« Joyeux anniversaire ! »

Comment fêtait-on un anniversaire privé chez les Romains ?

« Prononçons des paroles de bon augure ; voici que vient vers l’autel le dieu du jour anniversaire ; vous tous qui êtes là, hommes et femmes, que votre langue soit propice. Qu’on brûle un religieux encens dans le foyer, qu’on brûle les parfums que l’Arabe délicat envoie de sa terre opulente. Que le Génie soit présent pour voir en personne les honneurs qu’on lui rend, que de souples guirlandes ornent sa chevelure sacrée ; que des gouttelettes d’un nard pur découlent de ses tempes, qu’il se rassasie du gâteau libum et soit imbibé de vin pur, et qu’il acquiesce, ô Cornutus, à tout ce que tu demanderas »1.

À peine avais-je lu cette traduction des premiers vers d’un poème composé à la fin du Ier siècle avant notre ère par Tibulle pour un anniversaire de son ami Cornutus, que mon bureau s’illumina soudain et que je vis apparaître un personnage couronné de fleurs. « Qu’est-ce ? », m’écriai-je, saisie d’effroi. « Ne crains rien », me dit-il, « je suis le Génie que ta lecture, faite à voix haute, a appelé ! ». À demi rassurée par son aspect et son ton bienveillant, je m’enhardis à demander timidement: « Mais, qu’est-ce qu’un Génie ? » « Épineuse question ! », répondit-il, « De nombreux penseurs antiques, puis leurs successeurs au cours des âges, ont examiné ce sujet sans se mettre d’accord, d’autant plus que si je suis un dieu romain à l’origine comme on le voit d’après ma dénomination, la conception qu’on avait de moi a subi au cours des siècles l’influence des spéculations grecques par exemple sur le daimon et celle de religions étrangères. Pour l’instant contente-toi de la réponse de l’érudit Censorinus, au IIIe siècle ap. J.-C. : “Le Génie est le dieu sous la protection duquel chacun de nous vit dès sa naissance. Soit qu’il veille à notre naissance, soit qu’il naisse en même temps que nous ou même qu’il nous accueille et nous protège une fois nés, c’est sans nul doute de ‘faire naître’ (a genendo) que le Génie tire son nom”2. C’est la raison pour laquelle, je suis désigné ici, au premier vers, par l’adjectif Natalis, dont le sens originel est ‘lié à la naissance’, (g)nascor étant de la même racine que genendo. L’épithète natalis accompagne souvent dies. L’expression natalis dies, (dans laquelle le mot dies est parfois omis), désigne communément le jour de la naissance et le jour anniversaire. Il est quelquefois difficile lorsque Natalis est employé seul de déterminer s’il se réfère à l’anniversaire personnifié ou au Genius. Pourtant il me semble bien que, vu le contexte, c’est moi que le poète a voulu désigner ici, tout comme en 3, 11, 19, ce que fait également Ovide en Tristes, 3, 13, 2 et 5, 5, 133. J’accompagne l’être auquel je suis associé jusqu’à sa mort et je représente un peu sa personnalité. Quand il s’agissait d’un homme célèbre, mon culte a pu devenir public et avoir des interférences politiques : c’est le cas, par exemple, pour le Genius Augusti. D’un individu on a pu passer à plusieurs, et ainsi on a honoré le Genius populi Romani. On parle aussi du Génie d’un lieu. Si on me donne quelquefois l’apparence d’une personne, sur les peintures du mini sanctuaire appelé laraire dans la demeure familiale, en tant que génie du maître de maison, je suis souvent évoqué par un serpent à côté du Lare ou des Lares, divinités de l’emplacement de la construction (peut-être, selon quelques interprétations, les esprits des ancêtres), et des Pénates qui veillent sur l’intérieur de la bâtisse et, par conséquent, sur les provisions. Dans ces tableaux les serpents sont parfois au nombre de deux et on interprète le second comme représentant le Génie de la maîtresse de maison, ce que pourrait corroborer une indication de Censorinus4, mais, au vu des informations conservées, d’autres érudits se demandent si les femmes avaient un Genius ou si elles n’étaient pas simplement sous la tutelle de Junon5. On m’honore quotidiennement, mais on m’invoque en particulier lors des anniversaires de mon protégé en requérant ma présence, (car une prière latine commence toujours par une demande au dieu invoqué de venir). N’oublie pas qu’une fête d’anniversaire est chez les Latins une fête religieuse (Festus6 la classe dans les feriae privatae). Les participants doivent être vêtus de blanc, peut-être parce que le blanc est la couleur de la lumière du jour que l’être découvre à sa naissance, mais aussi parce qu’à Rome c’est le symbole de la joie et du bonheur. Comme dans toutes les cérémonies religieuses, étant donné la force performative efficiente que les Romains accordaient aux mots, il faut bien faire attention aux paroles qu’on prononce pour ne pas attirer le malheur ; il est très important de ne pas se tromper dans les formules sous peine d’irriter la divinité ; c’est pourquoi, cette hantise de ne pas commettre d’erreur, de ne dire que des mots favorables (lingua favere), peut amener à garder le silence (c’est la signification que prend parfois lingua favere). »

