L’économie domestique dans les sciences de l’antiquité : pratiques d’autoconsommation et d’ouverture aux marchés

Date. Vendredi 7 Mai 2021

Lieu. Visioconférence (Zoom)

L’oikonomia, à l’origine de notre terme économie, signifie « la gestion du domaine familial (oikos) » et peut renvoyer à ce que nous nommons l’ « économie domestique ». Toutefois, la gestion et l’administration auxquelles le nom renvoie pouvant s’appliquer à des domaines autres que l’oikos, les auteurs grecs parlent de l’oikonomia de l’oikos pour désigner l’économie domestique à proprement parler.
Cette dernière est depuis près d’un siècle et demi au cœur des débats sur la nature des économies antiques. Dans le cadre de la controverse entre primitivistes et modernistes, les premiers ont voulu enfermer l’Antiquité classique dans une économie domestique envisagée de manière fermée, marquée par l’autoconsommation, sous-évaluant l’importance des échanges monétarisés et des marchés. Cette controverse sur la nature des économies antiques apparaît ainsi comme une « controverse de l’oikos ». Ce n’est pourtant que depuis quelques décennies que les études sur cette thématique se sont réellement développées. Plusieurs d’entre elles révèlent la complexité des liens entre la production domestique et le marché, remettant en question le caractère fermé, autarcique, de l’économie domestique. La littérature, l’épigraphie, l’archéologie, l’architecture, la céramologie, la numismatique constituent autant de sources qui permettent d’envisager l’organisation de ces activités de production et de gestion des ressources et leur orientation vers l’autoconsommation et/ou la vente à l’extérieur de l’oikos.
Avant même de reprendre l’examen des sources, ce qui ferait l’objet d’un programme plus ambitieux, il convient de s’interroger sur la manière dont les antiquisants travaillent sur différentes aires chronologiques et culturelles et mobilisent les sources qui sont à leur disposition pour envisager l’orientation des activités domestiques vers l’intérieur ou l’extérieur de la maisonnée. Comment le traitement des sources, en particulier archéologiques, au cours du XXe siècle, influence-t-il la recherche actuelle ? En quoi les méthodes d’analyse, techniques, et les technologies de la recherche permettent une meilleure compréhension de ces faits économiques ? Quels apports d’approches pluridisciplinaires ?
Par la contribution de différents spécialistes (historiens, épigraphistes, archéologues, céramologues, numismates etc.) il s’agira d’interroger et de confronter les approches et méthodes de la recherche actuelle portant sur l’économie domestique, d’envisager les pratiques d’autoconsommation et/ou d’ouvertures aux marchés et l’organisation des espaces (d’habitats, de production, de vente) et des individus investis dans ces activités.

Programme.

Résumé des interventions.

Christophe PEBARTHE
Que faire d’une catégorie indigène ? Pour une analyse socio-historique de l’oikonomia

L’oikonomia a souvent été lue au prisme du débat entre primitivistes et modernistes. La résilience de cette opposition surprend alors que son dépassement a été annoncé régulièrement. Outre l’attachement de l’historien.ne au juste milieu, elle s’explique par le travail historien lui-même. Certain.e.s ont recouru à un préalable théorique général, le nouvel institutionnalisme économique. Ils et elles ont alors convoqué des sources pour prouver leur théorie. D’autres ont préféré en rester aux termes usuels du débat. Ils énoncent la validité des lois défendues par l’orthodoxie économique et délimitent le sens des concepts économiques. Il existe ainsi selon eux un marché à la grecque. D’autres enfin ont cherché dans les sources directement la vérité de la production et des échanges. Dans l’ensemble, la nature marchande de l’économie grecque ne semble plus pouvoir être véritablement remise en cause.
Comment comprendre alors l’oikonomia ? Faut-il s’en tenir à une confrontation entre une réalité moderne et une pensée primitive ? Faut-il au contraire débusquer de la science économique dans l’oikonomia ? Dans cette communication, il s’agira d’expliquer pourquoi des philosophes grecs de l’époque classique comme Xénophon, Platon et Aristote débattirent de l’oikonomia et dans quels termes. Celle-ci apparaîtra alors comme une composante essentielle du débat politique dans le monde grec classique. Bien loin de se réduire à l’autosuffisance, l’analyse de ce débat proposera de renouveler la lecture de la réflexion philosophique grecque sur la nature de la politique, en montrant toute la place que l’économie y occupe.

