Les Gaulois dans la littérature jeunesse

Les Gaulois dans quelques ouvrages récents destinés au jeune public

Introduction

Crédit image. Première de couverture – Tallandier

Les Gaulois envahissent la littérature jeunesse. Chaque nouvelle série, destinée aux jeunes lectrices et lecteurs, consacre un ouvrage aux Gaulois. Il faut s’en réjouir car les Gaulois souffrent encore d’une image stéréotypée et souvent erronée. Mais les ouvrages récents destinés au jeune public ont-ils pour ambition et parviennent-ils à donner des Gaulois une image tenant compte des dernières connaissances scientifiques ? Si tel est le cas, ne risquent-ils pas de rebuter leur public ? Trois ouvrages récents sur les Gaulois, parus dans trois collections destinées au jeune public : « Cétéki » chez Tallandier1, « Le fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino » chez Dupuis2 et « Premiers Castordoc » chez Flammarion3 méritent notre attention. Si les stéréotypes persistent concernant les Gaulois auprès du grand public, les livres destinés à la jeunesse ne peuvent être incriminés. Les trois ouvrages dont il est question ici ont en commun des connaissances actualisées et une approche didactique plus ou moins affirmée, même s’ils adoptent des démarches quelque peu différentes.

La forme

Crédit image. Première de couverture – Dupuis

De petite taille, leur nombre de pages (allant de 43 pages pour « Le fil de L’histoire » à 127 pages pour le « Cétéki ? » et 61 pages pour « Premiers Castordoc ») traduit l’importance accordée à la transmission d’informations, selon chacun de ces livres. Tous ont une volonté didactique, en proposant des repères spatiaux (avec des cartes présentant les peuples gaulois ou expliquant le déroulement de la Guerre des Gaules) et des repères chronologiques (avec des frises), mais aussi un lexique et une table des matières. Le caractère ludique est également présent dans les trois ouvrages, avec des quiz ou des jeux. Les illustrations ont un statut différent, selon la collection. Le dessin passe avant le texte, avec un format bande dessinée dans « le Fil de l’histoire » : les objets, œuvres archéologiques ou historiques et cartes sont redessinés par l’illustrateur. À l’opposé, dans la collection « Cétéki ? », le texte occupe la place centrale. Les illustrations sont peu nombreuses, elles n’ont pas vocation à restituer un cadre de vie, mais à inviter le lecteur à entrer dans le sujet avec humour. La collection « Castordoc », avec une mise en page plus documentaire, accorde une place plus conséquente aux images : pas une page sans une photographie d’objets découverts lors de fouilles archéologiques4. Quelques illustrations et photographies de reconstitutions viennent les compléter. Les textes sont courts, structurés par de nombreux titres et sous-titres, ou consistent en légendes de documents et encarts.

Ces trois ouvrages ont en commun une approche attractive, plus ou moins didactique, des connaissances scientifiques actualisées et, ce qui est nouveau, prennent en compte les avancées historiographiques sur les Gaulois.

L’actualisation des connaissances et la prise en compte de l’historiographie

Si quelques idées préconçues demeurent, l’objectif de chacun de ces livres est clairement de les dénoncer.

Crédit image. Première de couverture – Flammarion

Dans l’ouvrage le plus ancien, À la découverte des Gaulois, publié chez Flammarion, quelques poncifs persistent : tous les Gaulois ont une moustache, la fumée s’échappe encore du toit de chaume de la hutte gauloise et les femmes sont cantonnées à des tâches ménagères. Pourtant, un véritable questionnement sur l’état des connaissances est mené, comme sur le sens à donner à « la Gaule chevelue », à attribuer à la longueur des cheveux des Gaulois ou au couvert forestier. Il est bienvenu que l’ouvrage n’utilise que des vestiges archéologiques et aucune représentation du XIXe siècle.

Dans l’ouvrage le plus récent, Les Gaulois, 50 drôles de questions pour les découvrir, tout le texte est axé sur la dénonciation des erreurs sur les Gaulois et la prise en compte des données scientifiques les plus récentes, à travers des questions telles que « La Gaule était-elle couverte de forêt ? ». La question des moustaches et des cheveux des Gaulois ou encore le rôle des femmes sont bien sûrs envisagés. Dans la page intitulée « Et les Gauloises, alors ? », il est souligné que les sources grecques et romaines font état que les femmes gauloises effectuaient le même travail que les hommes et avaient une place reconnue dans la société. Le même souci se retrouve dans les illustrations : la plupart des Gaulois – et même Vercingétorix ! – n’ont pas de moustache. Les bilans de la Guerre des Gaules et de la romanisation sont nuancés, alors que nombre de manuels scolaires les présentent encore comme des bienfaits qui ont permis la civilisation des Gaulois au déni de leur culture. Ces éléments sont suffisamment rares dans les ouvrages destinés au jeune public pour être remarqués.