Intriguée par des usages si différents des nôtres, je m’enquis : « Dans ces occasions, n’es-tu honoré que par des paroles ? » « Non, répondit-il, on m’apporte aussi des offrandes, ainsi que l’indiquent les vers que tu viens de réciter, pour moi on jette sur le foyer de l’autel familial des grains d’encens, d’une valeur d’autant plus grande que ce dernier est importé d’une fabuleuse contrée lointaine, afin que leur odeur agréable me parvienne et m’environne. Pour les participants cela crée une atmosphère divine, matériellement par la fragrance et spirituellement en raison des images associées à ce produit que fournissait à Rome l’Arabie appelée « Heureuse » avec ses habitants raffinés (tener). On répand également du parfum sur ma statue, ici du nard pur très prisé et très cher, et on la couronne de fleurs, ce qui en plus de charmer les yeux, enchante l’odorat. On me gratifie aussi d’un gâteau rituel nommé libum, terme que Varron rattache à libare, ‘offrir aux dieux’7. C’est une pâtisserie spéciale confectionnée pour qu’une part en soit offerte aux divinités, en particulier lors des anniversaires (avant que les humains n’en mangent le reste8, ce qui symbolise une sorte de communauté entre homines et dei le temps de la cérémonie). Caton l’Ancien en a donné la recette9 : deux livres de fromage soigneusement pilé mélangées à une livre de farine de blé tendre avec un œuf, auxquels on peut ajouter du miel, comme dans le libum offert par Tibulle pour l’anniversaire de Messalla10 ; les sucreries sont une façon d’annoncer la douceur souhaitée pour la journée d’anniversaire et pour la nouvelle année de vie qu’elle ouvre, car, ainsi que le proclame Ovide, à Rome “les commencements ont valeur de présage”11. On m’offre aussi du vin pur (merum) qu’on répand sur ma statue ; en effet, si les Latins ne boivent eux-mêmes que du vin coupé d’eau, c’est du vin pur qu’ils offrent à leurs dieux. »

En pensant à ce que j’avais appris du culte des divinités à Rome, j’ajoutai : « Et quel animal sacrifie-t-on pour toi ? » Je vis alors le Génie faire un bond ! Il m’apostropha d’une voix indignée : « Ignorante », s’écria-t-il avec colère, « n’as-tu pas bien lu Varron, le plus savant des Romains ? Il explique pourtant que le jour où un être a vu pour la première fois la lumière de la vie j’interdis qu’il l’ôte à un autre être12. »

