Du côté de l’Olympe

Lindon (D.), Lavoir (G.), Du côté de l’Olympe. Un précis de mythologie savamment déjanté. – Paris : Flammarion, 2020. – 120 p. – ISBN : 9782081513747

Crédit image. Première de couverture – Flammarion

Du côté de l’Olympe est l’adaptation en bande dessinée par Gabrielle Lavoir de l’ouvrage Les dieux s’amusent de Denis Lindon, aux éditions Flammarion Jeunesse1. Cet ouvrage avait été conçu par son auteur comme un recueil de mythologie, dans lequel il réécrivait à sa manière les mythes des dieux, déesses, héros et héroïnes de la mythologie gréco-romaine sur un ton humoristique et décalé dans le but de les transmettre de façon ludique à un jeune public. Nous retrouvons dans Du côté de l’Olympe le trait épuré et caustique de Gabrielle Lavoir, plus connue sous le pseudonyme Lulu d’Ardis, blogueuse et dessinatrice de presse pour le journal Le Monde, qui a mis en image ces histoires. Son dessin désabusé et mordant s’accorde bien avec la plume comique et légère de Denis Lindon, ce qui permet à la bande dessinée de toucher un large public, allant de jeunes enfants d’une dizaine d’années à des adultes amateurs de mythologie, dans la lignée de la série 50 Nuances de Grec de Jul et Charles Pépin2.

L’ouvrage, organisé selon plusieurs chapitres, commence par la prise de pouvoir de Zeus/Jupiter et ses frères et sœurs après leur combat contre les Titans et les Géants. Les chapitres suivants sont consacrés au trio des dieux qui gouvernent le monde – Zeus/Jupiter, Poséidon/Neptune, Hadès/Pluton –, puis aux autres dieux et déesses – Apollon, Artémis/Diane, Athéna/Mercure, Arès/Mars, Héphaïstos/Vulcain, Aphrodite/Vénus et Athéna/Minerve. Entre ces chapitres, les auteurs abordent également la création des hommes avec les mythes de Prométhée, son frère Epiméthée et la célèbre boîte de Pandore. D’autres déesses et dieux et mineurs ainsi que des héroïnes et héros apparaissent au gré des légendes racontées. Ainsi, Héra/Junon, Léda, la mère d’Apollon et d’Artémis/Diane, Echo, Argus, Sémélé et son fils Dionysos/Bacchus ou encore Alcmène et son fils Hercule sont présentés lorsque les auteurs traitent des amours de Zeus/Jupiter, tandis que les histoires d’autres personnages comme Phaéton, Endymion, Niobé ou encore Midas sont relatées en fonction de leurs rapports avec les différents dieux et déesses. Denis Lindon a émis la volonté au début de son ouvrage de garder les noms latins et non grecs de la mythologie gréco-romaine, car, selon lui, ces derniers étaient « plus familiers aux Français que les appellations grecques »3… Cette affirmation peut néanmoins être quelque peu nuancée car, s’il peut paraître vrai que la plupart des gens de notre époque connaissent plus Jupiter que Zeus, ou Mars qu’Arès, Athéna, quant à elle, est plus souvent connue sous ce patronyme que sous celui de Minerve. D’ailleurs, la plupart des ouvrages et catalogues de mythologies, qu’ils soient en direction d’un public jeune ou plus âgé, usent des noms grecs et non romains.

Si la bande dessinée et, à travers elle, l’ouvrage de Denis Lindon, se veulent humoristiques et décalés, les deux auteurs affichent également leur volonté d’en faire des outils d’apprentissage et de transmission. Or, il faut admettre que l’on trouve beaucoup d’imprécisions ou d’incohérences dans Du côté de l’Olympe. Ainsi, est-il écrit au début du livre que les dieux se démarquent des hommes, non seulement parce qu’ils sont mortels et qu’ils ont la faculté de se métamorphoser, mais surtout parce que l’on pouvait les reconnaître, lorsqu’ils prenaient forme humaine, du fait « [qu’] ils ne transpiraient pas, même par grosse chaleur, [qu’] ils ne cillaient pas, même en regardant le soleil, et [que] leur corps ne projetait pas d’ombre sur le sol »4. Si les dieux et déesses sont effectivement immortels grâce à leur consommation d’ambroisie, de nectar et de la fumée des sacrifices, nul auteur antique n’évoque ces trois points particuliers qui permettraient de les différencier des mortels. Dieux et humains sont même très semblables puisqu’ils partagent toutes les qualités et les défauts intrinsèques au genre humain : l’amour, la jalousie, la violence, la générosité, la colère, la tendresse. Cet anthropomorphisme des dieux gréco-romains est bien explicité dans l’ouvrage de Denis Lindon et Gabrielle Lavoir mais seuls l’immortalité et la métamorphose séparent les deux races et non les trois points particuliers décrits par les deux auteurs.

