La diffusion et l’influence de la philosophie d’Aristote en Chine à partir de la fin de la dynastie des Ming

Zhu (W.), La diffusion et l’influence de la philosophie d’Aristote en Chine à partir de la fin de la dynastie des Ming. Préface de J.-P. LEVET. — Limoges : PULIM, 2020. — 221 p. : bibliogr. — ISBN : 978.284.287.807.8

Crédit image. Première de couverture – Presses universitaires de Limoges

En raison de la mondialisation, de nos jours Orient et Occident se rencontrent sans cesse, via les voyages, le commerce et la circulation des idées. Il n’en a pas toujours été ainsi par le passé et les échanges n’ont pas toujours existé ou ont connu des vicissitudes. C’est le mérite de Madame Weijia ZHU d’avoir étudié la diffusion et l’influence de la philosophie d’Aristote en Chine, dans une thèse préparée et soutenue en France sous la direction conjointe du Prof. Jean-Pierre Levet de l’Université de Limoges et du Prof. Sishe HU, à ce moment-là président de l’Université des Études Internationales de Xi’an. Il est vrai que, dans la capitale du Limousin, elle a bénéficié d’un environnement très favorable puisque le Prof. Levet, docteur honoris causa de l’Université de Xi’an, y accueillait chaque année des étudiants chinois et y tenait un séminaire de master sur la philosophie comparée et contrastive de la Grèce et de la Chine.

La première partie de l’ouvrage traite de l’introduction et de la diffusion de l’œuvre aristotélicienne dans l’Empire du Milieu. W. ZHU, imprégnée de son sujet, se déplace allégrement à travers les époques. Ses lecteurs ne sont pas forcément aussi habitués qu’elle à jongler entre la datation à l’occidentale et la datation d’après les dynasties ; c’est pourquoi, afin de faciliter la compréhension et montrer clairement les intervalles temporels entre les faits évoqués, j’ai élaboré le tableau chronologique ci-dessous (ce qu’elle n’a pas fait dans son livre) :

Dates importantes

Événements en Chine

Personnages chinois

Événements en Grèce

Personnages grecs

770-476 a. C.

(Dynastie des Zhou) Période des Printemps et Automnes

Début du légisme

________

Confucius (551-479 a. C.)

________

Lao zi (un des maîtres du Taoisme)

475-221 a. C.

(Dynastie des Zhou) Période des Royaumes Combattants

Mo zi (479-392 a. C.)

_________

Légisme (Han Feizi , ca 279-232 a. C.)

Avènement de Philippe II, roi de Macédoine (359 a. C.)

_________

Victoire de Philippe II à Chéronée (338 a. C.), déclin des cités – états indépendantes

_________

Règne d’Alexandre le Grand (336-323 a. C.)

Aristote (384 – 322 a. C.)

221-206 a. C.

Dynastie des Qin

Légisme

/ / / / / / / / /

/ / / / / / / / /

/ / / / / / / / /

/ / / / / / / / /

/ / / / / / / / /

1368-1644

Dynastie des Ming

Arrivée de Matteo Ricci en Chine (1583)

1644-1911

Dynastie des Qing

Bulle « Ex illa die » du Pape Clément XI (1715)

__________

1ère guerre de l’opium (1839-1842)

__________

2nde guerre de l’opium (1856-1860)

