Marc-Aurèle

Rossignol (B.), Marc Aurèle. – Paris : Perrin, 2020. – 715 p. – ISBN : 9782262037451 

Crédit image. Première de couverture – Perrin

Benoît Rossignol, maître de conférences en histoire romaine, nous livre ici un très beau livre consacré à la figure quasi mythique de Marc Aurèle. Sa perspective est historique et non philosophique, mais il ne fait aucun doute que les philosophes qui s’intéressent à cet empereur gagneraient grandement à le lire, voire à l’étudier en détail. Ils y trouveront en effet de très nombreux éléments, qui permettent de mieux comprendre comment la philosophie de Marc Aurèle s’enracine et se déploie au sein de l’école stoïcienne. Il est évident, n’en déplaise à certains esprits étranges qui écrivent à présent le contraire, que Marc Aurèle est stoïcien, et c’est ce que confirme ici l’enquête historique.

L’objectif de BR est de nous représenter Marc Aurèle. Il prend le parti de nous raconter d’abord l’enfant, romain par sa naissance, espagnol par ses origines ; puis l’adolescent frotté de philosophie, adepte de la chasse, qui accède par une série d’événements improbables à un pouvoir immense, auquel il n’était pas destiné ; l’empereur enfin, dont les principes philosophiques vont venir se heurter aux nécessités de la vie politique. Le récit nous porte comme dans un roman, d’abord parce que l’histoire de Marc Aurèle s’y prête, mais surtout parce que BR en fait un récit tout à la fois fascinant et agréable : les détails historiques et les analyses précises se déploient ici devant nous, sans être pesants ou ennuyeux. On sautera bien quelques pages, qui précisent les liens de parenté particulièrement embrouillés de certains personnages, mais l’auteur tient ferme son fil, et nous emmène d’une main toujours sûre dans les méandres de l’histoire.

Le livre s’organise en quatre parties : la première décrit l’enfance de Marcus Annius Verus, enfant mâle né à Rome dans l’une des familles les plus fortunées du Sénat Romain. Le livre nous peint avec vivacité les origines de cet enfant, en nous présentant l’arrière-grand père paternel de Marc, installé dans une petite bourgade d’Andalousie, et qui parvint à entrer au Sénat sous Néron, posant ainsi le premier jalon de la fortune familiale. La formation intellectuelle et politique de Marc est alors retracée, avec l’explication minutieuse de son accession inattendue au pouvoir. Nous rencontrons alors Hadrien, dont BR fait une peinture saisissante ; puis Antonin, qui joua un rôle fondamental dans la construction du caractère de Marc, ainsi qu’on peut le voir dans le premier livre de ses Pensées. Ainsi que l’explique BR p. 55, Marc eut la chance d’être aux mains de précepteurs adeptes de l’explication plutôt que de la correction physique, échappant notamment aux pratiques alors en vigueur dans les écoles publiques : l’indulgence, l’émulation, la récompense, remplacent pour lui les punitions, parfois cruelles. Son maître de littérature grecque, Alexandre de Cotyaion, fait figure d’idéal, corrigeant sans humilier, toujours comme en passant (p. 56). C’est ici que le travail minutieux de l’historien vient seconder celui du philosophe : cet élément d’histoire résonne en effet particulièrement avec certains traits de la doctrine de Marc, qui prône tout au long de ses Pensées les vertus de douceur, de bienveillance, et notamment l’idée qu’il faut prendre en compte la nature de l’autre pour le corriger, en entrant dans son fonctionnement propre. « Autant que possible, entre dans l’âme de celui qui parle », dira-t-il dans ses Pensées, VI. 53.

La deuxième partie, consacrée à l’adolescence de Marc (138-161), est une mine de renseignements sur sa formation intellectuelle et morale. Elle nous introduit aux rythmes d’une journée à la cour d’Antonin (p. 90), en commentant de manière extrêmement précise la correspondance avec Fronton, maître de rhétorique et ami particulièrement cher au cœur du jeune Marc, à qui il enseigna notamment la philostorgia, ou « tendre affection ». La question de la nature exacte de leurs relations est examinée p. 105 sq. L’enseignement du Portique occupe tout le chapitre 7 de cette seconde partie : on ne peut qu’admirer la maîtrise à la fois historique et conceptuelle dont l’auteur fait preuve ici, pour présenter dans sa complexité une école philosophique aux multiples visages. Ce chapitre, à la fois clair et précis, est tout à fait remarquable.

La troisième partie s’intéresse au règne de Marc Aurèle, de son accession au pouvoir en 161 jusqu’à sa mort en 180. « Ne pas se césariser », tel était l’objectif explicite de Marc, dont la première décision fut effectivement de partager le pouvoir avec son frère adoptif, Lucius Vérus, personnage haut en couleurs s’il en est, et qui n’aura de cesse de lui compliquer la tâche. Le règne de Marc Aurèle comme l’on sait fut particulièrement troublé, marqué de guerres incessantes, de catastrophes naturelles et d’épidémies en tous genres. Ce que l’on sait moins, c’est comment Marc réussit, au milieu de tout ce chaos, à maintenir ferme sa direction. C’est ce que nous explique justement cette partie, qui s’attache à nous peindre l’empereur dans ses diverses manœuvres de négociation avec le Sénat, comme dans ses décisions militaires les plus complexes.

