Mythes au carré

Gaume L., Mythes au carré –  Editions Thierry Magnier, 2020 – 85 p. – ISBN : 9791035203702

Crédit image. Première de couverture – Editions Thierry Magnier

Les ouvrages traitant de la mythologie grecque et destinés à un jeune public sont foisons. Les albums de Loïc Gaume se démarquent du lot, tant par leur couverture sobre et élégante en toile, que par leur principe original : résumer en quatre étapes des contes ou mythes célèbres à travers des pictogrammes, des visages, des objets ou des couleurs simples. Son premier album, Contes au carré, reprenait ainsi des contes et légendes illustres en les résumant en quatre cases et quelques dessins. Il réitère son idée dans Mythes au carré dans lequel il récapitule trente-sept mythes et personnages essentiels de la mythologie grecque. Chaque personnage est réduit à une couleur et une forme définies : Gaïa devient un rond brun, Zeus un carré bleu clair, Poséidon une vague bleue foncée tandis que chacun des travaux d’Héraclès le pare d’une nouvelle bande châtain.

            Les histoires ne sont pas présentées dans le plus grand des hasard mais forment plutôt une chronologie de la naissance des dieux, déesses, héros et héroïnes. Mythes au carré débute sur le mythe de Gaïa et la création de la Terre. La première génération de dieux et déesses y est alors présentée : Gaïa et Ouranos, ainsi que Pontos et Ouréa, les fleuves et les montagnes même s’ils ne sont pas désignés par leur patronyme dans l’ouvrage. Puis, Loïc Gaume introduit les Titans, la deuxième génération des dieux, en traitant notamment de la naissance et de la rébellion de Cronos. Il évoque également la Titanomachie à travers le mythe de Typhon et de sa révolte contre les Olympiens. Le règne des dieux olympiens, la dernière génération, se met en place progressivement : le partage du monde, le soulèvement de Poséidon contre Zeus, la naissance d’Athéna et d’Hermès. Les légendes traitant d’Aphrodite, de Déméter et d’Apollon – ce dernier apparaît dans les mythes concernant Pan et Midas – auraient d’ailleurs pu être placées en début d’ouvrage, dans la suite cohérente présentant ces dieux olympiens, et non intercalées entre d’autres mythes. Après les dieux, viennent les hommes. Leur création est traitée via les aventures de Prométhée et de Pandore, deux figures essentielles dans l’avènement de l’humanité d’après la mythologie grecque. C’est le début du règne des héros, et c’est donc en toute logique que nous découvrons à la suite de ces deux mythes un cycle de quatre histoires sur Héraclès, son enfance et ses douze travaux, ainsi qu’une dernière sur Atlas qui tente de ruser le demi-dieux – seul la légende d’Aphrodite insérée entre les douze travaux et le récit d’Atlas vient quelque peu gâcher cette continuité. Après la série consacrée au demi-dieu, voici un nouveau cycle de trois légendes consacrées à la guerre de Troie, son origine et son dénouement, suivie de quatre autres mythes traitant de l’Odyssée, le long retour d’Ulysse dans sa patrie originelle. Viennent ensuite quelques aventures de héros et héroïnes célèbres : Orphée, Atalante, Œdipe et sa fille Antigone, Pan et Midas avant d’attaquer une nouvelle série de trois histoires traitant de Persée, sa naissance, son combat contre Méduse, ainsi que la lutte de Pégase, né du sang de Méduse, et de Bellérophon contre la monstrueuse Chimère. D’autres héros et héroïnes célèbres sont évoqués comme Jason et Europe avant d’aborder un dernier cycle de quatre légendes qui concernent Thésée, sa naissance, celle du Minotaure, leur combat à mort, et le triste sort de Dédale, constructeur du labyrinthe dans lequel était caché le monstre.

            Comme le principe de Loïc Gaume est de résumer les mythes en quatre cases, il n’est pas étonnant que cela engendre quelques imprécisions, inexactitudes ou non-dits. Ainsi, dans le mythe de Gaïa, il est écrit qu’Ouranos enferme ses enfants en Enfer alors qu’il empêche simplement Gaïa d’accoucher et qu’elle doit les garder dans son ventre. De même, l’histoire d’Atalante ne fait ni apparaître les deux versions du mythe, ni le temple dans lequel l’héroïne et son prétendant s’unissent, ce qui est la cause même de leur métamorphose en lions. La chimère tuée par Bellérophon n’est pas décrite, et la fin des travaux d’Héraclès pas évoquée. Le sort d’Ariane, abandonnée par Thésée, ou celui de Médée qui erre de mariages ratés en malédictions n’est pas abordé tandis que les épreuves de Jason paraissent trop rapidement résumées – si les travaux d’Héraclès méritent quatre doubles pages, pourquoi ceux de Jason ne sont décrits que sur une seule ?   Contrairement à ce qu’il est indiqué dans Mythes au carré, Midas ne se suicide pas parce que son coiffeur a révélé qu’il avait des oreilles d’âne mais probablement parce que les Cimmériens attaquent son royaume, tandis que ce n’est pas Egée que visait Médée avec son poison mais bien Thésée. Enfin, il aurait pu être intéressant de préciser que si la mer Egée est nommée ainsi c’est à cause du suicide du roi lors du retour de son fils à Athènes.

            Malgré ces petites imprécisions, Mythes au carré est un bon ouvrage pour faire découvrir la mythologie grecque aux novices ou parfaire ses connaissances lorsqu’on est un amateur. Les mythes sont, pour la plupart, très bien résumés, ce qui n’est pas évident car la mythologie grecque n’est qu’un imbroglio d’histoires et de non-dits, de légendes et de morceaux de mythes qui s’amalgament ou se contredisent. Au fil de l’album, le lecteur a l’occasion de s’initier aux symboles qui permettent de reconnaître un dieu, une déesse, un héros ou une héroïne – la chouette pour Athéna, la peau de lion pour Héraclès – ou encore de comprendre certains mythes fondateurs – la naissance de la voie lactée formée par le lait jaillissant des seins d’Héra, l’alternance des saisons qui voit le jour lorsque Perséphone est contrainte de rester un certain temps aux Enfers avant de pouvoir remonter passer le printemps et l’été en compagnie de sa mère. De plus, Loïc Gaume a retranscrit dans son ouvrage des mythes qui sont rarement évoqués dans les ouvrages jeunesses consacrés à la mythologie. C’est ainsi que nous avons le plaisir de découvrir ou de redécouvrir la vengeance de Poséidon contre Zeus ou la rébellion de Typhon, la création de la flûte de Pan ou encore l’enlèvement d’Europe. Mythes au carré propose donc un éclairage renouvelé sur la mythologie grecque et permet de développer l’imagination, la créativité et l’apprentissage de son lectorat.

Emilie Druilhe

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Mythes au carré, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/01/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22118.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search