Expo – Boire avec les dieux 

Boire avec les dieux : à la santé de…Dionysos

À l’instar de l’exposition Les Odyssées humaines du musée archéologique national d’Athènes qui fêtait ses 150 ans en 2016, l’exposition Boire avec les dieux de la Cité du vin s’engouffre dans la tendance contemporaine à l’immersion. Voyageant de bout en bout dans un bleu ciel, le visiteur de l’exposition est plongé dans une atmosphère méditerranéenne dans l’imaginaire collectif. Baignant dans des lumières tamisées, l’exposition se remplit de mystères, alors qu’elle avait pour vocation de briser les stéréotypes associés à la consommation du vin dans l’Antiquité.

Voulant dégager les spécificités des pratiques antiques autour du vin, les commissaires de l’exposition cherchent à remettre en question l’image d’Epinal de l’abus de boisson dans les banquets antiques, cantonnant ce dernier à une seule section de l’exposition temporaire.

L’exposition se déroule dans un espace décloisonné, où le visiteur est invité à déambuler entre les différentes thématiques mythologiques et sociales de la figure dionysiaque. Laissant une liberté inédite au contemplateur, le propos de cette exposition s’adresse avant tout à un public ayant peu, voire pas, de connaissances en matière de banquet et de vin dans l’Antiquité grecque.

En effet, si l’intitulé de l’exposition fait attendre un propos focalisé sur le polythéisme gréco-romain et la boisson, c’est surtout la figure de Dionysos que le visiteur rencontre. La grande variété de médiums antiques est le fruit de prêts prestigieux, à défaut d’être toujours esthétiquement appréciables. Le tropisme vers la céramique italiote oriente cependant avec bénéfice les visiteurs vers cette production peu connue du grand public.

Différentes alvéoles, où sont imprimées sur des tentures les décors de certains vases, jalonnent le parcours. Cette pratique pédagogique vertueuse permet au visiteur d’identifier d’un seul coup d’œil les protagonistes sur les objets. Une autre alvéole magnifiquement scénographiée met en lumière une copie en résine du cratère de Vix, conservée au musée du Pays Châtillonnais.

L’exposition surfe sur la mer vineuse dionysiaque en mélangeant des productions artisanales anciennes et des réinterprétations contemporaines des mythes autour du dieu du vin. Elle promeut ainsi des groupes contemporains tels que MonkeyBird qui a créé des pièces monumentales autour de l’imaginaire du vin, ce qui constitue une proposition cohérente dans le propos scientifique de la Cité du vin. Entre centre d’interprétation, parc de loisirs, et musée, cette institution inaugurée en 2016 a en effet du mal à se positionner dans le champ culturel. Elle a opté pour le parti d’un nombre croissant de musées internationaux qui consiste à varier les activités au sein d’une même institution.

Mais si cela fonctionne pour de grandes institutions internationales, le propos thématique de l’exposition temporaire laissera les spécialistes un peu sur leur faim. Elle convaincra les publics qui veulent découvrir les enjeux de représentation de la consommation de vin dans l’Antiquité, en complément du parcours permanent offrant une analyse anthropologique du vin. L’idée d’inclure un parcours Junior en particulier est dans le droit fil de la destination familiale de ce lieu, signalé par un pictogramme circulaire à hauteur d’œil d’enfant.

Le choix des commissaires d’exposition, Jean-Yves Marin, membre du Conseil scientifique de la Cité du vin, et Isabelle Tassignon est volontairement thématique, oblitérant toute considération esthétique sur des objets qui le mériteraient pourtant. Leur parcours explique ce tropisme thématique. Jean-Yves Marin, archéologue, a dirigé pendant dix ans les musées d’art et d’histoire de Genève, dont le projet scientifique et culturel s’oriente nettement vers ce type d’approche des objets. Quant au Dr Isabelle Tassignon, conservatrice en archéologie et ethnologie, sa formation initiale en histoire des religions l’invite à se focaliser dans cette exposition sur la réception du mythe dionysiaque, sur son analyse quasi philosophique appliquée aux objets, qui semblent flotter hors du champ historique.

La reconstitution de la mosaïque de Lycurgue, sous la forme d’une projection numérique au sol, gagnerait ainsi à être plus archéologique car elle efface les contours des tesselles qui font pourtant la richesse et la spécificité du matériau mosaïqué. De plus, la présentation thématique, si elle offre plus de libertés au visiteur dans son parcours de visite, a également tendance à dé-historiciser les pratiques antiques autour vin avant la conquête romaine.

En somme, si le propos de l’exposition était prometteur, il ne remplit pas entièrement ses objectifs scientifiques, mais représente tout de même une sortie agréable pour les amateurs d’anthropologie appliquée à l’Antiquité.

Exposition temporaire de la Cité du vin (Bordeaux), visible jusqu’au Dimanche 29 Août 2021

Claire Souchet,

Ecole du Louvre

Citer cet article comme : Claire Souchet, à propos de Expo – Boire avec les dieux , in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/06/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22786.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search