Le lecteur trouvera dans ce chapitre des éléments de réponse précis sur quelques points brûlants, qui ont fonctionné souvent comme des objections contre la sincérité même du personnage : profondément stoïcien en théorie, il aurait été limité dans ses mouvements, voire se serait désavoué, une fois confronté aux nécessités des pratiques politiques et aux résistances des conventions sociales. De fait, il fit assez peu avancer la législation, notamment sur la question du statut des esclaves et de la pratique afférente de la torture (p. 233-237). On interroge par exemple la compatibilité des principes d’humanité défendus explicitement par le Portique avec les décisions de Marc, plutôt conservatrices. Encore une fois, la position stoïcienne est parfaitement exposée, et le lecteur comprend pourquoi l’accusation d’incohérence n’a pas lieu d’être (voir aussi p. 380-381, ou encore p. 451-452, concernant les combats de gladiateurs cette fois). La prétendue persécution des chrétiens est analysée dans le chapitre 30, intitulé « une non-rencontre : Marc et les chrétiens » (p. 471) : ce chapitre est très précieux pour comprendre les mécanismes qui ont joué ici, d’un côté comme de l’autre, pour mettre en place une sorte d’incommunicabilité programmée. Il est aussi l’occasion d’exposer le rapport à la religiosité de Marc, « stoïcien appliqué » (p. 480), qui réconcilie les rites romains et la piété rationnelle du Portique (avec notamment l’outil spécifique qu’est le daimôn, voir p. 484).

Nous trouvons p. 299-305 quelques pages particulièrement intéressantes qui, en se penchant sur l’état de santé de Marc, interrogent en fait son rapport au corps et à la souffrance, et qui permettent d’éclaircir les relations que l’empereur avait noué avec le célèbre médecin Galien (déjà p. 202-205), et aussi d’éteindre définitivement, par une explication toute simple, la thèse de l’empereur opiomane (p. 301).

On attirera de même l’attention du lecteur sur les pages 340-343, dans lesquelles BR explique comment les Pensées ont été rédigées, selon des schémas d’écriture répétitive spécifiques héritées des rhéteurs et des exercices spécifiquement stoïciens. Il conclut avec beaucoup de justesse (p. 344) qu’ainsi ce n’est pas dans le « boudoir » de Marc que nous entrons, mais bien plutôt « dans sa salle d’entraînement ».

La quatrième partie est consacrée à l’héritage transmis par Marc Aurèle et à la construction de son image d’empereur idéal. Elle commence par analyser les récits de sa mort, qui convergent vers un même objectif : souligner l’absurdité de l’avènement de Commode, stupide et brutal, sorte de Marc Aurèle à l’envers. Comment Marc a-t-il pu laisser l’empire dans des mains aussi désordonnées ? Sa sagesse a -t-elle été aveuglée par son affection ? BR avertit tout d’abord qu’il est impossible de savoir exactement quels étaient les qualités et les défauts de Commode à ce moment, et que toute autre solution était de toute façon impossible pour Marc Aurèle (p. 506-507). Les dernières pages du livre sont consacrées au règne bref de Commode, puis à la redécouverte des écrits de Marc, depuis Reuchlin en 1494, jusqu’à nos jours, en passant par Diderot, Renan et quelques autres.

C’est avec la dernière section « regards contemporains » que nous nous permettrons d’être en désaccord : BR conclut qu’« atteindre Marc depuis notre époque est difficile » notamment parce que « les normes morales de son époque ne sont plus les nôtres, son univers non plus » (p. 531). Sans doute l’auteur pèche-t-il ici par modestie. Ce que ce livre a bien montré, au contraire, c’est la capacité qu’a l’historien, lorsqu’il mène une enquête rigoureuse et précise, et qu’il a comme l’auteur l’aisance du récit, de nous faire comprendre et toucher du doigt, par-delà le temps, la complexité d’un personnage qui continue de nous parler ; les principes qui sont les siens peuvent encore être les nôtres, précisément parce qu’ils ont vocation à être universalistes et intemporels. Ainsi que le reconnaît d’ailleurs BR p. 532, Marc Aurèle est encore pour nous le paradigme de l’homme en qui s’effectue « la conjonction de l’excellence intellectuelle et morale avec le pouvoir politique », « la rencontre de la vertu et de la politique ». On pourrait donc dire, plutôt, que la leçon aurélienne par excellence est celle de l’inéluctable frottement entre la vertu et la politique, entre les aspirations particulières et l’exigence de perfection. Ce livre nous appelle à relire les Pensées, et à le faire avec les éclairages fournis par l’ouvrage de BR.

Christelle Veillard,

Maîtresse de conférence en philosophie ancienne – Université Paris Nanterre

Citer cet article comme : Christelle Veillard, Marc-Aurèle, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/02/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22292.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search