était désormais l’apanage du prince, alors les Romains pouvaient exercer une forme de contrôle théorique sur celui qui était en charge des affaires. Toutefois, ces modalités de contrôle n’étaient plus les mêmes qu’à l’époque républicaine : elles passaient désormais par des lieux et formes d’interactions qui n’étaient plus tant ceux de la vie institutionnelle classique, mais plutôt ceux de la théorie politique (l’insistance sur les vertus du prince), des liens entre l’empereur et son armée ou bien de la confrontation avec la plèbe urbaine lors des spectacles : Ovide, poète d’époque augustéenne, peut ainsi écrire que « le bruit des trois théâtres [de Pompée, de Marcellus et de Balbus] remplace celui des trois Forums [le Forum républicain, le Forum de César et celui d’Auguste] ». Si la res publica perdura à l’époque impériale et si des conflits (parfois amoindris) continuèrent d’en constituer le moteur, il en alla de même pour la libertas, principe originel de la cité romaine autant qu’horizon poursuivi par ses citoyens.

Remarques conclusives

Cette émission de France Culture constitue une sorte de résumé dialogué de certains points du Res publica : Histoire romaine de la chose publique publié par Claudia Moatti en 2018, où l’auteure rend sa complexité intellectuelle et politique, son unité thématique et son épaisseur historique au concept de res publica, pierre angulaire de la cité et de la culture politique romaines. Les mises au point que propose ici l’auteure seront d’abord précieuses aux enseignant.e.s du secondaire ou du supérieur qui voudraient disposer d’une sorte de synthèse réflexive à jour autour de ces notions faussement proches de « République » et de « res publica », dont la centralité dans le monde romain n’est plus à démontrer et dont l’omniprésence dans les discours politiques et médiatiques actuels doit sans cesse nous interroger. En essayant de lier l’analyse des discours à l’étude des pratiques politiques, afin de loger la res publica à leur croisement, cette émission participe aussi d’un effort plus large de sensibilisation aux pièges et aux méandres de la communication politique, qu’elle soit antique ou moderne. Au fond, en appeler sans cesse, à la télévision comme dans les journaux, à un supposé consensus « républicain » révèle, en miroir, que ce sont bien les conflits et les questions soulevées par les manières de les gérer qui fondent cette « chose » publique.

Lien vers l’émission : A Rome, la république en toge.

Pascal Montlahuc,

Université de Paris

[1] Voir Th. Lanfranchi, « Rome est-elle dans Rome ? Les avatars de la res publica », Critique, 864, 2019, p. 418-429.

[2] Ce texte a bénéficié des relectures de J. Bondoux, Fr. Hurlet et R. Millot : qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

Pour aller plus loin. Visionner notre séminaire de Claudia Moatti « Res publica. Quelques réflexions romaines sur la chose publique » (2017).
Citer cet article comme : Pascal Montlahuc, à propos de Les ondes de la chose publique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/10/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21737.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search