Les voyages d’Hadrien

Tilloi d’Ambrosi (D.), Les voyages d’Hadrien. Sur les traces d’un empereur nomade. Paris : Les éditions Arkhè, collection Homo Historicus, 2020. – 205 pages. – ISBN : 9782918682677.

Crédit image. Première de couverture – Arkhê éditions

Incontestablement pourvu de dons multiformes, mais immensément colérique, au point de crever un œil à l’un de ses secrétaires, Hadrien, depuis l’Antiquité, n’a jamais laissé les historiens indifférents. Son amour immense pour les voyages, qui inlassablement lui fit arpenter trois continents, peut être illustré par des positions aussi différentes qu’opposées. Était-il un parfait dilettante passant trop de temps dans des chasses acrobatiques à l’épieu, notamment en Grèce, voire un amateur d’excursions, comme celle qui le vit gravir l’Etna pour admirer le lever du soleil, comme l’affirment certains de l’Antiquité jusqu’à nos jours ? Fut-il au contraire un homme d’État, inlassablement présent partout, inspectant en Afrique l’armée romaine au camp de Lambèse, ordonnant en Grèce la construction de retenues d’eaux destinées à limiter les débordements du lac Copaïs (Béotie), quittant Rome ou son refuge d’Athènes pour rencontrer les notables des cités, mais aussi de plus humbles qui obtinrent parfois des remises de dettes (p. 29-30), dans de nombreuses provinces d’Orient et d’Occident ? Face à ces problématiques aussi opposées que tranchées, Dimitri Tilloi d’Ambrosi a pris position et cela se voit dès la lecture du sommaire de son ouvrage destiné à faire resurgir les « traces d’un empereur nomade ». En effet, malgré l’affirmation d’une source selon laquelle, à force de voyager souvent à pied et sans chapeau, Hadrien finit tout simplement par mourir, celui-ci n’a pas arpenté le monde pour son seul plaisir ou pour flatter son ego. Ces voyages étaient soigneusement préparés, comme le montre, en direction de l’empereur voyageur, une correspondance d’Arrien qui demandait habilement des instructions en disant : « si tu décides de “pousser” jusqu’au Pont-Euxin… ».

Voilà qui nous amène à l’examen de la matérialité de la chose, qui fait l’objet d’un premier chapitre, même si, pour des raisons d’économie typographique, certainement imputables à l’éditeur, ce mot ne figure pas dans le sommaire (p. 23, Sur la route avec le maître de Rome). Indiscutablement il faut ici commencer par le commencement et voir l’immense problème logistique posé par ces déplacements. Cela permet au lecteur de bien se persuader que le mouvement relevait du colossal. Car Hadrien voyageait avec des compagnons (comites), des membres de son Conseil (consilium principis) (p. 40), des titulaires de la haute administration, des sénateurs, des chevaliers romains, des courtisans, des cohortes d’ouvriers et d’architectes, des soldats chargés de veiller sur sa personne (p. 27), qui n’empêchèrent cependant pas une tentative d’attentat à Tarragone, déjouée par Hadrien lui-même, sans jamais réclamer comme accompagnement le faste qu’avaient exigé Caligula ou Néron (p. 28). Certes, on ne disait pas encore, comme l’affirma plus tard, le vieux Pompeianus à Commode « Rome est là où est le princeps », mais c’était tout comme. Le préfet d’Égypte en sut quelque chose en 129, puisqu’en vue d’une visite impériale, il dut réquisitionner 200 artabes d’orge, 3 000 bottes de foin, 372 cochons de lait, 2 000 moutons et, bien évidemment, des olives et de l’huile (p. 35). Tout cela, on le voit, représentait une gigantesque machinerie, et l’on ajoutera aux éléments matériels relevés dans ce premier chapitre que le transport des chevaux du Prince, dans des bateaux spécialement aménagés, ne relevait ni de l’évidence, ni de la facilité.

