Hérodote à la radio

« Hérodote (480-425 avant J.-C.), l’enquêteur d’Halicarnasse »,

Le documentaire sur Hérodote diffusé sur France Culture le 9 janvier 2021 est une très belle invitation au voyage, dans tous ses sens. Comme l’indique la présentation de l’émission, « depuis 1984, les documentaires d’Une vie Une œuvre nous initient aux grandes personnalités de l’histoire des arts ». C’est ainsi que le documentaire de Virginie Bloch-Lainé et Clotilde Pivin ambitionne à faire connaître d’un public élargi la vie et l’œuvre d’un des principaux auteurs de l’Antiquité grecque, le premier écrivain en prose dont l’œuvre a été préservée. Outre cette visée plutôt pédagogique, le documentaire réussit à faire voyager son public d’abord sur les pas d’Hérodote, dans l’Antiquité et dans toutes les régions où sont présentes des cités grecques (bassin égéen, mer Noire, Cyrénaïque et Italie du Sud). Ensuite, il s’agit également d’un voyage entre l’Antiquité et la modernité, celui qui s’interroge sur la place de cet écrivain grec chez certains philosophes modernes, notamment Voltaire, mais surtout sur les points de rencontre que le père de l’histoire peut avoir avec des préoccupations très contemporaines.

D’autre part, la thématique de la vie et de l’œuvre d’Hérodote est également très contemporaine dans son rapport aux programmes de certains concours en France. Le programme de l’agrégation de lettres classiques de la session de 2021 porte spécifiquement sur le livre V d’Hérodote, tandis que le programme de « Culture antique » au concours d’entrée à l’École normale supérieure pour les classes préparatoires porte sur le pouvoir. Si cette thématique n’est pas spécifique à Hérodote, il est le premier auteur grec conservé dont l’œuvre aborde clairement les théories et les analyses du pouvoir politique, avec des discussions sur les régimes politiques (notamment le célèbre débat perse du livre III, 80-82 commenté dans l’émission) et la définition de l’isonomie, sur la pratique des hégémonies et des impérialismes, ainsi que sur l’exercice du pouvoir. Hérodote se fait actuel et très utile pour certains élèves et étudiants qui se préparent pour des concours en France.

Le documentaire est organisé notamment autour des interventions de spécialistes, Christian Grataloup, François Hartog, Stavroula Kefallonitis et Violaine Sebillotte, mais compte également avec la participation des élèves de l’hypokhâgne du Lycée Henri-IV à Paris et leur professeur d’histoire, Olivier Coquard. L’alternance entre paroles de spécialistes et paroles d’élèves et de leur professeur rend le documentaire particulièrement vivant. Cela présage également de bons augures grâce à l’intérêt et le bon niveau des élèves d’hypokhâgne, qui ne sont malheureusement pas nommés : leur anonymat est peut-être pensé pour leur rendre une plus grande liberté. Si la démarche de faire participer la jeune génération doit être louée dans une volonté affichée d’intéresser aussi le jeune public, pour l’auditeur, il peut être quelque peu déstabilisant d’avoir des informations parfois titubantes, voire imprécises dans le détail, comme dans le commentaire sur le débat perse relatif aux régimes politiques, dans le statut de Thourioi, apoikia panhellénique et non pas une clérouquie athénienne, ou dans le flottement sur les définitions de ce qui est de l’histoire, des mythes et des anecdotes. Néanmoins, ces petits pas moins sûrs ne compromettent en rien le résultat très réussi du parti pris.

Avec la lecture de certains courts passages des Histoires et au fil des témoignages, en majorité incités par les questions posées par les réalisatrices, plusieurs aspects de la vie et de l’œuvre d’Hérodote sont abordés et on relève certaines thématiques particulières.

Premièrement, sont abordées les questions de sa biographie, de ses voyages, de ce que l’on connait de sa famille. Ces aspects sont importants, non seulement pour permettre à l’auditeur de remettre Hérodote dans son contexte, mais aussi pour nous aider à comprendre les enjeux essentiels de la méthode de l’auteur. Hérodote est bien connu comme étant le père de l’histoire depuis Cicéron (De legibus, I, 1, 5) et différents intervenants ont commenté certains aspects essentiels de sa méthode historique : l’importance de l’oralité, son style littéraire loué par Denys d’Halicarnasse, la vue et l’ouïe comme sources de l’histoire, ainsi ce qui signifiait les « historiai », les enquêtes par un histor, une sorte d’enquêteur qui rassemble des témoignages, écoute des parties et émet un avis le plus juste possible, tel un arbitre ou un juge. Si cette méthode nous convient relativement bien aujourd’hui, après la reconnaissance de la subjectivité de tout travail d’historien, cela n’était pas toujours valorisé. Sont ainsi très bienvenus les commentaires sur la philosophie de l’histoire et la réception de l’œuvre d’Hérodote, dès le XVIe siècle ou en particulier chez Voltaire, voire dans le relatif mépris perceptible chez les historiens du XIXe siècle et jusqu’aux années 1980, qui préféraient la méthode censée plus scientifique de Thucydide. Dans ce sens, d’une grande beauté est la lecture d’un extrait de Mes Voyages avec Hérodote, livre écrit par le Ryszard Kapuscinski, publié en 2004 et traduit en français en 2006.

