Épidémies antiques : problèmes et contextes, méthodes et documentation

Date. Vendredi 5 et samedi 6 mars 2021 de 9h30 à 18h00


Lieu. En visioconférence – contact Benoit.Rossignol@univ-paris1.fr

Le programme ANR PSCHEET, qui a débuté à l’automne 2019, envisage d’étudier, de manière pluridisciplinaire les épidémies et les maladies émergentes dans l’antiquité. Si ces questions sont aujourd’hui d’une actualité brûlante, elles font, depuis quelques années, l’objet de recherches nombreuses en histoire ancienne, en archéologie, en anthropologie et en paléogénétique ; recherches qui ont débouché d’ors et déjà sur des résultats nouveaux et des questions nouvelles. Une première rencontre scientifique à Rome en juin 2019 a préparé la mise en place du programme. Dans sa continuité, nous proposons deux journées de travail sur les épidémies antiques.
Depuis au moins l’article important de Richard Duncan-Jones sur la peste antonine, en 1996, la question de l’impact des épidémies antiques est revenue au cœur des débats. Toujours discutée, elle n’épuise cependant pas le sujet : la nécessaire prise en compte du fait épidémique dans l’écriture de l’histoire de l’empire romain ne saurait se limiter à une discussion qui opposerait maximalistes et minimalistes et pourrait sembler jouée d’avance. Plus que jamais, nous avons besoin d’approches précises et originales, respectueuses des spécificités des diverses sources, des diverses disciplines et permettant un dialogue entre spécialistes. Il importe aussi de considérer la place de l’épidémie et de ses divers mécanismes, des plus biologiques aux plus sociaux et culturels dans les sociétés antiques, voire dans les collectifs pour reprendre un terme de l’anthropologie contemporaine : l’épidémie engage aussi les rapports avec l’environnement et les non-humains, et en particulier les divinités.
Il s’agit donc, par des études ciblées de faire le point sur nos connaissances et de retrouver la perception, la conception et la narration des faits épidémiques anciens dans toute leur diversité. Si les épisodes les plus graves sont nécessairement au cœur de nos études, comme pour les trois grandes pandémies qui ont marqué l’histoire de l’empire – Antonine, de Cyprien et de Justinien -, il faut aussi prêter une attention forte à ce que peuvent nous enseigner des épisodes moins connus, voire fictifs ainsi que la réélaboration et la reprise de récits d’épidémies passées tant dans la littérature historique, que dans des ouvrages savants comme ceux de Pline ou dans le cadre de la poésie et de la philosophie.
Nombre de questions sont envisageables : quelles étaient les perceptions et les conceptions de la contagion, quels effets avait l’épidémie sur les pratiques et les représentations ? Quels étaient les usages du récit d’épidémie ? Peut-on déceler des évolutions à ces divers propos sur le temps long ou durant les crises épidémiques ? Chaque épidémie enfin peut sembler convoquer et dépasser le souvenir des précédentes, au moment où la situation sanitaire nous contraint à travailler à distance, nous pourrons être attentifs à l’articulation des héritages et des événements à travers les diverses échelles de temps impliquées par l’épidémie.

Source. Anhima


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search