L’économie domestique dans les sciences de l’antiquité : pratiques d’autoconsommation et d’ouverture aux marchés

Le 7 mai 2021, soit un an après la date originale, s’est tenue en visioconférence, situation sanitaire oblige, la journée d’études « L’économie domestique dans les sciences de l’antiquité : pratiques d’autoconsommation et d’ouverture aux marchés ».Celle-ci résulte du séminaire Hibisa (Historiographie et Bibliographie des Sciences de l’Antiquité) co-organisé par trois doctorants, Eléonore Favier dont la thèse porte sur le monde du travail manuel dans les sources hellénistiques (Grèce, Îles, Asie mineure, Levant, à l’exception de l’Égypte), Louise Fauchier qui travaille sur les formes de sociabilité sur les marchés du monde grec et Jillian Akharraz dont la thèse en cours s’intitule « Recherches sur la nécropole hellénistique et romaine de Kôm Abou Billou : étude d’histoire sociale et d’histoire culturelle ».

La journée était divisée en deux parties, une première session consacrée aux sources littéraires et modérée par Manuela Martini puis après la pause, une seconde session plus axée sur l’archéologie et modérée par Raphaël Orgelet.

L’intervention de Marianne Béraud ,« Oikonomoi et uicarii. L’administration de l’autoconsommation égyptienne d’après les papyrus du bureau de l’Ousiakos logos à Ptolemais Evergetis. », a ouvert cette journée. Elle a proposé d’exploiter des archives administratives écrites par des fonctionnaires du bureau qui gère l’ensemble des terres fertiles du patrimoine de l’Empereur. Ceux-ci, qui sont en réalité des esclaves impériaux, ont divers statuts ; les esclaves ordinaires qualifiés d’esclaves économes (premier degré), qui ont sous leur domination d’autres esclaves, les vicaires (esclaves de second degré). Alors que les premiers sont chargés de recevoir les loyers, les impôts des fermiers (majoritairement payé en nature ; grain, animaux…), les seconds rédigent les quittances et ont un rôle de comptabilité et de redistribution. Ces papyrus permettent d’appréhender l’organisation de la production, le circuit de consommation et de comprendre la mission des vicaires ainsi que leur qualifications (notamment la maîtrise de l’écriture). Marianne Béraud conclut par le fait qu’une histoire par le bas est possible et que ce système de vicariat complexifie la hiérarchie servile.

Manuela Martini a ensuite donné la parole à Christophe Pébarthe. Son intervention a commencé par interroger les manières de penser l’économie au travers du prisme de la politique et la nécessité pour les Anciens de créer un domaine de réflexion autonome, l’oikonomia. Cette création a été diversement expliquée, notamment par le passage du Ve siècle – où les femmes s’occupaient de l’oikos– au IVe siècle où celui-ci est sous la responsabilité des hommes. Or, une autre chronologie est possible en prenant en compte l’aspect politique. En effet, l’empire enrichissant Athènes, il était naturel que de nouvelles questions se posent quant à l’utilisation de ces ressources nouvelles. C’est donc dans le cadre de la démocratie athénienne émergente qu’aurait été développée la notion d’oikonomia. Les tragédies athéniennes en portent le témoignage, notamment l’Agamemnon d’Eschyle et l’Antigone de Sophocle. Arguant qu’au Ve siècle, il n’y a pas de distinction stable entre privée et public, il y a une tension permanente qui est en lien avec le politique. Le passage et la transformation au IVe siècle passe par la philosophie, notamment avec la distinction corps/esprit. Il y a une mise à distance des besoins matériels pour quelque chose de plus grand : la cité.

A l’issue de la pause, la modératrice a donné la parole à Audrey Lacroix. L’intervention nommé « Relire l’Économique de Xénophon avec Michel Foucault » a débuté par une présentation de l’Économique de Xénophon. Définissant cette œuvre à la fois comme un discours socratique, un discours oikonomique, A. Lacroix propose d’y voir un discours sur la citoyenneté démocratique. Cette lecture est possible grâce aux travaux de Michel Foucault où l’idée du sujet est prise en compte dans la perspective de sa réflexion générale sur le gouvernement entendu comme conduite des conduites. Appréhendant l’individu comme objet d’interactions sociales et se construisant aussi bien dans la sphère privée que dans son rapport aux autres, il s’agit d’intégrer l’Économique dans une réflexion plus vaste sur les caractéristiques et le comportement du sujet citoyen évoluant dans une cité démocratique. Enfin, elle a terminé en mettant en avant la pluralité et la complexité du sujet, personnifié dans l’Économique, par le personnage d’Ischomaque. Toutes les relations qu’il entretient dans le cadre de l’oikos ou à l’extérieur n’ont qu’une finalité : la grandeur de la cité.

