Pierre-Luc Brisson, Histoire de la Rome antique

BRISSON (P.-L.), Histoire de la Rome antique. Une introduction. – Préface d’A. Grandazzi. – Paris : Hermann Éditions / Presses de l’Université de Laval, 2020, – XII+214 p., bibliogr., glossaire, chronologie, ill. – (Collection À propos : histoire). – ISBN : Hermann 979.1.0370.0427.7 / PUL 978.2.7637.4959.4.

Crédit image. Première de couverture – Hermann Éditions / Presses de l’Université de Laval

Ce petit livre (21,7 cm x 14 cm x 1,4 cm ; 250 grammes : cet été il se glissera n’importe où !) est destiné « au lecteur curieux, passionné d’histoire, ou à l’étudiant collégial ou universitaire » selon les termes mêmes de son auteur Pierre-Luc Brisson (p. 6), lequel, entre autres, enseigne l’histoire romaine à l’Université du Québec à Montréal et déclare vouloir offrir « une introduction générale à la Rome antique qui puisse servir de précis historique » (p. 6). Pour ce faire, il survole presque treize siècles en suivant l’ordre chronologique. Le tableau récapitulatif en trois colonnes intitulé « Chronologie sommaire » (p. 203-204) divise cette durée en trois périodes, chacune traitée dans une colonne : « Époque royale (753-509 av.) », « Époque républicaine (509-27 av.) », « Empire (27 av.-476 apr.) » — ce n’est d’ailleurs pas très pratique, car il faut lire chaque colonne en entier avant de passer à la suivante, ce qui oblige par exemple pour la colonne 2 à la lire p. 203, puis p. 204, avant de revenir p. 203 pour prendre connaissance du début de la colonne 3 ; attribuer la première colonne aux dates, la deuxième et la troisième indiquant en regard respectivement les événements à l’intérieur et à l’extérieur, par exemple, aurait peut-être facilité la consultation —. Le corps de l’ouvrage contient, quant à lui, cinq chapitres : « Les origines de Rome et les débuts de la République (753 av.-509 av.) » ; « Les institutions de la République et l’expansion romaine en Méditerranée (IIIe-IIe siècles av.) » ; « La fin de la République, des Gracques à la mort de César (133-44 av.) » ; « Le Haut-Empire romain : de l’instauration du principat à la mort d’Antonin le Pieux (27 av.-161 apr.) » ; « L’Empire romain tardif : de la fin des Antonins à la disparition de l’Empire en Occident (161-476 apr.) ». Ce second découpage permet d’affiner, d’introduire des nuances, de mieux mettre en lumière les permanences, les évolutions, les ruptures et leurs causes.

Il s’agit d’un manuel de vulgarisation destiné à permettre à ceux qu’interpellent certaines réalités d’aujourd’hui de faire connaissance avec ce monde romain qui a laissé tant de traces matérielles aussi bien que spirituelles et de découvrir les principaux jalons de son développement ainsi que ses traits les plus caractéristiques. Mais, me direz-vous, il existe déjà beaucoup d’écrits de ce genre ; en quoi celui-ci se distingue-t-il ?

Eh bien, il se fait remarquer d’abord par sa présentation, aérée, d’une très grande clarté, offrant une bibliographie de travaux en français et en anglais accessibles au lectorat ciblé et lui donnant les moyens d’approfondir les questions qui l’intéressent. Il comporte un glossaire d’une trentaine d’entrées expliquant des notions typiquement romaines évoquées au fil de ces pages. Il y a toutefois des oublis : ainsi, je n’ai pas trouvé « flamine » dans le glossaire malgré l’astérisque qui y signale sa présence p. 22.  D’autres termes auraient pu y figurer, par exemple, je ne suis pas certaine qu’un néophyte comprenne ce qu’est un « patrice » au Ve siècle apr. J.-C. (p. 196). L’adjectif « curule » (dans l’expression « édilité curule » p. 47) n’est pas expliqué, pas plus que ce que sont les Indo-Européens qui n’apparaissent qu’une seule fois p. 35 (« c’est dans le cadre de ces conflits que des légendes furent forgées en puisant dans la tradition indo-européenne »), sans que le nom ou les travaux de G. Dumézil, l’initiateur de cette théorie, soient cités, pas même dans la bibliographie. Le livre est illustré de cartes en couleurs, de tableaux, de schémas, de plans, de photos de grande qualité dues à l’auteur pour la plupart. Ce qui constitue un véritable atout est que toutes ces illustrations sont accompagnées d’un commentaire conséquent (d’une demi-page environ) qui attire l’attention sur les détails importants et les explique. Il est dommage que cet ouvrage n’ait pas d’index.

Le style en est extrêmement simple ; la texte est émaillé d’anecdotes antiques ou récentes qui font d’une lecture sérieuse qu’on pourrait craindre rébarbative, quelque chose, au contraire, de très plaisant. Au cours d’une phrase est parfois fournie, en passant, une étymologie — ainsi pour le nom de la « piazza Navona » (p. 139) —, ce qui donne l’impression d’une conversation extrêmement vivante entre le lecteur et son guide P.-L. Brisson. Ce dernier ne manque jamais de signaler les faits d’aujourd’hui que des éléments romains permettent de comprendre.

