Barbares

« Quinctili Vare, legiones redde »[1]. Telle aurait été la plainte répétée à plusieurs reprises par Auguste à la suite du désastre de Teutobourg, en 9 de notre ère. Ce fait s’insère dans un contexte plus large, celui de la tentative de conquête de la Germanie par les Romains. Entreprise vaine, dont la bataille est un point marquant.

Netflix a ainsi décidé de s’emparer d’un épisode très particulier de l’histoire antique, mettant aux prises Rome et les tribus germaines. Cependant, une innovation mérite d’être soulignée. Dans la série Barbares, nous suivront lesdits autochtones. La narration se déroule essentiellement de leur point de vue. Tandis que Rome est dépeinte comme l’envahisseur décidé à soumettre de force les habitants de ces contrées, leur imposant tributs et humiliations. En outre, petit point de détail, les Romains s’expriment en latin, petite touche d’authenticité bienvenue. Durant la plupart des épisodes, excepté le dernier, l’Empire romain est présenté comme une puissance incommensurable, contre laquelle il est vain de s’opposer. Cette dissymétrie appuyée sert en réalité le tour de force opéré par les Germains, qui réussissent par ruse à défaire trois légions. Au demeurant, il convient de noter un élément de la série qui est, ce nous semble, plutôt symbolique.

Lors du premier épisode, des membres de la tribu des Chérusques décident de dérober une aigle romaine, symbole de la légion, pour se venger d’une agression particulièrement violente des Romains. Ce qui provoque conséquemment l’enchaînement qui conduit à la bataille. Là où réside la relative ironie, c’est que Teutobourg voit justement l’appropriation par les Germains des trois aigles des légions alors sur le champ de bataille. Cet acte, très marquant, et qui aura une grande résonance, notamment lors de la restitution des insignes par Germanicus quelques temps plus tard, n’est pas exploité par la série.

Une place particulière est accordée à la religion païenne des Germains. Nous sommes en effet témoin de nombreux rites, par exemple funéraires, de ces derniers. A plus forte raison, Thusnelda, jeune chérusque, se fait passer pour une prophétesse porteuse du message des dieux. En jouant sur la superstition des chefs de tribus, elle parvient à les réunir, afin de faire front contre les Romains. Quand elle-même joue sur les croyances présentées comme arriérées de ses compatriotes, cela permet de s’interroger subséquemment sur le rapport à la religion de ces peuples.

Du reste, la clef de voûte de Barbares est substantiellement le personnage d’Arminius/Ari. Fils du reik des Chérusques envoyé en tant qu’otage auprès de Varus, il est élevé comme un Romain. Il adopte les coutumes, l’habillage, et la manière de penser en vigueur. Il faut garder à l’esprit que Arminius a réellement existé, et qu’il a bel et bien mené l’assaut contre les légions romaines à Teutobourg.

Néanmoins, le fait de retrouver son peuple opère en lui une progressive transformation, ou à tout le moins inversion de son système de valeurs. L’on touche là la quintessence de la série. Celle-ci se construit constamment de manière symétrique, entre les tribus germaines et Rome. De part et d’autre, certains personnages font office de lien. Par exemple, Segestes, Chérusque traître à son peuple, voulant devenir chef, et s’alliant pour ce faire à Varus. Et donc Arminius, tiraillé entre son allégeance à Rome et ses origines.

A ce propos, remarquons une ligne de dialogue très intéressante, au détour d’un épisode : « J’aime la trahison, mais je hais le traître »[2]. Il s’agit encore une fois de paroles d’Auguste, mises dans la bouche d’un Romain, à l’occasion d’une embuscade contre des rebelles germains. Elles mettent en exergue une reconfiguration du code de l’honneur. De facto, les Romains sont présentés comme violant ces valeurs, de par leurs dissimulations et meurtres commis en profitant de l’obscurité. Ce faisant, Arminius, à qui l’on ordonne de tuer Folkwin, un de ses proches, décide de ne pas le faire, et de supprimer les témoins romains de la scène. Par la suite, le retournement d’Arminius se poursuit, au moment où Varus lui apprend qu’il devra rester en Germanie, et ne pourra retourner à Rome, où il désirait acquérir le statut de chevalier. En brisant la statuette d’une divinité romaine, puis en revêtant l’habit traditionnel des Germains, le personnage trahi décide de renouer avec ses racines. Dans le même ordre d’idée, l’on retrouve une parabole de la situation d’Arminius, quand ce dernier doit enlever les fils des différents reiks, afin de les envoyer à Rome. L’on croit de prime abord que, tenté par Varus, son père adoptif, et la perspective de finalement intégrer l’ordre équestre, il suit les ordres. Nonobstant, il rend les enfants à leurs parents, prouvant par là même qu’il lui était impossible de faire vivre à d’autres le déracinement qu’il a vécu.

La bataille de Teutobourg, ultime acte de la série, représente intrinsèquement le paroxysme de ce qui fut exposé tout du long des précédents épisodes. Elle est l’aboutissement d’un processus, le point final de l’engrenage se mettant en place dès les premiers instants de Barbares. La violence extrême et ses suites engendrent une cristallisation des enjeux précédemment exposés. Arminius embrasse définitivement son identité « barbare » en luttant contre les légions. Et, a fortiori, se servant de son apprentissage militaire et de sa connaissance de la tactique romaine, il élabore un plan destiné à battre ses désormais ennemis. En outre, le dernier lien le retenant à Rome, Varus, se suicide devant ses yeux. Ce qui entérine son nouveau statut de potentiel chef chérusque, et in extenso de toutes les tribus germaines.

Fondamentalement, Barbares, substantif que nous avons évité d’employer pour des raisons sémantico-historiographiques, est avant tout une série traitant du rapport à l’altérité, de par la dichotomie construite entre Rome et les Germains. De surcroît, les velléités de liberté de ces peuples confrontés à l’oppression convoquent une dialectique de révolte susceptible de plaire à tous. En dépit des inévitables lenteurs scénaristiques, et du sempiternel rapport modulable à la vérité historique, l’imaginaire du péplum a encore, espérons-le, de beaux jours devant lui.

Bande annonce.

Rémi Illi,

Titulaire d’un master en histoire – Université de Reims Champagne-Ardenne

[1]     SUÉTONE, Vie des douze Césars, Vie d’Auguste, 23, 4.

[2]     PLUTARQUE, Vie des Hommes illustres, Romulus, 21.

Citer cet article comme : Rémi Illi, Barbares, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/01/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22124.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search