Théon, l’enfant grec d’Oxyrhynque. La vie quotidienne en Egypte au IIIe siècle

Ricciardetto (A.) et Gourevitch (D.), Théon, l’enfant grec d’Oxyrhynque. La vie quotidienne en Egypte au IIIe siècle. – Liège :  Presses Universitaires de Liège, 2020 (Cahiers du CeDoPaL n°9). – 111 p. -ISBN : 978-2-87562-241-9

Crédit image. Première de couverture – Presses universitaires de Liège

La papyrologie grecque documentaire est un océan qui se dévoile à celui qui ouvre le site internet appelé papyri-info et qui demande la DDBDP (Duke Data Bank of Documentary Papyri). Il voit apparaître une liste de plus de 400 codes, liste qui commence par aegyptus en haut à gauche et se termine par zpe en bas à droite. Cette liste recouvre plusieurs dizaines de milliers de papyrus édités. S’il clique sur P.Oxy, on lui propose les 83 volumes de The Oxyrhynchus Papyri (à la date de 2018, le 84ème, de 2019 non encore intégré) et, dans le volume I, les quelques 120 papyrus documentaires édités en 1898 par B.P. Grenfell et A.S. Hunt. Au numéro 119, il trouvera la lettre d’un petit chenapan appelé Théon qui, dans un grec plein de fautes, insulte son papa parce qu’il ne l’a pas emmené comme promis à Alexandrie.

Ce Théon est devenu le héros du petit livre que lui ont consacré Antonio Ricciardetto et Danielle Gourevitch dans le 9ème cahier du CeDoPaL de l’Université de Liège, intitulé Théon, l’enfant grec d’Oxyrhynque. La vie quotidienne au IIIe siècle. Les auteurs déclarent que leur ouvrage relève de la « littérature de jeunesse », mais ils sont trop modestes. Bien des adultes en effet pourront le lire avec profit, tout en gardant une âme d’enfant. C’est uniquement dans ce cadre de la lecture pour adultes que se place la présente recension, le recenseur n’ayant pas de compétences particulières en littérature pour enfants (même s’il lui semble que les élèves actuels de « l’école primaire » (p.8) auront peut-être un peu de mal à le lire, davantage sans doute que ceux de « collège », à qui il est destiné). Quoi qu’il en soit, derrière ce jeu du petit roman se cache un très bon ouvrage d’initiation à la papyrologie documentaire d’époque romaine.

Le travail de ce qu’on appelait autrefois la « chrestomathie » a toujours été au cœur des préoccupations des papyrologues, conscients à la fois de l’immensité de la documentation qui était la leur et de l’aspect rebutant qu’elle pouvait parfois, mais faussement, laisser craindre. Rappelons, pour en rester aux plus célèbres ouvrages, que L. Mitteis et U. Wilcken faisaient paraître dès 1912 leur Grundzûge und Chrestomathie der Papyruskunde, Hunt et Edgar, en 1932 et 1934, leurs Select Papyri, ou plus récemment, en 1990, P.W. Pestman la seconde édition du New Papyrological Primer. Mais aussi précieux que soient encore ces ouvrages, ils ont plusieurs inconvénients pour le jeune helléniste francophone : ils sont en anglais et en allemand (des langues que, bien sûr, il doit savoir fréquenter, mais peut-être pas en permanence…) et ils citent des papyrus de toutes périodes en les classant par thèmes historiographiques (économie, droit, religion…).

Le petit livre de A.R. et D.G. échappe à ces inconvénients car il a choisi une autre approche : raconter et illustrer (notamment par les portraits du Fayoum, très bien rendus en couleur) la vie quotidienne d’un enfant de l’Egypte gréco-romaine sous les Sévères en utilisant la matière des textes d’Oxyrhynque, mais sans jamais les citer tels quels. C’était évidemment nécessaire puisque les deux romanciers font semblant de croire qu’il concernent tous leur petit Théon. Un lecteur naïf devra donc se garder de croire à l’existence de la famille de Théon telle que les auteurs l’ont construite fictivement, en rassemblant toutes sortes de documents issus de sources différentes mais tous parfaitement authentiques. L’arbre généalogique en images tirées de portraits du Fayoum à la page 85 est à ce titre un joli mensonge romanesque.

Le livre est donc avant tout un excellent moyen de se renseigner sur les réalités de la vie d’un jeune garçon de l’Antiquité. Part belle est faite à la médecine, à l’obstétrique, aux soins du corps, tous domaines dans lesquels excellent les deux auteurs. Mais le reste de la vie quotidienne dans une ville de l’Egypte romaine n’est pas négligé : alimentation, apprentissage, maison, mobilier, etc. Il est peut-être dommage, in fine, que les auteurs n’aient pas voulu donner les références des papyrus utilisés, au moins les plus célèbres. Non pas bien sûr dans des notes, ce qui aurait dénaturé le roman, mais dans une annexe analogue à celle des « crédits photographiques ». Un étudiant travaillant sur l’apprentissage, par exemple, aurait d’abord lu le roman, puis complété sa recherche par les papyrus. Mais nous reconnaissons que le livre ne serait plus alors de la littérature enfantine, ce qu’il a voulu être.

Nos quelques remarques de détail ne seront qu’humoristiques. A la page 5 la coquille « documents mis au rebus » est plus amusante que grave, tant les papyrus sont parfois de vrais rébus. On s’amusera aussi de retrouver, p.79, du José Maria de Hérédia caché au milieu de la papyrologie. Un dernier correctif : le Canopus de la Villa Hadriana (p.82) ne reproduit pas, comme on l’a longtemps cru, le canal Canopique et le Sérapéum de Canope. Il s’agit, comme feu le Professeur Jean-Claude Grenier l’avait démontré, d’une représentation monumentale de la vallée du Nil et du Delta se jetant dans la mer Méditerranée. L’ensemble était prévu pour célébrer l’année sôthiaque de 139, mais la mort d’Hadrien l’année précédente arrêta les travaux.

Jean-Yves Carrez-Maratray,

Université Sorbonne Paris Nord

Citer cet article comme : Jean-Yves Carrez-Maratray, Théon, l’enfant grec d’Oxyrhynque. La vie quotidienne en Egypte au IIIe siècle, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/04/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22481.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search