Infographie de la Rome antique

Scheid (J.), Guillerat (N.) (Data Design) et Melocco (M.), Infographie de la Rome antique. – Paris : Passés/Composés, 2020. – 128p. – ISBN 978-2-393-3085-8.

Crédit image. Première de couverture – Passés/Composés Editions

L’ouvrage composé par John Scheid, Milan Melocco et Nicolas Guillerat propose une approche visuelle et synthétique d’un grand nombre de questions d’histoire romaine, sous les aspects juridiques et institutionnels, économiques, sociaux, religieux, démographiques. L’introduction pose les limites imposées à l’étude sur les deux mille ans d’histoire de Rome : sont principalement retenus l’Occident, et plus spécifiquement le noyau originel, la cité, l’Italie, jusqu’en 476, en excluant la période royale et en privilégiant la fin de la république et les trois premiers siècles de l’empire, en raison des contraintes imposées par l’inégalité et les lacunes des sources. La matière restant toujours immense, des choix ont été opérés et justifiés, par exemple le renoncement à un traitement frontal de l’histoire culturelle ou architecturale, ce qui n’empêche nullement des aperçus (p. 22 et 23 le plan de Rome de Bigot ; p.58 et 59 pour certains plans de temple, de tholos et de  temple pseudo-périptère1).

Même en adoptant ces prudentes limites, la matière restait immense, variée et changeante de sorte que toute approche globale comme l’exige la restitution graphique relevait de la gageure, même avec l’aide précieuse des courtes synthèses qui éclairent le texte. En plus, l’ambition de cet ouvrage est de s’adresser à plusieurs lectorats. Pari réussi car tous y trouveront de très utiles mises au point : les enseignants de l’école, du collège et du lycée, leurs élèves, les étudiants en histoire ou en lettres, les enseignants-chercheurs dans leurs activités pédagogiques et les esprits curieux, de tous âges et de tous niveaux de familiarité avec la civilisation romaine. La recette de la réussite vient de la variété des angles d’approche ; l’initiation est possible grâce au traitement limpide des thèmes généraux (la physionomie de l’empire, la composition d’une légion romaine, la topographie et l’administration de la ville de Rome, le fonctionnement du système politique). En revanche les étudiants pourront tirer profit du traitement de données plus spécialisées (l’aménagement des régions de Rome d’après les régionnaires du IVe s.; la poliorcétique, l’histoire des corps de troupes). Enfin, les lecteurs soucieux de précision pourront aisément comprendre la tactique de Zama, de Cannes ou d’Actium grâce à des plans des évolutions des corps de troupes ou se mettre à jour sur les dynasties impériales et leurs intrications serpentines.

Si la volonté pédagogique domine, la dimension épistémologique n’est pas absente puisqu’on peut utiliser ce travail aussi bien pour l’information crée par la synthèse que pour l’analyse des choix iconographiques et sémiologiques réalisés à partir des sources. En effet, la palette très large des solutions adoptées (schémas, graphiques de tous types, stemmata et arborescences, croquis de synthèse, discours cartographiques et leur combinaison pour exposer une même question) entraîne une réelle sollicitation intellectuelle.

Le livre est divisé en trois chapitres principaux, « Territoires et population de l’empire », « Gouverner, vénérer les dieux et pourvoir aux besoins » et enfin « La puissance militaire romaine ». L’ampleur des thèmes traités et l’originalité de la traduction graphique ne sont pas équivalents entre les parties : le traitement graphique de la religion romaine est un point de vue assez inédit, en revanche les questions militaires ont souvent bénéficié de ces approches. La dernière partie a donc une thématique plus resserrée mais elle se prête bien à ce traitement et bénéficie de l’expérience de Nicolas Guillerat sur les questions militaires, puisqu’il a déjà abordé la Seconde Guerre Mondiale en infographie.

Dans le détail, les préférences dépendront de chacun en fonction de ses centres d’intérêts et de ses exigences. Pour une approche claire de l’emprise territoriale de l’Empire et des modalités de l’expansion romaine, les cartes des pages 13 à 15 seront très utiles. Pour une compréhension rapide du système politique, les schémas des p. 38 à 47 rempliront parfaitement ce rôle. Sur le chapitre de l’armée, les p. 77 à 105 offriront un panorama très complet et à bien des égards stimulant des questions d’organisation de stratégie et de tactique (mention spéciale pour les questions maritimes vraiment très bien traitées en dépit de quelques points de détail p. 100-106).

Des points de détail peuvent quand même étonner le connaisseur. Pour prendre quelques exemples concrets, une analyse serrée de certains schémas révèle des problèmes. Ainsi pour le tableau synoptique des magistrats romains p. 45, le fait de considérer les sénateurs comme des magistrats ne va pas de soi : certes les mêmes hommes sont tour à tour des magistrats sur de courtes périodes et des sénateurs sur de longues périodes, mais ils n’ont pas du tout le même rang institutionnel puisque les sénateurs sont des privati, alors que le magistrat est par définition le détenteur transitoire d’une partie de la puissance publique. Faire commencer le Sénat avec la République est une erreur, puisqu’il y avait un Sénat aux temps de la royauté ; lui attribuer le nombre de 300 membres pendant toute la période républicaine puis impériale est aussi fautif : cela n’est vrai que jusqu’à Sylla (81 av. J.-C.) où l’assemblée passe à 600 avant d’être poussée par diverses mesures césariennes et triumvirales au seuil de presque mille avant de décroître à 600 au début du principat d’Auguste, effectif qui a prévalu jusqu’à l’époque tardive avant de passer à 2000 au moment de la réforme constantinienne. Dans le même schéma, placer parmi les magistrats les légats impériaux, les préfets sénatoriaux et équestres ainsi que les divers curateurs est sujet à caution d’un point de vue institutionnel même si, de fait, l’intégration de ces fonctions nouvelles à la carrière sénatoriale est assez rapidement organisée à partir d’Auguste. Quant à elle la carrière équestre n’est pas un cursus honorum.

