Cycle de conférences – Musée de la Romanité

A partir du mercredi 9 juin 2021, le Musée de la Romanité de Nîmes propose un cycle de conférences en lien avec l’exposition temporaire  » L’Empereur romain, un mortel parmi les dieux ». Ces conférences de 45 minutes seront proposées à l’auditorium du musée. Elles sont gratuites et sans réservation, dans la limite des places disponibles.

9 JUIN DE 18H15 À 19H00

Le culte impérial dans les Trois Gaules

Qu’est-ce qu’un souverain ? L’équivalent d’un dieu. 

Ce que l’on pourrait identifier sous l’Empire à un excès de langage a trait en vérité à l’usage ordinaire, propre à l’identification et à la reconnaissance d’une personnalité supérieure et sacralisée comme l’empereur. Le culte impérial permettait ainsi, par des célébrations régulières, d’établir un lien durable et tangible avec le pouvoir romain, ce dont témoignent les temples, autels et statues qui lui étaient consacrés par les cités des provinces de Gaule. 

Cette conférence, initiée par William Van Andringa, Directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, vous permettra de comprendre l’importance du culte impérial dans les Trois Gaules.

16 JUIN DE 18H15 À 19H00

La consecratio d’Auguste, un tournant politique

Quelles sont les conséquences des funérailles d’un Empereur ?

La mort du souverain n’est pas seulement un événement biologique inéluctable qui ouvre une période de succession. À Rome, elle constitue également un spectacle total qui prend une dimension religieuse et sociale : d’une part, au terme des funérailles, l’empereur décédé devient un dieu (diuus) ; d’autre part, les nombreux rituels funéraires sont exploités comme autant d’occasions de (res)souder la cité et l’Empire autour du pouvoir impérial.

La conférence présentée par Frédéric Hurlet, professeur d’Histoire romaine à l’Université de Paris Nanterre, prendra l’exemple des funérailles du premier empereur, Auguste, pour montrer que le deuil est un phénomène profondément politique.

23 JUIN DE 18H15 À 19H00

De la Dalmatie (Narona) à la Judée (Sébastè) et à la Provence (Nîmes) : comment s’appelaient et à quoi servaient les premiers sanctuaires augustéens dits du culte impérial ?

Les honneurs, pouvoirs et privilèges qui furent consentis à Octavien-Auguste après la victoire d’Actium et son triomphe sur l’Egypte constituèrent les prémisses d’une divinisation qui, sans avoir de son vivant un caractère officiel, revêtirent des formes différentes. Nous nous proposons d’examiner les plus singulières, afin de replacer dans ce cadre le « temple“ de la Maison Carrée de Nîmes, dont la définition culturelle demeure à ce jour difficile à cerner.

Conférence animée par Pierre Gros, Professeur émérite à l’Université d’Aix-en-Provence 

26 JUIN DE 16H30 À 17H15

La mise en scène du retour de l’âge d’or dans les théâtres augustéens

A travers cette conférence animée par Gilles Sauron, Professeur émérite d’archéologie romaine à Sorbonne Université, découvrez l’évolution des mises en scène dans les théâtres augustéens.

Nous sommes familiers des théâtres romains, à commencer par celui d’Orange, qui voit chaque année la célébration des fameuses Chorégies. L’imposante muraille qui forme le fond de la scène est un témoin merveilleusement conservé de ce qui fut la révolution augustéenne du théâtre romain.

Jusqu’à Auguste, les Romains avaient adopté les décors amovibles du monde grec, qui étaient peints sur des panneaux de bois et qui changeaient en fonction des trois genres théâtraux, les tragédies qui faisaient revivre le passé héroïque à l’ombre de temples et de palais, les comédies, qui évoquaient la vie contemporaine dans les villes, et les drames satyriques, qui se déroulaient dans la campagne habitée par les demi-dieux de la nature. Auguste a imaginé à l’inverse de créer un contraste entre, d’une part, un décor entièrement architecturé, évoquant le monde hiérarchisé et à l’exubérante fécondité du retour de l’âge d’or, et, d’autre part, les spectacles de pantomime, qui ressuscitaient tous les malheurs des hommes jusqu’à la défaite de ses derniers adversaires, Marc Antoine et Cléopâtre, considérée comme la fin de l’âge de fer et l’inauguration des nouveaux temps.

