La femme romaine antique

Dupont (F.), La femme romaine antique. Paris : Ysec Editions (Collection Pax Romana), 2020. – 32 p. – ISBN : 978-2-84673-323-6.

Crédit image. Première de couverture – Ysec éditions

Latiniste et helléniste de formation, Florence Dupont est une spécialiste de la littérature et du théâtre antique. Si elle s’est déjà intéressée à la vie quotidienne des Romains, c’est en revanche la première fois qu’elle publie un ouvrage entièrement consacré à la femme romaine. Ce petit livre de vulgarisation scientifique, édité aux éditions Ysec dans la collection Pax Romana, se propose de retracer rapidement (en 30 pages seulement !) divers aspects de la vie quotidienne des femmes (gallo-)romaines. En effet, cette collection se targue de vouloir couvrir l’histoire des « Gaulois, Romains et Barbares », des origines de l’Empire romain jusqu’au début du Moyen Âge mais sans toujours clairement définir les frontières de ce territoire ni le champs chronologique.

La table des matières, présentée à la fin de l’ouvrage, annonce dix chapitres : 1 « Statut de la femme romaine » (p.5) ; 2. « L’épouse et mère est l’âme du foyer » (12) ; 3. « Santé, beauté et mode romaines » (p. 15) ; 4. « Le coiffage » (p. 18) ; 5. « Les teintures » (p. 18) ; 6. « Les couvre-chefs » (p. 19) ; 6. « Le vêtement de la femme romaine » (p. 25) ; 7. « L’aide incontournable de la matrone romaine : la servante » (p. 28) ; 9. « Les métiers de la femme romaine » (p. 30) ; et enfin « Les femmes romaines et la politique en forme de conclusion » (p. 31). Cependant en parcourant le livre, le lecteur s’aperçoit immédiatement que son organisation interne ne correspond pas aux dix entrées annoncées. En effet, certains sous-titres semblent avoir acquis le statut de titre sans que cela se justifie. Il s’agit là, à n’en pas douter, d’une erreur de graphisme imputable à l’éditeur, même si d’une manière générale, la mise en page de l’ouvrage est assez soignée. Il est en effet richement illustré par diverses sources iconographiques (statues, bustes, mosaïques, bas-reliefs, peintures murales) toujours légendées.

Cet ouvrage est clairement destiné à un large public mais on regrette que l’auteure passe très rapidement ou qu’elle n’aborde pas du tout certains concepts relevant de la société romaine (statuts sociaux et appartenance aux différentes classes de la société, droits et incapacités juridiques des femmes, mariage cum ou sine manu, etc.). A notre avis, la question de l’éventuelle participation des femmes romaines à la politique tout comme le concept d’émancipation sont des éléments qui auraient dû être développés et expliqués afin de faire ressortir des différences essentielles entre la société romaine antique et les sociétés occidentales contemporaines. En effet, parler d’émancipation pour les femmes romaines est en soit un anachronisme puisqu’il s’agit d’un objectif féministe issu du mouvement des gender studies. Il est vrai qu’on constate que la citoyenne romaine acquiert de plus en plus de libertés entre le IIIes. av. J.-C. et le IIIe s. ap. J.-C. mais il ne s’agit en aucun cas d’une émancipation sociale comme on pourrait l’entendre aujourd’hui. Il nous aurait aussi paru opportun de mieux préciser de quelle manière certaines femmes romaines ont pu intervenir dans le champ du politique.

Dans le même esprit, d’autres termes employés dans cet ouvrage auraient mérité une définition ou une explication, soit directement dans le texte soit dans un glossaire, par exemple : affranchie, ancilla, domina, esclave, matrone, plébéienne, vestale. D’autres outils auraient aussi pu être proposés aux lecteurs : schémas, chronologies, cartes, etc.

Les sources écrites (auteurs antiques et inscriptions) sur lesquelles s’appuie parfois l’auteure ne sont malheureusement pas toujours référencées, ce qui empêche le lecteur intéressé de retourner aux documents originaux et de les exploiter à sa guise. Il en va de même pour la bibliographie proposée en fin d’ouvrage qui nous paraît trop succincte et trop générale pour permettre d’approfondir les aspects abordés dans cet ouvrage. Ceci alors même que de nombreux termes sont donnés en latin (d’ailleurs pas toujours indiqués en italique par le graphiste !), donnant le sentiment que l’ouvrage s’adresse davantage à des lecteurs avertis ou du moins pourvus de connaissances en langues anciennes.

Il est évident que la rédaction d’un ouvrage de vulgarisation scientifique destiné à un public non spécialisé qui ne maîtrise pas forcément tous les aspects de l’histoire et de la société romaines, représente une tâche ardue. Couvrir un sujet aussi vaste et complexe que celui de l’histoire de la femme romaine, toutes époques confondues, sans avoir la place de le faire se révèle être un exercice inconfortable pour n’importe quel spécialiste. Cela n’est possible qu’en opérant des choix ou en synthétisant à l’extrême des concepts difficiles. C’est sans doute le défaut majeur de cet ouvrage, celui d’avoir voulu être trop synthétique afin de respecter un nombre de pages imposé à l’avance. C’est pourquoi, sans vouloir mettre en cause les compétences indiscutables de F. Dupont, nous encourageons les éditions Ysec, à trouver, à l’avenir, le moyen de permettre aux auteurs de transmettre leurs savoirs à un large public avec moins de contraintes.

Lara Dubosson-Sbriglione,

Première Assistante en Histoire ancienne – Université de Lausanne
Citer cet article comme : Lara Dubosson-Sbriglione, à propos de La femme romaine antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/02/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22245.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search