La guerre du Péloponnèse

L’Histoire479, janvier 2021, dossier “la guerre du Péloponnèse – la fin de la démocratie athénienne”

Crédit image. Couverture – L’Histoire

L’Histoire consacre un dossier à deux sujets classiques qui ne sont pas reliés entre eux exactement comme il le faudrait. V. Azoulay et P. Ismard présentent en effet la tyrannie des Trente à Athènes et la guerre civile qui l’accompagne comme l’aboutissement de la seule déliquescence interne du régime athénien à partir de 431. Les auteurs oublient de relever que ces événements ont été grandement favorisés par la guerre extérieure opposant les camps spartiate et athénien. Ce mécanisme déterminant se retrouve ailleurs. Ainsi, à Corcyre, les participants à la grande stasis de 427 s’enhardissent parce qu’ils sont soutenus les uns, oligarques, par Corinthe, les autres, démocrates, par Athènes, ce qui provoque une escalade de la violence (Thuc. III, 82, 1). À Athènes, le facteur extérieur décisif est la volonté du vainqueur. Alors que Sparte vient d’imposer ses dures conditions de paix, le cynique et brutal Lysandre est présent en 404 à la séance de l’ekklèsia qui, terrorisée, abolit la démocratie (Diod. XIV, 3, 6-7), et ses sbires se mettront au service des extrémistes athéniens. Les Trente se seraient-ils installés au pouvoir sans l’appui spartiate? Probablement pas. En outre, l’exposé – qui reprend des éléments bien connus de l’histoire politique d’Athènes – laisse sous-entendre que l’Athènes de 404-403, “la cité en crise”, serait une exception: aux Ve-IVe s., de nombreuses cités grecques connaissent une instabilité politique récurrente qui aboutit souvent aux pires brutalités (voir H.-J. Gehrke, Stasis, 1985, en allemand), mais il se trouve que, pour Athènes, nous disposons d’une documentation très abondante. Il est inutile aussi de vouloir “tordre le cou” au “cliché historiographique” portant sur le prétendu déclin de la démocratie athénienne au IVe s. (p. 45): c’est chose faite depuis longtemps. On est surpris, en revanche, que les deux auteurs ressuscitent une opinion fausse: les stratèges athéniens vainqueurs aux Arginuses sont condamnés à mort non pas “pour n’avoir pas ramené les corps des naufragés” (p. 43), mais, avant tout, pour n’avoir pas sauvé des naufragés bien vivants (voir par ex., J. Hatzfeld REA 42, 1940, avec une synthèse des sources p. 165, n. 2).

Une carte étrange prétend donner une idée de la guerre du Péloponnèse: le tracé approximatif de deux “zones principalement touchées”, qui couvre la moitié de la Grèce égéenne, fausse par l’anachronisme de la dénomination la réalité de la guerre antique; le bourg béotien de Mycalessos est téléporté dans la pérée samienne; deux batailles majeures ne sont pas signalées: Mantinée, en 418, qui est de très loin la plus grand bataille de la guerre du Péloponnèse, avec des effectifs considérables (Thuc. V, 58-75), et Notion, en 406, qui provoque le limogeage d’Alcibiade, d’où, à terme, la chute d’Athènes; la flèche avec la mention “415 vers la Sicile” aurait dû ajouter “427”, date à laquelle Athènes envoie 20 navires qui s’installent à Rhégion pour voir – déjà – si la Sicile peut être contrôlée (Thuc. III, 86). On plonge néanmoins au cœur du sujet et du combat avec la contribution de Ph. Lafargue, remarquable à tous points de vue: un esprit de synthèse et une maîtrise des faits donnent un très riche aperçu de ce que l’honnête homme lettré ou l’étudiant en histoire doit savoir sur la guerre du Péloponnèse et sur l’analyse qu’en fait Thucydide. Fr. Larran (“Thucydide et ce qu’il nous cache”) évoque avec acribie les jugements qu’a portés l’historiographie sur Thucydide; certains de ces jugements paraissent mal fondés et en quelque sorte déplacés: à supposer que Thucydide soit, comme on a dit, “souvent menteur et parfois manipulateur” (p. 56), dans ces conditions tous les historiens de l’Antiquité le sont, d’Hérodote à Ammien Marcellin; et le dévaloriser parce qu’il retrace imparfaitement l’itinéraire des troupes athéniennes en Sicile, c’est lui faire, à l’heure des drones, un procès facile. On s’attendait à une meilleure mise en évidence de la méthode historique de Thucydide lui-même (les informations sur ce sujet sont dispersées dans l’ensemble du dossier) et une solide comparaison avec celle de son prédécesseur Hérodote était nécessaire. S. Barthou, quant à elle, rappelle avec précision un “événement mineur” (p. 53), mais original: la mutilation des hermès à Athènes en 415, moment d’hystérie collective frappant la cité.

La bibliographie, qui, comme le veut la revue, ressert au lecteur les ouvrages des auteurs du dossier, honore dignement J. de Romilly et mentionne à juste titre les travaux de P. Payen. On ajoutera l’excellent P. Ponchon, Thucydide philosophe. La raison tragique dans l’histoire, Grenoble, 2017. Oublier de citer les Commentaries de Thucydide (A.W. Gomme et alii; J. Hornblower), deux monuments d’érudition et d’intelligence, est regrettable.

Bernard Eck,

Professeur d’histoire grecque – Université Grenoble Alpes

Citer cet article comme : Bernard Eck à propos de La guerre du Péloponnèse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/05/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22597.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search