P.-L. Brisson a tenu à faire découvrir à l’amateur éclairé les sources et les méthodes des scientifiques qui travaillent sur l’Antiquité. Au fil des pages, on voit quels sont les divers moyens d’information d’un historien et comment il les utilise. L’auteur a choisi de faire toucher du doigt combien l’apparition de nouvelles disciplines (comme l’épidémiologie, la climatologie, etc.), les progrès de la science et les nouvelles découvertes pouvaient modifier la vision qu’on avait de certains phénomènes et mettre à mal des théories établies par le passé. Il déclare, d’ailleurs, avoir conçu ce « précis » comme une sorte de mise à jour. De ce point de vue, on remarquera qu’à côté des ouvrages qui font référence, sa bibliographie intègre bon nombre de travaux très récents, dont certains publiés en 2020, l’année même de la parution de cette « Histoire de la Rome antique ». De ce fait, il corrige quelques erreurs : ainsi la date de la destruction de Pompéi qu’on plaçait auparavant en août 79, alors que divers indices, comme un graffiti au fusain, « la découverte de résidus de fruits et de noix typiques des récoltes automnales dans les jarres ou des déjections humaines sur le site », prouvent qu’elle serait à situer en octobre (p. 147). Du coup, on s’étonne qu’à propos des fragments de la statue colossale de Constantin à Rome qu’il analyse p. 187, l’amateur d’anecdotes qu’il est ne signale pas l’odyssée de l’index de 38 cm récupéré au musée du Louvre, comme l’apprend l’article du 1er juin 2018 « L’Empereur Constantin retrouve son doigt »1!.

Une autre originalité de ce petit livre est qu’il entrelace histoire événementielle, histoire sociale, histoire des idées et civilisation. Mais l’auteur explique, p. 8, que « pour les fins de cet ouvrage, nous présenterons une image instantanée de certains de ces éléments, figés à l’époque “classique” de la fin de la République ou du début de l’Empire ». C’est ce qui explique sans doute que le développement « À table chez les Romains : une autre facette de l’art de vivre » soit placé dans le chapitre traitant de « La fin de la République, des Gracques à la mort de César », alors que celui sur les « Bains et thermes : l’art de vivre à la romaine » se trouve dans le chapitre consacré au Haut-Empire romain. Tous ces passages sont évidemment très succincts et plutôt schématiques, ce dont Pierre-Luc Brisson est très conscient, lui qui termine son introduction, p. 8, en demandant « l’indulgence bienveillante » de ses collègues. Il est vrai que ses collègues ne constituent pas son « cœur de cible » — même s’ils ont tout intérêt à lire ces pages à cause de la nouveauté de la documentation dont certains éléments auraient pu leur échapper au milieu de la masse des publications —.

Dans une deuxième édition, il faudra corriger quelques coquilles : par exemple, Cérès n’est pas un dieu comme on le lit p. 95, mais une déesse ; toujours à la même page, on ne peut pas écrire « le premier triumvirat (de trium uiri, “trois hommes”) » avec trium au génitif pluriel et uiri au nominatif pluriel ; comme erreur dans la grammaire latine on citera également, p. 189, « il fit ainsi du dimanche (originellement le jour du Soleil, dies soli) un jour férié », alors que le génitif de sol, le soleil, est en latin solis, — sans compter qu’un néophyte aura du mal à comprendre le raccourci de cette phrase dont la concision exige les connaissances d’un initié !—. Il faudrait dire d’où sort l’expression infama plebs p. 79 alors qu’en latin seul existe l’adjectif infamis,-e du deuxième groupe, une forme infamam n’apparaissant qu’une seule fois dans tout ce qui nous reste de la latinité dans un vers corrompu de Lucilius (I 15 Warm.) que les éditeurs2 ont corrigé d’une façon ou d’une autre3. Le nom latin de Tarquin est « Tarquinius » et non pas « Tarquinus » comme indiqué p. 33. De ci de là on relève des fautes de typographie, des oublis ou des inversions de lettres, une omission de date p. 196 où on trouve « Romulus Augustulus (“le petit Auguste”, 461-) », et quelques autres peccadilles dues à l’inattention. Tout cela pourra être aisément réparé.

Dans son introduction P.-L. Brisson proclamait ne pas vouloir sacrifier « l’érudition aux impératifs de la vulgarisation » (p. 8) et souhaiter que son ouvrage soit « érudit sans être académique, vulgarisé sans être simpliste » (p. 6). Il y a parfaitement réussi. Il donnera à ses lecteurs l’envie de pousser plus avant et fera naître, à coup sûr, des vocations.

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

1Consulté le 07/06/2021.

2F. Charpin dans son édition des Satires de Lucilius aux Belles Lettres (t. 1, Paris 1978) garde cependant « infamam […] popinam » ( fr. I 9 Charp. = I 15 Warm.).

3Peut-être P.-L. Brisson, qui ne donne ici aucune référence, a-t-il confondu avec l’expression « infima plebs » qu’on lit pour la première fois chez Cicéron (ad Att. IV 1, 5) et qui a été reprise ensuite par d’autres auteurs ?

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, à propos de Pierre-Luc Brisson, Histoire de la Rome antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/06/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22765.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search