Les voyages dans l’œuvre de Tibulle

On sait peu de choses sur la vie de Tibulle. Des quelques renseignements qu’on lit dans une très courte « Vita », qui est peut-être un résumé d’une biographie rédigée par Suétone, de quelques allusions chez des amis à lui comme Horace et Ovide, d’une épigramme du poète Domitius Marsus et de diverses mentions rapides chez Velleius Paterculus, Quintilien, Stace, Martial, Apulée, le grammairien Diomède, Sidoine Apollinaire, les érudits ont tiré les informations suivantes : il serait né entre 55 et 48 av. J.-C. dans la région de Gabies, aux environs de Rome ; il aurait possédé une propriété à Pedum dans laquelle il aimait bien résider. On ne connaît pas son prénom ; certains supposent que c’était Aulus, dont l’initiale A. (puisque les prénoms n’étaient indiqués que par leur initiale) aurait disparu dans les manuscrits à cause du A qui commençait son «nomen » Albius, ses « tria nomina » étant A. Albius Tibullus. Il était de rang équestre. Le poème de Domitius Marsus déclare que la mort l’a donné comme « compagnon de route à Virgile ». Virgile étant décédé en 19 av. J.-C., cette formulation laisse penser que Tibulle s’en est allé la même année ou peu après. Il faisait partie du cercle de M. Valerius Messalla Corvinus. Ce dernier, d’une famille sénatoriale célèbre, naquit aux environs de 64 av. J.-C. et mourut vers 8 ap. J.-C. Comme tous les membres de ces grandes « gentes », il s’illustra en politique et à l’armée. En ces temps troublés de discordes civiles, lui qui déclara un jour qu’il avait toujours cherché à être du parti le plus juste (Plutarque, Brutus, 53, 2), suivit successivement plusieurs tendances : républicain par tradition familiale, il combattit à Philippes en 42 av. J.-C. aux côtés de Brutus et Cassius ; après leur défaite, il rejoignit Antoine. Mais, désapprouvant la conduite de ce dernier, « esclave » de Cléopâtre selon Appien (Guerre civile, IV, 38), il se tourna vers Octavien. Il fut consul associé à Octavien en 31 av. J.-C. Ce personnage à la vie élégante et raffinée cultivait aussi les lettres. Il était excellent orateur, écrivait des vers, consacra des ouvrages à des questions grammaticales et rédigea ses Mémoires. Non seulement tels étaient ses goûts, mais encore il se plaisait à vivre dans une atmosphère où tous les partageaient et à s’entourer de gens comme C. Valgius Rufus, homme politique, érudit, orateur et poète, ou Aemilius Macer, poète savant, ou encore le jeune Ovide. Certains de ses familiers ont laissé des œuvrettes recueillies dans ce qu’on appelle le « corpus Tibullianum », comme Sulpicia qu’on suppose être sa nièce, ou Lygdamus en qui certains chercheurs voient le frère aîné d’Ovide. Tibulle faisait partie de ce cercle et même il fut membre de la « cohors » (Tib. I 3, 2) de ce grand homme. Il s’agit de la « cohors praetoria », état-major et amis qu’un proconsul amenait avec lui quand il partait dans sa province ou dont un général se faisait escorter quand il s’en allait en expédition.

L’élégie 3 du livre I, non datée, évoque la maladie qui frappa le poète alors qu’il suivait son illustre protecteur partant en mission et les allusions au voyage maritime qu’elle contient ont un intérêt documentaire. On y apprend que Messalla se dirigeait vers l’est, puisque Tibulle doit s’arrêter à Corfou. L’évocation de ce déplacement a également un intérêt historique et a suscité des discussions entre érudits, certains, comme P. Grimal1, pensant qu’il s’agissait du départ de Messalla au printemps ou à l’été 31 av. J.-C. qui le conduisit à la bataille d’Actium le 2 septembre où il commandait le centre de la flotte pour Octavien ; d’autres, à cause de l’expression « à travers les ondes égéennes » du v. 1, penchent pour une expédition qui aurait eu lieu après Actium lorsque, selon Dion Cassius LI 7, il fut chargé par Octavien de remettre de l’ordre en Asie Mineure (voir le croquis que j’ai esquissé fig. 1).