Vexée d’être traitée d’ignorante, j’argumentai voulant manifester ma science : «Cependant, le poète Horace, dans un passage où il décrit les préparatifs auxquels il s’adonne pour fêter chez lui l’anniversaire de son ami Mécène indique que “l’autel désire être aspergé par un agneau immolé”13. » Mon interlocuteur me fit remarquer : « Horace ne dit pas que l’agneau doit être immolé au Génie de Mécène. À l’autel familial on sacrifiait aussi aux Lares familiares ! Or, relis le Rudens de Plaute ; aux vers 1207-1208, un père de famille demande à sa femme de tout préparer pour qu’il offre un sacrifice aux Lares de sa famille et il lui indique “il y a à la maison des agneaux et des porcs prêts pour les dieux14”. » « Mais », hasardai-je, « ailleurs, ce même Horace écrit à son ami Aelius : “demain tu prendras soin de ton Génie avec du vin pur et un porc de deux mois en compagnie des serviteurs libérés de leurs tâches”15. » « As-tu noté », rétorqua-t-il, « qu’Horace n’indique pas qu’il s’agit de l’anniversaire d’Aelius ? Comme l’ode décrit une atmosphère hivernale, on peut penser qu’il parle d’une fête telle que les Saturnales16, d’autant plus qu’il précise que les esclaves seront dispensés de travail. En effet, les Saturnalia, en l’honneur de Saturne, se déroulent en décembre et commencent le 17 de ce mois ; leur durée, (la journée du seul 17 à l’origine), s’est allongée avec le temps. Ce sont des festivités très joyeuses, chômées. Non seulement les esclaves ne travaillent pas, mais toute différence sociale étant abolie, ils se comportent comme s’ils étaient égaux à leurs maîtres, partagent toutes les activités de ceux-ci sur un pied d’égalité ; parfois même les rôles sont inversés ! Ce ne sont que banquets, échanges de cadeaux, jeux interdits le reste de l’année, vêtements où l’on est à l’aise. Quelle belle période ! Mais assez là-dessus ; je ne compose pas un traité intitulé “Rome en fêtes” — cependant il faudra que j’y songe, car les fêtes d’une nation donnent une juste idée de celle-ci —. Revenons à notre sujet : sache que deux écrivains au moins, Martial17 et Lucien18, indiquent qu’on mange du porc lors des Saturnales. Il est vrai qu’ils ne disent pas explicitement si l’animal est immolé à une divinité.»

Coupant court à cette discussion, je passai alors à un autre sujet : « Lors d’un anniversaire, n’y a-t-il que le Génie qui soit honoré ? » « Non », répondit-il, « l’être humain que j’accompagne l’est aussi. Mais ces choses t’étonneront moins, car mutatis mutandis vous agissez encore de même. On rend visite à celui dont on célèbre le jour de naissance, — en particulier les clientes, ‘protégés’, vont voir leur patronus, ‘protecteur’ —, ou on lui envoie des compliments par écrit. La personne fêtée reçoit des cadeaux. C’est en quelque sorte une façon de commencer l’an nouveau du récipiendaire par des prémices magiquement contraignantes afin que toute la durée de cette année soit porteuse de bienfaits ! Dans le Satiricon de Pétrone, Trimalcion fait référence à un vêtement qu’un de ses clientes lui a offert pour son anniversaire. Le poète Martial cite également plusieurs types de dons. Certains de ces présents sont des livres — et vous en avez conservé quelques-uns, comme Le jour anniversaire de la naissance cadeau de l’auteur, Censorinus, à Caerellius —, ou des poèmes comme celui de Tibulle que tu traduis. Naturellement, la famille, les amis, les relations formulent des vœux de bonheur pour le héros du jour. La personne fêtée peut être un homme, une femme, un enfant, ce peut être un membre de la famille ou un ami, car on célèbre l’événement pour soi-même ou en l’honneur de quelqu’un d’autre (même en l’absence de l’individu en question, comme Ovide célébrant dans le lieu où il est relégué l’anniversaire de son épouse restée à Rome19). Et je passe sur les personnages politiques de premier plan, dont les anniversaires deviennent des fêtes publiques, avec des réjouissances offertes au peuple comme ce sera le cas pour les empereurs ; mais ce n’est pas le sujet que je traite ici ! »