Du côté de l’Olympe est également émaillé de petites imprécisions et de confusions. Ainsi, lors de la mention de la révolte des Géants dans la bande dessinée, il est décrit que ces derniers ont voulu entasser le mont Pélion sur le mont Ossa pour prendre d’assaut l’Olympe pendant la nuit. Or, il n’est pas établi que ce soit pendant la gigantomachie que cet événement ait eu lieu. Il s’agissait surtout d’une menace de la part de deux Géants, surnommés les Aloades, qui avaient été crée par Gaïa pour faire la guerre aux Olympiens et qui ont menacé d’entasser les monts Ossa et Pélion sur l’Olympe pour escalader le ciel5. S’il y a bien eu un combat, appelé la Gigantomachie, entre les Géants, engagés par Gaïa pour venger ses fils, les Titans, enfermés dans le Tartare, et les Olympiens, cet épisode du mont Ossa entassé sur le mont Pélion n’apparaît à aucun moment dans les sources antiques. D’ailleurs, il faut également souligner que tous les Olympiens prennent part à cette lutte acharnée contre les Géants, et qu’Athéna/Minerve se démarque particulièrement, et non pas seulement le trio Zeus/Jupiter, Poséidon/Neptune, Hadès/Pluton comme il est décrit dans la bande dessinée, Poséidon/Neptune et Hadès/Pluton n’ayant pas joué un grand rôle dans les sources antiques décrivant ce combat, au contraire d’Héraclès ou de Dionysos/Bacchus. Le mariage d’Ahrodite/Vénus et d’Héphaïstos/Vulcain fait également l’objet de nombreuses confusions. Ainsi, ce n’est pas parce qu’Héphaïstos/Vulcain a offert une ceinture magique à la déesse de l’amour – ceinture qui la plupart du temps, dans les sources gréco-romaines, a été donnée par Zeus/Jupiter et non Héphaïstos/Vulcain – qu’elle accepte de se marier avec lui, mais plutôt parce que le dieu du feu et des artisans a fait pression sur Zeus/Jupiter en enfermant sa mère dans un trône magique qui s’avère être un piège. Dans la bande dessinée, l’épisode du trône piégeur intervient lorsque Héphaïstos/Vulcain souhaite l’accord de sa mère, Héra/Junon, pour son mariage alors que la plupart des sources antiques le décrivent plutôt comme un moyen de se venger du fait que la déesse l’ait jeté du haut de l’Olympe parce qu’il était trop laid6. Ce mélange dans les enchaînements des faits intervient également dans le mythe d’Adonis. Alors que, dans Du côté de l’Olympe, ce n’est qu’une fois mort qu’Aphrodite/Vénus et Perséphone/Prosperine se disputent l’amour du beau jeune homme, dans les sources gréco-romaines les deux déesses tombent amoureuses de lui bien avant sa mort. Selon le Pseudo-Apollodore, c’est parce qu’Aphrodite/Vénus a envoyé Adonis dans un coffre en bois à Perséphone/Prosperine pour protéger son amant de tout danger et que cette dernière, curieuse, a ouvert le coffre et est tombé amoureuse à son tour, que les deux déesses doivent se partager le jeune homme un tiers de l’année, selon l’accord passé avec Zeus/Jupiter et la Muse Calliope7. Et c’est parce qu’Adonis choisit de rester le dernier tiers de son temps avec la déesse de l’amour qu’il trouve la mort dans une chasse au sanglier, soit que ce soit Perséphone/Prosperine qui se soit vengée, soit que ce soit Arès/Mars, jaloux de l’amant de son amante, ou encore Apollon qui voulait punir Aphrodite/Vénus qui avait rendu son fils Erymanthe aveugle après que ce dernier l’ait surprise dans son bain.