Dans l’ouvrage Les Gaulois, sacrés ancêtres, le fil conducteur du récit est la moustache des Gaulois, signe que les travaux menés depuis plusieurs dizaines d’années par des chercheurs, comme Christian Goudineau5, ont fait leur chemin. La construction du mythe est cependant évoquée à partir des célèbres représentations du XIXe siècle, la statue d’Aimé Millet, le tableau de Lionel Royer, mais aborde aussi le rôle de l’école dans l’élaboration de l’imaginaire gaulois.

Dans les trois ouvrages, les connaissances sur les Gaulois sont actualisées, avec plus au moins de précisions selon la taille du livre. Dans la collection « Le fil de l’histoire raconté par Ariane & Nino », la brièveté du format ne permet peut-être pas de réellement comprendre la complexité des enjeux historiographiques, alors qu’avec un texte nettement plus long, l’ouvrage de la collection « Cétéki ? » donne le temps de développer ces questions.

Une volonté d’en finir avec Astérix ?

Parmi les erreurs couramment dénoncées, reviennent constamment les idées véhiculées dans Astérix le Gaulois, comme si les livres documentaires sur les Gaulois représentaient une sorte d’antidote pour les amateurs et amatrices de la bande dessinée.

Ainsi, dans l’ouvrage de la collection « Cétéki ? », s’il n’y a aucune référence à Astérix dans les illustrations, elles sont en revanche très nombreuses dans le texte et les questions qui organisent l’ouvrage : « Pourquoi les Gaulois aiment-ils autant la bagarre ? », « Portent-ils leur chef sur un bouclier ? », « Boivent-ils vraiment de la potion magique ? », « Mangent-ils vraiment du sanglier rôti tous les dimanches ? », « Pourquoi Obélix a-t-il tout faux ? ». Cependant, la reproduction de ces stéréotypes est loin de se limiter à la célèbre bande dessinée. Ils sont aussi présents dans nombre de revues de vulgarisation, voire d’expositions dans les musées.

Dans À la découverte des Gaulois, publié chez Flammarion, les personnages inventés par Goscinny et Uderzo, sont invoqués pour expliquer le rôle joué par la bande dessinée et en souligner quelques incohérences. N’est-ce pas le travers de certains ouvrages de jeunesse de transmettre à la fois les stéréotypes et leur remède ? Ne serait-il pas plus efficace de renoncer à présenter des connaissances qui seront ensuite dénoncées ? Il en va ainsi pour toutes les références à Astérix, présupposées connues des enfants, (et c’est peut-être de moins en moins le cas…). N’en déplaise à ceux qui achètent les livres, souhaitant transmettre à leurs enfants leurs émotions nostalgiques de lecteurs, la bande dessinée, quel que soit son intérêt et ses qualités, n’est peut-être pas la meilleure source d’information pour traiter des Gaulois. On peut espérer que les jeunes lecteurs et lectrices, débarrassés de la référence à Astérix, intégreront de moins en moins ses stéréotypes, afin que les connaissances sur les Gaulois puissent simplement être exposées sans forcément s’y référer. La bande dessinée pourra alors être lue pour ce qu’elle est, un divertissement humoristique et non une source documentaire sur les Gaulois.

La démarche privilégiée

Ces trois ouvrages se distinguent surtout par l’importance qu’ils accordent soit à l’archéologie, à l’historiographie ou au questionnement scientifique, même si aucun ne fait l’impasse sur l’un de ces aspects.

Le livre À la découverte des Gaulois, paru chez Flammarion dans la collection « Premiers Castordoc » privilégie la démarche archéologique. Il commence par une double page sur les méthodes archéologiques pour connaître le passé et s’appuie systématiquement sur des objets ou des éléments découverts lors de fouilles. Comme il s’adresse à des enfants « dès 8-9 ans », c’est-à-dire des élèves de cycle 3 (ce qui correspond aux classes de CM1, CM2 et 6e), il peut constituer un bon complément au cours de CM1. Les Gaulois sont abordés lors de la première leçon d’histoire de l’école élémentaire6. Si les Gaulois ne figurent pas au programme d’histoire de 6e, lorsque les élèves abordent, deux ans plus tard, le monde romain, le format documentaire de cet ouvrage peut aussi être utile aux élèves.