« Comment se termine la journée ? » interrogeai-je encore, pleine de curiosité. « Pourquoi me demandes-tu ce que tu peux trouver dans l’ode 4, 11 d’Horace que tu évoquais à l’instant ? Le poète commence par déclarer “j’ai une jarre remplie d’un vin d’Albe de plus de neuf ans”20 ; il invite une dénommée Phyllis à apprendre des airs pour venir les chanter. Le nom grec de cette femme, ces recommandations, l’indication qu’il lui donne “il y a dans mon jardin une grande quantité de lierre avec lequel, éblouissante, tu pourras rattacher tes cheveux”, font comprendre qu’il s’agit d’une de ces musiciennes qui égaient les comissationes, d’autant plus que le lierre est une plante consacrée à Bacchus, dieu du vin. Une comissatio est une réunion qui peut suivre immédiatement le repas du soir, ou se tenir plus tard dans la nuit. On y boit, on y porte des toasts, on y cause, on y est diverti. Cela rappelle le symposion grec. Les convives sont oints de parfums et parés de couronnes faites de feuilles et de fleurs. Ils ne reçoivent ces couronnes que lorsque commence la comissatio. Chacun en a au moins deux, une autour du cou pour respirer ses effluves et une sur la tête. Certaines plantes sont censées avoir des vertus particulières comme le lierre qui passe pour préserver de l’ivresse ; d’autres ont valeur de symbole. À l’origine les couronnes étaient utilisées dans les cérémonies liées à la religion et indiquaient que celui qu’elles décoraient était momentanément placé à part, dans le domaine du sacré. Puis elles ont été considérées également comme une marque de joie21. On désigne, parfois par tirage au sort, un rex ‘roi’, qui décide dans quelle proportion l’eau sera mélangée au vin, le nombre de coupes que chacun boira, l’ordre du service etc. Pour l’anniversaire de Mécène, parmi les préparatifs, Horace signale que des flammes dansent en faisant tournoyer des tourbillons de fumée grisâtre ; on peut supposer que cela correspond à la cuisson d’un repas. Tous les témoignages latins, d’ailleurs, font état lors d’un anniversaire d’un repas, qualifié de natalicius (adjectif parfois substantivé), plus ou moins copieux selon le cas. Dans le milieu que fréquente Horace, pour son cercle d’amis il y aura donc une cena, ‘dîner’, suivie d’une comissatio. Néanmoins cena et comissatio ne sont pas spécifiques pour les anniversaires ; on peut en organiser en d’autres circonstances. »

Soudain, la sonnerie du téléphone me fit sursauter. Je me rendis compte que je m’étais endormie en traduisant Tibulle et que tout cet échange avec le Génie n’était qu’un rêve influencé par le début des Fastes d’Ovide où le poète imagine une conversation entre lui et le dieu Janus et que j’avais lu la veille !

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

1 Dicamus bona verba : venit Natalis ad aras ;/Quisquis ades, lingua, vir mulierque, fave./Urantur pia tura focis, urantur odores/Quos tener e terra divite mittit Arabs./Ipse suos Genius adsit visurus honores,/Cui decorent sanctas mollia serta comas ;/Illius puro destillent tempora nardo,/Atque satur libo sit madeatque mero,/Adnuat et, Cornute, tibi quodcumque rogabis (Tibulle, 2, 2, 1-9). Texte (avec modification partielle de la traduction) tiré de Tibulle et les auteurs du Corpus Tibullianum, texte établi et traduit par M. PONCHONT, Paris, Les Belles Lettres, 1950.

