Bibracte, un voyage au sommet de la montagne des Éduens

Le Mont Beuvray (photo A. Maillier)

Je ne connais personne qui soit resté indifférent après un voyage à Bibracte. Le massif du Morvan et cette magnifique montagne exercent en effet une véritable fascination sur tous les visiteurs, qu’ils soient touristes, étudiants, archéologues ou historiens. Il faut d’abord arriver jusque-là, en quittant la route venant de Nevers, de Dijon ou de Lyon. On roule et puis tout d’un coup, plus d’autoroutes ni de nationales, mais d’étroites chaussées qui serpentent pour monter jusqu’au Mont Beuvray. Le paysage ondule, alternant de verts pâturages et de hautes forêts, dévoilant une nature grandiose, à la fois mystérieuse et familière. Sur ces toutes petites routes, on avance lentement. Le temps s’étire, permettant de savourer le plaisir de découvrir la nature, fraiche, riche et flamboyante. À force de tourner, on ne sait plus où l’on est, entre les vallées et les montagnes, les odeurs de terre, de fleurs et de pins, le bruit des ruisseaux et du vent.

On avance, curieux et impatient, tout en comprenant qu’on approche enfin de la fameuse montagne, là où le puissant peuple des Éduens s’est installé. C’est un haut lieu de l’histoire de notre pays, et ce n’est pas un hasard si Vercingétorix y a été proclamé chef de la coalition gauloise contre les Romains. Son adversaire, Caius Julius Caesar aimait y séjourner et c’est là qu’il s’est installé pour plusieurs mois après le siège d’Alésia pour écrire sa Guerre des Gaules. Comme le dit Vincent Guichard “au sommet de cette montagne, les Éduens avaient l’impression de dominer le monde“. Ceux qui sont passés par là à la fin de l’âge du Fer, Gaulois comme Romains, devaient déjà avoir cette impression, la même que celle qui nous étreint aujourd’hui lorsque nous contemplons ce paysage immense depuis le sommet de l’oppidum, un panorama majestueux à plus de 800 m d’altitude, une beauté à couper le souffle.

Vue du sommet de l’oppidum de Bibracte (photo A. Maillier

Il faut gravir la pente du Mont Beuvray, à pied, à cheval, ou en minibus pour découvrir la capitale des Éduens. Depuis le XIXe s., les archéologues disputent ses vestiges à la dense forêt qui les recouvrent. Entre les arbres et les queules (appellation morvandelle pour les hêtres tordus, vestiges d’anciennes haies tressées), à travers les clairières dorées de lumière, on découvre enfin cette ville gauloise avec ses rues et ses places, ses maisons nobles et ses bâtiments publics, les quartiers d’habitation et d’artisans.

Fondée à la fin du IIe s. a.C., la capitale des Éduens  était protégée par une  

Plan général de l’oppidum de Bibracte (document EPCC Bibracte)

 fortification à la mesure de l’envergure de ce grand oppidum.

Le système défensif constitue l’une des caractéristiques les plus spectaculaires de Bibracte avec ses deux remparts concentriques. La fortification externe (tracé bleu) enclot 200 ha et le rempart interne (tracé violet) 135 hectares. Les enceintes sont percées d’une quinzaine de portes appartenant à deux types : des portes à ailes rentrantes (Zangentore) et des entrées en chicane. Depuis les premières explorations menées par J.-G. Bulliot dès 1868, les fortifications ont fait l’objet de plusieurs fouilles dont la plus connue est celle de la porte du Rebout entre 1984 et 1996 (Buchsenschutz et al., 1999). Située au nord-est de l’oppidum, cette entrée monumentale est une porte à ailes rentrantes de plus de 20 mètres de largeur. Elle donne accès à une longue rue qui traverse entièrement le site jusqu’à une autre porte localisée au sud-ouest de la ville, les Grandes Portes.

La porte du Rebout reconstituée (photo A. Maillier)

Dans ce secteur de l’oppidum, des équipes d’archéologues des universités Bordeaux Montaigne et Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca (Roumanie) réalisent des fouilles sur le rempart interne depuis 2019.

Les Grandes Portes constituaient l’une des entrées principal

Coupe à travers le rempart en 2019 aux Grandes Portes. Au premier plan, les blocs du parement du murus gallicus (photo C. Millereux)

es de l’oppidum, le symétrique sud de la Porte du Rebout. La position stratégique de cet accès a pu représenter un enjeu à la fois militaire et commercial pour la circulation des flux à l’intérieur de l’oppidum. Les fouilles réalisées en 2019 ont montré que la fortification interne de Bibracte était composée d’un rempart de type murus gallicus inséré dans un système défensif dont la conception relève de l’ingénierie et de l’architecture militaire (Krausz 2018). En effet, un système élaboré de glacis et de terrasses prend place en amont et en aval du murus gallicus formant un aménagement militaire spécifiquement adapté aux pentes. Le rempart constitue un obstacle difficile à franchir et les glacis, dégageant la vue en amont et en aval, permettent une surveillance efficace de l’ensemble du circuit de la fortification, prévenant les mouvements intrusifs.

Après une interruption en 2020, les fouilles devraient pouvoir reprendre en juillet 2021 dans le secteur des Grandes Portes. Aux visiteurs qui s’aventureront sur le Mont Beuvray cet été, les archéologues recommandent l’étonnante promenade sur les remparts de Bibracte, un voyage dans le temps et dans l’espace qui vous conduira jusqu’au chantier de fouilles des Grandes Portes, visible du 28 juin au 30 juillet 2021.

Pour en savoir plus : http://www.bibracte.fr/

Et le musée à visiter au pied du site : http://www.bibracte.fr/fr/decouvrir/un-grand-site-de-france/un-musee

Sophie Krausz,

Maître de cinférences HDR en Protohistoire européenne – Université de Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius

Bibliographie

BUCHSENSCHUTZ O., GUILLAUMET J.-P., RALSTON I. 1999 : Les remparts de Bibracte : recherches récentes sur la Porte du Rebout et le tracé des fortifications., Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray., 316 p.

KRAUSZ S. 2018 : « L’art de la fortification celtique : architecture et ingénierie des systèmes défensifs », in Villard-Le Tiec A. (dir.) : Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, Actes du 40e colloque international de l’AFEAF de Rennes, 4-7 mai 2016, p. 239 255.

 

Citer cet article comme : Sophie Krausz, Bibracte, un voyage au sommet de la montagne des Éduens, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22806.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search