Audrey LACROIX
Relire l’Économique de Xénophon avec Michel Foucault

La lecture de Xénophon peut-elle encore révéler des informations nouvelles sur l’oikonomia ? Il serait aisé de répondre négativement en arguant du fait que tout a déjà été dit et écrit à ce sujet puisque l’Économique de Xénophon a été l’objet de nombreuses discussions et même d’un commentaire complet. Longtemps mal considéré, ce traité rédigé sous la forme de deux dialogues enchâssés est perçu au mieux comme un texte sur l’agriculture, au pire comme une simple « éthique » sans grand intérêt qui n’aurait d' »économique » que le titre. Même Louis-André Dorion qui depuis les années 2000 invite à redécouvrir l’intérêt et l’importance de Xénophon après deux siècles d’oubli, parle très peu de cette œuvre et la décrit comme mineure. Faut-il donc se résigner à chercher dans d’autres sources écrites que Xénophon ce qu’était l’oikonomia ?

La publication récente d’un Cours au Collège de France de Michel Foucault montre qu’une nouvelle lecture de ce texte est possible. Dans Subjectivité et vérité, il se questionne sur l’idée du sujet, dans la perspective plus générale de sa réflexion sur le
gouvernement qu’il définit comme « conduite des conduites ». Cette interrogation invite à considérer les protagonistes de l’Économique comme autant de sujets démocratiques possibles. Dès lors, l’oikonomia selon Xénophon n’a pas à être comprise à l’aune d’une problématique économique, marché ou autosuffisance. Elle s’intègre dans une réflexion plus vaste sur le comportement des citoyens, au sein duquel l’Économique délimite une place pour la production économique. Elle montre plus généralement que la distinction privé/public n’est pas opératoire pour saisir ce qu’est un oikos dans la démocratie athénienne du IVème siècle.

Étienne HELMER
Mettre l’oikos en ordre : le regard des philosophes sur la dimension spatiale de l’oikonomia

La réflexion des Grecs en matière économique a longtemps été tenue pour inexistante ou dénuée d’intérêt au motif qu’elle n’était pas scientifique. De la fin des années 1980 à nos jours, certains travaux sont toutefois revenus sur cette idée reçue en faisant droit au logos oikonomikos, c’est-à-dire à cet ensemble de considérations sur l’oikonomia, entendue au sens large d’administration du domaine qu’est l’oikos. Ce logos oikonomikos, tel qu’on le trouve notamment chez des penseurs comme Platon, Aristote, Xénophon, et plus tard Philodème de Gadara, porte sur l’analyse de trois opérations fondamentales constitutives de l’oikonomia : l’acquisition des biens, leur conservation et leur usage. C’est sur la seconde d’entre elles que cette contribution entend se pencher, en s’interrogeant sur la pensée de l’espace domestique qu’elle implique, en tant qu’espace économique. La conservation des biens suppose en effet une organisation matérielle de l’oikos, tant dans ses aspects architecturaux que dans son aménagement intérieur. La question principale que soulèvent ces considérations sur le rangement de l’oikos ou sa mise en ordre est de savoir à quel principe elles obéissent : répondent-elles uniquement au critère de l’utilité, ou bien sont-elles liées aussi à des enjeux symboliques ? Et si tel est le cas, lesquels ? À partir de l’étude de certains passages de l’Économique de Xénophon, de l’Économique du Ps. Aristote, de la République et des Lois de Platon, on proposera l’hypothèse que ce n’est pas tant le critère esthétique qui est en jeu dans le rangement de l’oikos que celui de l’intelligibilité de l’espace domestique pour les acteurs économiques que sont l’oikonomos ou le citoyen (tantôt identifiés l’un à l’autre, tantôt distingués), son épouse et les esclaves.

Marianne BERAUD
Oikonomoi et uicarii. L’administration de l’autoconsommation égyptienne d’après les papyrus du bureau de l’Ousiakos logos à Ptolemais Evergetis.

