Femmes libres de la mythologie

Lanoe (A.) (Auteur), Dussutour (A.) (Illustrateur), Raut (J.) (graphisme), Femmes libres de la mythologie. – Paris, Fleurus : 2020. – 48p. – ISBN : 9782215165262

Crédit image. Première de couverture – Fleurus Éditions

Écrire sur la mythologie classique, et sur les femmes, relève toujours d’un défi, car le risque est grand de tomber dans la banalité, dans la généralisation ou dans l’anachronisme, en oubliant la spécificité de chaque culture et la nécessité d’un regard critique. Ce défi n’en est que plus délicat lorsqu’on s’adresse à un jeune public que l’on veut sensibiliser à la connaissance des personnages féminins du passé tout en les inscrivant dans les débats socio-politiques actuels. Ces dernières années il est en effet de mise, succès éditorial ou gage d’engagement obligent, d’affubler les femmes d’étiquettes ou de qualificatifs captivants tels que « libres », « rebelles », « insolentes », « révoltées » et donc (hélas !) « extraordinaires ». Comme si pour sortir les femmes du silence de l’histoire il fallait un mot de passe, une sorte de formule magique à même de leur restituer dignité et reconnaissance. Le mouvement #MeToo, qui a marqué un tournant décisif dans la prise de conscience collective des inégalités hommes-femmes, n’a fait que cautionner cette démarche, en lui donnant ses lettres de noblesse.

Crédit image. Fleurus Éditions

L’ouvrage publié par les éditions Fleurus, Femmes libres de la mythologie. 12 Portraits qui nous inspirent, écrit par Anne Lanoë et illustré par Alice Dussutour, s’inscrit ouvertement dans cette perspective par le joli jeu de mots qui l’ouvre : « #Mytho ». Il se présente en effet comme une série de portraits de personnages féminins de la mythologie grecque censés révéler « un peu de girl power au pays de Zeus ». Douze déesses et héroïnes « qui nous inspirent » car elles « luttent pour faire valoir leurs droits et pouvoir exister, être libres, vivre selon leurs convictions » (p.7). L’idée, ou l’intention, est loin d’être mauvaise, mais on peut s’interroger sur la pertinence dans le choix des personnages, choix qui semble confondre les notions de pouvoir, de liberté et d’indépendance, et qui accorde parfois au simple fait d’agir une volonté d’affirmation de soi voire un élan libertaire. Ces douze femmes, que même le trait d’Alice Dussutour présente parfois au regard identique, figé, comme si elles posaient pour nous, lecteurs, sont en réalité très différentes les unes des autres, dans leurs combats ou dans leurs destins, et il est donc assez étonnant de les trouver côte à côte. Ce sont parfois des femmes qui par amour se perdent elles-mêmes, comme Ariane, qui sauve Thésée de la tyrannie de son père et finit par être abandonnée par lui, ou Circé, qui renonce à ses pouvoirs pour Ulysse ; des victimes écrasées ou abusées, et l’on songe notamment à Gaïa, la déesse primordiale qui se venge violemment du joug que lui impose son mari Ouranos pour délivrer ses enfants ; des mères en souffrance, comme l’inconsolable Déméter, qui a perdu sa fille Coré et se heurte à l’ordre établi par les dieux avant d’obtenir le droit à une sorte de garde alternée, ou Thétis qui, à défaut d’avoir épousé un dieu, s’obstine à tout prix à vouloir rendre son fils Achille immortel ; mais on trouve aussi des déesses dont la toute-puissance, nous laisse entendre l’auteure, réside dans leur refus de se marier, comme Artémis, chasseresse libre et insoumise « car éternellement jeune fille » (et qui prend la “liberté” d’imposer son choix de chasteté à ses suivantes … et gare aux jeunes filles désobéissantes !) ou, vice-versa, dans leur capacité de multiplier les amants, que par exemple Aphrodite, déesse du désir et de la séduction, se serait plu de cumuler pour se venger de son mariage forcé avec Héphaïstos ; ou encore des femmes punies par les dieux pour avoir osé les défier, comme Méduse ou Cassandre (et d’innombrables autres personnages du mythe). En quoi, pourrait-on se demander à propos de ces dernières, le pouvoir de tuer d’un regard ferait de Méduse une femme libre, elle qui n’a pas eu son mot à dire dans le choix de son destin ? Jeune fille violée et, selon une version du mythe, transformée en créature terrifiante par Athéna, Méduse a certes voulu rivaliser en beauté avec la déesse, mais serait-ce là sa marque d’indépendance ? Et que dire de Cassandre, qui accepte d’Apollon le don de la voyance mais se sent “libre” de ne pas respecter le pacte qu’elle a passé avec le dieu ? C’est oublier que c’est bien cela qui fait d’elle une prophétesse condamnée à ne pas être crue et donc à la pire prison qui soit : la négation de soi. Parmi toutes ces femmes et déesses, celles que l’on peut véritablement considérer comme libres et indépendantes sont surtout la fière et indomptable Penthésilée, guerrière amazone qui se bat avec courage aux côtés des Troyens, sympathiquement représentée par Alice Dussutour comme une sorte de Calamity Jane avant la lettre, au-delà de tout cliché de genre; et Antigone, figure mythique inspirante, non-violente, qui incarne le modèle de la femme en révolte, défiant le pouvoir arbitraire d’un tyran.