De la même façon, les confusions se font sur les noms des personnages qui interviennent dans les mythes. Ainsi, ce n’est pas le dieu Apollon qui a donné à Midas la possibilité de transformer tout ce qu’il touche en or pour se faire pardonner de lui avoir fait pousser des oreilles d’âne, comme il est écrit dans la bande dessinée, mais Dionysos/Bacchus pour le remercier d’avoir accueillit son ami Silène8. Ce n’est pas non plus Midas qui a été l’instigateur du concours qui opposa Apollon à Marsyas, il n’en a été que le juge, lui-même ayant été l’élève d’Orphée. En fonction des versions, celui qui a organisé le défi n’a été qu’Apollon ou Marsyas lui-même9. Artémis/Diane et Séléné, ancienne déesse de la lune, ont également été confondues par Denis Lindon et Gabrielle Lavoir. En effet, dans le mythe d’Endymion, ce n’est pas Artémis/Diane qui tombe amoureuse du jeune homme duquel elle aura cinquante filles comme il est précisé dans la bande dessinée, mais bien Séléné, qui apparaît dès le IVe siècle av. J.-C. dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes au IIIe siècle av. J.-C.10. Il n’est d’ailleurs précisé dans aucune source antique que les deux amants n’ont connu qu’une seule étreinte. Les imprécisions de la bande dessinée émaillent également d’autres mythes sans que cela ne change le fondement-même de ces mythes. Ainsi, Cronos/Saturne ne disparaît pas de façon mystérieuse après sa défaite contre Zeus/Jupiter mais, pour certains poètes latins comme Ovide et Virgile11, s’en va réinventer l’âge d’or avec Janus en Italie, Zeus/Jupiter n’a jamais ordonné à son aigle de le chasser lorsqu’il se transforme en cygne pour séduire Léda, Coronis n’a pas pris un autre amant dans le dos d’Apollon parce qu’elle s’ennuyait mais parce qu’elle avait peur que le dieu se lasse d’elle le temps passant et la vieillesse apparaissant12, et c’est Gaia qui a fait fleurir le narcisse qui a servi à piéger Perséphone/Prosperine et non Zeus/Jupiter13.

