Les spectateurs des jeux du cirque à Rome

Forichon (S), Les spectateurs des jeux du cirque à Rome (Ier s. a.C. au VIe s. p.C.) : passion, émotions et manifestations. Bordeaux, Ausonius Editions : 2021. – 370p. – ISBN : 9782356133458

Crédit image. Première de couverture – Ausonius Editions

Le très beau livre de Sylvain Forichon – et la couverture gaie et colorée d’un tableau d’A. von Wagner « The Chariot Race » donne tout de suite envie de s’y plonger – s’inscrit dans un double champ de recherches en pointe aujourd’hui. Il s’agit d’une part de l’histoire du sport antique, et le Grand Cirque n’est pas abordé ici comme on le voit encore trop souvent sous ses seules dimensions architecturales, religieuses et politiques (sans revenir sur le fait que le sport, d’une façon générale, a longtemps été considéré comme un « objet bas de gamme » dans le champ des sciences sociales (A. Ehrenberg). Par ailleurs, comme le fait remarquer Sinclair W. Bell dans sa judicieuse préface où il note en particulier l’accent mis sur « the sensory world of the spectator », c’est aussi l’histoire des émotions qui est au centre de l’étude, et on se contentera de signaler pour ce domaine le livre collectif portant ce titre qui a été publié en 2016 sous la direction de A. Corbin, J.-C. Courtine et G. Vigarello. Ainsi que le rappelle Chr. Bromberger, « … comment dissocier l’étude de l’arène de celle du public qui s’y assemble, de ses comportements, de ses récits ? »

Il n’est pas étonnant que cet ouvrage soit publié à Bordeaux, ville qui d’une certaine façon est devenue avec Rome – où des fouilles récentes ont encore apporté sur le Circus Maximus des données importantes – la capitale du cirque romain. Depuis deux décennies, sous l’impulsion de J.-M. Roddaz, des séminaires réguliers, la réalisation d’une maquette numérique, un grand colloque international en 2006 (publié en 2008) ont été centrés sur cet édifice, un des plus grands du monde romain. Et soutenue après celle de F. Fauquet, la thèse de S. F. qui est à l’origine de ce livre, est donc la première qui soit publiée.

Le livre comprend trois parties, auxquelles il faut ajouter de nombreuses annexes. La première partie porte, comme il se doit, sur les sources et d’abord sur les sources littéraires. Si plusieurs textes sont bien connus, S.F. a su en dénicher d’autres qui l’étaient beaucoup moins. Bien sûr, une majorité de ces sources reprennent avec complaisance le même thème moralisant, celui de la folie d’une populace perdant toute mesure devant les spectacles si répétitifs des courses de chars, et une lettre de Pline le Jeune est emblématique d’une sorte de mépris intellectuel pour les fans. Pour autant la lecture de ces textes n’est pas sans intérêt car, au-delà des formules attendues et un peu stéréotypées, c’est dans certains détails que l’on peut trouver des informations très éclairantes pour la connaissance des realia. Pour ce qui est des sources iconographiques – on aurait dix-neuf représentations – S.F. note surtout que l’on passe d’une image des spectateurs vus comme une masse compacte à une représentation plus individualisée à partir du IVe siècle, et ici on pense d’abord à la mosaïque de Piazza Armerina.

Pour avoir défendu depuis longtemps la thèse d’une très forte ressemblance entre le système des courses de chars romaines et le football contemporain, j’ai été tout à fait séduit par le chapitre suivant où sont citées plusieurs recherches universitaires portant sur les supporteurs de football, d’autant que S.F. a su sélectionner, dans la littérature française ou anglo-saxonne, des passages très éclairants. L’anthropologue Chr. Bromberger fait, par exemple, des remarques sur l’excitation des supporteurs actuels qu’on pourrait emprunter à Ammien Marcellin. Pour prendre une autre question, s’il est vrai que dans un stade on voit le jeu depuis les tribunes mais que depuis les virages on vit le match, les dimensions du Grand Cirque conduisent à des réflexions similaires pour les spectateurs romains des ludi circenses – et S.F. ne manque pas dans la partie suivante d’utiliser ces analyses.

Cette partie relate la journée ou plutôt les « journées particulières » d’un fan du cirque puisque celui-ci éprouve des émotions bien avant le début des courses, ne serait-ce qu’avec les paris, et bien après la fin de celles-ci qui suscitent des commentaires sans fin, dans lesquels on « refait le match » comme aujourd’hui. Beaucoup de questions complexes sont abordées ici, comme celle de la capacité du Circus Maximus ou celle de la répartition sur les gradins (une confusion, p. 128, entre les athletae à la grecque et les épreuves athlétiques qui appartenaient au programme normal des circenses et qui n’ont jamais conduit à une exclusion des spectatrices). A ce propos, on soulignera l’approche originale qui a consisté à distinguer les séquences émotionnelles des spectateurs en fonction des différents spectacles (chars, chasses, cavaliers-voltigeurs…)

Si la dernière partie peut paraître a priori moins originale puisqu’elle aborde un thème souvent traité auparavant, celui des rapports entre l’empereur et les spectateurs du cirque, elle n’en contient pas moins des vues très intéressantes sur de nombreux aspects. Bien sûr on peut être amené à discuter tel ou tel point de vue de l’auteur : ainsi je ne suis pas sûr que soit la bonne interprétation celle donnée par S.F. du bras-de-fer de 54 de notre ère entre le préteur Aulus Fabricius et les domini des factions. Des questions très délicates sont ici en jeu pour les périodes tardives, en particulier celle de la disparition des jeux du cirque en liaison (ou non) avec la montée du christianisme. Aux phases de dépaganisation et de christianisation des circenses, on pourra ajouter celle que G. Dagron avait bien mise en avant dans son beau livre sur l’hippodrome de Constantinople, à savoir que les Pères de l’Église ont tenté une « repaganisation » du cirque pour en éloigner des spectateurs qui trouvaient décidément là bien des attraits en dépit des efforts déployés par les tenants de la nouvelle religion.

C’est un livre, sinon émouvant, du moins passionnant que nous donne ici S. Forichon sur les émotions et les passions suscitées par le spectacle des ludi circenses – et on notera en passant qu’il y a très peu de coquilles ou de fautes de forme, ce qui est assez rare aujourd’hui pour être souligné. Parmi les nombreux compliments que l’on peut adresser à cette recherche, j’insisterai pour terminer sur celui-ci : même ceux qui connaissent assez bien le sujet traité par l’auteur trouveront à coup sûr dans la lecture des informations nouvelles d’un grand intérêt.

Jean-Paul Thuillier,

Ecole normale supérieure – Paris

Citer cet article comme : Jean-Paul Thuillier à propos de Les spectateurs des jeux du cirque à Rome, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/05/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22681.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search