D’autres questions restent en suspens parce qu’il n’est pas aisé de comprendre ce que certaines données indiquent. Pour prendre l’exemple des navires, que signifie « Rome 68 av. J.-C. » pour la quinquérème, navire qui fait partie de la flotte romaine dès la première guerre punique (264-241), comme le rappelle d’ailleurs la notice, et qui est normalement utilisée jusqu’aux guerres civiles de la fin de la République incluses, puis sous l’Empire au point d’être abrégé dans son expression épigraphique (p. 101)

Pour les effectifs de la population, on relève certaines ambiguïtés. En effet, p. 14-15 une grande fresque combine l’évolution de l’empire en termes à la fois de démographie, de superficie, de localisation (carte), de modalités d’appropriation, de densité de population. La synthèse de toutes ces approches que montre cette double page est en soi proprement géniale. Elle ne lève toutefois pas toutes les interrogations d’un esprit curieux : pourquoi perd-on 30 millions d’habitants en 60 ans alors que la superficie n’a pas diminué? La peste antonine a-t-elle fait de si grands ravages? Ou faut-il voir les effets d’un changements des procédés de comptages, du statut des populations?. Cela intrigue et l’on se reporte alors aux pages 24 et 25 montrant l’évolution du peuple romain (ou de la population de l’imperium romani?), qui passe lentement de 29,8 millions vers 300 av. J.-C. (ce qui ne saurait être le peuple romain à ce moment, donc il faut comprendre tous types confondus), à 45 vers 200 apr. J.-C. avant de redescendre deux cents ans plus tard à 37 en 400 (les épidémies et les abandons de territoire l’expliquent alors) et vers 600 à 29,3 dans un phénomène de récession multifactoriel. Mais p. 26 et 27 on retrouve la décroissance brutale du IIe s. (de 70 à 40 millions) et celle-ci aurait affecté toutes les catégories de populations pérégrins comme citoyens. L’explication de ces variations n’est pas évidente dans les textes d’accompagnement.

Enfin, il y a des exemples de schématisme quelque peu excessif. Le spécialiste toussote en voyant la séparation visuelle entre populares et optimates (p. 107) qui n’ont jamais constitué de camps, ni même un horizon idéal uniforme, même s’il y a des polarisations. Cela rend quelque peu caduque le classement commode mais fallacieux, des grands hommes de la fin de la République dans un camp plutôt que dans l’autre. Ainsi, faire de Pompée un optimas, ne correspond qu’à une part de sa carrière, le début et la fin, entre temps, il a beaucoup oscillé. César n’est-il qu’un popularis et Cicéron qu’un optimas? Lépide le triumvir a-t-il jamais été l’un ou l’autre ? César-Auguste, ne saurait être considéré comme un popularis, même s’il a su à certains moments emprunter ce langage. C’est fort dommage car le résumé des axes de la pensée populaire est très bien exposé (défense et extension de la souveraineté du populus, lois agraires et frumentaires, ouverture de la citoyenneté. Pourtant, Cicéron, qui théorise l’excellence du Sénat et milite pour son rôle d’arbitre suprême, ce qui en fait un défenseur du statu quo, n’avait rien contre les jurys équestres et de nombreux optimates, dont lui, ont pris des mesures contre l’endettement excessif des provinciaux. Ces contradictions viennent de ce que la ligne de partage politique portant sur les tribunaux ne correspond qu’aux années 123 à 70, la participation équestre aux jurys n’est ensuite plus remise en question et de ce que l’endettement provincial n’est pas l’endettement du peuple de Rome ou l’endettement aristocratique qui, lui, concerne tous les camps. Il y aurait aussi des nuances à apporter sur les statuts inégalitaires entre affranchis selon les différentes manumissions (p. 26).

Ces remarques sembleront des arguties aux novices qui ne s’arrêteront pas à ces points de détail. Le simple fait que leur explication exige un long paragraphe montre qu’ils étaient rétifs à la synthèse. Il a donc fallu aux auteurs faire des choix et ils sont tous intéressants. Aucune de ces remarques ne diminue le mérite et la valeur de l’immense travail de synthèse et d’explicitation accompli ici.

Pour conclure, je finirai sur ce qui est le début, le coup d’œil. Le livre est beau, coloré et ludique. Les formats des pages (dont on peut féliciter les éditeurs et imprimeurs) permettent soit le déploiement de grandes cartes, dont l’échelle permet une lecture aisée d’informations synthétiques, ou l’insertion au contraire d’une foule d’informations, sans surcharge, soit au centre, soit en périphérie, de sorte que lorsqu’on pense avoir fait le tour des diverses questions représentées, on trouve encore des informations, dans un coin. Bref, c’est un livre que l’on a envie de montrer, mais en le retenant fermement de peur que des mains avides ne l’arrachent ; c’est un livre que l’on a le soin de garder tout près de soi, pour le feuilleter, le consulter, y revenir, s’amuser, s’éclaircir l’esprit.

Marie-Claire Ferries,

Maîtresse de conférences en Histoire romaine – Université Grenoble Alpes

1 Un temple pseudo périptère est un édifice rectangulaire qui présente des colonnes en façade mais dont les colonnes sur les côtés  sont intégrées à la maçonnerie du bâtiment ; ce type de plan est celui de la Maison Carrée de Nîmes, du temple de Portunus à Rome.

Citer cet article comme : Marie-Claire Ferriès, Infographie de la Rome antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/03/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22407.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search