26 JUIN DE 17H45 À 18H30

Les types statuaires impériaux « divinisants »

L’adoption de types statuaires « héroïsants » ou « divinisants » pour représenter l’empereur et les membres de sa famille s’inscrit dans une tradition née dans les monarchies hellénistiques et relayée par les généraux romains de la fin de la République. La taille des statues, leur insertion dans un cadre architectural et surtout la nudité idéale des corps ou les attributs à connotations divinisantes concouraient à héroïser les personnages représentés.    

Une intervention réalisée par Emmanuelle Rosso, Professeur en histoire de l’art et archéologie du monde romain à Sorbonne Université 

30 JUIN DE 18H15 À 19H00

Les Res Gestae Divi Augusti, Epigraphie et histoire

Découvrez les secrets qui se cachent derrière le texte les « Hauts faits du Divin Auguste » à travers une conférence animée par John Scheid, Professeur émérite au Collège de France .

Les Hauts faits du Divin Auguste, un texte d’environ 2585 mots, ont été rédigés sous le contrôle du vieux Prince et lus au Sénat après son décès. Dans ce bilan, Auguste rappelle d’une part son œuvre politique et militaire, la restauration et la nouvelle organisation institutionnelle de l’État romain qu’il avait réalisée, sans oublier tous les bienfaits accordés au peuple romain et aux provinces de l’Empire. Ce document passionnant écrit par le premier empereur contient toutefois également, à l’arrière-plan, une menace à l’égard de ceux qui tenteraient d’attaquer à nouveau l’ordre établi.

11 SEPTEMBRE DE 18H15 À 19H00

Les « dieux Augustes » dans le monde grec : héritage hellénistique et idéologie impériale

Lorsqu’en 29 av. J.-C., les communautés des provinces d’Asie et de Bithynie proposèrent à Octave les honneurs divins, elles s’inscrivaient dans une tradition séculaire qui remontait à Alexandre le Grand. Contrairement à la règle qui s’appliqua en Occident, les empereurs romains reçurent dans le monde grec un culte de leur vivant : ils recueillaient en cela l’héritage des rois hellénistiques. Les formes du culte se développèrent en continuité avec les pratiques propres à la religion grecque, tout en intégrant des éléments venus de Rome. Le vocabulaire pour désigner l’empereur divinisé, le personnel religieux chargé de son culte, les rites accomplis, l’architecture des sanctuaires et l’iconographie de l’empereur témoignent à la fois des fortes spécificités culturelles des provinces hellénophones et de leur intégration à un ensemble unifié sous l’égide de Rome.

Une conférence animée par Anna Heller, Professeur d’Histoire ancienne à l’Université de Tours.

14 SEPTEMBRE DE 18H15 A 19H00

Le culte impérial en Hispanie Citérieure, l’exemple de Tarragone

Cette conférence, présentée par Isabel Roda, Professeur d’archéologie classique à l’Université autonome de Barcelone, vous invite à découvrir l’importance du culte impérial à Tarragone.

Dans la plus grande province de l’Empire romain, l’Hispanie Citérieure (« plus proche de Rome »), le culte impérial s’est développé très tôt, mais pas de façon homogène sur tout le territoire. Ainsi, alors que dans certaines villes il a connu un grand essor, dans d’autres il n’y a aucune preuve de son organisation. Il n’est pas surprenant que ce soit la capitale de la province, Tarraco (Tarragone), qui fournisse les témoignages les plus anciens et les plus significatifs du culte impérial tant au niveau municipal que provincial. Dans des colonies comme Barcino (Barcelone), le culte de l’empereur était très vivace, tandis que dans d’autres, comme Caesar Augusta (Saragosse), pourtant fondée par Auguste, les indices se font rares.

 

Source. Musée de la Romanité – Nîmes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search