2 Genius est deus cuius in tutela, ut quisque natus est, vivit. Hic sive quod ut genamur curat, sive quod una genitur nobiscum, sive etiam quod nos genitos suscipit ac tutatur, certe a genendo Genius appellatur (Cens. 3, 1). Traduction et texte tirés de Censorinus, Le jour anniversaire de la naissance, texte établi, traduit et commenté par G. FREYBURGER avec la collaboration d’A.-M. CHEVALLIER, Paris, Les Belles Lettres, 2019.

3 Voir DE SETA, art. Natalis, dans Thesaurus linguae Latinae, vol. IX 1, fasc. 1, col. 126, lignes 50-57. Voir aussi Tibullus, Elegies, Text, Introduction and Commentary by R. MALTBY, Cambridge 2002, p. 387.

4 Voir Cens. 3, 3 qui déclare que dans les maisons où il y a un couple marié, certains pensent qu’il faut honorer les deux Génies.

5 Tibulle, 3, 12, 1, évoque une jeune femme qui pour son anniversaire offre de l’encens à Junon natalis et aucun Génie n’est mentionné dans ce poème. Junon est une des déesses qui œuvrent pour une naissance. R. Schilling (art. Genius dans Dictionnaire des mythologies et religions des sociétés traditionnelles et du monde antique, sous la direction de Y. BONNEFOY, Paris 1981) pense que « le parallélisme Genius – Iuno n’est qu’une construction tardive qui se rencontre pour la première fois chez Tibulle ». À noter que dans le poème dans lequel Ovide raconte comment il fête l’anniversaire de sa femme, il prie (Tristes, 5, 5, 13-14) : Optime Natalis[…] opto / […] huc venias, « Excellent dieu du jour anniversaire, je souhaite que tu viennes ici » (sans toutefois utiliser le terme Genius), et que dans Sénèque (Lettres à Lucilius, 110, 1) on peut lire que maiores […] singulis […] et Genium et Iunonem dederunt, « nos ancêtres attribuèrent aux êtres, chacun un, et un Génie et une Junon ».

6 Festus, 242.

7 Varron, La langue latine, 5, 106 et 7, 44.

8 Varron, La langue latine, 5, 106.

9 Voir la recette, notamment le mode de cuisson, dans Caton, De l’agriculture, 75. On peut remplacer la livre de farine de blé tendre par une demi-livre de farine de blé dur.

10 Tibulle, 1, 7, 54.

11 Traduction tirée de Ovide, Les Fastes, trad. et comm. par H. LE BONNIEC, Paris 1990 (1, 178 : Omina principiis inesse solent).

12 Voir Cens., 2, 2 qui indique comme sa source une œuvre varronienne intitulée Atticus ( = Varron, Logistorici, fr. 1 Semi).

13 Hor., Odes, 4, 11, 6-8 : ara […] avet immolato /spargier agno.

14 Plaute, Rudens, 1207-1208 : adorna ut rem divinam faciam […]/ Laribus familiaribus […]./ Sunt domi agni et porci sacres.

15 Hor., Odes, 3, 17, 14-16 : cras Genium mero / curabis et porco bimenstri / cum famulis operum solutis.

16 C’est une suggestion, parmi d’autres, qu’on peut lire dans F. PLESSIS et P. LEJAY, Œuvres d’Horace, Paris 1909, p. 159, note 1. Même interprétation dans J.-A. HILD, art. Saturnalia, dans C. DAREMBERG, E. SAGLIO, E. POTTIER, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris 1877-1919.

17 Martial, Épigrammes, 14, 70.

18 Lucien, Saturnales, 17.

19 Ov., Tristes, 5, 5.

20 Hor., Odes, 4, 11, 1-2 : Est mihi nonum superantis annum / plenus Albani cadus…

21 Voir E. SAGLIO, art. corona dans C. DAREMBERG, E. SAGLIO, E. POTTIER, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris 1877-1919.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, « Joyeux anniversaire ! », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/12/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21919.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. SACCHI dit :

