Hippocrate ou Galien, quel médecin traitant choisir dans l’Antiquité ?

Au mois de mai de cette année 2020, Xavier Mauduit nous a proposé, dans son émission Le Cours de l’Histoire (diffusée par la radio France Culture), un cycle de 4 épisodes consacrés aux soins apportés aux corps, ce que peuvent nous en apprendre les pratiques anciennes ou venues d’ailleurs, mais aussi les rites et rituels parfois « magiques ». Le lundi, un premier épisode était dédié aux rites permettant d’accompagner la maladie et la mort dans les sociétés (en compagnie de l’excellent Philippe Charlier). Puis ont été abordés l’histoire de la médecine chinoise le jeudi (avec Frédéric Obringer) et les soins dans l’Egypte pharaonique le vendredi (racontés par la passionnante et passionnée Amandine Marshall).

Mais c’est l’épisode du mardi 19 mai qui nous intéresse plus particulièrement ici : Véronique Boudon-Millot était, ce jour-là, invitée à la Maison de la Radio par Xavier Mauduit pour discuter d’Hippocrate et de Galien, ces deux « pères » de la médecine, tous les deux Grecs, mais séparés par près de 700 ans. Mme Boudon-Millot est directrice de recherche au CNRS et membre de l’équipe « Médecine grecque » du laboratoire (UMR 8167) « Orient & Méditerranée » à l’université de Paris-Sorbonne (Paris 4) qu’elle dirige jusqu’en 2018. Elle est une des plus grandes spécialistes francophones de Galien dont elle a publié la biographie (Galien de Pergame : un médecin grec à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2012). Elle a consacré une grande partie de ses recherches à l’œuvre de celui-ci et a édité certains volumes de Galien (les tomes 1, 2, 4 et 6) dans la collection « Budé ».

Galien est un personnage très intéressant pour qui veut travailler sur la médecine de l’Antiquité, et ce pour plusieurs raisons. Il est un auteur prolifique, qui a rédigé des centaines de traités, bien qu’une partie seulement nous soit parvenue. Ces fragments, constitués de milliers de pages, représentent toutefois à eux seuls environ 15% de l’ensemble de la littérature grecque dont nous disposons. De plus, Galien a lu toute l’œuvre d’Hippocrate, il se place sous son patronage et il a consacré une partie de sa propre œuvre à commenter les écrits du Corpus hippocratique. S’il n’est pas le premier à se frotter à cet exercice, les commentaires de Galien revêtent un caractère systématique et couvrent presque l’ensemble de la soixantaine de traités du Corpus. Des générations de médecins ont étudié et enseigné Hippocrate presque exclusivement à travers les commentaires de Galien. Enfin, le célèbre médecin de Pergame est un personnage attachant car, fait rare pour un auteur antique, nous avons dans ses écrits de nombreux éléments sur sa vie : il se livre à la fois sur sa famille, son enfance, ses différentes expériences ou encore ses lectures. Il nous laisse également sa « bibliographie », la liste des traités qu’il a rédigés, et nous disposons d’un inventaire de ce que contenait sa bibliothèque lorsque l’incendie de Rome, en 192, détruit son cabinet : le traité Ne pas se chagriner, que l’on pensait perdu et qui est miraculeusement retrouvé dans un monastère de Thessalonique, contient une lettre adressée par Galien à un de ses compatriotes, resté à Pergame, et qui constitue le témoignage très important d’un inventaire de ses livres, mais aussi de ses instruments, ses préparations, ses ingrédients…

Comme le rappelle l’invitée, cette œuvre monumentale qui nous est parvenue tient aux générations de scribes qui se sont succédés à la tâche. Les textes de Galien étant des textes d’usage, ils ont très souvent été copiés et les vieux manuscrits n’étaient pas conservés. Ainsi, les plus vieux dont nous disposons sont du XIe ou XIIe siècle. Ces nombreuses copies dressent nécessairement un écran entre l’auteur et nous, avec d’inévitables déformations. Le travail d’édition auquel se livre Mme Boudon-Millot (mais aussi Armelle Debru, Ivan Garofalo, Jacques Jouanna, Caroline Petit, Antoine Pietrobelli et John Wilkins, pour l’édition de la CUF) est de tenter de se rapprocher au mieux de l’auteur en se servant de l’ensemble des manuscrits existants (en grec ou dans des traductions arabes, latines, syriaques…) tout en essayant de combler les dix siècles de vide.

L’interview est ponctuée de quelques interludes venant appuyer le propos : deux lectures d’extraits de Galien par Daniel Kenigsberg, la chanson Bulletin de santé de Georges Brassens dans sa version live à Bobino en 1969, un extrait de Didier Bénureau dans son rôle du Dr Diafoirus pour le téléfilm Le Malade imaginaire (réalisé par Christian de Chalonge, 2008) et un court extrait des Folies amoureuses de Jean-François Regnard (1704). Le choix de ces « coupures » est globalement pertinent et apprécié.

Pour conclure, l’épisode du 19 mai 2020 est représentatif de la grande qualité de cette émission créée et présentée depuis un peu plus d’un an par Xavier Mauduit, tant sur la richesse et la clarté du propos que sur le choix de ses invités. Nous ne pouvons que lui souhaiter la longévité de l’émission dont elle a pris la suite (La Fabrique de l’Histoire d’Emmanuel Laurentin et ses 20 ans de diffusion). Néanmoins, le titre de l’épisode, « Hippocrate ou Galien, quel médecin traitant choisir dans l’Antiquité ? », est maladroitement énoncé, car il laisse sous-entendre un choix dont il n’est nullement question dans l’échange puisque Galien est bien ici le médecin idéal, un auteur complet qui a traité toutes les branches de la médecine et portant un enseignement global pour l’ensemble des connaissances médicales. C’est ce qui fait la force de son œuvre et explique son omniprésence dans les études de médecine au moins jusqu’à la Renaissance. Hippocrate n’est finalement abordé qu’à travers Galien et ses commentaires du Corpus hippocratique. Cette émission n’en constitue pas moins un bel aperçu de ce qu’est la médecine de l’Antiquité, que ce soit la consultation, la théorie des humeurs, la thérapeutique (et particulièrement la fameuse thériaque et ses 70 ingrédients, que l’on trouvait encore dans les pharmacies au XIXe siècle), mais aussi l’anatomie et la dissection.

Lien vers l’émission

Laurent Galopin,

Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Citer cet article comme : Laurent Galopin, Hippocrate ou Galien, quel médecin traitant choisir dans l’Antiquité ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/11/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21846.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search