L’art d’assaisonner les textes. Théorie et pratique de l’interpolation

Rabau (S.), L’art d’assaisonner les textes. Théorie et pratique de l’interpolation. – Postface de L. Calvié ; illustrations d’A. Calvié. – Toulouse : Anacharsis, 2020. – 506 p. – (Collection Essais ; Série « Philologie ») – ISBN : 979-10-92011-96-8.

Crédit image. Première de couverture – Anacharsis Editions

Quel livre déconcertant au premier abord que cet Art d’assaisonner les textes! Le sous-titre « Théorie et pratique de l’interpolation » laisse attendre une sorte de manuel universitaire ; d’où la surprise du lecteur qui se plonge dans le préambule, intitulé « Comment prendrez-vous votre Baudelaire ? » et qui parcourt un développement, résumé sur la quatrième de couverture, par la suite de cette question initiale : « Nature, ou relevé d’un peu de Saint-John Perse ou de Sartre ? ». Celui qui aime bien les classements se dira : « Mais à quel type rattacher cette œuvre ? » La réponse la meilleure est donnée par P. Sauzeau dans le carnet « Actualités des études anciennes », à propos d’un précédent ouvrage de la même veine de S. Rabau, B. comme Homère. L’invention de Victor B., Anacharsis, Toulouse, 2016 : « un texte trans – genre ».

Sophie Rabau est une universitaire constellée de diplômes et de titres : ancienne élève de l’ENS « Ulm/Sèvres », agrégée de lettres classiques, titulaire d’une licence de lettres classiques et d’une licence de philosophie, d’un premier DEA en Sciences du langage et d’un second DEA en Littérature générale et comparée, d’un doctorat (Littérature générale et comparée) et d’une habilitation à diriger des recherches (Littérature générale et comparée). Elle enseigne en Littérature générale et comparée à l’Université de Paris III – Sorbonne nouvelle après avoir auparavant dispensé des cours ou des conférences dans maintes universités en France et à l’étranger. Son CV mentionne nombre d’activités scientifiques, comme des participations à des congrès ou des colloques, et de très nombreuses publications relatives à sa discipline. Lorsque dans L’art d’assaisonner les textes, elle évoque le livre qu’elle est en train de rédiger, elle l’appelle « Traité d’interpolation » et cet ouvrage est publié dans une série nommée « Philologie ». De fait, si on regroupe divers développements dispersés tout au long de ces 600 pages, on a bien une étude sérieuse et érudite sur l’interpolation de l’Antiquité à nos jours, ses avatars aux différentes époques et dans les différents pays. On apprend ce que sont les interpolations, comment on les découvre, les raisons qui les motivent, les façons dont elles se présentent. Dans la foulée, la postface de L. Calvié est une étude très sérieuse sur quelques « interpolateurs réels » qui sont intervenus dans des textes antiques. D’après Littré, le terme « interpoler » appartient en premier lieu au champ sémantique littéraire et signifie : « insérer dans un texte des mots ou des phrases, soit pour éclaircir, soit pour compléter, soit pour dénaturer le sens ». Comme, en fait, cela revient à introduire dans un ensemble quelque chose qui ne lui appartient pas originellement, mais qui est glissé à l’intérieur, S. Rabau extrapole et s’intéresse aux interpolations en musique et aux interpolations dans les arts plastiques (la statuaire, par exemple).

Mais cette savante a le sens de l’humour et, alors qu’elle se livre à cette étude scientifique, se dédoublant en quelque sorte, elle se regarde se livrer à une étude scientifique et s’en amuse. Elle se peint en train de se comporter en enseignante universitaire, elle jongle avec le jargon du métier (forgeant même de nouveaux termes techniques), sa taxinomie, les procédés obligés (classements avec parties, sous-parties, sous-sous-parties du type A, A1, A1a, tableaux dont toutes les cases « théoriques » doivent être forcément remplies même si elles ne correspondent à rien etc.) Comme tout ouvrage scientifique qui se respecte, son livre se termine par une série d’index : index notionum, index nominum, index auctorum operumque interpolatorum, index interpolationum. Humour sans méchanceté de sa part le plus souvent, mais ironie acerbe aussi parfois vis-à-vis de certains « Maîtres ». Par moments, cela fait penser à Robert Escarpit, célèbre professeur d’université et même président de celle de Bordeaux III (qu’il voulait rebaptiser « université de Gascogne »), faisant la satire des travers universitaires dans des passages de son Littératron, par exemple.