1912-1949

République de Chine

1949 –

République Populaire de Chine

Si des contacts entre la Chine et l’Occident existaient depuis longtemps, on ne sait rien des échanges intellectuels qui ont pu avoir lieu en ces temps lointains. C’est au XVIe s. qu’on a des preuves effectives de la présence de la pensée d’Aristote dans cette région d’Extrême-Orient. Les responsables de cette diffusion sont des missionnaires jésuites et des lettrés autochtones. Parmi ces derniers figure le mandarin Li Zhizao (1565-1630) qui traduisit plusieurs ouvrages scientifiques occidentaux avec le jésuite Matteo Ricci et d’autres traités avec le jésuite Francisco Furtado. (Li Zhizao et Furtado donnèrent la première version chinoise de l’Organon aristotélicien). Ces religieux reçurent un bon accueil jusqu’au début du XVIIIe s. Il s’était établi, en effet, une sorte de consensus et les Jésuites dans leurs façons d’agir tenaient compte des usages chinois. Ce ne fut pas du goût de la papauté qui interdit ces pratiques (bulle « Ex illa die » du Pape Clément XI en 1715). Cette « Querelle des rites », comme on l’appela, entraîna l’expulsion des missionnaires et par conséquent la fin de leur action dans le pays. La Chine se ferma alors à tout ce qui venait de l’étranger et s’affaiblit peu à peu, ce qui poussa à l’attaquer. Elle fut vaincue dans plusieurs guerres successives dont les plus connues sont peut-être celles dites « Guerres de l’opium ». Ces défaites suscitèrent une réaction dans les classes dirigeantes chinoises qui décidèrent d’introduire les savoirs occidentaux et de les étudier pour rendre leur patrie plus forte contre ces adversaires. W. ZHU relate l’histoire de ce mouvement et montre de quelle manière il se déroula, ainsi que les étapes qu’il a parcourues jusqu’à nos jours.

La deuxième partie de cette thèse comprend cinq chapitres. Dans chacun d’eux, W. XHU choisit un thème et compare les théories aristotéliciennes sur celui-ci avec celles d’un grand penseur chinois sur le même sujet en mettant en évidence les ressemblances et les différences. Ainsi le premier chapitre établit-il un parallèle entre l’éthique d’Aristote et celle de Confucius. Le deuxième chapitre met face à face la logique d’Aristote et celle de Mo zi. Le mouvement de celui-ci, nommé moïsme, adopte un point de vue qu’on pourrait qualifier d’utilitariste, ne considérant que l’intérêt général et prêchant que le seul critère pour juger une doctrine est le bien qu’elle apporte au peuple, alors que Confucius, lui, mettait la morale au-dessus de tout. Ce sont les manières de gouverner que l’auteure aborde dans son chapitre III où elle confronte ce que dit Aristote avec les opinions du courant appelé « légisme » dont un des représentants les plus célèbres est Han Fei et qui fut doctrine d’état sous la dynastie des Qin (221 a. C.-207 a. C.). Le légisme, pessimiste en ce qui concerne la nature humaine, prône un gouvernement fort, fondé sur des lois connues de tous et s’appliquant à tous, pour assurer la cohésion sociale. Le quatrième chapitre s’occupe des principes d’éducation chez Aristote (qui, on le sait, fut précepteur d’Alexandre) et chez Confucius. Enfin, le dernier chapitre de cette deuxième partie s’intéresse à la vision du monde et de l’humanité qu’ont respectivement Aristote et Lao zi, adepte de la philosophie naturelle et qui, comme l’écrit W. ZHU, p. 139, « est considéré comme le père fondateur du taoïsme ». Au fil de ces pages, elle aborde ainsi la plupart de ceux qui ont été les plus importants courants de pensée de l’Empire du Milieu.

La troisième partie scrute les traits de la Chine contemporaine où l’on peut déceler une influence aristotélicienne. L’auteure se penche tour à tour sur la diffusion de la logique — qui n’appartient pas à la culture traditionnelle chinoise — (chap. I), sur l’enseignement supérieur et sur l’introduction des disciplines occidentales (chap. II), sur le système politique et sur le système juridique (chap. III), sur l’éthique (chap. IV).

Le style est parfois un peu maladroit, chose tout à fait excusable chez une Chinoise qui fait l’effort de rédiger sa thèse en français.

Il ressort de cette recherche, comme le relève justement, J.-P. Levet dans sa préface (p. 9-10), que l’homme d’aujourd’hui dans le monde d’aujourd’hui a tout intérêt, non à s’enfermer dans sa propre culture, mais à s’ouvrir à celle de l’Autre et à l’assimiler comme complémentaire, une complémentarité que ce professeur a toujours eu à cœur de mettre en lumière dans ses séminaires. Cela suppose, bien entendu, ajoute-t-il en substance, qu’en Occident comme en Orient chacun puisse avoir accès à la culture, c’est-à-dire, entre autres, à l’étude de l’Antiquité. La nécessité de connaître son « héritage » est la deuxième grande leçon de ce livre passionnant.

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, La diffusion et l’influence de la philosophie d’Aristote en Chine à partir de la fin de la dynastie des Ming, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/03/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22327.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search