MuséoParc Alésia : le temps du renouveau

Le MuséoParc Alésia a ouvert ses portes en 2012 à Alise-Sainte-Reine, en Côte-d’Or, sur les lieux mêmes du siège d’Alésia qui s’est déroulé en 52 avant J.-C.

Il est l’héritier, depuis les premières fouilles archéologiques initiées par Napoléon III au XIXe siècle, de l’intérêt porté à cet épisode de la guerre des Gaules. Aujourd’hui la visite se répartit entre le lieu d’exposition implanté dans la plaine, dans l’emblématique bâtiment imaginé par l’architecte Bernard Tschumi, les vestiges de la ville gallo-romaine et la statue de Vercingétorix sur l’oppidum.

Propriété du Département de la Côte-d’Or, le site s’inscrit depuis trois ans dans une nouvelle dynamique qui a permis à sa fréquentation de repartir à la hausse, atteignant les 80 000 visiteurs. Ancrage territorial, diversité de la programmation culturelle, développement de la notoriété… sont autant d’éléments qui ont contribué à reconquérir le public. Pour autant, à l’aube de ses dix ans, il fallait faire franchir au MuséoParc Alésia un cap qui lui permettrait de se projeter dans l’avenir. Pour cela, visant l’efficacité, il convenait de s’appuyer sur l’existant pour mieux le valoriser. Ainsi ont été décidées la création d’une application 3D sur le site des vestiges et la rénovation complète du parcours permanent d’exposition. La nouvelle ère du MuséoParc Alésia pouvait commencer !

Voyage dans le temps sur le site des vestiges

Les vestiges de la ville gallo-romaine, qui s’est développée à partir du premier siècle de notre ère, sont aujourd’hui très arasés et peu lisibles. On peut en avoir une bonne compréhension dans le cadre d’une visite guidée, mais sans cela, il est difficile d’imaginer la vie foisonnante d’une petite ville de 5 000 habitants environ. L’idée d’une application 3D qui permettrait de rendre compte des volumes des bâtiments a séduit tant les archéologues qui travaillent sur Alésia que les médiateurs culturels qui accompagnent les groupes toute l’année. Ce projet était également une bonne occasion de faire un état des lieux des connaissances et de croiser différentes ressources. Dans une première phase, pilotée par le Département de la Côte-d’Or, il a fallu rassembler toute la documentation archéologique et scientifique qui se trouvait tant à la conservation départementale qu’à l’université de Bourgogne. Cette collecte inédite, complétée par des prises de vue in situ, a permis la réalisation d’une photogrammétrie de l’état actuel du site archéologique. Ce travail a été la base pour bâtir une maquette blanche, c’est-à-dire les volumes et les structures des bâtiments, mais sans leurs textures. Toutes les étapes de cette phase ont été accompagnées par un conseil scientifique composé d’archéologues qui ont pu, à cette occasion, vérifier ou invalider certaines de leurs hypothèses, voire s’interroger sur de nouvelles pistes scientifiques. Dans une deuxième phase, une société spécialisée dans la conception d’application numérique a construit le scénario de l’application pour le grand public qui s’intitule “les quatre saisons d’Alésia”. Toujours accompagnée par le conseil scientifique, l’entreprise a développé les textures, les décors, les couleurs, les personnages… que l’on retrouve en sept points géolocalisés (le théâtre, le temple, la place publique, la basilique civile, le monument d’Ucuetis, le quartier d’habitation et une vue d’ensemble), proposant à chaque fois des élévations en 3D, des immersions à 360° et des jeux. Personne n’avait jusqu’alors vu l’Alésia gallo-romaine de cette manière. Et contre toute attente, cette démarche a abouti à une autre aventure : une nouvelle campagne de fouilles de quatre semaines, provoquée en partie par les interrogations liées à la modélisation 3D des bâtiments ! Ainsi, ce projet est un bon exemple du rôle de passerelle que joue le MuséoParc Alésia entre la recherche scientifique et la médiation auprès du grand public.

Un parcours permanent avec des collections et de l’interactivité

Imaginée et conçue il y a dix ans, l’exposition permanente du MuséoParc Alésia commençait à prendre de l’âge ! S’il est vrai que l’on reconnaît qu’une scénographie est faite pour durer une dizaine d’années, rares sont les musées qui peuvent se permettre de faire table rase de l’existant pour tout recommencer. C’est pourtant dans cette aventure que s’est lancé le MuséoParc Alésia ! Pilotée et financée par le Département de la Côte-d’Or, l’opération a consisté à démonter les 1 100 m² du parcours permanent pour le refaire complètement. C’est l’agence de scénographie/muséographie de Clémence Farrell qui a été retenue pour imaginer la nouvelle exposition dont l’ouverture au public est prévue pour l’été 2021.

Jusqu’à présent, l’exposition permanente abordait principalement le siège d’Alésia, le rôle de l’archéologie depuis les premières fouilles, décidées par Napoléon III, jusqu’à nos jours et la question de la représentation des Gaulois depuis le XIXe siècle. A contrario, le programme du nouveau parcours élargit considérablement le spectre de la découverte, notamment grâce à l’apport des dernières campagnes de fouilles sur l’oppidum. Ainsi, le siège sera toujours abordé bien évidemment, car c’est principalement pour cela que les visiteurs viennent à Alésia, mais la grande différence sera dans le traitement de ce qu’il y avait avant et de ce qu’il y a eu après. Car il est bon de rappeler que le siège d’Alésia est un événement qui n’a duré que deux mois environ !

Avant le siège, la vie quotidienne des Mandubiens, le peuple gaulois qui vivait à Alésia, sera abordé à travers les découvertes archéologiques dont, entre autres, de la vaisselle et des monnaies. Après le siège, une sélection des collections gallo-romaines découvertes sur site, permettront de comprendre le fonctionnement de la ville (commerce, culte, artisanat…) et de faire le lien avec les vestiges archéologiques encore visibles. Plus de 650 pièces archéologiques vont ainsi sortir des réserves, dont certaines n’ont jamais été présentées au public ! Pour terminer, un espace plus important que par le passé traitera de la représentation des Gaulois dans l’imaginaire collectif que ce soit dans les manuels scolaires, la publicité ou encore dans un usage politique.

Mais ce n’est pas tout ! L’archéologie sera un véritable fil rouge de la visite, car cette discipline est indissociable d’Alésia depuis le XIXe siècle. En décryptant les techniques des archéologues, l’objectif est de permettre aux visiteurs de comprendre comment on révèle l’invisible. Bien ancrée dans notre époque, l’exposition sera plus interactive, avec des dispositifs numériques ou mécaniques, qui seront toujours au service du propos et qui feront du visiteur un acteur de sa visite. Enfin, véritable marque de fabrique du MuséoParc Alésia, la dimension ludique et familiale du parcours mettra en avant le plaisir d’apprendre tout en s’amusant, avec le souci constant de rendre la découverte accessible à tous.

C’est ainsi qu’à la veille de ses dix ans en 2022, le MuséoParc Alésia se renouvelle pour toucher un nouveau public et se projeter dans l’avenir : il a toutes les cartes en main pour être un lieu de visite incontournable en Bourgogne !

Michel Rouger,

Directeur du MuséoParc Alésia

Citer cet article comme : Michel Rouger, à propos de MuséoParc Alésia : le temps du renouveau, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/05/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22650.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search