Très compétente dans son domaine, S. Rabau est capable d’analyser et de caractériser en quelques phrases, avec beaucoup de finesse, le style d’un écrivain. Et, un peu comme une caricaturiste, elle sait le pasticher. Pour fournir des exemples d’interpolations, elle crée ainsi du Racine, du Jean-Jacques Rousseau, du Proust et d’autres, allant même jusqu’à « faire », en latin, du Saint Augustin.

Dès le début, on se rend compte que S. Rabau est agacée par certains érudits qui ont recours à l’explication par une interpolation chaque fois qu’un passage d’une œuvre ne correspond pas à leur attente. On devine qu’elle ne croit pas que cela corresponde toujours à la réalité et qu’elle les accuse d’inventer des interpolations. Et comme qui dit «  interpolation », dit « interpolateur », elle s’amuse à les ridiculiser en inventant elle aussi des interpolateurs. La plupart du temps, on n’a aucun renseignement sur les interpolateurs décelés par la critique textuelle, qui prétend les découvrir en raison de leur maladresse ; par contraste, elle donne un nom aux personnages qu’elle crée, les valorise et parfois leur attribue des traits de caractère et une histoire, qui ont un rapport subtil et humoristique avec ce qu’ils sont censés avoir interpolé. On frôle alors le conte fantastique et elle laisse libre cours à sa fantaisie avec ces êtres que tous ne voient pas, qu’elle installe dans une grande demeure ou qu’elle place dans des situations variées, qui voyagent, qui rencontrent des personnes, les unes bien réelles et contemporaines, les autres mortes depuis un certain temps, d’autres encore totalement imaginaires, et qui discutent avec elles. Ainsi, elle rend visite à Freud en compagnie de l’un d’eux. Ils lui servent de supports, en réalité, pour faire passer ses réflexions concernant les domaines les plus divers tels que la politique, la société, l’actualité, le sexe et le genre, et même des allusions à des thèmes qu’elle a déjà abordés dans d’autres œuvres comme le comportement de Victor Bérard vis-à-vis d’Homère, ou Carmen de Prosper Mérimée, sujet sur lequel elle a publié chez Anacharsis à Toulouse, en 2018, Carmen, pour changer, livre où elle tente d’éviter à Carmen de mourir. La narration de ces multiples aventures prend tous les tons, parfois celui de la relation de voyage, parfois celui du roman, et même de diverses catégories de romans. Défile une succession de vignettes, à Marseille, à Paris, à New York, dans la Silicon Valley, en Chine, dans différentes chambres d’hôtel, dans une église où se joue un concert, (et j’en passe !), qui font de cet ouvrage un kaléidoscope. Le style de S. Rabau, toujours plaisant et enjoué, entraîne son lecteur dans une course folle au cours de laquelle il ne sait plus où donner de la tête. C’est un feu d’artifice qui part dans tous les sens, dans lequel à toute vitesse une fusée traverse le ciel en une trajectoire linéaire, une autre éclate sous la forme d’un parapluie d’étoiles, alors que soudain des fontaines lumineuses apparaissent, qui se transforment aussitôt en tourbillons virevoltants.

En tournant la dernière page, on se dit que ce livre atypique, via sa valorisation des interpolateurs, se révèle être finalement plutôt un essai sur la manière active dont il faut lire une œuvre en réagissant1, en devenant « lectauteur » (selon un néologisme forgé p. 431). Mais ce n’est nulle part édicté sur le ton d’une leçon ; c’est une idée qui découle naturellement de ce parcours jubilatoire, — jubilatoire, pour S. Rabau (on le sent, car à certains moments on se rend compte qu’elle est partie pour ne pas s’arrêter !) comme pour le lecteur qui se régale, à l’image de ce Gargantua de Gustave Doré, en première de couverture, langue tendue et yeux extasiés devant les délices qu’on lui sert.

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

1 À côté du mot-valise « liragir » inventé par S. Rabau p. 394, je propose la création de « liréagir », que l’oreille peut comprendre comme « lire et agir » s’il est prononcé à voix haute et qui constitue un mot-valise formé de « lire » et « réagir ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search