L’élégie I 7 écrite à la fois pour l’anniversaire et pour le triomphe de Messalla offre d’autres allusions aux voyages de celui-ci. Elle rappelle d’abord sa victoire sur des soulèvements en Gaule, qu’Octavien l’avait envoyé réprimer après Actium si l’on en croit Appien, Guerre civile, IV 38, ce qui lui valut d’obtenir un triomphe pro consule ex Gallia2 le 25 septembre 27 av. J.-C. Tibulle au vers 9 indique qu’il l’accompagnait et la Vita donne aussi ce renseignement en ajoutant que Tibulle, « contubernalis » du chef — c’est-à-dire partageant sa tente —, fut gratifié de récompenses militaires (« cuius [i.e. de Messalla] etiam contubernalis Aquitanico bello militaribus donis donatus est »). Puis3, du vers 13 au vers 32, il est fait référence à des déplacements de ce personnage en Orient, qui sont peut-être les mêmes que ceux dont il est question dans l’élégie I 3. Les diverses régions où il s’est rendu sont évoquées par des particularités topographiques : la Cilicie avec son fleuve Cydnus et son mont Taurus, la Palestine qui, à l’époque, faisait partie de la Syrie, la Phénicie avec la ville de Tyr et enfin l’Égypte fertilisée par le Nil (voir fig. 1). Une fois encore, ces allusions à des voyages, qui sont des voyages réels, ont un intérêt documentaire en fournissant aux historiens des indices pour mieux connaître cette période compliquée.

Mais lorsqu’on examine les détails, on s’aperçoit que ceux-ci sont plutôt conventionnels (le Cydnus « caeruleus », — adjectif, d’ailleurs difficile à traduire, habituel pour les fleuves ou la mer — serpente de ses eaux paisibles, le Taurus glacé dont le sommet dans l’éther touche les nuages nourrit les Ciliciens aux cheveux longs, etc.). Un peu plus pittoresque peut-être est la suggestion de la foule désordonnée qui se presse dans les multiples villes de Palestine qu’évoque « crebras […] per urbes » (I 7, 17) ou des hautes constructions de Tyr regardant la mer (I 7, 19). C’est encore plus flagrant pour les déplacements lors de la campagne en Gaule où les lieux nommés sont qualifiés d’une façon stéréotypée ; en outre, on peut se demander s’ils sont mentionnés parce que des affrontements s’y sont déroulés ou parce qu’ils sont emblématiques dans l’imaginaire des Romains. (Voir le schéma à grands traits de la fig. 2 qui permettra de les situer dans la France actuelle.) I. I. Scaliger a trouvé certains choix tellement curieux que, dans son édition de 1577, il a jugé bon de remplacer l’Aude (Atax, leçon des manuscrits) par l’Adour, Atur4 :

Ce jour, les Parques chantèrent qu’il viendrait, […], ce jour capable de mettre en déroute les peuples aquitains, ce jour qui ferait frémir l’Aude vaincue par un valeureux soldat. […] Tu n’as pas acquis cet honneur du triomphe sans moi : les Pyrénées tarbelles en sont témoins et les rivages de l’océan des Santons ; témoins en sont la Saône et le Rhône rapide et la grande Garonne, ainsi que la Loire, l’onde du Carnute blond qui reflète le ciel5.

C’est que la plupart du temps Tibulle se sert de l’évocation des voyages dans un dessein littéraire. C’est ce qui se passe dans l’élégie I 3, où décrivant son départ, son arrêt et son séjour forcé à Corfou, il propose une « retractatio » de l’Odyssée, dans un processus « d’imitatio – aemulatio » tout à fait caractéristique de l’art savant hellénistique. Le premier indice apparaît au vers 3 où Corfou est appelée « Phéacie », ce qui renvoie à l’homérique « Terre des Phéaciens », la dernière île où Ulysse fit naufrage dans le plus grand dénuement avant que ses habitants ne le ramènent à Ithaque. Le poète se présente comme un nouvel Ulysse qui, au début, cherche tous les prétextes pour éviter de partir à la guerre. Le centre du poème contient une description des Enfers qui peut servir de pendant à la Nékuya odysséenne. À la fin apparaît l’image de la bien-aimée vertueuse filant la laine en attendant le retour du voyageur. Il n’est pas jusqu’au vers ultime où se lit le souhait que l’Aurore apporte cette journée bénie avec ses chevaux couleur de rose (« roseis equis ») qui ne rappelle par la teinte « l’Éos rhododactylos », l’Aurore aux doigts de rose homérique ! L’écrivain utilise donc ce thème du voyage pour se livrer à des exercices littéraires érudits et virtuoses, jouant entre ressemblance et contraste : par exemple, la personne dont il espère qu’elle sera sa Pénélope est dans le reste du recueil parfois présentée comme une courtisane, et ainsi de suite. Il s’amuse également à tromper l’attente du lecteur en ayant l’air de commencer à se livrer à tel genre poétique déterminé et passe immédiatement à un autre genre, pour créer un effet de surprise : ainsi, le premier vers (« vous irez sans moi, Messalla, à travers les ondes égéennes… ») suggère, dans le catalogue des genres codifiés de l’époque hellénistique, le poème de souhait de bon voyage (propemptikon) ; cependant, dès le vers 3 (« Moi, la Phéacie me tient »), on se demande s’il ne s’agit pas plutôt du type de poésie appelé « éloge d’un lieu » (epibaterion) ; nouvelle surprise, cette « Phéacie » n’est pas louée contrairement aux traditions de l’epibaterion, elle est même accusée de garder l’auteur prisonnier dans des terres inconnues (« ignotis terris ») — alors que Corfou était à l’époque une base militaire très fréquentée par les Romains !

