Comment les romains connaissaient-ils leur date d’anniversaire

Suite au billet de Lucienne Deschamps « Joyeux anniversaire » dans le calendrier de l’Avent « L’Antiquité est une fête » une question a été soulevée :

« A la lecture de votre excellent article je me demandais comment les Romains connaissaient leur date de naissance puisque j’ai souvent entendu dans mes séminaires que les mentions, épigraphique ou non, sur leur âge étaient souvent erronées et [qu’] il ne fallait pas le prendre comme argent comptant. »

Voici la réponse de Madame Deschamps :

Il est vrai que les dates de naissance indiquées dans les documents antiques sont parfois peu sûres.

Voyons d’abord comment elles sont notées dans le monde romain : si on ouvre, par exemple, la Vie des Douze Césars de Suétone, au livre II consacré au Divus Augustus, le « Divin Auguste », on lit en V 1 : « Auguste naquit sous le consulat de M. Tullius Cicéron et de C. Antonius, le neuvième jour avant les calendes d’Octobre »1, (dans notre façon de parler actuelle, cela équivaut au 23 septembre 63 avant notre ère). La date est donc indiquée pour les années par le nom des deux consuls en charge (qu’on qualifie d’éponymes puisqu’ils donnent leur nom à l’an). Or on constate que dans les documents littéraires ou historiques, il peut y avoir des confusions dans les noms de ces consuls. Ainsi, pensons au poète Lucrèce : sa date de naissance est très controversée et plusieurs années ont été proposées. A. Ernout2, après avoir examiné toutes les hypothèses semble pencher pour 99/98 av. n. è. et faisant allusion à la date de 94 av. n. è. qu’on peut tirer des additions de Saint Jérôme à la Chronique d’Eusèbe3, il écrit, p. VII-VIII : « Quant à l’erreur de Saint Jérôme (qui remonte peut-être à Suétone), elle proviendrait d’une confusion établie entre les consuls de l’an 656/98 Q. Caecilius et T. Didius et ceux de l’an 660/94 C. Caelius et L. Domitius ».

Pourtant les allusions à des fêtes d’anniversaire sont multiples dans les textes latins parvenus jusqu’à nous. C’est la preuve que ces célébrations étaient très courantes. Or ces fêtes avaient forcément lieu à des jours précis. Une seule preuve suffira, tant c’est évident : dans son ode IV 11, le poète Horace déclare que l’anniversaire de son ami Mécène tombe le jour des Ides « qui fend Avril, mois de la Vénus marine »4, c’est-à-dire le 13 avril. Ici le ton est enjoué avec un clin d’œil à l’érudition étymologique, puisque selon Macrobe (Saturnales, I 15, 17) idus était de la même famille que le verbe étrusque iduare qui signifiait « diviser ». Que Vénus patronne le mois d’avril était une croyance courante dans la Rome ancienne, Ovide au livre IV de ses Fastes consacré au mois d’avril l’explique longuement. Ce même Ovide indique qu’à son avis, le mot aprilis viendrait du nom grec Aphrodité équivalent du latin Vénus, et que la déesse tirerait son appellation hellénique de aphros, « écume » parce que la mythologie racontait qu’elle était née dans l’écume de la mer5.

Donc, que l’on désigne la date d’anniversaire simplement comme Suétone ou d’une manière recherchée comme Horace, de toute façon on était au courant de cette date. Comment la savait-on, telle est la question. Elle était certainement connue grâce à la mémoire familiale. Chacun avait dû entendre dire fréquemment chez lui quand il était né et quand étaient venus au monde son père, sa mère et d’autres membres de sa parentèle.

Mais il existait des documents officiels. On les trouve souvent mentionnés. Naturellement, au cours du laps de temps qu’a duré la Romanité, cela a évolué.

On fait remonter au roi Servius Tullius l’institution du recensement quinquennal : les pères de famille citoyens devaient déclarer, en plus de leur patrimoine, leur nom, leur adresse, leur âge ainsi que celui des membres de la familia. À partir du Ve s. av. n. è. environ, ces listes furent conservées au tabularium qui était une section de l’aerarium du temple de Saturne sur le forum à Rome.

