Hippone

Mon premier voyage dans l’est algérien, au tournant du troisième millénaire, était un rendez-vous avec l’histoire.

Annaba bay

Un peu moins de deux heures après l’atterrissage à l’aéroport d’Annaba, sous la chaleur d’une fin de printemps, je me retrouvais au milieu des ruines d’Hippone. J’avais alors une impression assez voisine de celle décrite en 1838 par Ernest Carette « Il y a quelque chose de mystérieux dans la destinée des peuples comme dans celle des hommes. Quand le voyageur met le pied sur un sol où tout a été, où rien n’est plus. ».

Partout où mon regard se posait, apparaissaient des murs en pierre, en brique, parfois un mélange des deux, s’entremêlant les uns avec les autres et formant a priori un labyrinthe incompréhensible, en partie dissimulés sous une végétation luxuriante. Derrière ce palimpseste de constructions, parfois de reconstructions contemporaines des fouilleurs s’entrechoquaient plusieurs siècles de l’histoire de l’antique Hippo-Regius définitivement abandonnée au profit d’une autre implantation à trois kilomètres, Bône à l’époque de la colonisation française, l’actuelle métropole d’Annaba.

Difficile même pour un archéologue de comprendre à première vue ce paysage de ruines aux antipodes de celui qu’était la ville antique devenue par la présence de Saint Augustin en 391 jusqu’à sa mort le 28 août 430 l’un des sites de la chrétienté parmi les plus célèbres.

C’est un plan en main, en direction du forum, en empruntant une magnifique voie pavée de lourdes dalles que je réservais mes premiers instants de découverte de ce site archéologique fossilisé en l’état des dégagements d’ampleur effectués à partir des années vingt par Erwin Marec.

A la beauté du paysage ruiniforme inventé par les découvreurs d’Hippone qui s’offrait à mon regard ponctué ici et là, des palmiers et coloré par d’immenses bougainvilliers s’ajoutait une odeur sublime et délicate de fleurs sauvages, de plantes comme la myrte et d’autres encore agrémentés par le champ des oiseaux, notamment des chardonnerets. J’étais à la fois si proche de la modernité, celle d’Annaba, de ses complexes industriels crachant une odeur pestilentielle et si loin, seul dans cette ville antique figée dans l’état de sa découverte. J’étais ailleurs, sans doute, sans même m’en rendre bien compte, très proche de cette population cosmopolite qui avait érigé face à cette baie sublime où la couleur de la mer se mélange avec celle du ciel. Une ville coincée entre deux collines formée de quartiers constitués de belles et luxueuses domus construites à côté d’édifices publics dont à présent seulement quelques pans de murs subsistent et des colonnes redressées par les fouilleurs. Comment ne pas faire mienne alors cette phrase de Saint Augustin « le monde est un livre et ceux qui n’ont pas voyagé n’en ont lu qu’une page».

Dans ce site, qui s’inscrit avec Tipaza, Timgad, la Pompéi de l’Afrique du nord, Lambèse, Djémila, et bien d’autres encore, parmi les grandes richesses archéologiques de l’Algérie. Dans ce lieux, j’y ai séjourné pour des missions d’étude quatre années consécutives. Un temps précieux pendant lequel avec mon équipe nous avons replongé dans l’histoire intime de cette ville que l’on fait débuter à l’époque punique. Une ville aussi attachante que ces hommes et femmes, ouvriers, gardiens, bibliothécaires qui avec ferveur, enthousiasme et malgré de faibles moyens s’efforcent de tenir en l’état ce magnifique vaisseau, symbole du temps passé afin qu’il puisse garder de sa superbe et de son attractivité. C’est à eux que nous devons aujourd’hui la sauvegarde de ces témoignages du passé.

Après avoir arpenté en long et en large les dalles du forum en partie mis au jour au pied de la colline sur laquelle s’élève aujourd’hui la basilique Saint-Augustin, j’ai repris le chemin de la sortie en direction du musée en longeant la colline de Gharf-el-Atran sur laquelle après son arasement a été construit au XIXe siècle une petit fortin qui abrite aujourd’hui le musée de site.

A mi-route, je me suis arrêté, le plan des fouilles en main devant la fondation d’un monument construit en bordure de rue. C’était une fontaine publique dont quelques substructions subsistaient mais pas n’importe laquelle des fontaines puisqu’elle avait été appelée par les fouilleurs, la « fontaine à la Gorgone ». De ce vestige, il ne restait plus qu’un tas de pierres. L’objet archéologique le plus précieux, la tête de Gorgone en marbre blanc visible sur des cartes postales et dans des livres érudits, d’un poids de 320 kilos avait, je le savais, été volée en 1996. J’étais là, figé face à ce désastre archéologique, empli d’une immense tristesse comme à chaque fois que l’on constate le vol ou la dégradation d’un patrimoine archéologique. Une perte qui efface un peu de notre mémoire, enlève une part de nos racines, en quelques mots, de l’histoire des peuples et des civilisations qui nous ont précédés. Une fontaine qui pourtant était un symbole puissant et une illustration de la place de l’eau dans les villes antiques. Une eau ici acheminée depuis la montagne sur de longues distances par l’entremise de constructions hydrauliques et stockée dans d’immenses citernes avant de couler dans la ville pour le quotidien, l’agrément dans les thermes et dans les jardins privés. Cette eau allait devenir au temps des premiers chrétiens un symbole de vie.

C’est la tête pleine d’images attachantes que j’ai achevé cette première visite de l’un des plus emblématiques sites archéologiques de l’Algérie. Une rencontre avec la Grande Histoire et celle de ces anonymes d’ici et d’ailleurs dont les vestiges encore visibles sont le témoignage. Des pierres qui sont à présent notre mémoire des deux côtés des rives de la Méditerranée.

Xavier Delestre,

Direction Régionale des Affaires Culturelles

Citer cet article comme : Xavier Delestre à propos de Hippone, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22842.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search