Les gladiateurs – Histoire et armements

Gilbert (F.) et Vincent (F.), Les Gladiateurs, Histoire et Armement. – Plougastel : Historic’one éditions, 2020. – 119p. – ISBN : 978-2-912994-74-8.

Crédit image. Première de couverture – Historic’One Editions

Cet ouvrage, publié dans la collection Histoire – Patrimoine des éditions Historic’one, aborde le thème fascinant des gladiateurs. D’une centaine de pages, il a le format idéal permettant une lecture claire pour qui souhaite découvrir cet univers. Les focus, faits via double-page, permettent de faire ressortir les descriptions des panoplies. En revanche, le style du dessin est dommageable. Se rapprochant énormément de l’œuvre de Racinet qui véhicule beaucoup d’idées reçues sur la gladiature, il aurait été intéressant de le mettre en parallèle avec les sources archéologiques desquelles ils s’inspirent. Malheureusement, l’ensemble de l’ouvrage ne va pas au bout de ses ambitions de vulgarisation avec une mise en avant des sources. Car le recollement de ces sources laisse à désirer. La datation de l’iconographie est imprécise voir biaisée ou carrément absente. Le latin et le grec sont plusieurs fois écorchés par l’auteur qui ne les maîtrise pas : le terme de munerator, mis en avant dans l’ouvrage, n’est attesté qu’une seule fois chez Florus alors que les termes editor et munerarius sont attestés des dizaines de fois ; une mauvaise compréhension du terme de ludia (p.23), mais aussi la mise en avant du terme gladiatrix alors que ce dernier n’est connu que via une scholie de Juvénal datant du Xe siècle ; la légende (p.24) du bas-relief d’Halicarnasse où l’auteur mentionne Achillea alors que le texte grec est Achillia ; la mention de l’arbelos ou arbelon comme deux mots différents alors qu’il s’agit du même terme au nominatif et à l’accusatif ; le terme d’arenarius pour le personnel de l’arène qui n’est pas attesté… Enfin, certains faits sont affirmés par l’auteur mais pas justifiés. Malgré cela, il est évident que François Gilbert s’est renseigné sur les dernières recherches.

Le premier chapitre aborde l’histoire de la gladiature et permet une vulgarisation du contexte gladiatorien assez complexe. Il évoque ici un découpage en 4 périodes qui malheureusement est un peu approximatif. Sa datation du début de la gladiature passe sous silence les siècles antérieurs où la gladiature est présente en Grande Grèce, notamment à Paestum, attestant de l’influence grecque sur la pratique. La 2e période finit selon lui avec Spartacus en 71 av., laissant de côté les réformes de Caius Marius en 105 av., qui ont un impact beaucoup plus fort sur la transition de la gladiature ethnique à la gladiature technique. Enfin, le passage entre la 3e et la 4e période qui se fait selon lui entre les IIe et IIIe siècles après, intervient trop tôt.

Le deuxième chapitre s’interroge sur les gladiateurs. Il fait état du statut que peuvent avoir les gladiateurs et des raisons qui les poussent à choisir cette profession. Ses connaissances sur le droit romain sont succinctes et créent des erreurs. L’infamia n’est pas donnée au gladiateur car ils sont des assassins mais parce qu’ils se mettent en scène. Les acteurs subissent aussi l’infamia. Il évoque une damnatio de 5 ans (p.22). Malheureusement, il s’agit d’une méconnaissance du terme damnatio: c’est une peine capitale et doit donc se finir par la mort. Enfin, il mentionne les tunicati, en les raccrochant à une conception moderne et très négative de l’homosexualité. En effet, l’auteur dit que ces derniers sont des « dégénérés » aux yeux des romains. Or, dans le texte de Cicéron qui les mentionne, aucun adjectif ne fait mention d’une quelconque dégénérescence, ni d’ailleurs d’homosexualité. Le concept d’homosexualité n’existe pas en tant que tel dans l’Antiquité, ce terme n’apparaissant qu’au XIXe siècle. Les rapports sexuels ne sont pas régis par des critères biologiques mais par des critères sociaux. Il faut donc faire attention à cette interprétation qui est une hypothèse biaisée par une vision christianisée de l’Antiquité.

