Moi, Polyphème, cyclope

Baussier (S.), Moi, Polyphème, cyclope. – Paris, Scrineo : 2021. – 97p. ISBN : 9782367409191

Crédit image. Première de couverture – Scrineo Editions

Ce livre est destiné aux enfants à partir de 10 ans, l’âge où l’on découvre, à l’école ou sur les bancs du collège, les voyages d’Ulysse. L’auteur, Sylvie Baussier, a lancé une série « Moi,… » qui fait découvrir aux enfants les grandes figures de la mythologie grecque. Mais, à la différence de ceux sur la sirène, le minotaure ou la méduse, le volume sur Polyphème est, menée avec beaucoup de finesse, la réécriture d’un épisode célèbre de la littérature.

Dans l’Odyssée, le récit des aventures d’Ulysse présente en effet la particularité d’être porté par l’un des personnages, introduisant ainsi la question du point de vue dans le déroulement général du texte. C’est Ulysse qui parle. Il évoque la succession de monstres, tous plus effrayants les uns que les autres, qu’il a croisés lors de son voyage de retour à Ithaque. Mais ces récits, forcément, ne sont pas neutres. Ainsi, de l’épisode du cyclope, le lecteur ne se souvient généralement que de l’emprisonnement des malheureux Grecs, de la blessure qu’ils infligent à Polyphème et de leur fuite, cachés dans le troupeau de moutons. Et pourtant, avant le retour du cyclope chez lui, les Grecs ne se sont pas comportés de façon très honnête : ils ont bu, mangé et volé ses provisions. Jusqu’au moment où il les a enfermés dans sa caverne, finalement, c’est lui la victime. Mais nous avons tendance à l’oublier, parce que le récit d’Ulysse présente les faits de façon à mettre en évidence la monstruosité de Polyphème d’un côté, la faiblesse et l’intelligence des Grecs de l’autre.

Le texte de Sylvie Baussier repose sur le même procédé d’écriture. Mais cette fois, c’est le cyclope qui raconte. Ecrit dans un style simple, agréable, mais qui ne manque pas de poésie et s’autorise quelques clins d’œil au texte homérique (« L’aurore aux doigts de rose »…), le récit commence lui aussi avant la rencontre. On voit le berger attentif à la santé de ses moutons, moqué par ses frères ou inquiet de la présence de Grecs soudainement débarqués sur son île si paisible. Cet être solitaire, rêveur et doux, qui est la risée des autres cyclopes parce qu’ils le croient faible, trouve, face à l’attitude inqualifiable des Grecs, l’occasion de montrer enfin qui il est. La force du texte de Sylvie Baussier vient de ce qu’il suit scrupuleusement les différentes étapes de l’épisode de l’Odyssée, qu’il retourne comme un gant et auquel il donne une magnifique profondeur humaine. On revit l’épisode, mais avec les yeux et le cœur de l’Autre, du monstre, du méchant, du perdant.

Cet ouvrage met donc en scène, pour les jeunes lecteurs, la question du point de vue dans la littérature, et les incite à réfléchir plus largement sur l’importance du narrateur dans le texte : dans les récits d’Ulysse, qui parle ? Qui est le monstre ? L’épisode du cyclope invite à poursuivre l’expérience avec les rencontres des autres monstres, à les lire en se mettant systématiquement à la place de l’autre et, du coup, à mieux comprendre qui est vraiment Ulysse. C’est une initiation à la pratique de l’esprit critique.

Mais la plus belle réussite de ce livre est peut-être qu’il invite à passer de la littérature à la vie réelle : sont en effet évoqués de l’intérieur, tranquillement, sans leçon de morale, quelques grands sentiments, comme la haine (« Je n’aime pas les humains. Ils nous croient bêtes. Ils nous trouvent laids. ») née de la méchanceté et du sentiment de rejet, et l’humanité souffrante de ceux que l’on considère comme monstrueux, dont on se moque et qu’on méprise. Par ce simple retournement du point de vue narratif, le texte nous propulse à la place de l’autre et remet en question nos certitudes et nos attitudes.

Au-delà du récit lui-même, l’ouvrage de S. Baussier a une vocation pédagogique et ludique : brève présentation des personnages principaux avant le texte ; invitation, après le texte, à découvrir les cyclopes dans un petit dossier bien documenté et bien illustré ; « cahier de jeux », enfin, qui est une façon de vérifier qu’on a bien retenu ce qu’on a lu.

Un livre à offrir à tous les enfants qu’on aime.

Mireille Courrént,

Université de Perpignan

Citer cet article comme : Mireille Courrént, à propos de Moi, Polyphème, cyclope, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/05/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22624.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search