En Égypte, à Ptolémais Evergetis, capitale du nome Arsinoïte, le bureau de l’Ousiakos logos (Patrimoine de l’empereur) administre l’ουσιακα γῆ. Il s’agit de terres fertiles appartenant au Patrimonium impérial. L’administration de ces terres est confiée aux oikonomoi, des esclaves impériaux, qui perçoivent les loyers en nature (grain, orge ou mouton) acquittés par les fermiers.

La comptabilité est l’œuvre du vicaire, esclave personnel de l’oikonomos, qui établit les quittances fiscales et redistribue localement (communautés villageoises mais aussi équarisseurs des carrières de la Mer rouge) le grain prélevé au titre de l’impôt. Pierre angulaire de ce système autarcique, l’économe est une figure à la croisée de l’histoire des subalternes et de l’histoire économique.

Le cheminement administratif est un observatoire privilégié pour prêter attention aux circuits locaux de production (villages de Magdola et de Soknopaiou Nesos) et de consommation (villages du nome Arsinoïte, port de Kainè/Qina, les carrières du Mons Claudianus, fortins de la Via Claudiana). L’étude porte sur les quittances et les reçus (des papyrus) rédigés ou archivés par les économes et leurs vicaires. Il s’agit de reconnaissances de paiement de patentes, le plus souvent en nature, payées au titre du ravitaillement militaire. Elles certifient à l’expéditeur la réception de cargaisons de marchandises. A partir des « actes de la pratique », il s’agira de comprendre comment le bureau de l’Ousiakos logos est le laboratoire d’une économie égyptienne tournée vers des pratiques d’autoconsommation. Cette literacy pragmatique et formalisée, dont le protocole diplomatique est standardisé, recèle une portée sociale pour appréhender une économie céréalière articulée sur le schéma « production-autoconsommation ».

Marine LEPEE
Espaces de production, boutiques et cadre domestique dans les villes de Gaule romaine : la dimension économique de la maison

Les activités artisanales et commerciales sont les manifestations prédominantes des échanges de proximité en contexte urbain, dont l’archéologie documente à la fois le cadre architectural et les pratiques. Les lieux de métier disséminés dans la trame urbaine témoignent de relations topographiques et fonctionnelles particulièrement étroites avec les espaces domestiques, qui constituent également à leur échelle des unités de production. La frontière entre production destinée à la maisonnée et artisanat tourné vers des débouchés commerciaux est cependant parfois difficile à tracer.
A l’échelle de l’ilot urbain et de l’unité domestique, comment les espaces de production dialoguent-ils avec la maison, qu’ils soient circonscrits à des boutique-ateliers en façade ou qu’ils intègrent l’économie domestique en s’installant dans un secteur dédié ou en occupant des pièces résidentielles ? Dans quelle mesure les structures de travail et les assemblages de mobilier peuvent-ils être mobilisés pour documenter des activités de production, dédiées ou non à une commercialisation, au sein de la maison ?
La diversité des schémas architecturaux et fonctionnels liant espaces résidentiels et espaces de travail sera évoquée, en particulier à partir d’exemples issus d’un travail doctoral en cours sur le commerce de détail à l’échelle de la Vallée du Rhône (Ier s. av. – IIIe s. apr. J.-C.). Ceux-ci permettront à la fois d’évoquer le modèle de la domus mais également certains types architecturaux relevant de pratiques locales, caractérisés par une forte imbrication des fonctions.

Touatia AMRAOUI
Production domestique et économie en Afrique antique : une réflexion à partir des sources écrites et archéologiques et l’apport de l’ethnographie

Les vestiges archéologiques tout comme les sources écrites concernant le Maghreb ancien attestent l’existence de diverses activités de production dans la sphère domestique, en particulier dans le domaine de la production textile et la transformation des denrées alimentaires.
Dans un premier temps, cette communication fera le point sur leur identification et les difficultés d’interprétation qu’elles peuvent poser. Puis dans un second temps, elle tentera de déterminer leur part dans l’économie locale et extra-régionale.
Les études ethnographiques modernes permettront également d’enrichir cette réflexion.

Véronique CHANKOWSKI
Intervention conclusive

Organisation :  Eléonore FavierLouise Fauchier et Jillian Akharraz, doctorants au laboratoire Hisoma.

Source. Hisoma


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search