A la (re)découverte de Palmyre

Palmyre en 1678. Panoramique de G. Hofstede van Essen.

Le 18 juillet 1678, une petite troupe d’hommes bien armés quitte Alep et descend vers le Sud dans l’espoir de rejoindre le site de Palmyre. À leur tête, deux marchands anglais, Timothy Lanoy et Aaron Goodyear qui ont entendu raconter par des bédouins de passage à Alep qu’il existait dans le désert des ruines « les plus importantes qu’ils n’aient jamais vues ». Personne avant eux n’a réussi y parvenir du moins, personne n’a laissé le moindre témoignage depuis plusieurs siècles. La dangerosité de la route où l’on est menacé d’attaques par des bédouins pillards et la réputation de ceux qui occupent le site et en défendent l’accès a pu en décourager plus d’un ou mettre fin à leur vie.

Leur curiosité seule les pousse à tenter l’aventure pour redécouvrir ce lieu mythique dont la Bible dit qu’il aurait été fondé par Salomon et dont un ouvrage de l’Antiquité (l’Histoire Auguste) raconte l’épopée des Palmyréniens Odainath et sa femme Zénobie autoproclamée impératrice de Rome en 272.

La troupe qui se met en route est composée d’une quarantaine de personnes qui atteignent Palmyre après cinq jours de voyage à travers la steppe. Ils n’ont rencontré aucune difficulté en cours de route, mais à leur arrivée en vue du site, des envoyés de l’émir Melkam, chef des tribus du désert, et du cheikh de Palmyre les soumettent à un interrogatoire, car ils craignent d’avoir affaire à des envoyés des autorités turques, venus pour les capturer. Ils ont du mal à croire les réponses des voyageurs qui se présentent comme des « Francs » et disent n’être là que par curiosité. Malgré des lettres de recommandations, l’autorisation d’entrer sur le site se fait attendre et les voyageurs en profitent pour se positionner sur une colline pour être en position défensive. C’est de là qu’ils découvrent émerveillés les « vastes et nobles ruines et la plaine qui s’étend comme la mer vers le sud ».

Lassés d’attendre d’être reçus par le cheikh ou d’obtenir une réponse à leurs lettres, deux des Anglais, accompagnés d’un janissaire et d’un serviteur, se rendent alors auprès de l’émir avec des présents : « deux pièces d’étoffes rouges et quatre vertes, plus quelques autres affaires ». Celui-ci les reçut aimablement dans sa tente, leur offrit du café, de la viande de chameau ainsi que des dattes, et leur demanda d’expliquer les raisons de leur venue. Très méfiant, l’émir a du mal à croire qu’ils ne viennent que par curiosité et il soupçonne ces étrangers de chercher un trésor parce qu’ils comprennent le texte des inscriptions gravées sur les colonnes du site. D’autre part, les « Francs » connaissant désormais la route qui conduit à Palmyre, il craint que les Turcs n’en soient informés, et il estime donc que le mieux pour lui serait d’éliminer les visiteurs. Magnanime, il veut bien que, « comme ils sont venus en amis», se contenter d’un don de seulement « 4000 dollars» 1, la moitié en argent et le reste en objets divers (épées, vêtements, tentes etc.), sinon il pendra les envoyés et les deux « Francs », et passera les autres par les armes. Après avoir envisagé d’attaquer le campement de l’émir, les Anglais se décident à compter leur argent et parviennent à réunir seulement 1500 dollars en argent et en biens divers. Mais le cheikh de Palmyre n’entendait pas être en reste et réclama lui aussi son dû, les Anglais lui firent comprendre que tout ce qui leur restait étant leurs propres vêtements et armes, il devrait se battre pour les obtenir. L’ayant ainsi intimidé, ils parviennent à sécuriser leur passage, et ils peuvent repartir pour Alep où ils arrivent le 29 juillet.

Ce rapide séjour à Palmyre n’avait pas permis aux Anglais d’explorer grand-chose, si ce n’est se rendre compte de l’importance du site et de voir les innombrables inscriptions gravées sur des colonnes en grec et dans une autre langue qui leur est inconnue. Mais leur intérêt avait été suffisamment éveillé pour qu’ils éprouvent l’envie de revenir. Ils ne purent le faire que treize ans plus tard en 1691 avec le renfort d’un révérend anglais, William Halifax, qui décrivit les principaux monuments du site et d’un peintre hollandais, Gérard Hofstede van Essen, qui devait en donner le premier panoramique. L’importance des ruines et leur richesse archéologique était définitivement prouvées. La voie était désormais ouverte à tous les « antiquaires » qui rêvaient des ruines de Palmyre et qui, malgré les dangers qui persistent jusqu’au milieu du XIXe siècle, se succèdent alors régulièrement.

Annie Sartre,

Spécialiste d’épigraphie grecque et latine du Proche-Orient gréco-romain

1 L’usage du mot « dollar » peut sembler étrange. On désigne ainsi la monnaie d’argent importée des Pays-Bas et devenue en usage dans l’Empire ottoman au XVIIe siècle. De leur nom, « thaler », dérive le mot « dollar » utilisé par les marchands anglais.

Citer cet article comme : Annie Sartre, A la (re)découverte de Palmyre, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22833.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search