    Bonjour,

    A la lecture de votre excellent article je me demandais comment les Romains connaissaient leur date de naissance puisque j’ai souvent entendu dans mes séminaires que les mentions, épigraphique ou non, sur leur âge étaient souvent erronées et il ne fallait pas le prendre comme argent comptant

    • Lucienne Deschamps dit :

      Bonjour,

      Il est vrai que les dates de naissance indiquées dans les documents antiques sont parfois peu sûres.
      Voyons d’abord comment elles sont notées dans le monde romain : si on ouvre, par exemple, la Vie des Douze Césars de Suétone, au livre II consacré au Divus Augustus, le « Divin Auguste », on lit en V 1 : « Auguste naquit sous le consulat de M. Tullius Cicéron et de C. Antonius, le neuvième jour avant les calendes d’Octobre » , (1) (dans notre façon de parler actuelle, cela équivaut au 23 septembre 63 avant notre ère). La date est donc indiquée pour les années par le nom des deux consuls en charge (qu’on qualifie d’éponymes puisqu’ils donnent leur nom à l’an). Or on constate que dans les documents littéraires ou historiques, il peut y avoir des confusions dans les noms de ces consuls. Ainsi, pensons au poète Lucrèce : sa date de naissance est très controversée et plusieurs années ont été proposées. A. Ernout, (2) après avoir examiné toutes les hypothèses semble pencher pour 99/98 av. n. è. et faisant allusion à la date de 94 av. n. è. qu’on peut tirer des additions de Saint Jérôme à la Chronique d’Eusèbe, (3) il écrit, p. VII-VIII : « Quant à l’erreur de Saint Jérôme (qui remonte peut-être à Suétone), elle proviendrait d’une confusion établie entre les consuls de l’an 656/98 Q. Caecilius et T. Didius et ceux de l’an 660/94 C. Caelius et L. Domitius ».