Du côté de l’Olympe, et à travers elle Les dieux s’amusent de Denis Lindon, contiennent également beaucoup d’inventions de la part des deux auteurs. Ainsi, le conflit entre Athéna/Minerve et Apollon n’a jamais existé dans la mythologie gréco-romaine. Bien sûr, les deux dieux s’opposent aussi bien dans leurs caractères – Apollon enchaîne les conquêtes et se laisse entraîner par ses sentiments, Athéna/Minerve est réfléchie et refuse toute union – que dans leurs passions – Apollon aime la musique, la passion, la poésie, Athéna/Minerve est intéressée par le savoir, la science et la raison –, mais le seul épisode où ils s’opposent réellement dans les sources antiques intervient lors de la guerre de Troie lorsqu’ils s’affrontent par adversaires interposés sur le champ de bataille ou qu’Apollon veut empêcher Diomède, le protégé d’Athéna/Minerve, de remporter l’épreuve de course en char lors des jeux funéraires de Patrocle14. À aucun moment les deux dieux ne se disputent le patronage de la ville d’Athènes. Le mythe de la fondation d’Athènes ne fait intervenir qu’Athéna/Minerve et Poséidon/Neptune et non Apollon, Aphrodite/Vénus ou encore Héphaïstos/Vulcain comme l’affirme Denis Lindon et Gabrielle Lavoir au chapitre neuf de leur bande dessinée. De la même manière, jamais Aphrodite/Vénus n’a eu Apollon comme amant et surtout pas en même temps qu’Arès/Mars. Cette invention a peut être été induite par une confusion : dans les mythes antiques, c’est Hélios, le soleil, qui a prévenu Héphaïstos/Vulcain de la tromperie de sa femme15. Or, Apollon est celui qui conduit le char du soleil et peut facilement être confondu avec lui. Et ce n’est d’ailleurs pas Athéna/Minerve qui délivre les deux amants piégés par le dieu du feu et des artisans du filet magique qu’il a construit, comme indiqué dans la bande dessinée, mais Poséidon/Neptune16. Ce n’est pas non plus Prométhée qui a enfermé tous les maux du monde dans la boîte de Pandore mais Zeus/Jupiter17, le soleil ne s’est jamais déplacé d’Ouest en Est lorsque Phaéton conduisait son char18 et les chevaux d’Arès/Mars ne s’appellent pas Terreur et Epouvante – les deux auteurs ont peut-être confondu avec les deux démons Déimos (Crainte) et Phobos (Terreur) qui accompagnaient sans cesse le dieu de la guerre. Il y a également des inventions plus farfelues, qui sont permises par le côté absurde et déjanté de l’ouvrage. Ainsi, ce serait parce que Zeus/Jupiter a demandé à Argus d’éplucher des oignons que le géant aux cent yeux se serait noyé dans ses larmes et serait mort, alors que c’est parce qu’Hermès/Mercure, pour répondre à l’ordre du roi des dieux, l’a endormi et l’a tué pour récupérer la pauvre Io, amante de Zeus/Jupiter qu’Héra/Junon avait transformé en génisse. Héra/Junon n’a pas transformé le corps de son espion favori en paon mais a juste transféré ses cent yeux sur les plumes de son animal favori19. De la même façon, Apollon n’a jamais piégé Arès/Mars en lui demandant d’aller casser des œufs de mouettes pour se venger du fait que le dieu de la guerre n’arrêtait pas de s’en prendre aux oiseaux des Olympiens. Arès/Mars est certes violent, mais à aucune moment il n’est indiqué dans les sources antiques qu’il s’en prend aux oiseaux favoris des autres dieux, comme aucun auteur gréco-romain ne s’amuse à faire d’Hermès/Mercure le voleur du trident de Poséidon/Neptune, du char de Héra/Junon, de l’arc de Artémis/Diane, du casque de Hadès/Pluton et du foudre de Zeus/Jupiter.

Si les mythes gréco-romains sont racontés « en morceaux » comme le fait justement remarquer Vincent Azoulay20, ces derniers répondent à ce que Claude Lévi-Strauss appelle des « mythèmes »21, des morceaux d’histoires qui se répètent de mythe en mythe. Or, Denis Lindon et Gabrielle Lavoir ne semblent pas se focaliser sur ces mythèmes. Parfois, ils choisissent de se concentrer sur une seule version du mythe. C’est ainsi qu’ils racontent que Zeus/Jupiter a d’abord décidé de garder le pouvoir pour lui-même après la Titanomachie avant de se résoudre à le partager après la Gigantomachie. Or, le tirage au sort des pouvoirs entre Zeus/Jupiter, Poséidon/Neptune et Hadès/Pluton décrit dans Du côté de l’Olympe n’intervient que chez Hésiode et Pindare22. La plupart du temps, dans les sources gréco-romaines, les trois dieux se partagent le monde en consensus. De la même manière, le mythe de la création de l’homme est raconté selon la seule version de Protagoras chez Platon23. Pour lui, ce serait Epiméthée qui a inventé les animaux et les humains et qui, distrait, a distribué tellement de qualités aux animaux, qu’il en a oublié d’en doter les humains. La plupart des versions antiques qui expliquent la création de l’homme préfèrent parler du mythe des quatre races qui apparaît d’abord dans La Théogonie d’Hésiode24. Le mythe de la création d’Athènes raconté par les deux auteurs fait également intervenir une seule version antique, celle de Varron, dans laquelle Crécops, le premier roi du territoire qui doit trancher entre la proposition d’Athéna/Minerve et celle de Poséidon/Neptune, demande aux habitants de choisir leur protecteur25. C’est seulement dans cette version que les femmes, plus nombreuses que les hommes d’une seule personne, choisissent l’olivier d’Athéna/Minerve. Les femmes, considérées comme responsables se voient sanctionnées, ce qui se concrétise par la privation de voter, l’interdiction de donner leur patronyme à leurs enfants et le fait qu’elles ne seront pas appelé Athéniennes (elles seront filles ou épouse d’Athéniens).

