Mythes et Artistes de la Grèce antique au Louvre

Mythes et Artistes de la Grèce antique au Louvre, Web série proposée par Coupe-Fil Art et Scribe Accroupi et présentée par Ludovic Laugier, Paris, 2021, 1h32mn13s en 4 parties.

Ces quatre petits films, qu’on peut voir aussi sur YouTube présentent chacun un artiste ou une divinité à travers des rondes-bosses conservées au Louvre, sans se cantonner pour autant à ces œuvres. Le premier (20mn 28s) s’intéresse à Crésilas et à la restauration de la Pallas de Velletri ; le deuxième (27mn 25s) présente des œuvres attribuées à Praxitèle ; le troisième (16mn 25s) est centré sur les représentations d’Héraclès et le quatrième (27mn 55s) sur celles d’Aphrodite.

Le Conservateur Ludovic Laugier nous guide pour une visite dynamique et attractive de la petite galerie des Antiquités du Louvre. Il parle sans notes des œuvres qu’il présente, passant de l’une à l’autre, et de celles d’autres musées qu’il invoque pour des comparaisons ou des confrontations et qui apparaissent grâce à des incrustations dans l’image.

La présentation de Crésilas, contemporain moins célèbre de Phidias et Polyclète, permet, au-delà de l’originalité du sujet, de s’intéresser à la restauration de la Pallas de Velletri, copie romaine en marbre d’un original sans doute en bronze qu’on lui attribue. C’est aussi l’occasion pour L. Laugier d’expliquer sur quels éléments se fondent les savants pour déterminer les liens qui existent entre les œuvres que nous connaissons par les textes et celles que nous avons retrouvées, souvent sous forme de copies romaines, et dans un deuxième temps pour retrouver l’auteur de la statue originale. Il faut souligner ici l’aisance avec laquelle L. Laugier traite cette question qui pourrait paraître a priori plutôt aride. La même aisance transparaît dans la façon dont il montre les difficultés et les défis que pose la restauration d’une œuvre, entre la volonté de retrouver une forme complète, celle de ne pas trahir les intentions de l’auteur et la nécessité de rendre visibles, sans qu’ils soient disgrâcieux, les compléments indispensables. La référence constante aux œuvres est sans doute la clé de cette réussite.

Le volet consacré à Praxitèle, un des artistes les plus connus et les plus célébrés de l’Antiquité grecque, permet d’aborder des sujets différents : que savons-nous de la façon de travailler des artistes grecs ? Comment faisaient-ils connaître leur production ? L. Laugier aborde ici les questions complexes des signatures et du rapport entre l’artiste et l’artisan dans l’Antiquité. Il ne perd pas pour autant de vue l’œuvre de Praxitèle, du moins ce que l’on en connaît, entre l’Apollon Sauroctone et les statues féminines, comme l’Artémis Brauronia ou l’Aphrodite de Cnide. Le discours s’appuie toujours sur les statues (les copies) présentes au Louvre, sans s’interdire d’intercaler une image venue d’ailleurs : ainsi de l’Hermès d’Olympie, qui porte dans les bras le petit Dionysos. L. Laugier montre ainsi les traits stylistiques déjà soulignés par les auteurs anciens, traits qui permettent d’attribuer au sculpteur, avec une certaine vraisemblance, telle ou telle œuvre connue par des copies. Il prend aussi le temps d’évoquer les problèmes posés parfois par la datation des œuvres, entre les incertitudes de la tradition écrite et les hésitations des modernes dans l’attribution des copies.

Le film sur Héraklès est légèrement plus court et vise un but sensiblement différent : il s’agit plutôt ici de montrer comment se fait la représentation d’un héros très populaire dans le monde grec et comment les artistes s’efforcent d’apporter des détails nouveaux à des représentations dont les éléments fondamentaux doivent rester immuables. L. Laugier utilise ici à la fois les métopes du temple d’Olympie, avec leur alternance de scènes dynamiques et de scènes statiques, et les copies de l’Héraklès au repos attribué à Lysippe. Ou comment faire comprendre qu’un héros à la force surhumaine, transcrite dans une musculature particulièrement marquée, peut aussi éprouver des sentiments de lassitude, voire de découragement, comme tout être humain ordinaire. Là encore L. Laugier sait faire suivre de façon vivante la démarche de l’artiste face à son sujet.

La dernière vidéo s’intéresse à la représentation d’Aphrodite et à son évolution à travers les époques, depuis l’Aphrodite Sosandra, attribuée à Calamis, représentée toute habillée et de façon assez austère, jusqu’à l’Aphrodite de Cnide de Praxitèle, première représentation féminine nue, en passant par la Vénus Génitrix, sans doute reprise à un original de Callimaque pour servir les desseins politiques de César, sans oublier la Vénus de Milo et la Vénus d’Arles. À travers ces œuvres emblématiques, c’est toute l’évolution de la représentation féminine qui se déroule sous nos yeux. L. Laugier revient ici sur des thèmes qu’il a déjà évoqués dans les films précédents, en les adaptant aux statues considérées, et en les envisageant sous d’autres angles. On aboutit ainsi à une revue assez complète des questions que se posent chercheurs et restaurateurs pour replacer les œuvres dans leur contexte et pour définir le style des artistes dont les noms nous ont été transmis par les sources anciennes.

On pourra certes relever ici ou là de petites erreurs, ou plutôt sans doute des lapsus que la forme de l’exposé oral ne permet pas de corriger. Mais l’ensemble accroche par la présence de l’orateur et par la variété des thèmes abordés. En partant de situations concrètes, L. Laugier donne une vision dynamique et vivante de la sculpture grecque présente au Louvre et attirera sans doute de nouveaux visiteurs dans les galeries des musées.

Marion Muller-Dufeu
Univ. Lille, CNRS, Ministère de la Culture – UMR 8164-HALMA

Citer cet article comme : Marion Muller-Dufeu, Mythes et Artistes de la Grèce antique au Louvre, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/03/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22355.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search