Hérodote en tant que premier anthropologue représente certainement le point d’orgue de sa réhabilitation dans les études classiques ces quarante dernières années. La fortune de l’anthropologie prônée par Cl. Lévi-Strauss est certainement à l’origine de la valorisation d’Hérodote comme un savant conteur des coutumes des peuples antiques. La pensée sur l’altérité est en effet un élément essentiel de son œuvre, où il conçoit une sorte de « couple » très asymétrique, « les Grecs et les Barbares », évidemment au profit des premiers. Contrairement à une idée reçue et anachronique, la distinction des Grecs par rapport aux Barbares ne se fait pas nécessairement sur les coutumes, mais elle est davantage liée à l’organisation politique : les Grecs vivent en cité et décident eux-mêmes des lois, ce qui est la définition propre d’isonomie, la part égale dans la confection des lois, tandis que les Barbares sont soumis à un pouvoir personnel d’un roi.

Enfin, Hérodote est également un géographe, mais une géographie d’une méthode différente de la nôtre. Contrairement à notre vision en « aires géographiques », à la manière d’un puzzle, la description géographique chez le prosateur est conçue par une mise en perspective à partir d’un point et on s’en éloigne progressivement au fil des descriptions. Par conséquent, restent les questions de la disponibilité ou pas d’une carte et de la possibilité que Hérodote en aurait dessiné une lui-même. Dans tous les cas, il est certain que l’historien s’intéressait profondément à ce que l’on appelle aujourd’hui la géopolitique.

La dernière partie du document est sans doute la plus originale. Interrogée sur la pertinence de l’étude d’Hérodote dans une classe de philosophie, V. Sebillotte souligne la grande modernité de l’auteur pour une épistémologie de l’histoire. En effet, nous paraissent particulièrement contemporaines certaines questions soulevées dans les Histoires, notamment ce que sont la vérité ou la vraisemblance. Sans doute pour Hérodote, la vérité c’est ce que les gens pensent être vrai et une discussion sur les phénomènes actuels desdites « vérités alternatives » pourrait gagner en profondeur par la confrontation à l’œuvre du premier historien.

Le documentaire se termine par une dernière invitation au voyage, celle de Stavroula Kefallonitis qui rappelle des éléments du roman de Michael Ondaatje, Le Patient anglais, publié en 1992, mais surtout de son adaptation cinématographique de même titre, réalisé par Anthony Minghella et sortie en 1996 : il s’agit d’un très savant jeu de citations d’Hérodote, de ses histoires et anecdotes, mais aussi de ses procédés littéraires et de ses capacités de conteur, où l’œuvre contemporaine reprend même l’idée de l’oralité antique et construit le roman et le film à partir des flashbacks, telles les digressions du père de l’histoire. Merci pour ce souvenir du film qui m’a personnellement ouvert l’appétit intellectuel, point de départ de mon goût pour l’Antiquité à travers la lecture des Histoires d’Hérodote, en particulier de l’épisode des rois lydiens Candaule et Gigès raconté dans le livre I.

Documentaire « Hérodote (480-425 avant J.-C.), l’enquêteur d’Halicarnasse », diffusé le 9 janvier 2021, France Culture, émission de la série Une vie Une œuvre, coordination de Christine Bernard, avec la collaboration de Sylvia Favre. Un documentaire de Virginie Bloch-Lainé, réalisé par Clotilde Pivin, avec la participation de :

François Hartog, historien responsable de la chaire d’historiographie antique et moderne à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) ;

Violaine Sebillotte, professeure d’histoire ancienne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;

Christian Grataloup, ancien professeur de géographie historique à l’université Paris VII-Denis-Diderot, spécialiste d’histoire de la mondialisation ;

Stavroula Kefallonitis, maîtresse de conférences de langue et littérature grecques à l’université Jean Monnet Saint-Étienne, et membre de l’UMR 5189 HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Anciens) ;

Les élèves de l’hypokhâgne du Lycée Henri-IV et leur professeur d’histoire, Olivier Coquard.

Airton Pollini,

Maître de conférences d’histoire de l’Antiquité grecque, Université de Haute-Alsace, Mulhouse, Université de Strasbourg, CNRS, Archimède, UMR 7044.

Citer cet article comme : Airton Pollini, à propos de Hérodote à la radio, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/04/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22561.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search