Chaque portrait est précédé par un chapeau introductif qui résume en quelques lignes les traits du personnage et permet d’apprendre l’essentiel de son histoire (ou plutôt le détail de son histoire qui permet à l’auteure de le faire entrer dans la case « libre »). Suit le récit mythique, qui occupe une ou deux pages et auquel une très brève conclusion vient apporter une interprétation. La présentation graphique, claire et élégante, est sans doute conçue pour aider les enfants à mieux se repérer dans l’articulation de ces trois parties bien distinctes. On apprécie, en fin d’ouvrage, une carte de la Grèce qui présente quelques lieux évoqués tout au long de l’ouvrage (et que les lecteurs pourront s’amuser à compléter), ainsi qu’un arbre généalogique détaillé des trois premières générations de dieux et déesses.

Le résultat est un livre agréable à lire (Anne Lanoë a pris le bon parti d’introduire de nombreux dialogues pour rendre les personnages plus proches de nous), accompagné par de belles illustrations aux couleurs chaudes et flamboyantes et aux lignes sinueuses, mais qui ne saurait avoir aucune prétention de fidélité à l’âme et à l’épaisseur de la mythologie et de la culture grecques. Un livre donc qui se réapproprie les récits anciens très librement, sans trop d’embarras pour les imprécisions, inexactitudes et approximations (à titre d’exemple, aucun dieu grec n’agit « au nom de la morale », les Athéniens livrés en pâture au Minotaure sont sept jeunes garçons et sept jeunes filles, et Circé ne transforme pas les hommes en bêtes « pour ne plus être seule »).

Il est toujours bienvenu, même lorsqu’on n’est pas spécialiste du monde grec, de rendre hommage à des femmes du mythe qui pour des raisons différentes et variées se révoltent afin d’échapper au sort qui les accable ou tout simplement trouvent des stratagèmes pour mieux s’en sortir dans leur vie. Ce faisant, on rappelle l’importance de se tourner vers les récits du passé pour trouver les réponses aux combats et aux questions d’aujourd’hui. Un message fondamental à destination des jeunes lecteurs (dès 9 ans), invités à puiser dans la littérature, plutôt que dans les écrans, sinon des modèles de comportement (on ne saurait considérer toutes ces femmes des exemples à suivre et Anne Lanoë en est bien consciente), du moins assurément une injonction au courage, à la volonté, à la révolte contre toute violence, à la remise en cause de l’ordre établi et à la libre-pensée.

Marella Nappi,

Docteur en histoire et littérature grecques

Enseignante de Lettres Classiques au Collège/Lycée Sévigné – Paris

Citer cet article comme : Marella Nappi à propos de Femmes libres de la mythologie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/03/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22373.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search