Le chapitre 2 est consacré à la veille voyageuse d’Hadrien dans ses aspects militaires (Voyager sous le signe de Mars), avec l’examen d’une politique en apparence contradictoire. Comment concilier, en effet, une sollicitude jamais démentie face à l’armée, bien illustrée par l’inspection de la IIIa legio Augusta à Lambèse en 128, et une politique pacifiste qui vit l’abandon de certaines conquêtes de Trajan et la mise en place de ce que l’on peut appeler un empire « remparé », verrouillé, que symbolise très bien la construction du limes breton ? La réponse de D. Tilloi d’Ambrosi repose sur l’examen précis de la chronologie de la mise en place de ce mur. La dendrochronologie permet d’affirmer que la construction du mur breton a commencé à l’hiver de 119-120… c’est-à-dire à une époque où Hadrien n’était pas encore arrivé en Bretagne (p. 52). En un mot ses ordres relevaient d’une politique parfaitement réfléchie, puisque la décision fut prise seulement deux ans après avoir succédé à Trajan. Il y avait indiscutablement là une volonté pacifiste de la part d’Hadrien, non par un refus vis-à-vis de l’armée, son passé en cette matière suffisait à prouver le contraire, mais parce qu’il avait compris que le temps des grandes pulsions conquérantes à la façon de Trajan n’était financièrement plus possible. De là, tout en en veillant sur la disciplina (p. 67), au moyen d’inspections multiples « des forts et des tours » ou en rendant visite aux soldats malades ou blessés, une volonté de défendre et de porter à son plus haut niveau un empire qu’il souhaitait rendre le plus prospère possible, grâce précisément au maintien de la « paix dans tout l’univers » selon une source (p. 60). Le rayonnement de l’Empire romain devait y trouver son compte, comme l’exaltation des vertus du Prince (p. 74).

Après l’armée viennent les civils et leurs dieux, objets du chapitre 3 (Des cités, des hommes et des dieux). Là, nous pouvons dire qu’Hadrien donna toute sa mesure. Car cet homme orgueilleux, parfois arrogant sur le plan intellectuel, fit preuve d’une immense sollicitude. Il est vrai qu’incontestablement la cité constituait « l’unité de base de l’Empire » (p. 77). C’est certainement pour cela que dans celles où il passa Hadrien fit construire, parfois à ses frais, des édifices ou donna des jeux, l’Italie n’étant jamais oubliée dans ces générosités (p. 79). L’entrée du Prince dans une cité était aussi un moment de fête avec érection de statues ou d’arcs honorifiques. Vu l’étendue géographique des voyages d’Hadrien cela se produisit de nombreuses fois jusqu’aux rivages de l’Océan (p. 86) ou de la mer Égée à l’Euphrate (p. 93), de la Grèce à la Syrie (p. 109) avec un tempo particulier dans une ville chère à son cœur, Athènes (p. 101), où il fit notamment construire un immense temple à Zeus olympien. Dépassant leurs aspects architecturaux, religieux, techniques ou civiques, ces réalisations assuraient certainement la promotion des cités comme le dit D. Tilloi d’Ambrosi. On peut ajouter qu’elles tissaient des liens très forts entre les hommes de ces mêmes cités et le pouvoir central, en un mot relevaient d’une politique cohérente, dans cet empire « remparé » qu’avait voulu Hadrien.

Le chapitre 4 envisage Hadrien comme Explorateur de toutes les curiosités, parmi lesquelles l’Égypte tenait une place à part. Rien d’étonnant dans cette situation puisque cette province était l’exploratrice de tous les espaces de l’au-delà, ce qui ne pouvait que convenir à l’astrologue véritablement professionnel qu’était Hadrien. À la vallée du Nil, on ajoutera cet Orient qui permettait à Hadrien de confronter ses lectures à la réalité, une sorte de « Grand Tour » avant sa mise en place au XVIIIe siècle (p. 127). La rencontre était alors avec toutes les « curiosités du monde », le colosse de Memnon tenant la première place (p. 131), peut-être avant Troie, alors un site presque abandonné (p. 138).

Avec le chapitre 5 (Animula, vagula, blandula), nous finissons par croiser la mort, avec celle d’Antinoüs, l’amant et le favori de l’empereur, qui, probablement, se suicida en Égypte, peut-être pour donner, par la magie, un supplément de vie à Hadrien, et celle de ce dernier à l’âge de soixante-deux ans, celui fixé par ces astres qui, pour lui, commandaient son destin. Il passa ses dernières années dans l’immense villa, ornée d’une foule de statues, qu’il avait fait construire à Tibur (aujourd’hui Tivoli). Ainsi finissait dans l’esthétisme, un Prince lettré, voyageur infatigable, au service, selon ses dires, des hommes d’un empire qui se voulait universel, dont il ne sut pas toujours se faire aimer, malgré l’importance de l’investissement de ce grand voyageur dont D. Tilloi d’Ambrosi, en suivant ses pas, a méticuleusement rendu compte.

Yves Roman,

Professeur d’histoire ancienne – Université Lyon II

Citer cet article comme : Yves Roman, Les voyages d’Hadrien, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/11/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21803.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search