      Pourtant les allusions à des fêtes d’anniversaire sont multiples dans les textes latins parvenus jusqu’à nous. C’est la preuve que ces célébrations étaient très courantes. Or ces fêtes avaient forcément lieu à des jours précis. Une seule preuve suffira, tant c’est évident : dans son ode IV 11, le poète Horace déclare que l’anniversaire de son ami Mécène tombe le jour des Ides « qui fend Avril, mois de la Vénus marine », (4) c’est-à-dire le 13 avril. Ici le ton est enjoué avec un clin d’œil à l’érudition étymologique, puisque selon Macrobe (Saturnales, I 15, 17) idus était de la même famille que le verbe étrusque iduare qui signifiait « diviser ». Que Vénus patronne le mois d’avril était une croyance courante dans la Rome ancienne, Ovide au livre IV de ses Fastes consacré au mois d’avril l’explique longuement. Ce même Ovide indique qu’à son avis, le mot aprilis viendrait du nom grec Aphrodité équivalent du latin Vénus, et que la déesse tirerait son appellation hellénique de aphros, « écume » parce que la mythologie racontait qu’elle était née dans l’écume de la mer. (5)
      Donc, que l’on désigne la date d’anniversaire simplement comme Suétone ou d’une manière recherchée comme Horace, de toute façon on était au courant de cette date. Comment la savait-on, telle est la question. Elle était certainement connue grâce à la mémoire familiale. Chacun avait dû entendre dire fréquemment chez lui quand il était né et quand étaient venus au monde son père, sa mère et d’autres membres de sa parentèle.
      Mais il existait des documents officiels. On les trouve souvent mentionnés. Naturellement, au cours du laps de temps qu’a duré la Romanité, cela a évolué.
      On fait remonter au roi Servius Tullius l’institution du recensement quinquennal : les pères de famille citoyens devaient déclarer, en plus de leur patrimoine, leur nom, leur adresse, leur âge ainsi que celui des membres de la familia. À partir du Ve s. av. n. è. environ, ces listes furent conservées au tabularium qui était une section de l’aerarium du temple de Saturne sur le forum à Rome.
      On a surtout des témoignages sur les services de ce qu’on pourrait appeler « l’état-civil » à partir de l’Empire. Nombre d’auteurs y font allusion, tel à la fin du Ier – début du IIe s. de n. è. Juvénal (IX, 84). Mais par souci de brièveté, je me bornerai ici au passage datant du IIe s. de n. è. de l’Apologie d’Apulée (qu’on appelle aussi De magia) où Apulée parle de l’âge de son épouse, Pudentilla, qu’un certain Aemilianus (qui accuse Apulée de magie pour avoir réussi à séduire une riche vieille) présente comme une femme âgée (Apol. 89) : « Quant à l’âge de Pudentilla, à propos duquel tu as menti effrontément en disant même qu’elle s’était mariée à soixante ans, je te répondrai en peu de mots : car il n’est pas nécessaire de discuter davantage d’une chose aussi évidente. Comme tout le monde (more ceterorum), son père a déclaré (professus est) qu’il lui était né une fille. Les documents (tabulae) sont conservés et dans les archives publiques (tabulario publico) et à son domicile : les voici, tu les as sous les yeux ». Puis s’adressant au greffier du tribunal où se déroule le procès, Apulée demande : « Présente ce document à Aemilianus : qu’il en examine le fil de lin, qu’il reconnaisse les sceaux, qu’il lise les consuls, qu’il compte les années ». Sur ces archives publiques dans la ville de Rome, à propos de l’expression populi tabularia qu’on lit dans les Géorgiques de Virgile (II 502) à la fin du Ier s. av. n. è, le commentateur Servius, (qu’on situe fin IVe – début Ve s. de n. è.) écrit : « C’est là que sont conservés les actes publics ; il veut dire le temple de Saturne où d’une part se trouvait le trésor public et où d’autre part étaient déposées les déclarations que faisaient les parents lorsqu’ils avaient reconnu leurs enfants en les soulevant ». (6) Avant l’instauration de ce service d’état-civil, — ou même après, en cas d’oubli d’une formalité, de perte, etc. —, la connaissance de l’âge étant obligatoire dans certaines circonstances, les parents prenaient la précaution de rédiger un acte devant témoins au dies lustricus. En effet après la naissance, le père décidait s’il abandonnait ou s’il gardait le bébé ; s’il le gardait, c’est-à-dire s’il le reconnaissait comme sien, il le prenait dans ses bras et le soulevait (d’où l’expression susceptis liberis utilisée par Servius dans sa glose rapportée ci-dessus). Le neuvième jour après la naissance s’il s’agissait d’un garçon ou le huitième s’il s’agissait d’une fille, était appelé dies lustricus, « jour de purification » et c’est ce jour-là que l’enfant était l’objet de divers rites religieux, était pourvu, en particulier, d’amulettes protectrices, — comme la fameuse bulle (bulla) contenant de petits talismans que le garçon portait jusqu’à ce qu’il quitte la toge prétexte ornée d’une bande pourpre, elle aussi protégeant contre les maléfices, pour la toge virile (dont la prise était une autre cérémonie festive) ; quant à la fille, elle portait cette bulle, suppose-t-on car on n’a pas de témoignage sur ce point, jusqu’à son mariage — ; c’est ce jour-là également qu’il recevait son prénom (Macrobe, Sat. I 16, 36). En quelque sorte, l’enfant entrait alors officiellement dans la gens de son père et dans la vie de la cité.
      Tous ces usages n’avaient cours que pour les personnes libres.
      Depuis très longtemps les grandes familles possédaient leurs archives, tabulae, abritées dans la pièce de la maison appelée tablinum pour cette raison (archives qui ont, d’ailleurs, parfois été utilisées par les historiographes), sans valeur juridique toutefois.
      Suétone nous informe que César (Vie du divin Jules, 20) fit publier les populi diurna acta où les grandes familles, et, en particulier, la famille impériale, annonçaient certains des événements qui se produisaient en leur sein, comme les naissances et parfois les divorces (Suétone, Caligula, XXXVI 6). Ce sont ces populi diurna acta que parodie Pétrone dans le Satyricon au § 53 : « Un préposé aux Actes lut solennellement comme s’il s’agissait des Actes Journaliers (= Journal) de Rome : ‘Le septième jour avant les calendes d’août, dans le domaine de Cumes qui appartient à Trimalchion, sont nés trente garçons et quarante filles’ » (7) au milieu d’autres faits divers. On remarquera qu’aucun nom n’est cité, car il doit s’agir d’esclaves.
      Faut-il tenir compte de l’indication que donne la Vita Marci (§ 9) dans l’Histoire Auguste selon laquelle Marc Aurèle (IIe s. de n. è.) aurait ordonné qu’à Rome chaque citoyen déclare la naissance de ses enfants apud praefectos aerarii Saturni dans un délai de trente jours après l’octroi du nom et aurait institué l’usage de tabularia publica à travers les provinces ? L’Histoire Auguste est souvent peu fiable.
      Quoi qu’il en soit, tout cela prouve qu’il existait des moyens, aussi rudimentaires soient-ils, d’avoir une espèce d’état-civil à Rome.
      Mais y avait des erreurs, (8) c’est incontestable, soit des falsifications volontaires pour des raisons d’intérêt, de religion, de superstition, de politique, que sais-je encore, soit des fautes involontaires.
      Au fond, pour le sujet que j’ai traité dans « Joyeux anniversaire ! », cela importe peu ; le point essentiel pour moi était que dans le monde romain il y avait des fêtes pour les anniversaires. Ces célébrations dans certains cas étaient privées et ressortissaient à l’affectif. Dans d’autres cas, tout en étant à l’origine des cérémonies religieuses, elles étaient devenues des rituels sociaux destinés à établir et à maintenir des liens dans la communauté, entre égaux des liens d’amicitia (au sens latin de ce terme qui n’est pas exactement le sens français), ou des liens entre inférieurs et supérieurs (les « clients » font des visites et des cadeaux à leur « patron » ; celui-ci les invite à son repas d’anniversaire). Ce sont en quelque sorte des devoirs réciproques des uns vis-à-vis des autres. Chacun entretenait ainsi ses « réseaux », comme on dirait aujourd’hui.

