Antique Limousin

Valoriser le patrimoine régional : le projet Antique Limousin

Imaginer le paysage régional du Limousin durant l’Antiquité semble au premier abord un exercice complexe et peu commun. Face à une littérature scientifique foisonnante, une difficulté de visibilité pour les sites archéologiques et une méconnaissance de l’histoire locale, il n’est pas simple de se faire une idée du paysage antique régional. Peuplé depuis la Préhistoire, habité par les Lémovices et conquis par les Romains, le Limousin n’est pas un espace dénué d’intérêt historique. En 1999, Robert Bedon présentait le Limousin antique, territoire lémovice, comme une « civitas de l’époque romaine » et incluait l’histoire d’un peuple gaulois ; la délimitation d’un territoire aux frontières plus larges que celles de la circonscription administrative limousine ; plusieurs grands axes de communication ; la présence de sanctuaires ruraux et de nombreuses villae. Les sources écrites étant assez discrètes (les Lémovices sont principalement mentionnés dans les livres VII et VIII de la Guerre des Gaules de Jules César), l’archéologie apporte des éclairages bienvenus sur l’histoire antique du Limousin. L’épigraphie, la numismatique, les prospections pédestres, l’archéologie du paysage, l’archéologie aérienne, les sondages, et même la toponymie locale sont autant de techniques et de sources d’études à prendre en compte. Ainsi, lorsqu’on souhaite s’intéresser à l’histoire antique du Limousin, il semble qu’une approche pluridisciplinaire, élargissant les prismes de recherches, soit plus pertinente.

A l’image des régions avoisinantes, une partie du patrimoine local est encore visible dans l’espace urbain et citadin. Souvent remployés dans l’architecture des églises, des abbayes, des vieilles bâtisses, des bâtiments et places publics, les vestiges antiques sont encore visibles. L’héritage des Romains est d’autant plus intéressant qu’il a su assez naturellement s’implanter dans le champ visuel régional, comme l’illustrent parfaitement les statues léonines à l’entrée de l’église Saint-Michel-des-Lions de Limoges ou bien le cippe gallo-romain d’Issoudun-Létrieix en Creuse transformée en oratoire. Ce patrimoine est aussi visible dans les campagnes. Répertoriés dans la Carte archéologique de la Gaule (Creuse, Corrèze et Haute-Vienne) dans les années 1990, les témoignages du passé antique régional restent encore ancrés dans le paysage rural. Bien qu’une actualisation des CAG serait souhaitable, elles restent un outil de référence important mais davantage destiné à un public universitaire. Ainsi, le premier intérêt du projet Antique Limousin réside là : entre transmission du savoir et médiation scientifique. A l’intersection de ces deux approches, un second intérêt apparaît, celui de la sensibilisation à la préservation du patrimoine archéologique local.

Le projet met à l’honneur toutes les initiatives locales, professionnelles ou amateurs contribuant à l’écriture et à la restitution de l’histoire antique à l’échelle locale. A l’aide de la littérature scientifique locale, l’objectif est de présenter des informations synthétiques claires, compréhensibles et accessibles à tous. Cela requiert une sélection préalable des sujets abordés et à juste titre, le savoir historique et la rigueur scientifique sont placés au centre de cette initiative. Bien que ne prônant pas l’exhaustivité, le principal souhait du projet est de susciter un intérêt pour l’histoire antique du Limousin. Une grande importance est attachée à l’accessibilité des informations que l’on peut retrouver sur le site et les réseaux sociaux attenants. A la fin de chaque article, une courte bibliographie est mise à disposition invitant le lecteur à consulter les ressources complémentaires s’il souhaite en savoir davantage.

Le choix des réseaux sociaux comme canaux de diffusion s’ancre dans les nouvelles formes de médiation scientifique pour les sciences humaines et sociales. Axe de communication privilégié, il permet un échange rapide et instantané. L’intérêt du projet est de présenter au grand public les résultats principaux et la finalité des travaux de recherche effectués afin de sensibiliser et créer un intérêt pour ce pan de l’histoire locale plus méconnu qu’oublié. Le Limousin antique mérite un vrai intérêt historique et archéologique dans lequel médiation scientifique et travaux de recherche peuvent converger. La vocation d’Antique Limousin n’est pas de créer de nouveaux savoirs scientifiques, mais de transmettre et partager des connaissances à un public non averti. Mais au-delà de la simple diffusion, le projet souhaite mettre en lumière certaines figures locales ou acteurs régionaux, associatifs ou érudits, tels que les Sociétés savantes, pionnières dans la découverte et la fouille de certains sites. Le projet souhaite surtout s’axer sur la centralisation des ressources disponibles et donner de la visibilité à des regroupements de passionnés et d’historiens. Loin de vouloir redynamiser le secteur culturel à l’échelle régionale, Antique Limousin souhaite donner suffisamment de clefs de lecture pour permettre au grand public de se réapproprier son histoire locale et œuvrer à son tour à la valorisation et, par extension, à la sauvegarde du patrimoine antique.

En effet, le site de Tintignac (Naves) en Corrèze, le sanctuaire des Pièces Grandes de Margerides, la villa gallo-romaine de Maisonnières ou encore le fanum du Puy Lautard sont autant de sites archéologiques qui méritent l’intérêt du grand public et un renouvellement du regard qu’on leur porte.

Pauline Vignaud

Citer cet article comme : Pauline Vignaud, à propos de Antique Limousin, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/06/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22775.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search