Afin de clore cette première session, la parole est donné à Étienne Helmer, pour une intervention consacré à l’ordre de l’oikos et la dimension spatiale de l’oikonomia. Partant du postulat que les logoi oikonomikoi portent principalement sur trois opérations fondamentales constitutives de l’oikonomia, à savoir l’acquisition de biens, leur conservation et leur usage, E. Helmer se concentre sur la notion de conservation. Il propose ainsi de questionner l’enjeu de bien organiser l’espace de l’oikos. Après avoir évalué l’utilité des biens de l’oikos (biens matériaux et humains), il s’agit d’organiser spatialement l’oikos. Le personnage d’Ischomaque dans l’Économique de Xénophon range les objets de sa maison en donnant une place à chacun. Cette classification précise est issue de plusieurs critères ; la fonction de l’objet, la fréquence d’utilisation, le genre des usagers et leur statut (l’intendante aura un accès total aux objets quand les subalternes n’auront que l’objet dont ils doivent se servir). Ainsi, l’organisation intérieure de l’oikos se reflète dans l’idée d’un ordre par rapport à la polis.

Après la pause déjeuner, une seconde session plus centrée sur l’archéologie a débuté sous la modération de Raphaël Orgelet. Ce dernier a immédiatement donné la parole à Marine Lepee. Après avoir rappelé les apports fondamentaux de l’archéologie, cette dernière se concentre particulièrement sur les habitations urbaines ayant une boutique en façade et met en évidence le rôle économique de la maison. Avec l’évolution des activités de production, les espaces domestiques se transforment puisqu’il y a un réaménagement des espaces de la maison pour ces activités. En effet, on retrouve à la fois des outils de production ainsi que des déchets comme dans le cadre des productions métallurgiques. Cette production de biens étant à la fois commune à la famille et à l’activité commerciale, il est extrêmement délicat de délimiter la part de la production domestique de la production destinée au commerce.

Raphaël Orgelet a ensuite donné la parole à Touatia Amraoui. Cette intervention débute par un inventaire des activités artisanales et les contextes de productions dans les villes antiques d’Algérie. Comme dans l’intervention de Marine Lepee, il est ici aussi question de la production dans le cadre domestique qui est révélé par le mobilier trouvé au sein des habitations T. Amraoui poursuit avec les activités urbaines d’artisanat de proximité telles que la boulangerie, la salaison, le travail du textile, de la céramique, du verre… La vente de ces productions domestiques témoigne d’une réalité socio-économique où les femmes et les enfants vendent des produits réalisés dans l’espace domestique. Bien que l’archéologie témoigne de ces activités, l’iconographie révèle également des activités comme le filage et permet d’appréhender les gestes, les procédés et les outils nécessaires à cette activité. La vente de ces productions est une part non négligeable de l’économie locale et péri-urbaine via des marchés périodiques.

La journée s’est terminée par l’intervention conclusive de Véronique Chankowski. Soulignant l’intérêt de chaque intervention, elle affirme l’évidente nécessité de la pluridisciplinarité afin de mener à bien des travaux portant sur l’économie domestique. Elle revient sur la question de l’autosuffisance qui est, pour elle, un « problème de riche ». Dans la réalité, c’est bien autre chose qui est en jeu et notamment le travail de tous les membres de l’oikos. La question des réalités sociales est fondamentale mais il faut aller plus loin et étudier les écarts générationnels, les relations maîtres-esclaves/apprentis. V. Chankowski note également la souplesse de l’économie domestique qui permets de changer d’activité en modifiant par exemple les espaces dédiés et insiste sur la frontière poreuse entre la production domestique et l’activité commerciale.

Audrey Lacroix,

U.M.R Ausonius – Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Audrey Lacroix, à propos de L’économie domestique dans les sciences de l’antiquité : pratiques d’autoconsommation et d’ouverture aux marchés, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/06/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22803.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search