Autre trace de jeu sophistiqué : l’Odyssée est écrite en hexamètres dactyliques, le mètre de la poésie épique qui chante les armes et les héros, sa « retractatio » par Tibulle est en distiques élégiaques formés d’un hexamètre et d’un pentamètre, système caractéristique de l’élégie érotique romaine augustéenne. En effet, Ovide le lie expressément aux sujets amoureux lorsqu’il déclare qu’il se préparait à peindre les combats sur un rythme majestueux et écrivait un deuxième vers égal au premier, qu’alors Cupidon se mit à rire et subrepticement retrancha un pied (Am. I 1, 1-4). Car, même si l’élégie a eu des antécédents divers, (qu’il serait trop long et hors du sujet de rappeler ici), elle s’est épanouie à Rome à la fin du Ier siècle av. J.-C. d’une façon exceptionnelle sous le calame de quelques poètes alors en pleine jeunesse. Les changements dans la vie politique et dans la société à cette époque font que la vie privée devient dans leurs œuvres le premier centre d’intérêt, ainsi que les méandres de la psychologie. Les critiques modernes se sont demandé si tous ces auteurs qui dans leurs élégies parlent à la première personne expriment réellement leurs sentiments personnels. Les opinions sont diverses : certains chercheurs répondent « oui », d’autres « non » et pensent que le « je » mis en scène est un personnage (« persona ») construit de toutes pièces ; d’autres, enfin, sont d’avis qu’il doit s’agir d’un mélange des deux. En tout cas, on retrouve chez tous ces élégiaques une série de thèmes convenus, en particulier une série de refus. En raison de leur âge, qui incite à s’opposer aux aînés, en raison des scandales et des malheurs illustrés par les dernières années dans « l’Urbs », en raison des thèmes privilégiés par l’élégie qui place la vie privée au sommet de la hiérarchie, ces poètes (ou leur « persona ») rejettent les valeurs des « vieux Romains » (bonne réputation, aisance matérielle, activité) et ils se font une gloire dans leurs vers d’être « infames », « pauperes », « inertes » (on notera la distance entre ces proclamations et ce qu’on sait de la biographie d’un Tibulle par exemple qui, dans la « vraie vie », jouit de la fortune correspondant au cens d’un chevalier — même s’il déclare être moins riche qu’auparavant —, et participe à des expéditions militaires). Cette attitude entraîne chez eux la condamnation de tout ce qui est susceptible de procurer ce qu’ils dénoncent comme de faux biens, et au premier chef les voyages, qu’ils soient liés au commerce ou à la guerre. C’est ce qu’on lit à longueur de page chez Tibulle6. Il va même jusqu’à condamner les excursions d’agrément à la campagne en II 3, 65 parce qu’elles le séparent de celle qu’il aime. Les voyages cumulent les défauts : ils sont pénibles, ils sont dangereux, ils ressortissent à l’amour des richesses, à la cupidité et à l’avarice et sont donc cause de souffrance autant pour soi que pour autrui. Pire même : voyager relève de l’impiété et de la démesure (« hybris ») ! En effet, les voyages n’existaient pas au temps de l’Âge d’or sous le règne de Saturne (I 3, 35 ss.). Ce « topos » se rencontre également dans d’autres genres littéraires, en particulier dans des diatribes et dans des satires, aussi bien que dans la prédication de certaines écoles philosophiques qui enseignent par exemple que les dieux ont créé l’homme en tant « qu’animal terrestre », qu’ils ont volontairement disposé des mers pour séparer les terres et les populations qui les habitent ; ces détracteurs maudissent le premier navigateur qui est contrevenu à la volonté des divinités et qui a osé tout mêler en plaçant par exemple un produit de la terre, le bois, sur l’élément aquatique pour en faire un navire.

Tout cela est lieu commun du genre élégiaque. Comme la « retractatio » de l’Odyssée, comme les effets de surprise, cela relève du jeu littéraire et ne va pas sans un certain humour ! On remarquera que lorsque le poète parle des voyages de Messalla, il n’y a pas un mot de blâme. C’est qu’on n’est plus dans le « photomontage de sentiments et de situations typiques de la vie passionnelle irrégulière » comme P. Veyne définit l’élégie romaine augustéenne7, mais il s’agit de glorifier un protecteur et ami.

