Des jeux d’enfants

Appréhender le monde ludique de l’enfance n’est pas une tâche facile. L’âge adulte nous éloigne des jeux qui rythment les premières années de vie et en efface parfois les clefs de compréhension. La difficulté s’amplifie lorsqu’il s’agit d’étudier les jeux des enfants dont 2500 ans nous séparent. À la pénurie des sources antiques s’ajoute le fait que le jeu relève en partie d’un patrimoine immatériel, auquel nous n’avons plus accès puisque ses acteurs – les enfants – ne sont jamais les producteurs des sources que nous étudions. Alors à quoi jouaient les enfants dans l’Athènes de l’époque classique ? Si le sujet reste peu développé dans les textes antiques, des éléments de réponses peuvent être trouvés dans une abondante série d’images peintes sur la vaisselle en céramique à figures rouges produite à Athènes et dans sa région au cours des Ve et IVe siècles av. J.-C. Ces scènes sont principalement figurées sur des petites cruches appelées choés1 (fig. 1) et sur des lécythes aryballisques (fig. 2), petits vases destinés à contenir du parfum. Les enfants y sont représentés en train de s’affairer à toutes sortes de jeux. Les peintres ont développé des codes iconographiques pour les différencier des personnages adultes : ils portent souvent un cordon d’amulettes protectrices et leur morphologie correspond à celle du corps immature. Toutes les classes d’âge sont représentées, des plus jeunes bambins qui ne savent pas encore marcher aux adolescents dont la physionomie se rapproche de celle des adultes.

Fig. 1 (gauche) : Chous attique à figures rouges, H. 11,15 cm. Londres, British Museum, 1910,0615.4. Photo © The Trustees of the British Museum Fig. 2 (droite) : Lécythe aryballisque attique à figures rouges, H. Londres, British Museum, E 680. Photo © The Trustees of the British Museum

Fig. 3 : Chous attique à figures rouges, H. 9,2 cm. New York, Metropolitan Museum. Photo du musée.

Sur ces images, les petites filles et les petits garçons manipulent des objets dont certains trouvent un écho dans nos jouets contemporains. De nombreuses scènes montrent par exemple des jeux de balles, pratiqués par les plus jeunes enfants de la série (fig. 2). Sur un vase conservé au British Museum de Londres, un enfant en bas-âge est assis dans une chaise haute et tient un hochet (fig. 1). Un chariot à roulettes est posé derrière lui. Ce jouet est fréquemment représenté sur les vases de la série et apparaît sous plusieurs variantes de forme (fig. 3). D’autres objets mis entre les mains des enfants surprennent davantage notre regard contemporain. Les plus nombreux sont des vases miniaturisés dont la forme rappelle celle du vase support de l’image (fig. 1). Il semblerait donc que les choés aient été considérées comme de véritables objets de jeux destinés aux enfants.

De cette panoplie de jouets mise en scène par les peintres attiques, seuls ces vases ont été conservés. Les balles, hochets et petits chariots étaient vraisemblablement faits de matériaux périssables et aucun exemplaire de l’époque classique ne nous est parvenu. Quelques textes nous informent sur les termes grecs employés pour décrire ces jouets. Aristote évoque un hochet inventé par Archytas de Tarente :

« Il faut considérer comme une belle invention le hochet (platagê) d’Archytas, que l’on donne aux petits enfants pour que, grâce à elle, ils ne cassent rien dans la maison, car la gent enfantine n’est pas capable de rester tranquille. » (Aristote, Politique, VIII, 6, 1340b, 26-28. Trad. J. Aubonnet, Les Belles Lettres, 1989)

Ce texte montre que des fonctions éducatives étaient associées à ces accessoires ludiques. Le son produit par les idiophones secoués par les enfants aurait permis de canaliser leur énergie débordante. Les images pourraient traduire cette association entre jeu et processus éducatif. L’utilisation des chariots à roulettes par les enfants de différentes classes d’âge permet en effet de souligner les étapes successives de l’apprentissage de la marche et de la mobilité. Une mention de ces chariots se trouve dans un passage des Nuées d’Aristophane, dans lequel Strepsiade s’adresse à son fils Phidippidès :

« Moi aussi, jadis, il m’en souvient, quand tu avais six ans et que tu balbutiais, je t’ai obéi. La première obole que je reçus comme héliaste, je l’employai à t’acheter, aux Diasies, un petit chariot (hamax). » (Aristophane, Nuées, 861-864. Trad. H. Van Daele, Les Belles Lettres, 1934)

Plusieurs siècles avant l’apparition du christianisme, les fêtes du calendrier religieux semblent donc avoir été l’occasion pour les enfants de recevoir des jouets offerts par leurs parents. Le texte suggère également l’existence d’une manufacture spécialisée dans la confection de jouets. Ces derniers avaient une valeur commerciale et circulaient au sein d’un marché spécifique.

D’autres objets représentés sur la série de petits vases restent énigmatiques. Une sorte de bâton torsadé apparaît par exemple sur plusieurs images (fig. 3). Parfois considéré comme un gâteau, parfois comme un bâton de laine, aucun texte antique ne nous permet de l’identifier avec certitude. L’utilisation des sources littéraires présente des limites lorsqu’il s’agit d’interpréter le discours des images. La restitution précise des règles des jeux représentés est une idée à laquelle il faut également renoncer. Plusieurs siècles séparent en effet la production de ces vases de la rédaction du livre IX de l’Onomasticon de Julius Pollux, rare texte décrivant les règles des jeux grecs, rédigé au IIe siècle apr. J.-C. En outre, il faut garder à l’esprit que les enfants ont depuis toujours créé des jeux dont les règles échappent au regard des adultes. Platon avait déjà remarqué l’insaisissabilité des loisirs infantiles :

« Quant aux amusements de cet âge, il y en a qui naissent tout seuls, et que les enfants trouvent d’eux-mêmes sitôt qu’ils sont ensemble. » (Platon, Lois, VII, 794a. Trad. A. Diès, Les Belles Lettres, 1956)

Les enfants fabriquent leur propre imaginaire ludique aux règles mouvantes, improvisées et éphémères auquel les adultes d’hier et d’aujourd’hui ne peuvent accéder que de manière partielle et biaisée.

L’intention des peintres des choés et lécythes aryballisques n’était donc pas de traduire la réalité exhaustive des jeux des petits Athéniens. Les objets représentés ont été choisis pour mettre en scène une enfance idéalisée et symboliser les liens étroits entre jeu et apprentissage. Certains jeux ont pu être écartés des sujets figurés. La densité du catalogue révèle le succès qu’ont connu ces images dans l’Athènes de la fin du Ve et du début du IVe siècles av. J.-C. Conçus, produits et achetés par des adultes, ces vases témoignent du regard que les Anciens ont porté sur l’enfance et ses loisirs récréatifs. Si leur analyse, couplée à la lecture des textes antiques, ne permet d’appréhender que partiellement la diversité réelle des jeux d’enfants, ces images offrent une place centrale aux apprentissages ludiques qui construisent les futurs acteurs de la vie civique athénienne.

Hanna Ammar,

Doctorante – École Pratique des Hautes Études / Université de Fribourg (Suisse)

Pour aller plus loin

Publications et évènements du projet ERC Advanced Grant n° 741520 « Locus Ludi. The Cultural Frabric of Play and Games in Classical Antiquity », dirigé par Véronique Dasen à l’Université de Fribourg (Suisse).

Le site Locus Ludi

1 Au singulier, ce vase est appelé chous.

Citer cet article comme : Hanna Ammar, Des jeux d’enfants, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/12/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21970.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search