Enfin, il est à noter qu’il manque quelques mythes essentiels qui auraient pu être racontés dans la bande dessinée. Ainsi, le lecteur aurait-il pu se divertir avec l’histoire de Cronos/Saturne qui est l’une des légendes originelles de la mythologie gréco-romaine. Il aurait également été judicieux de relater la liaison de Zeus/Jupiter avec Métis, déesse de la raison, de la prudence et de la stratégie militaire et mère d’Athéna/Minerve ou bien l’autre version du mythe d’Aphrodite/Vénus qui relate qu’elle serait née de la rencontre entre la semence d’Ouranos et l’eau après la victoire de Cronos/Saturne sur son père.

Malgré toutes ces petites imprécisions et ces inventions, Du côté de l’Olympe est un ouvrage qui permet d’offrir un panorama bref de la vie des dieux et des déesses de façon ludique et décalée. Les mythes que Denis Lindon et Gabrielle Lavoir relatent sont, pour la plupart, tirés de sources antiques précises et un travail de recherche a été fait – même si nous aurions préféré qu’il soit un peu plus approfondi. L’ouvrage permet également de présenter les attributs des différents dieux et déesses – le sceptre et la foudre de Zeus/Jupiter, l’arc d’Artémis/Diane et celui d’Apollon, la lance, le bouclier et le casque d’Athéna/Minerve – ou les animaux qui leur sont attachés – l’aigle pour Zeus/Jupiter, le paon pour Héra/Junon, le corbeau pour Apollon, la colombe pour Aphrodite/Vénus, la chouette pour Athéna/Minerve. Si la bande dessinée aborde des mythes célèbres à travers des dieux et déesses réputés, elle relate également des légendes moins connues, comme celles d’Endymion, d’Echo ou de Phaéton. De même, elle offre un ancrage avec la géographie du monde Antique car de nombreux événements réels sont expliqués à travers la mythologie : le fait que les habitants d’Afrique soient noirs est imputé à Phaéton qui a conduit le char du Soleil trop près des terres du continent, le nom de la ville d’Athènes viendrait de la déesse Athéna/Minerve devenue patronne de la ville après avoir gagné le concours entre elle et Poséidon/Neptune, sur le mont Siphyle on trouverait un rocher ayant la forme d’une femme éplorée qui serait Niobé, pleurant la mort de ses enfants tués par Apollon et Artémis/Diane n’ayant pas supporté que la jeune reine se compare à leur mère Léto. Enfin, Du côté de l’Olympe permet également de remonter aux origines de certaines expressions comme « toucher le pactole » qui viendrait du fleuve du même nom dans lequel le roi Midas se serait baigné pour se laver de la malédiction de Dionysos/Bacchus qui lui faisait toucher tout ce qu’il prenait en or, fleuve qui charrie depuis des paillettes d’or. La corne d’abondance viendrait, quant à elle, de la chèvre Amalthée qui a nourrit Zeus/Jupiter alors qu’il se cachait de son père lorsqu’il était enfant.

