Le vin et l’ivresse

Le vin…

Le vin est avec l’huile d’olive et le pain le fondement de l’alimentation méditerranéenne, denrées qui se sont diffusées au fur et à mesure de la Conquête romaine en Europe occidentale.

Le vin est consommé coupé d’eau, ce qui permet d’en atténuer les effets, par toute la société romaine. Seul l’ivrogne ou le Barbare le boit pur. Le vin est associé à toutes les étapes de la vie quotidienne, des simples repas aux libations religieuses.

Les meilleurs vins de l’Antiquité sont grecs, de Lesbos ou de Chio. Les vins italiens sont déjà forts nombreux dès l’époque tardo-républicaine et certains sont plus luxueux que d’autres. Les trois Clos du Falerne, le Cécube et l’Albanum sont des vins les plus renommés, des grands crus, qui trouvent leur place sur les grandes tables, lors de banquets fastueux. Mais on connaît également des vins qui étaient considérés comme étant de mauvaise qualité, comme le « rosé de Veies », voire exécrable mais consommés par les populations les moins aisées : le vin de Sagonte (vin grossier) et ceux de Léétanie, considérés à l’époque de Martial, parmi les vins les plus médiocres et les moins chers que l’on trouve dans les tavernes romaines, à ne recommander qu’aux ivrognes ! Les amphores de la région de Barcelone ont pourtant connu un franc succès à travers tout l’Empire, signe qu’ils ne rebutaient pas tout le monde !

La posca consiste en un mélange de vin piqué et d’eau et ainsi Caton conseille d’en mettre dans le panier-repas de ses cueilleurs d’olives, environ deux litres de vinaigre par jour, à diluer. Pour la population civile, il existe un autre substitut du vin, la lora, que boivent les esclaves des domaines agricoles. C’est de la piquette qui se fait en passant de l’eau sur le marc, après pressurage. Caton en donne à ses esclaves, même à ses esclaves enchainés, à qui il donne aussi du vinum operarium, le vin des travailleurs. Mais la posca apparaît beaucoup plus souvent dans les sources qui concernent la vie militaire. L’empereur Hadrien a bu de la posca en Germanie afin de vivre comme les soldats et consommer leur ordinaire, et c’est certainement ce mélange qui a été donné au Christ, par les militaires, à l’aide d’une éponge. La posca paraît cependant si caractéristique de la consommation du soldat discipliné qu’il est difficile de ne pas penser qu’il s’agit d’une boisson réglementaire d’autant que l’on connaît des preuves que les soldats achetaient du vin, avec les amphores de vins italiens ou grecs souvent retrouvées dans les camps du limes, témoignages de la consommation des officiers. On le voit esclaves, artisans, ouvriers, militaires ou personnages de la haute société ne partagent pas les mêmes boissons à base de vin : de l’eau coupée au vinaigre aux grands crus, tout n’est qu’une question de statut et de moyens.

….Et l’ivresse

L’aristocrate romain doit faire preuve de tempérance et doit savoir ne pas s’enivrer. On ne boit pas seul et jamais avant la nuit. La femme romaine, l’épouse, n’était pas autorisée à manger couchée, ne devait pas boire de vin et se voyait interdite de participer aux libations rythmant la vie religieuse. L’ivrognerie des femmes deviendra pourtant un lieu commun des moralistes et les poètes élégiaques (Ovide) ou satiriques (Martial, Juvénal) les montrent s’enivrant et banquetant couchées au milieu des hommes. Cet interdit paraît tomber en désuétude dans la première moitié ou au milieu du IIe siècle avant J.-C. On n’en retrouve plus par la suite de traces que lorsque Auguste, ayant relégué sa fille Julie dans une île, lui interdit aussi l’usage du vin : trait ostentatoire de son traditionalisme.

Sous l’Empire, autour des camps militaires permanents s’installent des sortes de tavernes que les soldats fréquentent. Nul ne dit s’ils s’enivrent souvent…mais 20 ans c’est bien long !

Le très célèbre passage du festin de Trimalcion, met en lumière un épisode central du Satiricon. Proche de Néron, grand seigneur, mondain, Pétrone était considéré comme un arbitre du bon goût et il a su décrire les mécanismes sociaux de la société romaine. Le texte se comprend comme une parodie du Banquet de Platon, qui réuni le vin et l’ivresse. Ainsi, on note l’arrivée tardive d’un convive déjà éméché, le sculpteur Habinnas, pendant de l’arrivée d’Alcibiade chez Agathon, en retard et déjà ivre, lui qui était connu pour boire dès le matin ! Les mets, relevant de la haute gastronomie, sont ridiculement prétentieux : « œufs couvés par une poule en bois », « Veau bouilli servi entier, coiffé d’un casque et découpé par un esclave déguisé en Ajax » ou « Priape en pâtisserie portant des fruits d’où jaillit de l’eau safranée » mais les vins servis sont exceptionnels, du mulsum et du falerne de « cent ans d’âge servi dans une urne de verre cachetée ». Toutefois, Trimalcion se vante d’en donner à ses esclaves qui le massent habituellement… ce qui heurte les principes du banquet de la haute société. Boire du vin fait partie des usages romains, qui sont codifiés, où l’ivresse n’a officiellement pas de mise.

Fabienne Olmer,

Chargée de recherche au CNRS

Aix Marseille Université, CNRS, Ministère de la Culture et de la Communication, CCJ UMR 7299

Bibliographie

N. BLANC, A. NERCESSIAN, La cuisine romaine antique, 1994, Faton-Glénat

A. TCHERNIA, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores. Rome : Ecole française de Rome, 1986, 410 p. (BEFAR, 261)

P. VILLARD, Ivresses dans l’Antiquité classique, Histoire, économie et société, 1988, n°4, p. 443-459

Citer cet article comme : Fabienne Olmer, Le vin et l’ivresse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/12/2020, https://reainfo.hypotheses.org/22047.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search