On a surtout des témoignages sur les services de ce qu’on pourrait appeler « l’état-civil » à partir de l’Empire. Nombre d’auteurs y font allusion, tel à la fin du Ier – début du IIe s. de n. è. Juvénal (IX, 84). Mais par souci de brièveté, je me bornerai ici au passage datant du IIe s. de n. è. de l’Apologie d’Apulée (qu’on appelle aussi De magia) où Apulée parle de l’âge de son épouse, Pudentilla, qu’un certain Aemilianus (qui accuse Apulée de magie pour avoir réussi à séduire une riche vieille) présente comme une femme âgée (Apol. 89) : « Quant à l’âge de Pudentilla, à propos duquel tu as menti effrontément en disant même qu’elle s’était mariée à soixante ans, je te répondrai en peu de mots : car il n’est pas nécessaire de discuter davantage d’une chose aussi évidente. Comme tout le monde (more ceterorum), son père a déclaré (professus est) qu’il lui était né une fille. Les documents (tabulae) sont conservés et dans les archives publiques (tabulario publico) et à son domicile : les voici, tu les as sous les yeux ». Puis s’adressant au greffier du tribunal où se déroule le procès, Apulée demande : « Présente ce document à Aemilianus : qu’il en examine le fil de lin, qu’il reconnaisse les sceaux, qu’il lise les consuls, qu’il compte les années ». Sur ces archives publiques dans la ville de Rome, à propos de l’expression populi tabularia qu’on lit dans les Géorgiques de Virgile (II 502) à la fin du Ier s. av. n. è, le commentateur Servius, (qu’on situe fin IVe – début Ve s. de n. è.) écrit : « C’est là que sont conservés les actes publics ; il veut dire le temple de Saturne où d’une part se trouvait le trésor public et où d’autre part étaient déposées les déclarations que faisaient les parents lorsqu’ils avaient reconnu leurs enfants en les soulevant »6. Avant l’instauration de ce service d’état-civil, — ou même après, en cas d’oubli d’une formalité, de perte, etc. —, la connaissance de l’âge étant obligatoire dans certaines circonstances, les parents prenaient la précaution de rédiger un acte devant témoins au dies lustricus. En effet après la naissance, le père décidait s’il abandonnait ou s’il gardait le bébé ; s’il le gardait, c’est-à-dire s’il le reconnaissait comme sien, il le prenait dans ses bras et le soulevait (d’où l’expression susceptis liberis utilisée par Servius dans sa glose rapportée ci-dessus). Le neuvième jour après la naissance s’il s’agissait d’un garçon ou le huitième s’il s’agissait d’une fille, était appelé dies lustricus, « jour de purification » et c’est ce jour-là que l’enfant était l’objet de divers rites religieux, était pourvu, en particulier, d’amulettes protectrices, — comme la fameuse bulle (bulla) contenant de petits talismans que le garçon portait jusqu’à ce qu’il quitte la toge prétexte ornée d’une bande pourpre, elle aussi protégeant contre les maléfices, pour la toge virile (dont la prise était une autre cérémonie festive) ; quant à la fille, elle portait cette bulle, suppose-t-on car on n’a pas de témoignage sur ce point, jusqu’à son mariage — ; c’est ce jour-là également qu’il recevait son prénom (Macrobe, Sat. I 16, 36). En quelque sorte, l’enfant entrait alors officiellement dans la gens de son père et dans la vie de la cité.

Tous ces usages n’avaient cours que pour les personnes libres.

Depuis très longtemps les grandes familles possédaient leurs archives, tabulae, abritées dans la pièce de la maison appelée tablinum pour cette raison (archives qui ont, d’ailleurs, parfois été utilisées par les historiographes), sans valeur juridique toutefois.

