Partir pour Carthage

Partir pour Carthage… Le premier voyage que nous connaissions en direction de Carthage, c’est celui d’Elissa-Didon, la sœur du roi de Tyr, Pygmalion, la fondatrice de la Nouvelle Ville (Qart hadasht, en phénicien). Se sentant menacée par l’ambition de son frère, qui avait assassiné le mari et oncle d’Elissa-Didon, elle prend le large avec un groupe de fidèles. Après une escale à Chypre, elle aborde sur le rivage nord-africain qui ne devait pas être totalement inconnu des Tyriens, commerçants au long cours. Aux dires de Justin (Philippiques XVIII, 5,6), un auteur du IIIe siècle de notre ère, Pygmalion renonça à poursuivre sa sœur, convaincu par les devins de ne pas entraver le destin de « la ville la mieux auspiciée dans le monde entier ». Le même auteur nous apprend que la fondatrice de Carthage trouve, sur les côtes d’Afrique, des habitants, des « indigènes » pourrait-on dire, hospitaliers et ouverts aux échanges avec les nouveaux venus. C’est ici qu’intervient la célèbre ruse de la peau de bœuf : Elissa-Didon achète aux locaux autant de terrain qu’en pouvait couvrir une peau de bœuf, mais ayant recours à la ruse, elle fait couper le cuir en bandes très étroites et entoure ainsi un espace bien plus grand, à la barbe et au nez des indigènes naïfs. Le motif de la fides punica, cette mauvaise foi qui opposera, tout au long des siècles de leur affrontement, Carthage et Rome, incarnation de la bonne foi, trouve ici son origine. Ce récit enracine aussi, dans la plus ancienne histoire de Carthage, le toponyme de Byrsa qui, en grec, désigne la peau de bœuf, symbole d’un accord certes, mais d’un accord détourné.

Avant de nous intéresser à ce quartier de Carthage appelé Byrsa et situé sur une colline, tournons-nous vers un autre texte pour mieux faire connaissance avec les paysages que découvre, en débarquant sur le littoral punique, un voyageur étranger. Le récit relatif à la fondation met d’emblée en avant la vocation commerciale de Carthage. D’ailleurs, une fois les exilés tyriens installés, poursuit Justin, « attirés par l’espoir du gain, les habitants des contrées voisines, accourant en foule pour vendre leurs denrées à ces hôtes nouveaux, s’établissaient parmi eux, et leur nombre toujours croissant donna bientôt à la colonie l’aspect d’une ville. » Il fallut sans doute quelques années, décennies ou même siècles pour que Carthage devienne le grand entrepôt que décrit Justin, quelque onze siècles après les événements, puisque la fondation de Carthage, datée de 814 av. n.è. par les sources gréco-latines, remonte effectivement, selon les archéologues, à la fin du IXe ou au début du VIIIe siècle av. n.è. La prospérité de Carthage se construit donc sur les échanges et le commerce maritime, mais Carthage devient aussi, par sa capacité à négocier avec les populations avoisinantes ou à leur imposer une tutelle, une puissance agricole.

En août 310 av. n.è., alors que la rivalité entre Grecs et Carthaginois se déploie en Sicile, Agathoclès de Syracuse choisit de porter la guerre sur le sol africain. Il débarque au Cap Bon, avec ses troupes et découvre avec émerveillement un territoire remarquablement exploité ; Diodore de Sicile (Ier siècle av. / ap. n.è. ; XX, 8) fait écho aux paysages qui s’offrent à son regard admiratif :

« Le territoire intermédiaire qu’il leur était nécessaire de traverser avait été divisé en petits jardins et en plantations diverses, les nombreux cours d’eau canalisés irrigant tout cet espace. Les résidences de campagne, attenantes les unes aux autres, avaient été construites somptueusement et soigneusement enduites de crépi. Elles manifestaient clairement la richesse de leurs propriétaires. Les habitations étaient remplies de tout ce qui favorise la jouissance, car la population, durant la longue période de paix, avait entreposé une grande quantité de biens. Le territoire était pour partie planté de vignes, pour partie d’oliviers, ainsi que de nombreux autres arbres fruitiers. De toutes parts, des troupeaux de bœufs et de moutons broutaient, et les plaines humides environnantes accueillaient des chevaux qui paissaient. En bref, il y avait, en ces lieux, tout le bien-être possible, car l’élite des Carthaginois y avait établi ses domaines privés et les avait fait prospérer avec soin, produisant richesses et bien-être. Saisis d’admiration, à la vue de ce beau et riche pays, les Siciliens sentirent leurs espérances renaître : ils considéraient que tout cela serait un prix digne de la victoire. »

L’opulence de Carthage, cité-jardin, trouve un écho on ne peut plus célèbre chez Flaubert, dans Salammbô (1862) qui commence par ses mots : « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. Les soldats qu’il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour anniversaire de la bataille d’Eryx, et comme le maître était absent et qu’ils se trouvaient nombreux, ils mangeaient et ils buvaient en pleine liberté. » La nature environnante se caractérise aussi par sa richesse : « des figuiers entouraient les cuisines ; un bois de sycomores se prolongeait jusqu’à des masses de verdure, où des grenades resplendissaient parmi les touffes blanches des cotonniers ; des vignes, chargées de grappes, montaient dans le branchage des pins ; un champ de roses s’épanouissait sous des platanes ; de place en place sur des gazons se balançaient des lis ; un sable noir, mêlé à de la poudre de corail, parsemait les sentiers, et, au milieu, l’avenue des cyprès faisait d’un bout à l’autre comme une double colonnade d’obélisques verts. »

