Mari Yamazaki, Olympia kyklos

Yamazaki (M.), Olympia kyklos. Paris, Casterman : 2021. – 200p. – ISBN : 9782203202986

Crédit image. Première de couverture – Casterman

Dans le premier tome d’Olympia Kyklos, Mari Yamazaki dessine le rapport complexe entre les anciens et les modernes. Cette relation repose sur la construction d’un discours sur la vérité chez les uns comme chez les autres.

« Trouver une vérité », tel est le souhait de Démétrios, jeune peintre sur céramique de la cité de Tritonia, au IVème siècle a.C. Au-delà de la passion qu’il porte à son métier, il y a celle qu’il porte à Apollonia, la fille du patriarche. Dans son petit monde idéal, telle est sa vérité : peindre l’amour sur des vases ….

Mais, le quotidien du jeune homme se voit chamboulé lorsque la cité lui impose de devenir l’athlète qui réglera le sort de celle-ci. Démétrios n’envisage pas cette vie : celle du héros sportif ne vivant qu’à travers la compétition et l’ambition d’écraser les autres… Son esprit est déchiré entre, d’une part, « écouter son cœur, faire ce pourquoi il pense être né » et de l ‘autre, ce que la société attend de lui : remporter l’épreuve sportive qui libérera Tritonia de la convoitise de la cité voisine.

Ainsi, notre héros se retrouve tiraillé entre sa vérité et celle des autres. Encouragé par ses amis, sa cité et par l’amour de sa vie, Démétrios ne sait plus quelle décision prendre. Le sort de la cité est entre ses mains mais l’échec sera imminent s’il perd, c’est la cité entière qui basculera alors sous la domination de l’ennemi, et la vérité de son petit monde idéal en serait toute chamboulée.

Dans ce moment de désespoir, ce sont les dieux grecs qui lui viennent en aide : être projeté dans le futur, telle est la solution proposée à Démétrios. Quoi de mieux qu’un saut dans le temps pour comprendre la vérité sur son monde passé ? Et c’est à Tokyo, en 1964, en plein déroulement des Jeux Olympiques que l’autrice apporte des réponses à son personnage. Démétrios ne cesse de faire des allers-retours entre son présent et le futur dans une société qui lui est inconnue. Ce sont ses voyages dans le temps qui lui permettent de construire sa vérité. Il enrichit Tritonia par ses découvertes et exprime un nouveau goût pour le sport. Il ne s’agit plus d’une compétition dénuée de sens, mais d’une façon d’attester l’amour qu’il porte à sa cité, à ses amis ainsi qu’à Apollonia. Son décalage avec les habitant.e.s de Tokyopolis lui permet d’observer le monde d’un autre point de vue et de reconsidérer sans cesse ce qu’il juge être sa vérité. Notre héros réalise à plusieurs reprises qu’il se trompe !

Lors de ces échanges avec les modernes, il a l’occasion de rencontrer un professeur qui lui enseigne la distance à adopter sur chacune des situations auxquelles il est confronté. Ce personnage est aussi, pour le lecteur et la lectrice, un médiateur entre le passé et le présent. En effet, le professeur nous rappelle qu’ un athlète grec du IV ème siècle a.C. concourt nu… ce qui n’est pas le cas des athlètes internationaux de 1964, tous sous le choc lorsque le jeune grec leur apparaît en pleine course du marathon…

En exécutant ce travail d’anachronisme assumé, Mari Yamazaki, propose sous forme d’un manga, une réflexion pleinement historique et sociologique sur le rapport du lecteur et de la lectrice aux anciens, plus particulièrement à la société grecque du IV ème siècle a.C.

Passer par Tokyo en 1964, offre la possibilité d’un regard intermédiaire qui lui permet de prendre de la distance avec ses propres évidences sur la culture grecque ancienne. Ainsi, tout l’ouvrage propose une déconstruction de notre rapport au passé, en invoquant une logique qui marche à rebours : la tendance générale est plutôt d’imaginer ce que les Grec.que.s pensaient… Ici, il s’agit de présenter aux Grec.que.s ce qu’une société du futur pense. Ainsi, la question de la culture est centrale, car chacune des sociétés, qu’il s’agisse de celle de Tritonia au IV ème siècle a.C., ou de celle de Tokyo en 1964, est représentée par ce qu’elle raconte, sur des vases, sur des écrans de télévision, mais aussi par des épreuves sportives.

Le héros prend appui sur le futur pour répondre à chacun des défis qui lui sont imposés. Comme si, la culture japonaise des années 1960 était en fait la commanditaire de la culture grecque du IV ème siècle a.C. La culture grecque se construit, se développe et s’altère aussi à travers le rapport que les sociétés contemporaines entretiennent avec celle-ci.

Cet ouvrage touche aux véritables enjeux de la science historique tout en faisant réfléchir chacun et chacune à son propre rapport à l’histoire. Olympia Kyklos s’adresse à tous les publics, y compris aux scolaires, pour qui l’étude d’un tel ouvrage pourrait permettre d’effectuer des liens importants dans la construction d’une réflexion et d’une culture historique attendue au collège, par exemple. Dans le cadre de la formation des jeunes lecteurs et lectrices, c’est aussi un moyen de se questionner sur ce qui construit la vérité d’un discours.

Camille Boué,

Professeure d’Histoire-géographie – Collège d’Arudy

Citer cet article comme : Camille Boué, à propos de Mari Yamazaki, Olympia kyklos, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 14/06/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22736.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search