Suétone nous informe que César (Vie du divin Jules, 20) fit publier les populi diurna acta où les grandes familles, et, en particulier, la famille impériale, annonçaient certains des événements qui se produisaient en leur sein, comme les naissances et parfois les divorces (Suétone, Caligula, XXXVI 6). Ce sont ces populi diurna acta que parodie Pétrone dans le Satyricon au § 53 : « Un préposé aux Actes lut solennellement comme s’il s’agissait des Actes Journaliers (= Journal) de Rome : ‘Le septième jour avant les calendes d’août, dans le domaine de Cumes qui appartient à Trimalchion, sont nés trente garçons et quarante filles’ »7 au milieu d’autres faits divers. On remarquera qu’aucun nom n’est cité, car il doit s’agir d’esclaves.

Faut-il tenir compte de l’indication que donne la Vita Marci (§ 9) dans l’Histoire Auguste selon laquelle Marc Aurèle (IIe s. de n. è.) aurait ordonné qu’à Rome chaque citoyen déclare la naissance de ses enfants apud praefectos aerarii Saturni dans un délai de trente jours après l’octroi du nom et aurait institué l’usage de tabularia publica à travers les provinces ? L’Histoire Auguste est souvent peu fiable.

Quoi qu’il en soit, tout cela prouve qu’il existait des moyens, aussi rudimentaires soient-ils, d’avoir une espèce d’état-civil à Rome.

Mais y avait des erreurs8, c’est incontestable, soit des falsifications volontaires pour des raisons d’intérêt, de religion, de superstition, de politique, que sais-je encore, soit des fautes involontaires.

Au fond, pour le sujet que j’ai traité dans « Joyeux anniversaire ! », cela importe peu ; le point essentiel pour moi était que dans le monde romain il y avait des fêtes pour les anniversaires. Ces célébrations dans certains cas étaient privées et ressortissaient à l’affectif. Dans d’autres cas, tout en étant à l’origine des cérémonies religieuses, elles étaient devenues des rituels sociaux destinés à établir et à maintenir des liens dans la communauté, entre égaux des liens d’amicitia (au sens latin de ce terme qui n’est pas exactement le sens français), ou des liens entre inférieurs et supérieurs (les « clients » font des visites et des cadeaux à leur « patron » ; celui-ci les invite à son repas d’anniversaire). Ce sont en quelque sorte des devoirs réciproques des uns vis-à-vis des autres. Chacun entretenait ainsi ses « réseaux », comme on dirait aujourd’hui.

Lucienne Deschamps

1 Natus est Augustus M. Tullio Cicerone C. Antonio conss. VIIII. Kal. Octob.
2 Lucrèce. De la nature. Tome premier. Texte établi et traduit par A. E., Paris 195910.
3 Voir A. Ernout, op. cit., p. V : « La date de la naissance est peu sûre. Si deux des meilleurs manuscrits de la Chronique la fixent à l’an 95 » (= année 1922 d’Abraham), « d’autres la retardent d’une année (an d’Abraham 1923 = 94 av. J.-C.) ».
4 Hor., Od. IV, 11, 15-16 : qui dies mensem Veneris marinae / findit Aprilem.
5 Ov., F. IV 61-62 : Sed Veneris mensem Graio sermone notatum / Auguror : a spumis est dea dicta maris.
6 Ubi actus publici continentur. Significat autem templum Saturni, in quo et aerarium fuerat et reponebantur acta, quae susceptis liberis faciebant parentes. Juvénal (IX 84) emploie l’expression libri actorum.
7 Actuarius […] tanquam Urbis acta recitavit : VII. kalendas Sextiles : in praedio Cumano, quod est Trimalchionis, nati sunt pueri XXX, puellae XL .
8 Par exemple, Suétone (Tiberius, V, 2-3) indique que Tibère naquit alors que M. Aemilius Lepidus était consul pour la seconde fois et avait pour collègue L. Munatius Plancus et il précise : sic enim in fastos actaque in publica relatum est. Mais il ajoute aussitôt que certains prétendent qu’il est né l’année précédente et d’autres l’année suivante.
Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Comment les romains connaissaient-ils leur date d’anniversaire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/01/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22129.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search