Tesori dalle terre d’Etruria. La collezione dei conti Passerini, Patrizi di Firenze e Cortona

Date. Du 29 Octobre 2020 au 31 Mai 2021

Lieu. Musée archéologique de Florence – Italie

Fig. 1 (n°45 dans le catalogue de l’exposition), vitrine 1 : Napoleone Passerini, photo de Giacomo Brogi (Scandicci, Florence) appartenant à Alessandro Tramagli. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

L’exposition « Tesori dalle terre d’Etruria. La collezione dei conti Passerini, Patrizi di Firenze e Cortona » est consacrée à la collection archéologique privée du comte Napoleone Passerini, professeur d’agronomie à l’Institut supérieur de Pise puis sénateur du Royaume d’Italie (1862-1951, Fig. 1). Cent cinquante ans après sa constitution, cette collection est pour la première fois exposée au public dans le Salone del Nicchio du Musée archéologique national de Florence (ci-dessous MAF, faisant partie de la Direction régionale des musées de la Toscane) du 29 octobre 2020 jusqu’au 31 mai 2021.

L’exposition a été organisée à l’initiative du MAF sous le commissariat de son directeur, Mario Iozzo, et de Maria Rosaria Luberto, archéologue de la Scuola Archeologica Italiana à Athènes. Le visiteur peut y contempler 295 objets inédits provenant de mobiliers funéraires étrusques de l’Ager Clausinus, aux alentours de Chiusi (artefacts domestiques, vases, parures, terres cuites, bronzes et ivoires). Nous précisons que 82 antiquités étrusques et grecques, rendues en 2016 par une donatrice anonyme au Commandement des carabiniers pour la Tutelle du patrimoine culturel de Florence, et 18 souvenirs personnels de Napoleone Passerini ont complété la collection.

L’histoire des objets exposés mérite d’être racontée. Déjà connue des spécialistes en 1875 et héritée partiellement du père Pietro Passerini de Cortone, la collection résulte de la réunion de deux noyaux principaux, le premier appartenant à la Villa Bettolle et le second à la Villa Le Rondini à Scandicci (Florence). Les objets proviennent plus particulièrement des localités toscanes de Bettolle, Sinalunga et Foiano della Chiana entre Florence et Sienne, où une trentaine de tombes et une grande nécropole étrusques furent découvertes par des paysans et archéologues non professionnels entre 1875 et 1879. Victimes de multiples péripéties, les deux noyaux démembrés ont ultérieurement été reçus par le MAF et intégrés aux anciennes donations de Napoleone Passerini, comprenant quelques bijoux et parures étrusques : « Ci troviamo dunque davanti alla rarissima occasione di vedere riunificata una collezione storica (o almeno quanto di essa rimasto in Italia)… ».1

Bien que les pièces proviennent d’une collection privée, certains musées internationaux ont également contribué à la mise en place de l’exposition comme en témoigne un grand panneau iconographique montrant les artefacts de la collection Passerini vendus, au début du XIXe siècle, au Metropolitan Museum of Art de New York, à la Walters Art Gallery de Baltimore, au Museum of Fine Arts de Boston et au Bible Lands Museum de Jérusalem. C’est suite à la médiation entre ces différentes institutions que les objets de la collection originelle ont finalement trouvé leur place au cœur du MAF, nous offrant ainsi une vision éclatée et inédite jusqu’alors de la société étrusque.

L’exposition propose en effet d’envisager les pièces de la collection en tant que marqueurs exceptionnels de la société étrusque de la Val di Chiana, territoire stratégique situé au carrefour entre Chiusi, Sienne et Arezzo entre les VIIe et Ier siècles avant notre ère. Ce dont témoigneraient ces artefacts, c’est donc d’une culture matérielle liée à un contexte social et géographique fortement hellénisé et hégémonique de l’Italie centrale.