Il y a un autre voyage qui n’est pas critiqué par Tibulle et pourtant il n’entre pas dans la catégorie des voyages réels. C’est celui d’Énée se rendant de Troie au Latium évoqué en II 5. Car, de même que l’élégie I 3 peut être interprétée en partie comme une « retractatio » de l’Odyssée, de même on peut dire que Tibulle a inséré en II 5 une sorte d’Énéide, évoquant les pérégrinations d’Énée et quelques scènes marquantes de la légende ou de l’histoire romaine, Cependant, il n’est pas licite ici d’employer le terme « retractatio », car Virgile a péri avant d’avoir entièrement achevé et publié son épopée (sur son lit de mort, il avait même demandé qu’on la détruisît) ; si donc Tibulle est décédé peu de temps après lui, il n’a pas pu lire cette œuvre ; peut-être a-t-il pu en entendre parler (car Properce8 est témoin qu’on en parlait beaucoup) et, au mieux, écouter la lecture de quelques passages (en effet on sait que le Mantouan a fait des « recitationes » de certains épisodes). De toute manière, c’était un sujet à la mode à l’époque puisqu’on retrouve des productions sur le même thème chez Properce et chez Ovide, par exemple. Comme pour l’Odyssée, Tibulle s’amuse à traiter un sujet épique en distiques élégiaques. L’élégie II 5 est écrite en l’honneur de M. Valerius Messalinus, fils de Messalla, qui venait d’entrer dans le collège de prêtres appelés « quindecimviri ». Ceux-ci avaient pour charge, entre autres, de consulter, sur ordre du sénat, les livres Sibyllins pour en tirer des indications en cas d’événement grave. La mention des livres Sibyllins conduit le poète à parler des Sibylles et en particulier de celle que rencontra le héros troyen et des prédictions qu’elle lui fit. Certes, le caractère pénible des errances du prince est fortement souligné, mais comme dans le cas de Messalla, c’est pour glorifier le voyageur. Et le résultat n’en est pas critiqué ; au contraire, il est explicitement loué (II 5, 61-62) : « Troie […] dira que vous avez bien agi pour elle par ce si long voyage ». On relèvera que dans le premier cas, le poète insiste sur l’expansion apportée par Messalla à l’empire romain, qui entraîne en même temps l’extension de la paix et de la justice dans le monde et permet à ses habitants de jouir pleinement du bonheur dans leur vie privée. C’est également sur les bonheurs simples de la vie privée qu’apporte la paix que se termine l’élégie II 5.

En conclusion, je ne saurais trop inciter à lire les seize élégies de Tibulle reconnues comme authentiques. À propos des voyages, elles présentent un intérêt documentaire qui sera fort utile aux passionnés d’histoire et de civilisation, elles offrent un intérêt littéraire qui ravira les amateurs de poésie, et même si ce qu’elles disent des pérégrinations mêle impressions personnelles et lieux communs, elles inviteront tout un chacun à réfléchir sur les valeurs prioritaires de l’existence comme l’a fait par exemple J.-P. Plantive dans « Grand écart – Tibulle et les multinationales » (La vie des classiques, Les Belles Lettres, 10 décembre 2018, en ligne)9.

Lucienne Deschamps

1 P. Grimal, Tibulle. Élégies déliennes, Paris 1956, p. 48.

2 Degrassi XIII 1, p. 87.

3 On hésite sur la date exacte de chacune de ces expéditions ; voir Tibulle et les auteurs du corpus Tibullianum, texte établi et traduit par M. Ponchont, Paris 1950, p. 3-5, qui pense que Messalla est d’abord allé en Gaule, puis en Orient. R. Maltby est d’un avis contraire (voir Tibullus : Elegies, Text, Introduction and Commentary by R. Maltby, Cambridge 2002, p. 41).

4 Cette substitution est toutefois problématique, car un nominatif singulier « Atur » n’est pas attesté en latin. On trouve une fois « Atyr » dans Vibius Sequester (IVe/Ve s. ap. J.-C.), géogr., p. 146, 21. L’autre écrivain latin qui utilise ce mot au nominatif, Ausone, écrit « Aturrus » (Moselle, 468 et Parentalia, IV 11).

5 Tib. I 7, 1-12. Toutes les traductions sont personnelles.

6 Quelques exemples : Tib., I 1, 26 ; I 1, 49-54 ; I 3, 35-36 ; I 3, 50 ; I 4, 41 où on lit qu’un amoureux qui veut plaire à la personne qu’il aime doit l’accompagner même s’il s’agit d’un voyage long, en pleine canicule ou sous une pluie diluvienne, (le thème de l’infinie complaisance de l’amoureux vis-à-vis de l’être qu’il veut conquérir est aussi un « topos »).

7 P. Veyne, L’élégie érotique romaine : l’amour, la poésie et l’occident, Paris 1983, p. 46.

8 Prop., II 34, 66.

9 Consulté le 28/05/2021.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Les voyages dans l’œuvre de Tibulle, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22811.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search