La volonté de se rapprocher du monde éducatif est affirmée également par le choix des auteurs de ces ouvrages. S’ils sont avant tout des spécialistes de la littérature jeunesse, les livres des collections « Cétéki ? et « Le fil de l’histoire » ont fait appel à deux professeurs d’histoire-géographie.

L’ouvrage Les Gaulois, sacrés ancêtres, publié aux éditions Dupuis, dans la collection « Le fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino », est sans doute celui dont la démarche est la plus historiographique. Il propose un dialogue, certes un peu artificiel, entre le candide Nino et l’érudite Ariane. Ce dispositif permet d’introduire le vocabulaire spécifique au fil du texte, sous forme de réponses apportées par Ariane aux questions de Nino, sans avoir recours au lexique. Le livre sous forme de bande dessinée, avec peu de pages, est plus attractif pour les enfants qui aiment peu lire. De plus, les narrateurs sont des enfants et non pas des historiens ou des historiennes, ce qui peut faciliter l’accès à des connaissances sommes toutes pointues, puisqu’il s’agit de porter un regard sur la façon dont on envisage les Gaulois depuis plus d’un siècle. L’échange entre les deux enfants permet en outre de distiller des connaissances actualisées sur les Gaulois.

Le questionnement scientifique est privilégié dans Les Gaulois, 50 drôles de questions pour les découvrir, paru aux éditions Tallandier, dans la collection « Cétéki ? ». La démarche présente l’intérêt de partir de questions. Cependant, la complexité de certaines interrogations ne correspond pas à des questions que se poseraient des enfants. Le livre s’adresse donc autant aux adultes curieux de découvrir le sujet qu’à des enfants bons lecteurs. Il peut cependant être difficile d’accès pour les jeunes lecteurs et lectrices qui n’ont aucune connaissance sur le sujet et que la longueur du texte pourrait rebuter. En outre, les petits encarts, intitulés « Le savez-vous ? » peuvent donner envie de s’intéresser aux 50 points très complets abordés dans l’ouvrage. Les questionnements reposent le plus souvent sur des idées reçues et les connaissances précises tant historiques, archéologiques, qu’historiographiques ont pour ambition de dénoncer les stéréotypes habituels sur les Gaulois.

Conclusion

Ces trois ouvrages récents parviennent à donner des Gaulois une image tenant compte des dernières connaissances scientifiques. On ne peut que se réjouir de la publication de livres intelligents sur les Gaulois. L’histoire gauloise n’étant quasiment pas enseignée au collège et très rapidement à l’école élémentaire, la littérature jeunesse joue un rôle particulièrement important dans la construction de nos imaginaires personnels et collectifs. La diversité de l’offre de littérature jeunesse, comme l’atteste les trois ouvrages évoqués ici, permet à des publics très différents de trouver l’ouvrage qui lui convienne.

1 Lamoureux Sophie et Zelda Zonk, Cétéki Les Gaulois ? 50 drôles de questions pour les découvrir !, Tallandier jeunesse, 2019.

2 Erre Fabrice et Savoia Sylvain, Les Gaulois sacrés ancêtres, Collection « Le fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino », Dupuis, 2018.

3 Fumet Emmanuelle et Jouvray Jérôme, À la découverte des Gaulois, Premiers Castordoc, Flammarion, 2007, édition 2013.

4 Notons une petite erreur d’attribution concernant le casque datant de l’âge du Bronze découvert à Agris (16), p. 25, dont la légende indique qu’il provient d’Alise-Sainte-Reine, ce qui est faux tant géographiquement que chronologiquement ; il s’agit d’une confusion avec la légende p. 27.

5 Goudineau Christian, « Par la barbe et la moustache de nos aïeux », in Regard sur la Gaule, Paris, Éditions Errance, 1998, p. 45.

6 Le chapitre du programme officiel, paru en 2016, s’intitule « Et avant la France ? Quelles traces d’une occupation ancienne du territoire français ? Celtes, Gaulois, Grecs et Romains : quels héritages, des mondes anciens ? ».

Aurélie Rodes,

Docteure en science de l’Antiquité et professeure d’histoire-géographie

Citer cet article comme : Aurélie Rodes, Les Gaulois dans la littérature jeunesse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/11/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21820.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search