Le troisième chapitre sur le recrutement et la formation est plutôt exhaustif, malgré une mise en avant de nombreux hapax.1

Le quatrième chapitre sur les « catégories » de combattants porte malheureusement très mal son nom, ce qui entraîne plusieurs erreurs : la première est de traduire armaturae par catégories, donnant lieu à un contresens par la suite. Le latin est clair : armatura, ae, f. arme armure. Il décrit donc des panoplies, pas des catégories. Il existe dans le monde romain des catégories financières, au nombre de cinq, qui sont indiquées sur la Table d’Italica. Dans son argumentaire, il confond ces catégories et la difficulté technique d’apprentissage d’une armatura. Les catégories financières classent les gladiateurs de débutants à confirmés. En fonction de cela, un gladiateur sera plus ou moins bien payé. Dans chaque catégorie financière, on trouve toutes les armaturae. Ces catégories définissent aussi combien vont dépenser les editores pour ces spectacles. Il faut donc que chaque catégorie puisse fournir toutes les panoplies pour les editores moins aisés qui n’ont pas accès aux catégories les plus hautes. Enfin, il refuse que l’apprentissage des différentes panoplies puisse être plus ou moins complexe. Une progression dans l’apprentissage technique n’enlève rien à la spectacularité ou à la popularité des armaturae. D’ailleurs, un gladiateur de 1ère catégorie ne l’est pas en fonction de sa panoplie, mais en fonction de ses capacités. C’est pour cela que le gladiateur Marcianus de 1ère catégorie (p.70) est à la fois Secutor et Murmillo. Il évoque un texte de Cicéron, pour justifier ses hypothèses, qui illustre le tirage au sort des armaturae, et indique le citer à plusieurs reprises dans son ouvrage, ce qui n’est malheureusement pas le cas.

Le cinquième chapitre décrit de façon assez précise et exhaustive les différentes composantes de ces armaturae : manica, pagne, casque, bouclier…

Le sixième chapitre sur les combats proposent un tableau intéressant sur les oppositions, bien que difficilement abordable pour les novices. Il met en avant trop de panoplies, parmi lesquelles certaines ne sont attestées qu’une seule fois, mais aussi trop d’oppositions. Certaines, connues via des sources étudiées au XIXe siècle, sont réfutées aujourd’hui car dues à de mauvaises traductions épigraphiques. La plus grosse erreur de ce chapitre reste le document archéologique sur la mappa, qui ne peut en aucun cas être rattaché à un contexte gladiatorien. Ce document oriental est daté de 517. La gladiature est finie depuis une cinquantaine d’années, tandis que les courses de chars perdurent dans l’Empire Romain d’Orient. Ce bas-relief illustre certainement ce type de jeux, et cette attestation de mappa y est certainement associée. Il emploie enfin de façon impropre le terme « collège » pour parler de collège de gladiateurs. Les collèges sont des institutions réservées aux magistrats. Le collège des arbitres de Rome est attesté. Les gladiateurs sont eux réunis au sein de la familia.

Pour conclure, cet ouvrage de vulgarisation pourrait être très intéressant. Il balaye l’ensemble de la gladiature, des origines à sa fin, de façon suffisamment condensée pour un lecteur novice, en l’accompagnant d’une belle iconographie. Mais l’auteur s’est trop attardé sur les hapax de la gladiature et sur des conjectures injustifiées, en faisant des vérités ce qui est extrêmement dommageable. Cet ouvrage, par certains aspects, va continuer de propager des idées reçues sur les gladiateurs, or je pense que le propos de l’auteur n’était pas celui-là.

Méryl Ducros,

Docteure en Histoire ancienne

1Un hapax est un mot, une image, ou autre, n’ayant qu’une seule occurrence dans un corpus donné.

Pour aller plus loin : Conférence de Brice Lopez : « 2000 ans de fake-news : idées reçues et préjugés sur la gladiature« 

Citer cet article comme : Méryl Ducros, Les gladiateurs – Histoire et armements, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/02/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22266.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search