Fig. 2. vitrine 14 consacrée aux inscriptions étrusques, avec le détail d’un vase à miel ou olla (inv. 20.M326-1.57) portant l’inscription vel.seθrni.larisal, à savoir Vel Laris de la famille des Seθrni (le prénom Vel indiquerait que le défunt était fils ou frère d’un autre individu présent dans le tombeau). Sur une base épigraphique, nous pouvons dater le vase de la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

Il convient d’ajouter que l’exposition vise non seulement à montrer les objets et à raconter leur histoire, mais aussi à mettre en avant un aspect qui reste souvent dans l’ombre lors des expositions, à savoir les phases de restauration auxquelles les objets ont été sujets au fil du temps.2

Fig. 3 (Florence, Musée archéologique national, inv. 20.M326-1.18 et 20.M326-1.68) : pied d’une coupe et situle qui ont fait l’objet de l’élimination du camouflage sur la couche superficielle. Ils datent respectivement de la seconde moitié du VIe siècle et de la seconde moitié du Ve siècle avant notre ère. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

Venons-en maintenant à l’organisation de l’exposition.

Occupant la première salle immédiatement après l’entrée, l’exposition temporaire est organisée selon un parcours clair et sur la base d’un critère moins topographique et typologique, chaque objet étant classé par catégorie et forme. Si, en effet, le matériau de la collection peut en ce moment être ramené à son contexte général d’appartenance (en l’occurrence, une nécropole étrusque de la Val di Chiana), il n’est toujours pas possible d’indiquer précisément de quel tombeau chaque objet est issu : cette criticité a fait en sorte qu’un critère de subdivision morphologique ait été privilégié dans la mise en place de l’exposition. Introduit par des panneaux relatifs à Napoleone Passerini, en lien également avec les raisons de l’exposition, avec les dispersions, l’histoire et la restauration de la collection, le parcours se structure en quatorze vitrines qui rendent visible, au niveau muséographique, la subdivision raisonné du matériel. Elles sont consacrées à la céramique attique à figures noires et à figures rouges (1-2), aux buccheri (vases noirs étrusques en terre cuite légère produits essentiellement du VIIe au Ve siècle avant notre ère, 3-4-6), aux urnes funéraires (5) et à la céramique étrusque (7), à la sculpture

Fig. 4. (droite) Vitrine 9 (Florence, Musée archéologique national, inv. 253234 et 20.M326-1.61) : deux porte-torche étrusques des Ve-IVe siècles avant notre ère, nommés graffioni, à ne pas confondre avec la kreagra, fourchette à viande. Leur utilisation principale consistait à envelopper les crochets d’une corde enflammée : retrouvés dans les mains du défunt, elles avaient pour but d’illuminer le trajet de l’âme vers les Enfers. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane). Fig. 5. (gauche) Vitrine 10 avec miroirs, fragments de strigile et d’autres objets de toilette en bronze. Les trois miroirs, en particulier, (Florence, Musée archéologique national, inv. 253165, 20.M326-1.72, 20.M326-1.73) sont à ce jour dépourvus d’éléments décoratifs, ce qui empêche d’en préciser le cadre chronologique. Ils semblent cependant dater des Ve-IVe siècles avant notre ère. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane).

(8), aux bronzes (9), aux fers, os et pâtes de verre (10), aux ornements (11), à la céramique noire (12) et achrome (13), aux inscriptions étrusques, aux fuseaux et à des outils préhistoriques (14). Constituant la catégorie la plus détaillée de l’exposition, les bronzes sont à leur tour divisés en fonction de leur rattachement symbolique soit à la table soit aux sphères masculine et féminine. Nous avons donc des vases contenant des liquides et servant à filtrer le vin, de petites unités de mesure, des crépines et quelques restes de torches à utilisation rituelle (Fig. 4), auxquels suivent immédiatement des miroirs et des strigiles (Fig. 5).

Parmi les vases, dont la plupart datent des Ve-IVe siècles avant notre ère, nous tenons à mentionner l’un des plus importants. Il s’agit d’un stamnos à figures rouges peint en 460 avant notre ère par le soi-disant Peintre de la docimasie. Ce vase met en image une séance de vote, comme le suggèrent les psephoi (cailloux utilisés à Athènes pour compter ou voter) déposés sur la tribune.Il est tout à fait probable qu’il s’agisse de la votation des Achéens visant à établir la destinée des armes d’Achille, leur attribution à Ajax ou à Ulysse (Fig. 6).