      Lucienne Deschamps

      (1) Natus est Augustus M. Tullio Cicerone C. Antonio conss. VIIII. Kal. Octob.
      (2) Lucrèce. De la nature. Tome premier. Texte établi et traduit par A. E., Paris 195910.
      (3) Voir A. Ernout, op. cit., p. V : « La date de la naissance est peu sûre. Si deux des meilleurs manuscrits de la Chronique la fixent à l’an 95 » (= année 1922 d’Abraham), « d’autres la retardent d’une année (an d’Abraham 1923 = 94 av. J.-C.) ».
      (4) Hor., Od. IV, 11, 15-16 : qui dies mensem Veneris marinae / findit Aprilem.
      (5) Ov., F. IV 61-62 : Sed Veneris mensem Graio sermone notatum / Auguror : a spumis est dea dicta maris.
      (6) Ubi actus publici continentur. Significat autem templum Saturni, in quo et aerarium fuerat et reponebantur acta, quae susceptis liberis faciebant parentes. Juvénal (IX 84) emploie l’expression libri actorum.
      (7) Actuarius […] tanquam Urbis acta recitavit : VII. kalendas Sextiles : in praedio Cumano, quod est Trimalchionis, nati sunt pueri XXX, puellae XL .
      (8) Par exemple, Suétone (Tiberius, V, 2-3) indique que Tibère naquit alors que M. Aemilius Lepidus était consul pour la seconde fois et avait pour collègue L. Munatius Plancus et il précise : sic enim in fastos actaque in publica relatum est. Mais il ajoute aussitôt que certains prétendent qu’il est né l’année précédente et d’autres l’année suivante.

Répondre à SACCHI Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search