Mais l’intérêt premier de la bande dessinée est surtout d’ancrer la mythologie gréco-romaine dans le temps présent, notamment à travers les nombreuses blagues et illustrations qui parsèment l’ouvrage. Ainsi, le lecteur observe Zeus/Jupiter plongé dans sa comptabilité ou prononcer la célèbre élocution « je vous ai compris » imputée au Général de Gaulle pendant son discours à Alger en 1958. Des slogans fameux sont disséminés dans tout le livre, de « no pasaran » qui rappelle le combat des partisans républicains espagnols contre les rebelles nationalistes du général Franco en 1936, au « Prométhée partout, justice nulle part », « sous les pavés Prométhée » en référence aux nombreux slogans français de mai 1968. De même, des personnages célèbres de la culture populaire sont comparés ou apparaissent dans les différents mythes présentés dans la bande dessinée. Ainsi Zeus/Jupiter se présente sous le nom de « Piter, Jupiter », une référence à James Bond lorsqu’il dévoile son identité, Héra/Jupiter apostrophe son « miroir, beau miroir » comme si elle était la mauvaise belle-mère du conte de Blanche Neige, Sherlock Holmes se penche sur le mystère de la disparition des bœufs d’Apollon qu’a volé Hermès/Mercure, et Aphrodite/Vénus est comparée à Marilyn Monroe tandis qu’Athéna/Minerve l’est à Greta Garbo. L’on croise encore Cyrano de Bergerac, Ronsard, Bernad Minet, les Beatles, Eistein, Napoléon ou encore Van Gogh. Des objets ou pratiques du quotidien émaillent également la vie des dieux et des déesses qui jouent à la pétanque et à la crapette, préparent des conf’ call, font des heures supplémentaires, prennent des selfies pour Instagram, lisent des magazines people ou encore passent des heures devant leur ordinateur. Nous pouvons également noter le discret clin d’œil à la série 50 Nuances de Grec lue par Alcmène dans le mythe de la naissance d’Hercule, série qui a probablement inspiré l’ouvrage présent aussi bien dans son humour et son ton décalé que dans ses illustrations légères et comiques.

En conclusion, Du côté de l’Olympe est un bon ouvrage pour tous les amateurs de mythologie gréco-romaine. Bien qu’il y ait beaucoup de confusions ou d’inventions, les auteurs se sont quand même reposés sur des sources plutôt fiables et le ton décalé et caustique de l’ouvrage permet de passer sur des confusions flagrantes. Denis Lindon et Gabrielle Lavoir réinventent la mythologie gréco-romaine à leur façon, de la même manière que les auteurs antiques racontaient les mythes comme ils le souhaitaient et pouvaient aussi bien s’en servir pour illustrer des déclarations pendant des débats comme les tourner en ridicule. Du côté de l’Olympe est ainsi un très bon outil qui permet de transmettre la culture et le patrimoine antiques à un vaste public.

Emilie Druilhe

1Lindon D., Les dieux s’amusent – Flammarion Jeunesse, 1995 – 508 p.

2Jul, Pépin C., 50 nuances de Grec – Dargaud, 2017 pour le tome 1, 2019 pour le tome 2.

3Lindon D., ibid., p. 9.

4Lindon D., Lavoir G., Du côté de l’Olympe – Flammarion, 2020, p. 4.

5Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, I, 7, 4 et Homère, Iliade, v. 385 et Odyssée, XI, 305.

6Hygin, Fables, CLXVI, 1.

7Pseudo-Apollodore, ibid., III, 14, 3-4.

8Hérodote, Histoires, I, 14 et Hygin, ibid., CXCI.

9Pseudo-Apollodore, ibid., I, 4, 2 ; Hérodote, ibid., VII, 26 ; Hygin, ibid., CLXV et Ovide, Métamorphoses, VI, 382-400.

10Apollonios de Rhodes, Argonautiques, IV, 57-58.

11Ovide, Fastes, Virgile, Enéide, VI.

12Hymnes homériques, Apollon, 208-213.

13Hésiode, Hymne homérique à Déméter, 74-86.

14Homère, Iliade, XXIII, 382-400 et XXI, 461-467.

15Homère, Odyssée, VII, 266-366.

16Homère, Odyssée, VIII, 266-366.

17Hésiode, Les travaux et les jours, 59-90.

18Ovide, Métamorphoses, I, 750-779.

19Homère, Iliade, XXIV, 25 et Pseudo-Apollodore, ibid., II, 1, 2.

20AZOULAY V., « Thésée, roi d’Athènes », dans Grèce : des dieux et des hommes. À quoi servent les mythes ?, L’Histoire, n° 389, juin 2013, p. 19.

21LEVI-STRAUSS C., « La structure des mythes », dans Anthropologie Structurale, Paris, Plon, 1958, p. 227-255.

22Hésiode, La Théogonie, 881-885 et Pindare, VIIe Olympiade, 54-63.

23Platon, Protagoras, 320, 321, 361.

24Hésiode, Les Travaux et les Jours, 109-201.

25 Cité par Augustin d’Hippone, La Cité de Dieu, XVII, 9.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, à propos de Du côté de l’Olympe, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/04/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22566.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search