La voie domitienne

Les automobilistes qui se rendent en Espagne en venant de Paris ou de Nice ont peut-être remarqué avant Montpellier la station service qui porte le nom d’Ambrussum. Elle affiche un char antique qui est le sigle choisi pour signaler la plus ancienne voie romaine construite en Gaule au début de l’implantation de Rome dans le sud de la France pour relier la capitale de l’Empire à Narbonne et au-delà à l’Espagne. C’est à elle que le Musée archéologique Henri Prades organise une exposition sous le titre : « En route !  La voie Domitienne du Rhône aux Pyrénées ». Celle-ci a été ouverte au mois de décembre 2020 à l’entrée du site archéologique de Lattara, à proximité de Montpellier et on peut en faire la visite virtuelle.

Le visiteur a alors accès aux salles d’exposition du musée qu’il peut parcourir avant d’accéder aux différentes vitrines. Il découvre d’abord les bornes qui jalonnaient la route du Rhône aux Pyrénées dans la partie occidentale de la province romaine de Gaule Narbonnaise, en Occitanie, les panneaux retracent l’histoire de sa découverte. Ils en restituent le tracé et quelques-uns des bâtiments qui assuraient le service de la route.

La voie doit ce nom au Proconsul Cneus Domitius Ahenobarbus qui prit en 121 av. J.-C. le commandement de la guerre contre les Gaulois du Sud qui avait débuté trois ans plus tôt et le partagea avec Quintus Fabius Maximus. Son nom figure sur le milliaire découvert à La Treilles à 20 km de Narbonne. Il est daté de 118 av. J.-C. qui est aussi l’année de la fondation de Narbonne. La voie domitienne appartient à la catégorie supérieure des voies romaines, celle des viae publicae populi romani. Le législateur écrit qu’elles sont dites “prétoriennes” ou encore “consulaires” et qu’elles sont chez les Romains l’équivalent des routes “royales” des Grecs. Leur fonction première était le service de l’Empereur. Elles étaient parcourues par les officiales, porteurs des courriers adressés aux administrations provinciales par les bureaux de Rome. Mais elles étaient ouvertes à tous, commerçants, simples voyageurs ou pèlerins comme ceux qui offrirent les célèbres gobelets de Vicarello que l’on peut voir dans une vitrine. Les milliaires qui sont présentés attestent de l’entretien régulier de la voie. Un panneau est consacré à l’un d’eux qui est daté du règne de l’Empereur Antonin, postérieur donc de deux siècles et demi à celui de Treilles. À l’entrée des villes, ces voies étaient bordées par les tombeaux des notables et par les nécropoles.

Les objets exposés témoignent des activités liées à la route. Certains proviennent des fouilles de la voie. Mais l’essentiel a été livré par celles des établissements des bords de la voie qui ont fourni des objets caractéristiques. La vaisselle à boire et des éléments de charronnerie en documentent les fonctions d’accueil des voyageurs et de leurs véhicules. Des panneaux explicatifs présentent l’agglomération routière d’Ambrussum, le relais de Marinesque sur la commune de Loupian et l’auberge de Mas de Roux à Castries. Au Marinesque, l’attention est attirée par la découverte d’un matériel d’écriture et de boîtes à sceaux qui suggèrent que ce site pourrait avoir eu une fonction de contrôle des passages et de perception de taxes.

Appartenance et fonction distinguent ces voies des viae vicinales qui reliaient les cités entre elles et des voies privées qui assuraient la circulation sur les domaines. L’un des intérêts de cette exposition est précisément de présenter deux bornes qui marquent l’aboutissement sur la voie domitienne de celles que les propriétaires construisaient sur leurs domaines pour relier leur villa à une grande route et bénéficier ainsi de son service sans être importunés.

On peut télécharger sur le site le volume édité par le Service Archéologique d’Occitanie. Marion Audoly, Iouri Bermond, Diane Dusseaux et Christophe Pellecuer assistés de huit collaborateurs y décrivent les aménagements que la voie a nécessités pour la traversée de zones humides, le passage des cours d’eau ruisseaux et le franchissement des Pyrénées. Ils en décrivent l’histoire depuis ses origines préromaines jusqu’à la fin de son entretien par l’administration au Ve siècle. Complété par une bibliographie, il donne un état complet des connaissances sur la mieux connue et valorisée des voies romaines en France.

Philippe Leveau,

Professeur émérite 

Citer cet article comme : Philippe Leveau, à propos de La voie domitienne, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/06/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22704.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search