Fig. 6. Vitrine 2 (Florence, Musée archéologique national, inv. 20.M326-1.6.) : stamnos (vase grec utilisé pour mélanger le vin, caractérisé par un petit col, une panse haute et des anses horizontales sur les côtés) daté de 470-460 avant notre ère. Scène de la hoplon krisis, le jugement pour l’attribution des armes d’Achille se déroulant à Troie en présence d’Athéna. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

Outre ce stamnos, nous garderons en mémoire d’autres pièces particulièrement intéressantes : un diadème en or issu du premier legs de Napoleone Passerini au Musée royal de Florence en 1898/1900 (Fig. 7) ; une vaisselle à figures rouges représentant une joueuse d’aulos au nom inconnu et clairement allusif à la sphère sexuelle (Hippotia, Fig. 8) ; une amphore à figures noires représentant, sur la face B, deux femmes placées en dessous d’un même manteau (pharos) entre des guerriers coiffés d’un bonnet scythe (Fig. 9).

Fig. 7, vitrine 11 consacrée à la joaillerie : voir en particulier le diadème en or laminé du IVe siècle avant notre ère (Florence, Musée archéologique national, inv. 78021), arrivé à Florence en 1898 suite à son achat auprès de l’antiquaire Giuseppe Pacini. Ses feuilles renvoient probablement à la sphère d’Aplu/Apollon. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

Fig. 8, vitrine 2 (Florence, Musée archéologique national, inv. 253128) : pinakion à figures rouges peint par Paseas aux environs de 510 avant notre ère. Le vase représente une auletris (à gauche) et un jeune danseur nu aux traits africains (à droite). Sur la base des ornements (himation, boucles d’oreilles à disque, un collier ou hormos subtil et la coiffe orientale typique des hétaïres, la mitra), nous pouvons en déduire que la femme en question est une migalomisthos, courtisane professionnelle des banquets athéniens à l’époque des Pisistratides. Des inscriptions précisent les noms de deux personnages : Hippotia pour la femme, Amasis pour le garçon. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

 

Fig. 9, vitrine 1 (Florence, Musée archéologique national, inv. 20.M326-1.-2.) : face B d’une amphore à figures noires (530-520 avant notre ère) avec deux femmes vêtues d’un peplos. Elles partagent le même manteau (himation ou pharos, ou peut-être même un voile de mariée, gamikê khlanis/himation numphikon). Les femmes se tiennent entre deux guerriers équipés de boucliers et coiffés de bonnets scythes pointus, vêtus de petits khitones et himatia ; celui de gauche tient une lance, alors que l’autre, à droite, porte une épée. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

Au final, il s’agit d’une exposition bien conçue et accessible même pour les non spécialistes, où les différents objets de la collection trouvent leurs places. Nous rappelons que chercheurs et touristes trouveront dans le catalogue de l’exposition un outil de travail tout à fait utile et bienvenu, notamment pour les reproductions photographiques de grande qualité et les didascalies excellentes dont il est doté. Les visiteurs pourront également jouir de l’exposition même à distance à travers la nouvelle application du MAF disponible en italien et en anglais, une initiative qu’il convient de saluer tout particulièrement puisqu’elle permet, à ce jour, de parcourir non seulement l’exposition temporaire mais aussi la collection permanente du MAF abritée dans les salles du Palazzo della Crocetta, ancienne résidence de la princesse Marie-Madeleine de Médicis au XVIIe siècle. Le célèbre vase François – rappelons-le – en est le trésor par excellence (Fig. 10).

Fig. 10 : le vase François (565 avant notre ère) avec didascalie tel qu’il apparaît sur l’app. du MAF. © Musée archéologique national de Florence (Direction régionale des musées de la Toscane)

Eleonora Colangelo,

Paris/Pise, ANHIMA

1 Communiqué de presse publié le 29 octobre 2020

2 Pour plus d’informations sur la rénovation de la collection Passerini

Citer cet article comme : Eleonora Colangelo, Tesori dalle terre d’Etruria. La collezione dei conti Passerini, Patrizi di Firenze e Cortona, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/03/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22452.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search