L’Empire romain

Cosme (P.), L’Empire romain. CNRS, Documentation photographique, Histoire, n°8136, 2020.

Crédit image. Documentation photographique

Dans ce mince dossier (65 pages), P. Cosme brosse une histoire et un portrait de l’Empire romain depuis la gestation du principat sous César et Auguste jusqu’à la disparition de l’empire d’Occident au Ve siècle. La publication est structurée en deux parties d’inégale importance.

La première, très synthétique, (p. 2-16) fait le point des connaissances sur les structures et les mutations de l’empire du modèle augustéen à l’empire chrétien tardif. Elle aborde la question du régime – le pouvoir impérial, sa nature et ses institutions, ses discours et ses réalités, la place majeure qu’y occupent le droit et les juristes – puis celle de l’espace impérial – son extension, sa centralisation (Rome capitale), sa diversité (le monde des cités) – et enfin celle des mutations qu’engendrent les menaces barbares, les crises du IIIe s. et le christianisme.

La seconde, la plus longue, (p. 17-63) adopte une approche thématique qui, comme l’explicite son intitulé « Thèmes et documents » associe méthodiquement des exposés historiques et un choix de documents. P. Cosme a retenu quatre grands thèmes : dans le respect de la chronologie, le premier, L’empire au fil du temps, rappelle les évolutions du régime et de l’empire de l’établissement du Principat à la disparition de l’Empire romain en Occident (p.18-29). Le deuxième, L’État et la société, aborde les structures gouvernementales et militaires, la stratification et les relations sociales (p. 30-37). Le troisième, Un ou des mondes romains ?, traite de l’unité et de la diversité du monde romain – Rome mégapole et capitale, provinces, échanges économiques, frontières, capitales de l’empire au IIIe et IVe siècles (p. 38-51). Le quatrième, Culture et religion, est consacré au paganisme et au culte impérial, aux relations de Rome avec les juifs et les chrétiens, à l’empire chrétien et enfin à l’éducation et à la culture, aux loisirs et aux spectacles (p. 52-63).

Présenter en 63 pages cinq siècles d’une histoire aussi exceptionnelle que spécifique est un défi, voire une gageure. P. Cosme réussit assez bien l’exercice. Associant approches chronologiques et thématiques, il montre les grandes évolutions historiques et les pérennités du système impérial, l’unité et la diversité de l’oikoumène gréco-romain. La mise en page qui met en face à face l’exposé de l’a. et une sélection des documents qui en fondent les analyses est efficace. Les illustrations sont de qualité, les photographies excellentes, les cartes très lisibles, les extraits de sources écrites et épigraphiques sélectionnés pertinents et, quoique très sélectives, les références bibliographiques proposées en fin de volume sont utiles.

Puisque le genre du compte-rendu le veut, on émettra quelques remarques critiques. Globalement, l’a. s’en tient traditionnellement à un décryptage juridique du monde romain – ce qui est légitime, on ne peut rendre une société historiquement intelligible qu’en prenant en compte ses propres critères – mais en évacuant les questionnements sur le rôle que jouent les système économiques, sociaux et culturels dans la structuration institutionnelle et idéologique du pouvoir (la société est traitée avec l’État, non avec l’économie et la culture) et les approches des chercheurs anglo-saxons (cf. par exemple P. Garnsey et R. Sallers, L’Empire romain, Économie, société, culture, trad. française, Paris, 1994). Dans quelle mesure peut-on parler d’un État romain ? Ne vaudrait-il pas mieux parler de culture et de religion au pluriel ? Quant aux documents, leur présentation est parfois sommaire (mais c’est inévitable étant donné les contraintes éditoriales), certains plans sont vieillots (Palais impériaux p. 31) ou approximatifs (celui de la Domus Aurea comporte plusieurs erreurs p. 39).

Au final, les enseignants du secondaire qui constituent le lectorat visé par la « Documentation photographique » trouveront dans le fascicule sur l’empire romain une aide appréciable pour bâtir leurs cours.

Yves Perrin,

Professeur d’histoire romaine

Citer cet article comme : Yves Perrin, L’Empire romain, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/03/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22343.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search