C’est précisément cette exubérance de biens qui ne cessa d’inquiéter Rome et qui conduisit aux Guerres Puniques, culminant, en 146 av. n.è., dans la destruction de Carthage. Delenda Cathago est répétait inlassablement, à chaque discours, Caton l’Ancien qui pourtant mourut en 149 avant d’avoir vu la métropole punique anéantie. Cependant, même si certaines sources latines et grecques décrivent Carthage, au terme d’un siège éclair mené par Publius Cornelius Scipion, l’Africanus Minor, comme un champ de ruines, une ville rasée au sol et livrée au sel, symbole d’infertilité, cette vision tient de la légende. Le visiteur qui, en 2021, se rend sur le site de Carthage y voit encore les restes incendiés de quartiers d’habitation sur la colline de Byrsa, le cœur historique de Carthage, l’Acropole de la ville qui domine tout le site et les environs. D’ailleurs, lorsque les Romains, sous Auguste, refondèrent Carthage comme colonie romaine, ils investirent Byrsa d’une fonction importante puisqu’ils firent une terrasse du sommet de la colline afin d’établir, sur une esplanade surplombant le forum, le capitole, une basilique et divers bâtiments civiques. Byrsa, la colline de la peau de bœuf, était déjà le centre du pouvoir politique et religieux punique mais, malheureusement, les Romains ayant détruit la citadelle et arasé son sommet, les vestiges de ces importants monuments ont entièrement et définitivement disparu. On regrette en particulier de ne pouvoir admirer le temple du dieu Asclépios, sans doute Eshmoun, que les sources classiques associent à ce lieu et décrivent comme particulièrement prestigieux (Appien VIII 130 ; Strabon, Géographie XVII, 3 ; Tite Live Hist rom. XLI, 22 ; XLII, 24). Certaines de ces sources rapportent d’ailleurs que la femme du dernier général carthaginois, Hasdrubal, mit héroïquement fin à ses jours en sautant dans les flammes de l’incendie de ce temple, avec ses enfants, pour échapper aux Romains, reproduisant en cela le suicide d’Elissa-Didon qui choisit d’échapper par le feu au mariage avec un prince indigène. Un temple romain d’Esculape prit le relais, parmi de nombreux autres monuments, signe d’une vigoureuse prise en main de l’espace par les nouveaux maîtres des lieux. Ce lieu de culte se dressait sur un haut podium accessible par un escalier. Une vaste cour l’entourait, bordée de portiques et associées à un vaste édifice, peut-être une grande bibliothèque datant de l’époque antonine, abritant également les archives, c’est-à-dire un tabularium. Non loin de là, d’autres espaces cultuels furent édifiés par les Romains ; on signalera notamment un sanctuaire de la Grande Mère des dieux, Cybèle, associée à Attis, et un temple de la gens Augusta, qui a livré un autel monumental aujourd’hui conservé au Musée du Bardo. Il livre, en images, une sorte de manifeste de l’idéologie augustéenne, d’autant plus légitime que la fondation de la Colonia Iulia Concordia Carthago, en 29 av. n.è., était une initiative du futur Auguste. Fabriqué à Rome, un peu dans la même veine que l’Ara Pacis, l’autel est offert par un certain P. Perelius Hedulus, un riche notable local. Sur les quatre côtés, on peut admirer Apollon, la déesse Rome en tenue militaire, Énée fuyant Troie avec son père et ses Pénates et une scène de sacrifice.

Longuement abandonnée après la conquête arabe, Byrsa, qui abritait alors une église dédiée à la Théotokos, la Mère de dieu, est réinvestie au Moyen Âge comme avant-poste de défense, étant donné sa position éminente. En 1830, une partie du sommet de la colline est cédée à la France qui y érige une chapelle, puis la grande cathédrale de Saint Louis, associée au séminaire des Pères Blancs. Avec l’indépendance de la Tunisie, en 1964, ces monuments servent aujourd’hui de centre scientifique et culturel pour la première, de musée pour le second. Sur les coteaux de la colline, des zones d’habitat ainsi que des tombes témoignent du passé punique et romain ; des îlots d’habitations y sont séparés par des rues à angles droits. Lorsqu’on y déambule, on a du mal à percevoir les échos de la violence qui s’est déchaînée en ces lieux, voici 2167 ans, conduisant à tourner la page d’une Ville Nouvelle au destin fascinant que Virgile, au début de l’Énéide, chante en ces termes mémorables :

Vrbs antiqua fuit, Tyrii tenuere coloni,

Karthago, Italiam contra Tiberinaque longe

ostia, diues opum studiisque asperrima belli 

Carthage, une ville ancienne, colonie tyrienne

s’élevait face à l’Italie et aux lointaines bouches du Tibre ;

elle était riche et farouchement passionnée pour la guerre.

Corinne Bonnet,

Professeure d’Histoire grecque – Université de Toulouse

Citer cet article comme : Corinne Bonnet, à propos de Partir pour Carthage, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22831.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search